revue européenne du droit social - RevueEuropeenne

April 19, 2018 | Author: Anonymous | Category: N/A
Share Embed


Short Description

Download revue européenne du droit social - RevueEuropeenne...

Description

Revista europeană de drept social

REVUE EUROPÉENNE DU DROIT SOCIAL

1

Revue europénnee du droit social

Maison d’édition Bibliotheca • Atestée par le Ministère de la Culture et des Cultes avec l’avis no. 4363 / 27.05.1997 • Acreditée par le Conseil National de la Recherche Scientifique (CNCS), 2011-2014 • Membre de l’Association des Editeurs de Roumanie – AER (Romanian Publishers Association – RPA) N. Radian, KB 2/3, Târgovişte, 130062 tel/fax: 0245.212241 e-mail: [email protected] www.bibliotheca.ro

2

Revista europeană de drept social

REVUE EUROPÉENNE DU DROIT SOCIAL Volume XXVIII • ISSUE 3 • Year 2015

Édition Bibliotheca Târgovişte, 2015

3

Revue europénnee du droit social

La Revue est reconnuée par le Conseil National de la Recherche Scientifique (CNCS) categorie B+ avec avis no. 828/2007 en évidence BDI Copernicus, CEEOL et EBSCO Publishing Comite scientifique/ Scientific Board: 1. Antonio Baylos, Professeur de Droit du Travail et de la Sécurité Sociale à l'Université de Castilla La Mancha, Spain 2. Dimitri Uzunidis, Directeur du Laboratoire de Recherche sur l'Industrie et l'Innovation (ULCO, France) 3. Alexandru Ţiclea, Professeur, Recteur de l’Université Ecologique Bucarest Roumanie 4. Sophie Boutillier, Directrice de recherche au laboratoire Redéploiement industriel et innovation à l'Université du Littoral-Côte d'Opale, France 5. Ahmed Smahi, Enseignant Chercheur à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion, Université de Tlemcen, Algérie 6. Ana R. Martín Minguijón, Doyen de la Faculté de droit UNED Madrid, Spain 7. Vlad Barbu, Professeur, Vice-recteur de l’Académie de Police „Alexandru Ioan Cuza” Bucarest, Roumanie 8. Rafael Junquera de Estéfani, Vice-doyen de la Faculté de droit UNED Madrid, Spain 9. José Alvarez Pestana, Professeur de Sociologie, UNED Madrid, Spain 10. Edvana Tiri, Charge de cours, Docteur en droit, Faculté de Droit, Professional Business Academy, Tirana, Albania 11. Kamil TUGEN, Professeur, Président du Département des Finances Publiques Faculté des Sciences Economiques et Administratives de l'Université du “Dokuz Eylul”d’ Izmir Turquie 12. Maria ORLOV, Maitre de conférences: Université d’Etat „Alecu Russo” de Bălţi, Faculté de Droit Présidente de l’Association „Institut de Sciences Administratives de la République de Moldova” 13. Raul Vergara MIRELES, Professeur, Directeur de la Faculté de Droit et Sciences Sociales, Université Autonome d’État Morelos, Mexic 14. Gabriela Mendizábal BERMÚDEZ, Professeur a la Faculté de Droit et Sciences sociales de l’Université Autonome d’État Morelos au Mexique

Comite de rédaction/Editorial Board: Rédacteur en chef / Editor responsible: Executive Editor: Rédacteur en chef adjoint / Editor assistant: Secrétaire de rédaction / Editorial Secretary:

Dan Ţop, PhD Marc S. Richeveaux, PhD Radu Răzvan Popescu, PhD Pedro Fernandez Santiago, PhD

130051, Târgovişte, Aleea Trandafirilor, bl. 10, ap. 46 Judeţul Dâmboviţa, Roumanie, Tel. 0722.723340 www.RevueEuropéenne_du_DroitSocial.ro

ISSN 2393 – 073X ISSN–L 1843 – 679X [email protected] 4

Revista europeană de drept social

SOMMAIRE

AMENDMENT AND COMPLETION OF THE LABOUR CODE BY LAW NO. 12/2015 (Dan Ţop) / 7 LE CADRE INSTITUTIONNEL ET LE CLIMAT DES INVESTISSEMENTS DU SECTEUR PRIVÉ EN ALGÉRIE (Karim Si Lekhal) / 14 DOMICILE AND RESIDENCE OF INDIVIDUALS UNDER EC LAW AND ALBANIAN LEGISLATION (Blendi Himçi, Genta Tafa Bungo) / 30 EFFET DE LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE SUR LA CONSOMMATION PRIVÉE EN TUNISIE: MODÉLISATION NON-LINÉAIRE (Wissem Khanfir) / 44 FINANCIAL LIBERALIZATION AND ITS EFFECTS ON GROWTH ECONOMIC OF FRANCE (Hassen Chtourou, Sami Hammami) / 60 VOLATILITÉ DES PRIX PÉTROLE, FAIBLESSE DES EXPORTATIONS HORS HYDROCARBURES: LES DÉFIS MAJEURS POUR L’ÉCONOMIE ALGÉRIENNE (Kamel Bouadam, Mustapha Boudrama, Adel Laadjali) / 75 THE HIGHER EDUACATION DEVELOPMENT IN ALBANIA IN THE OPTICS OF FINANCING SCHEMES OF EUROPEAN COUNTRIES (Enis Fita, Ardi Bezo) / 91 TENDANCES ACTUELLES DANS LE MONDE RELATIVES À L'ATTRIBUTION D'UN REVENU MINIMUM UNIVERSEL SANS RAPPORT AVEC LA PRESTATION DE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ (Teodor Narcis Godeanu) / 100 LA LÉGISLATION TUNISIENNE FACE AUX DIFFICULTÉS FINANCIÈRES DES ENTREPRISES (Sabrina Msakni Abbes) / 107 LEGAL STATUS OF LOCAL POLICEMAN. COMPARATIVE ANALYSIS WITH POLICEMAN STATUS (Ioan Laurenţiu Vedinaş) / 123 LES DÉTERMINANTS DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET NON TECHNOLOGIQUE DANS LES ENTREPRISES DE SERVICE CONGLOMÉRÉES (Mallek Wafa) / 130 5

Revue europénnee du droit social

CAPITAL SOCIAL, TAILLE DE L’ÉTAT ET QUALITÉ DE LA GOUVERNANCE. CAS DES PAYS DE L’OCDE (Chiraz FEKI, Nouri Chtourou) / 141 LES DIFFÉRENCES DE SERVICITÉ COMME PROBLÈME DE COMPÉTITIVITÉ POUR LES PAYS ÉMERGEANTS (Alexandru Jivan) / 156 TRAFFICKING IN PERSONS CONCEPT AND SOCIAL EFFECTS (Laura Ecedi-Stoisavlevici) / 172 JÓVENES EN DIFICULTAD SOCIAL. EDUCACIÓN, EMPLEO Y PARTICIPACION COMO INSTRUMENTOS DE PROTECCIÓN FRENTE A LA EXCLUSIÓN SOCIAL (Elena Cuenca Paris, Rosa Goig Martínez, Juan Manuel Goig Martínez) / 181 FOOD SAFETY ISSUES IN EUROPEAN LAW (Mariana Sandu) / 203 THE INTERNATIONAL ADOPTION OF MINORS: A HUMAN RIGHT TO FAMILY INTEGRATION (Nicoleta Enache, Esteban Amado Bueno Garcia) / 211 LEGAL ISSUES ON RESTITUTION OF THE PROPERTIES UNDER THE CONVENTION (Loredana Adelina Pădure) / 221

6

Revista europeană de drept social

AMENDMENT AND COMPLETION OF THE LABOUR CODE BY LAW NO. 12/2015 Dan ŢOP Professor PhD Valahia University of Târgovişte

Abstract: In the nearly four years since the last substantial modification, the Labour Code is again the object of such a procedure, it is true, the smaller scale by Law no. 12/2015, amending and supplementing Law no. 53/2003 - Labour Code. The most important of these are: amending and supplementing art. 56 paragraph 1 letter c, the termination of individual employment contract, completing art. 92 on temporary workers and about to take leave of employees (Art. 145-146) that the provisions of the Labour Code in the field are brought into line with EU rules and case law. These changes can be applied to civil servants, as they are not contrary to the specific legislation of public office. Unfortunate this time again modifications to the Labour Code have not considered the legal nature within 5 days, provided by art. 56 para. 2 or at least the consequences of exceeding this period by the employer and any number of issues that need to be correlated with measures of other laws, such as for example the head. II of Title X (art. 237-240), on Labour Inspection or other clarifications or additions necessary outlined in reference doctrine. Keywords: Labour Code, termination of individual employment contract; temporary employee; annual leave, the Labour Inspection.

Law no. 12/2015 amending and supplementing Law no. 53/2003 - Labour Code1 certainly brought some regulation to improve individual employment contract, which we consider necessary and which we refer to . Filling art. 16 by adding par. 5 that, ,, Unjustified absences and leave without pay shall be deducted from the length of service, "we consider as a superfluous count as long as unexcused absences were not previously considered in determining the length of service and seniority default. In doctrine it was emphasized that ,, these new provisions related to para. 4 of art. 16, that the work performed under an individual contract of employment is seniority. Or, since missing (unmotivated) or are on unpaid leave, the employee does not perform work, which leads to non-payment of wages, as well as not paying social security contributions, which affects the contribution period. It is natural that in these circumstances he would not receive seniority, subtracting those periods, in the calculation of this age"2. In contrast, addition of par. 6 at that same article ,, are exempted from the provisions of par. 5 such leave without pay granted under art. 155 and 156. "we 1 2

Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 52 of January 22, 2015 Alexandru Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, in ,,Romanian Magazine Labour Law ", no. 1/2015, p. 16

7

Revue europénnee du droit social

consider welcomed as from the unpaid leave for professional training3 benefit not only him, but also the employer who may benefit from increased professional input from employees or to the duties incumbent upon it. It was considered that such a solution is justified ,, since training is a right of employees (Art. 154 para. 1 C. Labor) that advantages the employers, too ... "4 Although it has been amended and supplemented art. 56, paragraph 1, letter c, whereby the individual labour contract ceases existing as "the date of fulfillment of the conditions cumulative standard age and the minimum contribution period for retirement; the date the decision of retirement for disability pension third degree, partial early retirement pension, early retirement pension, old age pension with reduced standard retirement age; the communication of medical decision on working capacity in case of grade I or II disability "they did not clarify the legal nature within 5 days, or at least the consequences of exceeding this period by the employer. This case of termination of the employment contract is to be explained taking into account the provisions of Law no. 263/2010 on the unitary public pension system5, as shown justified in doctrine6. Under enactment mentioned, the standard retirement age is 65 for men and 63 for women, stating that "the retirement does not draw termination of individual employment contract, but only the fulfilled cumulatively conditions of the retirement ..."7 It should be noted that art. 291 para. 1 of the Law of National Education. 1/20118 stipulates: "Teaching and research staff (higher education) is retiring at the age of 65 years.". Even if par. 2 of Art. 291 distinguishes between teachers' assistants and teaching and research staff, and rational interpretation of the text of the law leads to the conclusion that regardless of gender retirement at 65 is only applicable to the teaching and research staff, in judicial practice it was appreciated that the auxiliary staff (women) should receive the same regulations as teaching and research staff9, which seems wrong solution, at least for the fact that if there are certain exceptions to the age of retirement they are only for teaching and research staff. These exceptions must be strictly interpreted and can not be extended for other staff, such as auxiliary staff who do not participate in the teaching process by establishing a university rules can be found in the positions of a faculty, but have completely different functions from teaching and research, set in

3

Dan Țop, Labour Law - Social Security Law, second edition, revised and enlarged, Bibliotheca Publishing House,Târgoviște, 2013, p. 196 4 Alexandru Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, art. cit, p. 16 5 Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 852 of 20 December 2010, subsequently amended, including by Law no. 380/2013 (published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 842 of 30 December 2013). 6 Alexandru Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, art. cit, p. 17 7 Ş. Beligrădeanu, The correct interpretation of art. 289 of the Law of National Education. 1/2011 concerning the circumstances in which teaching and research staff in higher education can continue working beyond retirement age fulfill in "Law" no. 4/2011, p. 14. 8 Published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 18 of 10 January 2011 9 Ploieşti Court of Appeal, Civil Decision no. 1449 of December 8, 2014 (unpublished)

8

Revista europeană de drept social

the job description and other addenda to the individual employment contract, regardless of training, which requires or not higher education. It still maintained the view that the individual contract of employment is terminated ,, right (under the law) if the two conditions (age and seniority) without the need manifestation of will by the employer (or the employee). It does not matter whether application was filed or not within the statutory retirement. Being a cessation of law, the contract is terminated for just cause for termination timing without the need for any formality "10. With regard to the latter case it should be noted that because the article. 69 of Law no. 263/2010 states that disability retirement third degree comes if the person has lost at least half of the work capacity11, as existing contract ceases communication retirement decision and conclude a new contract with a part-time with the same or another employer. Since art. 71 para. 5 of Law no. 263/2010 provides that ,, medical decision ... shall be issued within 45 days from the date of filing and is communicated within 5 days of the issue "and usually it is communicated to the person subject to assessment of work capacity., it appears necessary that this decision should be communicated to the employer, although Law no. 263/2010 does not provide this. Therefore we believe that to change art. 56 paragraph 1 letter c of the Labour Code, it must correlate it with the text of the legislation unitary pension system, and therefore, the law ferenda we appreciate as necessary to supplement art. 71 para. 5 of Law no. 263/2010 which should provide that ,, .... the decision is communicated within 5 days of the issuance to interested persons ", so including employer. A problem would raise a fact that such a decision, according to art. 71 para. 6 of Law no. 263/2010, may be appealed within 30 days of communication and par. 10, the uncontested within are final. Thus the question arises whether the employer notify a medical decision that may be appealed or final one? We believe that in this regard, that the person being assessed denies medical decision has no bearing on the termination of individual employment contract, regardless of disability (I or II), it shall automatically be terminated. He said, moreover, that this solution ,, is natural since there was total loss of working capacity of that person and he can not continue his business."12 Adding to art. 92 para. 3 that, ,, Wages received by the temporary employee for each mission can not be lower than that which the employee receives user who performs the same job or one similar to the temporary employee "and para. 4 ,, insofar as user does not have committed such an employee, the salary of the temporary employee will be determined taking into account the salary of a person employed by individual labor contract and providing the same or similar work, as determined by the applicable collective labor contract to the user. ", is a favorable 10

Brasov Court of Appeal, Civil Division, labour disputes and social insurance, in December. no. 73 / R / 2010, cited Alexander Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, art. cit, p. 18 Dan Țop, Labour Law - Social Security Law, op .cit., p. 349 12 Alexandru Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, art. cit, p. 19 11

9

Revue europénnee du droit social

disposition temporary employees who, under the old regulations only enjoyed ,, same services and facility" that user granted to employees without making explicit reference to salary. However reference to the applicable collective labour contract does not cover all situations that may occur in practice. The Constitutional Court13 ruled that this addition ,, nothing else than regulating principle of equal treatment on pay, which meets the objective of Directive 2008/104 / EC, as provided in Art. 2 thereof, namely to ensure the protection of temporary workers and improving the quality of work through temporary employment by ensuring that the principle of equal treatment, as provided in Art. 5 (of the Labour Code n. n.) It was expressed the view that the two paragraphs ,, referring to payroll, should have integrated in the art. 96 regulating the payment of wages and not in art. 92 that is about non-discriminatory working conditions in relation to user employees. Yes, probably legislature was thinking to ensure equality in terms of salaries of temporary workers - employees of temporary employment agency and the user's own employees ... but it is possible that there was not an employee to perform the same or a similar job with the temporary employee (which is frequent in practice) or to have a collective agreement applicable to the user level setting that provides a salary for the work or similar; in such cases, the new text becomes inapplicable, and salary will be determined solely by temporary employment according to the rules applicable to his level."14 Article 145, paragraph 2 was amended with the following: "effective duration of annual leave shall be determined in individual employment contract, in compliance with the law and applicable collective agreements." Regarding these provisions Constitutional Court ruled that the principle of proportionality15 ,, the leave of work done - pro rata temporis - will continue to apply, and the periods of temporary disability and maternity related, maternal risk and leave to care for a sick child are considered periods of activity performed. Only in cases where temporary incapacity is maintained throughout the period of the calendar year, annual leave shall be granted within a period of 18 months from the year following that in which the employee was on sick leave ". After paragraph 3 of Article. 145 it introduces three new paragraphs (4) - (6), as follows: "(4) In determining the duration of annual leave, periods of temporary disability and those for maternity leave, maternal risk and sick child care leave are considered as periods of activity performed.

13

Decision no. 760/2014 regarding the rejection of the objection of unconstitutionality of art. I pt. 3 with reference to art. 92 para. (3) and (4), art. I pt. 4 with reference to art. 145 para. (2) and art. I pt. 5 with reference to art. 145 para. (4) of the Law amending the Law no. 53/2003 - Labour Code, published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 91 of February 3, 2015 14 Alexandru Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, art. cit, p. 19 15 Decision no. 760/2014, cited above

10

Revista europeană de drept social

(5) In case the temporary incapacity or maternity leave, maternal risk or parental leave sick occurred while performing annual leave, he stops following the employee to perform the rest of holidays after situation which ceased temporary disability, maternity, maternal risk or the sick child care, and if it is not possible those days sould be rescheduled. (6) An employee is entitled to an annual holiday and if the temporary incapacity is maintained, under the law, throughout the period of a calendar year, the employer is obliged to pay annual leave during a period of 18 months from the year following that in which he was on sick leave. " It should be noted that on 20 February 2014, the European Commission decided to delay implementation of Romania for incorrect transposition of Directive 2003/88 / EC concerning certain aspects of the organization of working time, raising compatibility issues with Community rules. Thus national legislation applying the provisions of art. 7 paragraph. 1 of Directive 2003/88 / EC of the European Parliament and of the Council of 4 November 2003 concerning certain aspects of the organization of working time16, that Member States shall take the necessary measures to ensure that every worker is entitled to paid annual leave of at least four weeks in accordance with the conditions for obtaining and granting of leave laid down by national law and practice ". This directive "makes no distinction between workers who during the reference period are absent from work because they are on sick leave and those who have actually worked during the said period."17. Law of the Court of Justice of the European Union ,, purpose of the entitlement to paid annual leave is to enable the worker to rest and to enjoy a period of relaxation and leisure. That purpose differs from that of entitlement to sick leave, the employee shall be granted for it to be able to recover from an illness."18 It also decided that art. 1 para. 1 of Directive 2003/88 / EC "must be interpreted as precluding an interpretation of national legislation, that a worker who is on sick leave during annual leave schedule fixed unilaterally leave the company where he is employed, has not the right to end his medical leave, receives his annual leave in a period other than that originally fixed, possibly outside the corresponding reference period, for reasons related to the productive activity of the enterprise or organizational reasons relating to this ".19

16

Published in the Official Journal of the European Union, L series, no. 299 of 18 November 2003 O. Ținca, Comments on the right to paid annual leave the employee to sick leave throughout the calendar year, in "Law" no. 6/2012, p. 105. 18 Judgment of 20 January 2009 in Joined Cases C-350/06 and C-520/06 19 Court of Justice. Order of February 21, 2013 -cauza C-194/12, "Romanian Journal of Labour Law no. 8/2013, p. 75-80. To the same effect is the decision of 10 September 2009 (First Chamber) in Case C-277/08 (Francisco Vicente Pereda v Madrid Movilidad SA), published in the "Journal of Labour Law" no.6/2009, p. 201-207). 17

11

Revue europénnee du droit social

It is noted the support of Constitutional Court20 held that ,, that employees actually work and providing employees who are in temporary disability, maternity leave, leave for maternal risk and sick child care, enjoy the same legal treatment (grant annual leave) does not constitute discrimination ... is regulated in order to respect the right to annual leave and for people who have been on sick leave " The above solution is consistent ,, to International Labour Convention no. 132/1970 on paid leave. According to art. 5 of the Convention, absences from work for reasons beyond the employee, such as absences from illness, an accident at work or maternity leave will be included in the period of service. It follows, per a contrario, that absences due to his will (leave without pay, unexcused absences)are not included in the calculation of annual leave for that calendar year."21 Article 146 is amended to read as follows: "This leave must be taken every year" While previous legislation (Art. 146 para. 3), the employer was obliged to leave by the end of next year, all employees who in any calendar year did not perform full annual leave to which they were entitled under the alin2 art. 146, as amended, ,,where the employee, for justified reasons, can not perform all or part annual leave to which he was entitled in that calendar year, with the consent of the person concerned, the employer is obliged to grant leave not taken a rest period of 18 months from the year following his birth right to annual leave. Paragraph 3 of Article. 146 reads: ,,compensation in money of annual leave is allowed only if the individual employment contract is terminated." Regarding the compensation money to the leave not taken, the Constitutional Court ruled22 that the provision that annual leave not taken by the employee may be compensated in cash upon termination of the individual employment contract is not contrary to the principles of market economy and constitutional obligations of the state in this field. Whatever the reasons for termination of individual employment contract and during that went from the employment contract until its termination, the employee has performed work and in proportion to time worked, won the right to annual leave. However, given the individual employment contract is terminated, it can not perform annual leave to which he is entitled, appears to be a constitutional obligation of the employer to offset the money. This right of the employee and the employer correlative obligation which does not affect in any way the right to a free enterprise and economic activity.

20 21 22

Decision no. 760/2014, loc. cit. Alexandru Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, art. cit, p. 21 Decision no. 312 of 8 July 2004, published in the Official Gazette of Romania, Part I, no. 797 of 30August 2004 Decision. 46 of 11 January 2007, published in the Official Gazette of Romania, Part I,no. 117 of 16 February 2007, and Decision no. 224 of 13 March 2007, published in the Official Gazette Romania, Part I, no. 272 of 24 April 2007, 1236 Decision of 22 September 2011, published in Official Gazette of Romania, Part I, no. 819 of 21 November 2011.

12

Revista europeană de drept social

If the deceased employee compensation money is given23 to his family members, rather heirs. In the doctrine it was said ,, art. 146 the Labour Code responds to the Command performing work in kind of the leave, whose purpose is the restoration of labour, after a year of the employee. Therefore, only exceptionally, when justified, if the leave could not be performed, in whole or in part, in that year, he will be made in the next 18 months, calculated from the year following that in which it was born that right. It is an obligation of the employer and the employee because he must take leave in nature (art. 149 C. labour)."24 From the above provisions it shows that they apply only to employees, not civil servants although art. 93 of the Law no.188/1999 refers to labour legislation as a complement to state civil servant, we believe that these can be applied to these provisions, because do not not contravene to the legislation specific to the public. It is unfortunate that this time no modifications to the Labour Code have considered a number of issues that need to be correlated with measures of other laws, such as for example the head. II of Title X (art. 237-240), on Labour Inspection, given that the Government Emergency Ordinance no. 86/2014 establishing measures to reorganize the central public administration and amending and supplementing certain acts25, he ordered the establishment of the National Agency for Labour and Social Security Inspectorate, as a specialized body of central public administration, with legal personality, subordinated to Ministry of Labour, Family, and Social Protection, by merging the Labour Inspectorate and the National Agency for Payments and Social Inspection, or other proposals clarifying or supplementing the provisions of the Labour Code, highlighted the doctrine of reference.

23

I.T. Ştefǎnescu, Theoretical and practical Treaty of Labour Law, second edition revised and enlarged Legal Universe Publishing House, Bucharest, 2014, p. 593 24 Alexandru Ţiclea, Changes in the Labour Code by Law no. 12/2015, art. cit, p. 21-22 25 Published in the Official Gazette, Part I, no. 600 of 8 December 1999, as amended by Law no. 161/2003, published in Official Gazette, Part I, no. 279 of 21 April 2003 and GEO no. 40/2003, published in the Official Gazette, Part I, no. 378 of 2 June 2003.

13

Revue europénnee du droit social

LE CADRE INSTITUTIONNEL ET LE CLIMAT DES INVESTISSEMENTS DU SECTEUR PRIVÉ EN ALGÉRIE Dr. Karim SI LEKHAL Docteur en sciences économiques Membre du CEMOTEV Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines - France

Abstract: SME development in Algeria has grown remarkably since 1995, up to now (2014) there are about 700 000 units in the country. An increase is mainly result of public policy incentives for the creation of SMEs. But they still remain fragile, vulnerable and their participation in wealth creation remains weak and some of them are still very small sized enterprises. Their effective development and their contribution to financial growth require a conducive business environment based on private initiatives and strong institutional cohesion. We propose here to make our contribution to understand realities of the business environment of the enterprises in which our entrepreneurs are dealing with, especially their characteristics, advances, weaknesses and opportunities for improvements. Keywords: SMEs , entrepreneurship, investment environment, development, Algeria.

Introduction Atteindre une stabilité macroéconomique, condition préalable et indispensable pour la croissance économique, ne constitue qu’une étape initiale du processus des réformes attendues en Algérie. Il faut aussi un environnement favorable qui encouragerait la création de la richesse, l’innovation et la croissance de l’investissement plutôt que les activités rentières. Des réformes économiques sérieuses sont donc nécessaires pour permettre aux PME d’émerger et de se développer en profitant de toutes les opportunités et de la croissance engendrées par la libéralisation du commerce extérieur et les autres réformes structurelles engagées dans le sens de la modernisation de l’économie nationale1. Par défaut d’un Etat de droit et d’institutions stables et efficaces, la stabilité macroéconomique dont l’Algérie jouit et réalise des indicateurs satisfaisants ne suffit pas à booster les activités économique et industrielle2 du pays. Les investissements directs étrangers (IDE) constituent une opportunité pour le développement des PME, à travers les mécanismes d’externalisation d’une partie de leurs fonctions par exemple (production et service), les opportunités de sous-traitance 1 2

Voir William C. Byrd: « Algérie- contre-performance économiques et fragilité institutionnelle », Confluences Méditerranée, n°45, 2003. Pour Ahmed Boyacoub, les indicateurs des grands équilibres macroéconomiques traduisent une amélioration de la santé de l’économie nationale. Mais ces performances ne réussissent pas à masquer la profonde crise économique et sociale (chômage, crise de logement, baisse du pouvoir d’achat…). D’où l’interrogation sur la qualité des statistiques et des chiffres officiels avancés par les autorités.

14

Revista europeană de drept social

pour les petites et moyennes fabriques, les prestations de services, mais aussi grâce aux partenariats avec des opérateurs locaux et nationaux. Pour l’économiste algérien Norredine Abdi3 les PME algériennes ont des difficultés de jonction avec les IDE, dues essentiellement à leur dimension réduite, qu’elles ne parviennent pas à dépasser et à assumer pleinement leur responsabilité sociale. Elles présentent moins de souplesse que celles du Maroc et de Tunisie vis-à-vis des IDE et des investissements nationaux. Ainsi, par cette structure défavorable de la PME algérienne (les Moyennes Entreprises présentent moins de 1% des PME) et son environnement qui est loin d’être propice aux affaires - hormis quelques secteurs (Hydrocarbures, Télécom, BTP) - la grande majorité des acteurs de l’économie algérienne et en particulier les PME ne profitent que très finement de la relative présence des IDE dans le pays. Ces derniers constituent aussi un indicateur efficace sur la qualité des institutions, qui permet d’évaluer la confiance qu’accordent les investisseurs étrangers au cadre institutionnel, législatif et sécuritaire d’une économie. L’objectif principal de cet article est d’étudier le cadre institutionnel et le climat des affaires dans lesquels évoluent les entrepreneurs privés algériens. Il s’agit de tenter de faire ressortir les réalités socioéconomiques du climat des affaires et de l’environnement des entreprises, mais aussi de souligner les avancées réalisées en matière d’amélioration du climat des investissements et de pointer surtout les insuffisances et donc les efforts qui restent à faire. Ce faisant, l’étude fera des recommandations et suggestions en vue d’identifier quelques pistes de réformes ou d’actions susceptibles d’améliorer le cadre institutionnel et le climat des investissements des entrepreneurs algériens. Nous nous baserons dans notre démarche sur les travaux réalisés par la Banque Mondiale et le FMI sur la gouvernance et les études existantes ayant traité la problématique du climat des investissements et celle du développement du secteur privé en Algérie et des IDE. 1. Le cadre institutionnel des PME en Algérie L’action de créer une entreprise et d’investir est conditionnée par plusieurs facteurs, parmi eux, la qualité des institutions politiques, administratives et économiques et leur crédibilité. Les PME ont besoin donc d’un climat sain et stable tant sur le plan politique, économique que social, mais surtout des institutions efficaces et solides qui peuvent les protéger et favoriser leur développement, c’està-dire des institutions de qualité qui peuvent assurer un climat institutionnel propice à la pratique des affaires et au développement. 3

L’auteur, pour y remédier à ce déficit construit sa thèse de la normalisation des PME par les IDE sur deux hypothèses: 1- les IDE peuvent être non seulement un facteur de progrès technique, mais aussi de normalisation de l’entreprise à travers son environnement, 2- la possibilité d’accompagnement d’IDE par une action régulatrice en vue de l’incérer dans un cadre plus propice; pour en facilité le flux en direction des PME-PMI. Voir Norredine AbdiI « L’IDE contribue-t-il à une normalisation de l’entreprise privée algérienne? In Revue Economie et Management, n°07, Tlemcen, 2008.

15

Revue europénnee du droit social

Le climat institutionnel a fait l’objet d’une distinction simple proposée par Lance David et Douglass North (développée par ce dernier en 1990), elle différencie « entre environnement institutionnel et arrangement institutionnel. L’environnement institutionnel renvoie aux règles du jeu, règles politiques, sociales, légales, qui délimitent et soutiennent l’activité transactionnelle des acteurs, alors que les arrangements renvoient aux modes d’utilisation de ces règles par les acteurs, ou, plus exactement, aux modes d’organisation des transactions dans le cadre de ces règles »4. Les auteurs insistent en premier sur la stabilité et la durabilité qui sont essentielles à la caractérisation des ces règles qui « signifient » institutions. Des « règles de jeu » définies par le cadre juridique et réglementaire, auxquelles doit se plier une société et régissent les interactions entre les pouvoirs publics, les entreprises privées et la société civile. Ces règles influent d’une façon significative sur les décisions d’investissement, donc sur l’activité des entreprises et de même sur les perspectives et les rémunérations promises aux agents économiques (OCDE, 2004). Concrètement en Algérie, ce n’est qu’en 2003 que l’acte d’investir a été consacré par l’adoption du décret législatif du 05 octobre 1993, relatif à la promotion de l’investissement. C’est le premier code d’investissement promulgué dans le sillage des réformes économiques et politiques visant l’ouverture de l’économie nationale et dont le contenu s’articule essentiellement sur: le droit d’investir librement, l’égalité entre promoteurs nationaux privés ou étrangers et la création d’une Agence de Promotion, de Soutien et de Suivi des Investissements (APSI) dont le but principal était d’assister les promoteurs des projets dans les formalités administratives à travers son guichet unique (Mouloud et Balattaf, 2009). Il faut signaler que même bien assoupli ce code d’investissement présente des limites et sa mise en œuvre a rapidement buté contre les résistances aux changements et l’immobilisme de tout un environnement qui est censé être au service des PME et de l’initiative privée (Boutaleb, 2006). Des lenteurs administratives qui l’ont rendu fortement inopérant sur le terrain. Pour y remédier et redonner un nouveau souffle à l’initiative privée et à l’investissement, les autorités publiques, à leur tête le Ministère de la PME et de l’artisanat, ont adopté l’ordonnance n°01-03 du 20 Août 2001 relatif au développement de l’investissement5 et la loi d’orientation sur la promotion de la PME de décembre 2001 dont l’objectif est la promotion des investissements privés et la promotion des PME, par l’amélioration de leur environnement administratif et juridique, mais aussi la création d’un Conseil National de l’Investissements (CNI), d’un Fonds d’appui aux investissements qui ont pour mission de promouvoir et de développer les investissements. Or, les résultats effectifs de tous ces dispositifs restent encore très insuffisants sur le terrain, et l’une des raisons principales de leur échec est sans doute la mauvaise qualité du climat des affaires et des investissements, qui se caractérise par une totale invisibilité. 4

Cité par Claude Menard: « l’approche néo institutionnelle: des concepts, une méthode, des résultats », Cahiers d’économie politiques n°44, l’Harmattan, 2003. 5 Cette ordonnance demeure toujours la principale référence en termes d’investissements en Algérie.

16

Revista europeană de drept social

2. Le climat des investissements des PME algériennes Mais d’abord, qu’entendons-nous par le climat des investissements? Dans son rapport sur le développement dans le monde, la Banque Mondiale (2005) définie le climat de l’investissement comme « l’ensemble des facteurs propres à la localisation de l’entreprise, qui influent sur les opportunités de marché ou le désir des entreprises d’investir à des fins productives, de créer des emplois et de développer leurs activités. Les politiques et le comportement des pouvoirs publics ont une influence très importante en raison de l’incidence qu’ils ont sur les coûts, les risques et les obstacles à la concurrence »6. Dans ce rapport l’entreprise constitue la pierre angulaire du cadre d’analyse. Il entend par le terme « entreprise » l’ensemble des agents économiques privés, quels que soient leurs dimensions, depuis les petits agriculteurs, les micro-entrepreneurs jusqu’aux unités manufacturières nationales et aux multinationales, quels que soient leurs statuts juridiques ou leurs secteurs d’activités. Cependant, un meilleur climat d’investissement n’a pas seulement l’objectif de fournir des avantages pour les entreprises, mais la finalité souhaitée est de promouvoir la position de l’ensemble des acteurs du corps social et économique. Pour ce faire, les actions d’assainissement du climat des affaires doivent être appuyées par un programme parallèle de développement humain, complémentaire, qui donnerait aux individus, en particulier les pauvres les moyens de se prendre en charge par eux-mêmes, pour qu’ils puissent lancer leurs propres exploitations et saisir les opportunités d’affaires, notamment à travers le crédit solidaire (micro- crédit). Le climat général des affaires s’analyse essentiellement sur trois principaux volets, à savoir: les différents indicateurs de la gouvernance publique, les évaluations du climat d’investissement et les indicateurs de la pratique des affaires (Merzouk, 2009). Selon une étude du FMI (2006) sur le climat des affaires, l’Algérie occupe tout juste la 17ème place sur les 18 pays concernés par le classement, seulement devant l’Ukraine, avec une très faible note pour la qualité de sa gouvernance publique. Pour avoir une vision plus détaillée et plus actualisée de ce climat économique et social qui règne en Algérie des années 2010, nous analyserons dans ce qui suit les aspects des trois volets - précédemment cités - du climat des affaires. 2.1. Indicateurs de la gouvernance La définition de la « gouvernance » est l’action de gouverner, manière de gérer, d’administrer7. Cette notion entend généralement l’action de piloter, de diriger et de gouverner les affaires d’une organisation. Cette dernière peut être un pays, un groupe de pays, une région, une collectivité territoriale ou une entreprise publique ou privée. 6 7

Voir le rapport de la Banque Mondiale sur développement du monde 2005, p. 2. La rousse 2011, p. 475

17

Revue europénnee du droit social

La gouvernance met l’accent sur les formes de coordination, de concertation, de participation et de transparence dans la décision (Belmihoub, 2003). C’est la Banque Mondiale qui a avancé en premier le concept de la « bonne gouvernance », à partir des années 1990 et l’agence à la façon de manager (de gérer) ou de réformer institutionnellement les différentes administrations, à des choix et des orientations de politiques et à l’amélioration de l’efficacité des services publics. Et c’est en 1997, que le programme des Nations Unies pour le développement a publié le document fondateur soulignant les caractéristiques de la « bonne gouvernance » dans le domaine du développement8. Selon ce rapport, la bonne gouvernance peut signifier simplement l’application d’une gestion efficace, d’une gouvernance démocratique et participative. Qu’en est- il de l’état de la gouvernance en Algérie? L’indicateur de gouvernance conjugue la qualité des administrations, les indices de la gestion publique (stabilité, corruption, prévisibilité des politiques…) et ceux qui construisent la gouvernance (statuts et salaires de la fonction publique, les processus de sélections et d’élections…). Selon le rapport du PNUD sur le développement humain (2010) l’Algérie est classée à la 104ème position sur un ensemble de 182 pays concernés. Rappelons, ici, que l’Indice de Développement Humain est un indicateur qui mesure le niveau moyen réalisé par un pays sur trois volets essentiels, à savoir: l’espérance de vie et la santé, l’instruction et l’accès au savoir et le niveau de vie calculé par le PIB par habitant. Cependant, ce même rapport classe le pays en 9ème position dans le classement des nations ayant montré la plus forte progression de l’IDH sur la période de 1970 à 2010 et à la 5ème place en termes non monétaires. Une nette progression qui résulte des efforts fournis en matière de politiques publiques dans les domaines de l’éducation et de santé9. Il faut dire que le programme de la relance de l’économie nationale implique un engagement financier de 286 milliards de Dollars dont bénéficient pratiquement tous les secteurs (Mouhoubi, 2012). Un intérêt particulier est porté pour les projets structurants et ceux du secteur économique. Et dans ce cadre plus de 40% des ressources ont été allouées pour l’amélioration du développement humain: les objectifs fixés est la réalisation de 5000 établissements de l’éducation nationale, plus de 1500 infrastructures de santé … Il faut noter que depuis le lancement de ce programme beaucoup de grands projets ont été réalisés, notamment en termes d’infrastructures de bases (routes, autoroutes, logements, barrages …), mais des manquements demeurent, les résultats sont bien en deçà des objectifs et le défi majeur de construire une économie hors hydrocarbures, moderne et compétitive, est loin d’être atteint. En dépit des moyens financiers engagés, le pays enregistre une croissance de l’ordre de 3,5 à 4% essentiellement tirée par la dépense publique, elle est donc une 8

9

Voir: La gouvernance urbaine dans tous ses états, GEMDEV – AMODEV, rapport du ministère de affaires étrangères européennes, Janvier 2008. Voir le Rapport PNUD 2010. Développement humain: « la vraie richesse de nations: les chemins du développement humain.

18

Revista europeană de drept social

croissance extensive et pas durable. Car l’Etat ne dispose pas de ressources illimitées, et le chute du prix du baril de près de 36% depuis janvier 2014 pour atteindre les 60$/ baril en décembre en est une preuve irréfutable de cette fragilité. Pour rappel, l’Algérie était déjà classée par l’IDH établi pour 173 pays à la 107ème place en 2003, alors qu’elle occupait la 82ème position en 1994 et la 100ème en 2001! Un recul dans le classement dû à la régression du niveau de vie des algériens – excepté une petite frange favorisée – qui s’est traduit en chiffres par une baisse du PIB par habitant, mais surtout par un recul continu du pouvoir d’achat des couches moyennes (cadres, enseignants fonctionnaires…). Cette situation signifie que la richesse dont dispose le pays qui est loin d’être négligeable est mal gérée et incorrectement répartie. Elle exprime aussi la faible « Productivité Globale des Facteurs (PGF) » qui demeure négative en Algérie depuis au moins deux décennies. La P.G.F est une technique de mesure économétrique utilisée pour évaluer la performance passée et future de la croissance d’une économie, les capacités de rattrapage par rapport à d’autres économies et les différences de niveaux de revenus de croissance (Boutaleb, 2004). Plus encore, selon une étude de la Banque Mondiale « Gouvernance Indicateurs » (2003) l’Algérie est classée une fois encore dans les derniers rangs sur les 173 nations de l’ONU en matière d’efficacité de gouvernement, de la qualité de la régulation et de l’Etat de droit, et du contrôle de la corruption. L’indicateur « d’instabilité politique et violence » classe le pays, lui aussi, parmi les plus instables et où les violences règnent10. Une condition défavorable à la pratique des affaires qui induit un goulot sur les investissements productifs et décourage de fait les initiatives privées locales et étrangères, alors qu’il est unanimement reconnu que la bonne gouvernance est un préalable à tout développement humain, industriel, technologique… 2.2. Evaluation du climat des investissements en Algérie L’évaluation du climat des investissements concerne l’appréciation qu’ont les agents économiques et les chefs d’entreprises en particulier de la situation et du climat dont ils mènent leurs investissements et la vue qu’ils portent sur les opportunités et la sévérité des contraintes qui gênent le fonctionnement et le développement de leurs entreprises. En d’autres mots, il s’agit de la qualité des services de l’administration, des politiques publiques, de la disponibilité des structures et des infrastructures urbaines publiques, de la qualité du marché de la main d’œuvre, de la nature du fonctionnement du marché des capitaux et des marchandises, de l’efficacité du dispositif législatif et des possibilités d’exécution des contrats, de la politique fiscale et des procédures douanières… Sur tous ces points, encore une fois, selon le rapport Doing Business de la Banque Mondiale 10

Pour plus d’informations, Voir Boutaleb. K: « Démocratie, Etat de droit et bonne gouvernance en Afrique: le cas de l’Algérie », Communication au Colloque International sur « le développement durable: leçons et perspectives », Ouagadougou, du 01 au 04 Juin 2004.

19

Revue europénnee du droit social

(2010), l’Algérie continue a trainé dans les classements. Elle occupe la 136ème place sur un ensemble de 183 pays touchés par l’étude en termes de facilités à faire des affaires. Il est important de signaler ici qu’en termes de protection des investisseurs, l’Algérie réalise en 2011 le même indicateur que la Tunisie, à savoir la 74ème place et même beaucoup mieux que celui obtenu par le Maroc (154ème position). Une situation qui peut s’expliquer, en grande partie, par l’embellie des finances publiques, mais surtout par la forte amélioration de la situation sécuritaire dans le pays, après la décennie de la guerre civile qui a durée près de 12 années. Le graphique suivant illustre le rang occupé par l’Algérie en termes de climat des investissements. Classement selon l’indice global du climat des investissements (2010 –2011)

Etabli à par nous soins à partir du rapport Doing Business de Banque mondiale, 2010.

2.3. Indicateurs de la pratique des affaires L’indicateur de la pratique des affaires consiste à mesurer l’impact de la législation et de la réglementation sur les entreprises et leur environnement: des indicateurs qui concernent la création de nouvelles entreprises, l’octroi des différentes licences et autorisations d’exploitations, l’enregistrement et la protection de la propriété, l’obtention de prêts bancaires, l’exécution des contrats et des décisions de la justice... Le tableau suivant résume les classements obtenus par l’Algérie selon les différents indicateurs de la pratique des affaires pour l’année 2010 -11 sur un ensemble de 183 nations.

20

Revista europeană de drept social Classements de l’Algérie selon les indicateurs de pratiques des affaires

Classements par catégorie Création d’entreprise Octroi de permis de construire Transfert de propriété Obtention de prêts Protection des investisseurs Paiements des impôts Commerce transfrontalier Exécution des contrats Fermeture d'entreprise

DB 2011 Classement 150

DB 2010 Classement 147

Variation dans le classement -3

113

111

-2

165 138

159 135

-6 -3

74

73

-1

168

167

-1

124

122

-2

127 51

124 51

-3 Aucun changement

Source: Banque Mondiale (2010) Doing Business Algeria.

De l’analyse de ces différents classements ressort, à première vue, des variations négatives dans le classement de l’Algérie sur l’ensemble des indicateurs. Autrement dit, son climat des affaires n’a pas cessé de se détériorer pour régresser d’une moyenne de 2,6 points sur tous les classements de 2010 à 2011. Ainsi l’ambiance dans la pratique des affaires en Algérie est passée de la 132ème position en 2008 à la 136ème place en 2010. En comparant les indicateurs réalisés par les économies de la région Afrique du Nord et Moyen Orient, le rapport de la Banque Mondiale (2010) ressort que l’Algérie possède le climat des affaires le plus défavorable de toute la zone, et par conséquent, le moins attractif pour les IDE et le plus contraignant pour le développement des PME. La plupart des indicateurs réalisés par l’Algérie demeurent encore loin de ceux atteints par les pays de l’OCDE. Comme le montre bien le tableau suivant: Indicateurs de facilités pour la création d’une entreprise

Indicateurs

Algérie

Procédures (nombre) Délai (jours) Coût (% du revenu par habitant) Capital minimum versé (% du revenu par habitant)

14 24 12,9

Moyen-Orient et Afrique du Nord 8,1 20,0 38,0

34,4

104,0

OCDE 5,6 13,8 5,3 15,3

Source: Banque Mondiale (2010) Doing Business Algeria.

Ce rang inconfortable attribué à l’Algérie par le rapport Doing Business est motivé principalement par la lourdeur de la fiscalité sur les entreprises et les procédures administratives qui ne cessent pas de se complexifier d’année en année. Au moment où les autres pays de la région améliorent leurs indicateurs, comme 21

Revue europénnee du droit social

c’est le cas, notamment de la Tunisie, qui est passée de la 117ème position en terme de paiement des impôts en 2010 à la 58ème position une année après, selon le même rapport, alors que l’Algérie peine encore à améliorer son environnement des affaires. Sur les 183 pays concernés par ladite étude, l’Algérie est de loin le pays où la pression fiscale sur les PME est la plus élevée, pour atteindre un classement de 168ème rang sur l’ensemble des économies comparées. Même si le taux d’imposition sur les bénéfices des entreprises algériennes s’est nettement amélioré ces dernières années, pour passer de 42% en 2000 à 30% en 2010, cela demeure insuffisant et la fiscalité reste relativement l’une des plus pesantes de toute la région MENA, avec le plus grand nombre de taxes à supporter annuellement par les entreprises, soit un total de 34 impôts (Marzouki, 2009), une taxe professionnelle de 2% sur le total des ventes, une taxe sur la valeur ajoutée de 17% ... Une situation de pression fiscale qui pousse une bonne partie des entrepreneurs à se blottir dans la sphère informelle pour ne pas avoir à subir de tels prélèvements. Une fuite de l’impôt largement encouragée par une corruption qui ne cesse de gagner davantage de terrain sur l’exercice légal des affaires. D’où l’urgence d’une réforme fiscale, très profonde, que les autorités n’ont pas encore réussi à mener par manque de volonté politique sincère, qui s’explique, en grande partie, par une situation de rente confortable qui profite à une infime minoritaire qui n’a pas intérêt à ce que les situations de rentes changent. Précarisant ainsi une majorité de plus en plus nombreuse d’Algériens. 2.4. Des infrastructures insuffisantes Dans le débat économique, le lien causal entre la qualité et le stock d’infrastructures et la croissance économique reste encore problématique. Il y a des économistes qui considèrent les infrastructures comme un élément pouvant dynamiser la croissance économique, alors que pour d’autres le lien est inverse, c’est-à-dire, c’est la croissance qui engendre une amélioration des infrastructures ou du moins la provoque. Mais l’effet des infrastructures sur la croissance et la productivité est unanimement reconnu par la plupart des spécialistes et leur importance augmente quand il s’agit de vastes territoires. Elles sont à l’origine « d’externalités spatiales » qui signifient la réduction des coûts (économies d’agglomérations). Leur développement permet de créer des synergies entre les différentes régions d’un même pays: l’Algérie avec ses 2 381 741 km² et entre les économies d’une même région (Maghreb). Aussi l’élargissement et l’ouverture de nouveaux marchés participent au développement des investissements - donc des PME - et à l’approfondissement de la division du travail au niveau régional, ce qui influencerait positivement la productivité des entreprises en place11. 11

Voir Benhabdellah. Y: « Le développement des infrastructures en Algérie: quels effets sur la croissance économique et l’environnement de l’investissement? Communication présentée au Colloque International du 17&18 Octobre 2008 à Rabat sur « Ouverture et émergence en méditerranée »

22

Revista europeană de drept social

Qu’en est-il des infrastructures en Algérie? De 1970 au années 2000, le développement des infrastructures de base en Algérie n’a pas été vraiment une priorité pour les autorités politiques chargées du développement du pays. D’ailleurs, les montants qui leur ont été alloués par les décideurs étaient inférieurs à 25% du budget d’équipements12. Globalement, le pays connaît donc un retard flagrant dans ce domaine. La grande majorité des infrastructures de base (routes, chemins de fer, transports…) et moyens de communication réalisés se situent uniquement dans les régions côtières, qui regroupent les complexes industriels, les sociétés nationales et le plus grand nombre de PME. En dépit des progrès réalisés ces dernières années grâce à l’excellente situation financière du pays, des déficits en structures nécessaires au développement demeurent dans plusieurs domaines et particulièrement dans les régions intérieures du pays, comme le grand sud, mais surtout le retard accumulé est flagrant dans le domaine des nouvelles technologies d’information et de communication, qui constituent une formidable révolution, par leur réduction des distances, des coûts mais surtout du fait qu’elles permettent d’échanger et de partager des quantités énormes d’informations économique, financière et technologique en temps réel entre filiales et entre opérateurs économiques. Usage des télécommunications dans les pays du Maghreb (2001)

Année 2001 Internet PC Téléphone (fixe &mobile)

Algérie 2 7 64

Maroc 13 14 196

Tunisie 41 24 149

Source: William C. BYRD, Avril 2003. *pour 100 000 habitants

En termes d’infrastructures de communication, l’Algérie se situe, comme le montre ce tableau, encore une fois de plus derrière ses voisins, la Tunisie et le Maroc. Un retard accumulé surtout durant la décennie de la violence généralisée (1991-2000), mais aussi depuis 10 ans, le secteur de télécommunication fait l’objet de conflit d’usure entres les différents barons du système paralysant tout développement et bloquant tout projet de concurrence13. De nos jours, le domaine des TIC reste encore sous développé en Algérie et le taux de pénétration de l’outil informatique dans le marché reste relativement faible en comparaison avec les économies méditerranéennes (en 2001, la France comptait déjà respectivement, 264, 338 et 1 179 usagés pour Internet, PC et Téléphone / 100 000 habitants). Et comme nous l’avons précédemment noté, les PME algériennes demeurent faiblement équipées avec une sous utilisation de l’outil informatique et d’Internet, comme moyens de collecte et de traitement de l’information utile à la prise de décision (Kadri Massaid, 2010). 12

Voir Zakane. A: « Le rôle des infrastructures dans la croissance de l’économie algérienne: essai d’analyse économétrique » in Revue des Sciences Commerciales et de Gestion, ESC d’Alger, n° 3 avril 2004. 13 William Byrd: « Algérie, contre-performances économiques et fragilité institutionnelle », op. cit.

23

Revue europénnee du droit social

Outre ce déficit des TIC, l’économiste Byrd pointe aussi le problème de distribution d’eau dans les zones résidentielles et sont impact négatif sur l’industrie et l’implantation de nouveaux investisseurs. Il cite une étude de la Banque Mondiale, dont ressort que les entreprises algériennes souffrent d’un handicap compétitif par rapport à leurs voisines marocaines. Nombre de jours sans eau pour les entreprises en Algérie

Petite entreprises Grandes entreprises

Algérie 54 17

Maroc 3 3

Source: Willaim C. BYRD, Avril 2003.

Concernant, les infrastructures routières et les transports, d’importantes structures sont réalisées en Algérie ces dernières années, et la plus importante est le projet de l’autoroute est-ouest14 (1 216 Km en cours de réalisation). Il importe aussi de souligner que l’Algérie possède tout de même le réseau routier le plus important des pays du Maghreb, avec plus de 90 000 Km, même si la qualité de ces routes ne suit pas souvent. Le déficit qui demeure depuis plus d’une décennie concerne surtout l’entretien de ces routes et les chiffres du Ministère de travaux publics illustre bien ce constat de dégradation: sur 24 436 Km revêtus, 13 768 sont bons, 6 217 moyens et 4 451 de mauvais (Kadri- Messaid, 2010). Dans les communes, l’état des « routes communales » est d’une grande dégradation, due principalement à l’insuffisance des budgets de ces collectivités. La réhabilitation de toutes ces infrastructures demanderait une grande enveloppe financière, que le pouvoir central n’a pas jugée comme une priorité pour l’instant et la chute des prix du pétrole n’arrange certainement pas ce défi. Qui nécessiterait des sommes colossales qui sont largement hors des capacités financières de la plupart des communes algériennes, faute d’une fiscalité territoriale et communale juste, efficace et cohérente. 3. Les perspectives d’amélioration Après avoir examiné les caractéristiques du cadre institutionnel et le climat des affaires dans lesquels évoluent les entrepreneurs algériens et fait ressortir ses faiblesses, il convient à présent engager l’analyse des voies qui pourraient être celles de leur amélioration. Bien sûr l’identification de ces pistes de réformes entretient une relation très forte avec l’examen particulier des causes du climat 14

Il est important de souligner que le coût du projet était initialement estimé à quelques 3 milliards de Dollars, or, il a déjà englouti un peu plus de 11 milliards. D’énormes suppléments de budgets (9 milliards) qui s’expliquent par l’ampleur du phénomène de la corruption qui caractérise le secteur des travaux publics en Algérie. La presse nationale a rapporté de nombreux scandales de corruption au sujet de cette autoroute.

24

Revista europeană de drept social

d’investissement défavorable que nous venons de mener dans cette démarche. Nous n’avons pas, ici, la prétention de proposer toutes les réformes possibles mais seulement les plus déterminantes, que les économies abouties ont déjà mises en œuvre. En somme, il apparaît qu’en Algérie, et tous les décideurs et acteurs économiques nationaux et étrangers sont unanimes, que le climat des investissements demeure critique en raison de la multitude des obstacles qui caractérisent le système économique national, qui empêchent la valorisation de ses entrepreneurs (Guerid, 2013). L’amélioration de l’environnement d’entreprise et de l’attractivité des IDE suppose d’agir sur plusieurs plans pour espérer à lever les contraintes qui bloquent la concrétisation de milliers de projets d’investissements, dont les plus importantes sont l’accès aux capitaux qui constitue le premier obstacles pour la plupart des chefs d’entreprises, la complexités des procédures administratives, les obstacles bureaucratiques qui empoisonnent la vie des entrepreneurs, la corruption qui ne cesse de gangréner des pans entiers des institutions publiques, l’instabilité législative et juridique que redoutent les promoteurs nationaux et étrangers, le récurrent problème d’accès au foncier industriel dont les délais peuvent prendre des années, le manque d’une main d’œuvre qualifiée …etc. Il faut dire que depuis quelques années les différents gouvernements algériens en fait de l’amélioration du climat des investissements une priorité dans leur politiques économiques de développement, des efforts considérables ont été fournis, des avancées sont réalisées mais beaucoup reste à faire, pour espérer améliorer le rang qu’occupe le pays dans les classements annuels des institutions internationales (FMI, BM, Doing business …) et le hisser au niveau des standards internationaux en termes d’entrepreneuriat et de création d’entreprises. Rappelons ici que l’Algérie est très en retard non seulement par rapport aux ambitions qu’elle s’est fixées, mais aussi par rapport à la moyenne de la population d’entreprises dans les pays de la région MENA. Le tout récent rapport Doing Business 2015 de la Banque mondiale, qui traduit la réalité du climat des affaires, a encore fait perdre sept places à Algérie, classée dorénavant 154ème sur 189 pays concernés. Ce qui explique le peu d’empressement des multinationales et des IDE productifs à s’implanter sur le territoire national (seulement quelques 2 milliards de Dollars d’IDE en 2013). Le pays manque d’entreprises (700 000 PME en 2014 dont 95% sont des TPE familiales. A titre d’exemple le Maroc en compte plus de 1,5 millions de PME) et crée peu d’unités en comparaison avec des économies du même niveau, soit quelques 70 unités pour 100 000 habitants alors que les pays voisins (Maroc, Tunisie) en créent en moyenne 350 PME pour la même population (Berrah et Boukrif, 2011). La résolution des problèmes économiques de l’Algérie passerait par la dynamisation du secteur des PME-PMI; et l’amélioration de l’environnement des affaires est un préalable à l’essor effectif de ce secteur (Lamiri, 2013). Des déclarations de bonnes intensions existent, cette thématique a fait et en fait encore 25

Revue europénnee du droit social

l’objet de larges débats dans les différents cercles économiques, universitaires et politiques nationaux. Celles-ci débouchent le plus souvent sur la nécessité impérieuse de mener de sérieuses réformes pour rendre plus attractif l’environnement de l’entreprise algérienne et le climat des affaires, qui constituent une condition sine qua non pour faire redécoller l’investissement privé et par voies de conséquences le tissu productif national. Cependant, la multiplication des déclarations d’intensions et des assises nationales ne suffit pas, il faudrait une véritable volonté politique pour mener à bien des réformes courageuses et des politiques sectorielles cohérentes. Pour rebondir et permettre à l’économie nationale de réussir sa diversification et donc sa transition vers une économie moderne, il faudrait revenir à la création de la richesse pour répondre, dans un premier temps, à la demande intérieure grandissante et réduire donc les importations qui avoisinent les 60 milliards de dollars en 2014. Ce qui implique que l’entreprise productive soit placée au centre de toutes les stratégies de développement, qu’elle dispose d’un environnement d’investissement stable et sûr, en assurant notamment la continuité des politiques développées, la réduction de la fréquence et de l’imprévisibilité des changements législatifs et règlementaires, la stabilité macroéconomique et l’élimination des règlementations arbitraires. Tout ce toilettage doit servir l’entreprise et seulement l’entreprise, car celle-ci occupe une place centrale dans le processus de développement de toutes économies abouties. Elle constitue, en effet, la source première de la production des biens et services et de création d’emplois, participant ainsi, pour une grande part, au financement de l’action des pouvoirs publics et du fonctionnement de l’Etat, à travers les prélèvements fiscaux dont elle fait l’objet. Quant à l’ingénierie opérationnelle pour assainir le climat des affaires en Algérie et pouvoir améliorer la position du pays dans les classements internationaux, elle est disponible chez les experts nationaux et ceux de la diaspora (Mekkideche, 2014). Cela passerait aussi par le recours à l’expertise étrangère qui pourrait être d’un grand apport à cette ambition, et ce dans le cadre de partenariats entre bureaux d’études algériens et étrangers qui donneront des échanges d’expériences et des transferts de savoir-faire. Dans le même sillage, la dernière conférence nationale sur le développement économique et social a bien montré l’urgence d’affranchir l’économie nationale de sa dépendance aux hydrocarbures (97% des recettes nationales proviennent de l’exportation des hydrocarbures) et la nécessité de la diversifier. Les principales recommandations issues de cette Conférence sur le développement économique et social - reprises par la presse nationale - sont les suivantes: – Revoir le mode d’allocation de la ressource foncière; – Elargir l’offre foncière au profit des investissements industriels; – Réhabilitation des zones industrielles existantes et mobilisation des actifs dormants; – Améliorer les services bancaires offerts aux investissements industriels; 26

Revista europeană de drept social

– Instaurer une concurrence saine et loyale et agir vigoureusement pour éliminer l’informel; – Mettre en place un plan d’actions en vue d’améliorer le climat des investissements; – Identifier les filières industrielles prioritaires à encourager; – Mettre en place un conseil national du développement industriel; – Promouvoir le partenariat public / privé national et national / étranger; – Adapter le cadre réglementaire et légal régissant le partenariat sur la base notamment d’études comparatives de l’environnement légal réglementaire des pays les plus performants en matière d’IDE; – Elaborer sans délai des normes susceptibles de protéger la production nationale et les flux commerciaux. Nous adhérons aux propositions effectuées ici, qui ne présentent pas un caractère exhaustif (et peuvent être complétées), et plaidons surtout pour leur mise en œuvre de manière effective, car cela fait plus de deux décennies que les différents gouvernements essaient (en vain) de construire une économie moderne, capable de créer des richesses et des postes d’emplois pour les milliers de jeunes diplômés algériens qui peinent à entrer sur le marché du travail. Une chose est certaine, le développement économique et social du pays exige l’élaboration d’une stratégie cohérente à long terme où la démocratie assure la justice sociale et le respect du droit, car si un marché est sans droit, les investisseurs n’auront ni droit de propriété, ni justice sociale, ni protection quelconque. Autrement dit, il faudrait améliorer la protection des investisseurs et détenteurs de capitaux, améliorer la gouvernance des entreprises, instaurer l’intégrité commerciale et combattre la corruption et l’informel qui polluent et entravent le développement des investissements nationaux et les IDE. Insistons ici, que l’indépendance de la justice est un pilier de lutte contre la corruption et constitue une condition incontournable dans la réussite du long processus de construction et de développement du pays. Il demeure aussi que la cohérence institutionnelle est un préalable à l’émergence économique, l’exemple des pays émergents illustre le rôle que jouent les institutions stabilisées et cohérentes dans le processus de transition et de développement économiques. Les institutions, avons-nous noté, englobent tous les systèmes de règles mis en place par une société et un Etat pour encadrer les activités économiques, sociales et politiques sur le territoire national. Les institutions peuvent être de nature formelle, qui signifie qu’elles sont sanctionnées par des textes officiels (lois et règlements) ou informelle telles les habitudes collectives ou les conventions sociales (Vercueil, 2012).

27

Revue europénnee du droit social

Conclusion Le constat a été fait dans la présente démarche. Le secteur privé algérien a indéniablement pris une ampleur considerable au cours de ces deux dernières décennies, en dépit de tous les obstacles. La création d’entreprise y apparaît encore comme un véritable parcours de combattant; et le cadre juridique demeure contraignant et n’encourage pas l’émergence de grands champions nationaux du secteur privé, comme dans les économies émergentes. Conséquence directe, le pays manque d’entreprises. Pour y remédier, l’Algérie est très certainement appelé a améliorer ses classement en termes du climat des investissements, de la pratique des affaires et d’attractivité des IDE, productifs surtout. Un climat des affaires favorable aux entrepreneurs requière, aussi bien, une considération par les administrations publiques, que par une large frange de la population algérienne fortement imprégnée des valeurs égalitaires propres à la mentalité étatiste héritée de l’ère socialiste, qui continue à avoir une conception étriquée du secteur privé. Dans ce sens le rôle du gouvernement est de mettre en place des réformes structurelles visant l’amélioration du climat politique, économique et juridique, et surtout le renforcement des capacités de l’administration publique en gestion. Cela passerait par l’assouplissement des réglementations et du droit des affaires en faveur des entrepreneurs pour renforcer leur liberté d’entreprendre et de leur légitimité sociale, et ce en associant, notamment les syndicats patronaux aux consultations et débats sur les réformes à mener et les perspectives. En somme, l’Etat algérien et ses institutions sont appelés à œuvrer pour assurer un environnement socioéconomique stable et favorable à l’activité des firmes. Cet environnement d’entreprise concerne essentiellement la disponibilité des infrastructures dont les acteurs économiques ont besoin: l’accès aux ressources (crédits, foncier, eau, gaz, téléphone et internet …) nécessaires pour la création d’une entreprise et la promotion de ses investissements; la fiscalité incitative, la simplification des procédures d’autorisations préalables … Cet environnement sain a certes besoins de contrôle ou plutôt de régulation, mais surtout de confiance des acteurs économiques dans les institutions du pays, qui constituent un préalable à la réussite de la transition vers d’une économie moderne et productrice de richesses, seule capable se sortir l’Algérie de la situation de sous développement et d’hyperdépendance des hydrocarbures qui dure depuis l’indépendance en 1962. Références bibliographiques ABDIL, N. L’IDE contribue-t-il à une normalisation de l’entreprise privée algérienne?, In Revue Economie et Management, n°07, Tlemcen, 2008. BEBHABDELLAH, Y. Le développement des infrastructures en Algérie: quels effets sur la croissance économique et l’environnement de l’investissement?, Communication présentée au Colloque International du 17et 18 Octobre 2008 à Rabat sur l’Ouverture et émergence en méditerranée.

28

Revista europeană de drept social BELMIHOUB, M-C. Efficacité institutionnelle et performance des entreprises: Essai sur la nouvelle gouvernance des rapports Etat/Entreprises, communication au colloque international « Importance de la transparence et intégration effective dans l’économie mondiale », Alger, 30 Juin 2003, Algérie. BERRAH, K et BOUKRIF, M. La problématique de la création des entreprises: une application sur les PME algériennes, communication présentée à Conférence internationale sur l’économie et gestion des réseaux, Université Ibn Zohr, Maroc du 21 au 23 novembre 2013. BOUTALEB, K. Démocratie, Etat de droit et bonne gouvernance en Afrique: le cas de l’Algérie, Communication au Colloque International sur « le développement durable: leçons et perspectives », Ouagadougou, du 01 au 04 Juin 2004. BYRD, C. Algérie- contre-performance économiques et fragilité institutionnelle, in Confluences Méditerranée, n°45, 2003 GRIM, N. Entrepreneurs, pouvoir et société en Algérie, édition Casbah, 2012, Alger GUERID, O. L’investissement direct étranger en Algérie: impacts, opportunités et entraves, in Recherches économiques et managériales, n° 03, juin 2008. GUERID, O. Climat des investissements en Algérie: insuffisances et perspectives d’amélioration, in Recherches économiques et managériales, n° 13, juin 2013. KADRI MESSAID, H. Comprendre le développement local en Algérie, in Entrepreneurs Maghrébins, Karthala, 2010 LAMIRI, A. La décennie de la dernière chance: émergence ou déchéance de l’économie algérienne, édition Chihab, octobre 2013. MEKIDECHE, M. Climat des affaires et attractivité des investissements: la nouvelle priorité économique en Algérie, in Supplément Economie de liberté du 12 novembre 2014. MERZOUK, F. PME et compétitivité en Algérie, in revue Economie et Management, n° 09, Octobre 2009, Tlemcen. MOUHOUBI, S. L’Algérie face aux chocs extérieurs, édition Harmattan, 2012, Paris OULD AOUDIA, J. Croissance et réformes dans les pays arabes méditerranéens, édition Karthala, juillet 2008. SALAMI, Y. Un pack de mesures pour le [l’investissement productif] relancer, in Supplément Economie de liberté du 12 novembre 2014. SASSI, M. Comment améliorer le climat des investissements dans la région méditerranéenne? in UMCE, the voies of business en the Mediterranean, novembre 2006. SI LEKHAL, K. La difficulté de financer les PME dans un contexte de forte asymétrie d’information: cas des PME algériennes, Algerian Business Performance Review, n° 03, p.19-32, Juin 2013. SI LEKHAL, K, KORICHI, Y et GABOUSSA, A. Les PME en Algérie: Etat des lieux, contraintes et perspectives, Algerian Business Performance Review, n° 04, p.29-49, Décembre 2013. SI LEKHAL, K. Le financement des PME en Algérie: réalités et perspectives, Thèse de Doctorat en sciences économiques, Université de Versailles Saint Quentin, France, soutenue le 20 juin 2014. STIGLITZ, J. La grande désillusion, édition Fayard, 2004, Paris. Rapport de synthèse de l’OCDE: « Promouvoir les PME pour œuvrer au développement », 2004, Paris. Rapport de la Banque Mondiale sur « développement du monde » 2005. Rapport sur « La gouvernance urbaine dans tous ses états », GEMDEV – AMODEV, Ministère de affaires étrangères européennes, Janvier 2008. Rapport PNUD sur le « Développement humain: « la vraie richesse de nations: les chemins du développement humain », 2010. VERCUEIL, J. Les pays émergents: mutations économiques et nouveaux enjeux, édition Bréal, 3ème édition juillet 2012, France.

29

Revue europénnee du droit social

DOMICILE AND RESIDENCE OF INDIVIDUALS UNDER EC LAW AND ALBANIAN LEGISLATION Blendi HIMÇI University of Elbasan, Albania

Genta Tafa BUNGO Bar of Tirana, Albania

Abstract: The concept of domicile and that of residence are considered as binding factors in private international law. In particular, in the field of taxation, these concepts affect directly to the right of the state to tax individuals (even companies). This paper will examine, first, the concept of domicile, not only because it has traditional importance, but also because it makes it easier for an understanding of the concept of residence, which appears in various forms. Evolving these concepts will be done in two perspectives: first, domicile and residence under EU law, and secondly, domicile and residence in Albanian legislation, focusing on tax law and tax agreements concluded by the Republic of Albania. Keywords: domicile, tax law, legislation, residence, civil law

1. The Meaning of Domicile The term "domicile" is considered not only as Connecting factor for the rules of international private law. This term is also important in the right tax, which is considered Connecting factor in relation to inheritance tax and income tax. Domicile is a legal concept more technical and therefore becomes hard its definition. Different European countries legislation provides different definitions of the term "domicile". This difference becomes apparent in particular pot of comparing legislation that belong to different families of law, civil law and common law. If we refer to English law in general, the domicile is considered the same term "permanent home", while according to the tax legislation1, A person is treated as domiciled in the UK if: a) he was domiciled in the UK Within 3 years immediately preceding the relevant time, or b) he Was resident in the UK in not less than 17 of the 20 years of assessment ending with the year of assessment in which the relevant time-falls. Civil law countries have different definitions for the concept of domicile. Swiss legislation2 defines domicile of a natural person as the "state in which he resides-with the intention to remain permanently". So, the Swiss Courts Consider the domicile3 as "the place where the person concentrates domestic history, leisure and professional activities."

1

Inheritance Tax Act 1984 (sec.267). Swiss Federal Code on Private International Law, Art. 20(1)(a). 3 Layton and Mercer, European Civil Practice, London: Sweet&Maxwell 2004, Vol.2, Para.64.051. 2

30

Revista europeană de drept social

According to the French concept, a natural person is generally domiciled in the place where he encounters historic principal Establishment4. Under German law: "a person who settles permanently in a historic place establishes domicile in that place5". According to Austrian law, domicile requires the intention to take up a permanent residence6. Under Italian law, a natural person's domicile is the place he encounters historic Designated as head office for historical business and Interests7. The Belgian Code of Civil Procedure defines the domicile of Physical Persons, nor the place where one is Registered with the Municipal authorities8. What does seem clear in the legislation of these countries is the fact that an individual may have more than one domicile. In some countries, the individual can have only one domicile9, in some others, the individual may have domicile in two different places10, and maybe in some states this fact don’t emerges11 clearly. 2. The Meaning of Domicile under EC Law The concept of "domicile" is also important in EC Law. Under the Brussels I Regulation on Jurisdiction and the Recognition and Enforcement of Judgements in Civil and Commercial Matters, the concept of domicile is used for the Purpose of deciding whether the Regulation applies. Domicile is used as a Connecting factor in the European Enforcement Order Regulation Creating a European Enforcement Order for Uncontested Claims12 and as an alternative to domicile in the European Small Claims Procedure Regulation13. Domicile is used as an alternative to habitual residence in the EC Insolvency Proceedings Regulation14. It should be noted that Regulation provides a definition of domicile for companies, but not for individuals. However Regulation stipulates that the definition of which member state will be applied. Given that the concept of domicile is defined in different ways in different countries, it may be that an individual, at least in principle, to have domicile in different Member States. Will probably create less problems if the Regulation would determine a definition of domicile. For the purposes of the Brussels I Regulation, the states use the definition of domicile under domestic law. Is the case 4

See Art. 102 of French Civil Code. §7(1) of the BGB (German Civil Code). §66(1) of the Austrian Code on Court Organisation and Jurisdiction. 7 Art. 43(1) of the Italian Civil Code. 8 Art. 36 of the Code of Civil Procedure. 9 Such an approach is found in the laws of Denmark, Finland, France, Italy, Switzerland. 10 Art7(1) of the BGB (German Civil Code), Art.66(1) of the Austrian Code on Court Organisation and Jurisdiction. 11 For example Art 28. the Holland Code of Civil Procedure 12 Directive 2004/805/EC of the European Parliament and the Council of 29 April 2004 on the right of citizens of the Union See Arts. 6(1) (d) and 20(3). 13 Art3(1) of Regulation (EC) No. 864/2007 of the European Parliament and of the Council of 11 July 2007 on the law applicable to non-contractual obligations (Rome II), O.J. 2007, L 199/40. 14 Arts. 39 and 40(1) of Regulation No 1246/2000/EC of the European Parliament. 5 6

31

Revue europénnee du droit social

of France, Germany and Austria15. The Belgian legislation does not contain any definition of domicile for the purpose of Brussels I Regulation. But let stop at British legislation. As stated above, the definition of domicile in common law countries is different from the one of the civil law countries. England does not use domicile as a basis of jurisdiction in civil and trade law. This has created a problem for England. Under these conditions, the UK made a special new definition for domicile for the purposes of the Brussels Convention and the Brussels I Regulation. This definition is similar to the definition of domicile in civil law countries. The same thing happened with Ireland. Thus, England and Ireland have two different definitions of domicile, which are used for different purposes. Under English law, for the purposes of the Brussels I Regulation, domicile is equivalent to the state that: a) A person is resident; b) Nature and conditions of his residence indicate that there is a stable relationship with him. The last one is demonstrated by 3 months residence16. 3. Concept of Residence Since the definition of the domicile of an individual is different in the EU Member States, in the civil jurisdiction his research presents interest in order to connect with an individual residence. Under French law, a person has domicile where he has residence17. The same in the Spanish legislation18 and the German19 one. According to the Italian legislation20 transfer of residence means domicile transfer. Under Dutch law the domicile of a person is usually where he is registering at the local civil registry21. Danish law does not make any distinction between domicile and residence22. Individuals need to register the domicile in the local branch of the national registry within 5 days of establishing residence. From an overview of domestic legislation of various states, is notable that there is no single concept of residence. The term "residence" is distinguished from the term "habitual residence" and in common law countries, distinct even from "ordinary residence". But though these last two concepts are not clearly distinguishing between them is evident distinction between domicile and residence. What makes it easier distinctiveness between domicile and residence is the difficulty in changing the domicile. 15

Layton and Mercer, European Civil Practice, London: Sweet&Maxwell 2004, Vol.2, Para. 51.051. Para. 9 of Sch.1 of the Civil Jurisdiction and Judgements Order 2001. Layton and Mercer, European Civil Practice, London: Sweet&Maxwell 2004, Vol.2, Para. 51.051. 18 Id. at para. 62.051. 19 Id. at para. 52.051. 20 Id. at para. 56.051. 21 Id. at para. 58.051. 22 Id. at para 59.051. 16 17

32

Revista europeană de drept social

The opposite occurs in countries civil family law, where the domicile and residence have almost the same meaning. But let us turn to the meaning of residence in the common law countries. In England, the term "resident" is used in three contexts. First, the term is associated with the concept of domicile. In order to acquir a domicile of choice in a country, the individual must swear a resident in that country. Second, British legislation asks the court to identify the various connections with the Countries in question, one of which is residence. Third, the residence is considered as a connecting factor for the purposes of tax law23. We can say the same for the Canadian legislation. While in Australia and the U.S., acquition of a domicile requires Physical presence in a state, Rather than residence24. The residence refers to physical presence in that country as an inhabitant. In this definition the emphasis should be put on the fact of being inhabitant and not just being physically present in a state. If a person who lives in England, spends ten days holiday in Switzerland, he is physically resident there for that period, but we can not say that he is inhabitant. In the context of tax law, the residence of an individual assumes a special meaning. An individual shall be treated as non-UK resident if25: a) The individual is in the UK for some temporary Purpose only and with no intentio of establishing the individuals residence in the UK, and, b) During the tax year in questions the individual spends (in total) less than 183 days in the UK. In the USA, the residence is usually interpreted as the equivalent of domicile26. In civil law countries legislation we find more the term habitual residence. In Germany this term is used as a subsidiary connecting factor27. Under German law the residence is distinguished from habitual residence due to the fact that a person does not need to reside in a place for a minimum of time28. German legislation does not provide any specific definition for habitual residence. Such a definition is provided by the German Federal Court29. Under this definition habitual residence requires a certain level of social integration, and if referred to German academic literature, length of residence, accompanied by the intention to stay, is a qualified parameter to habitual residence30. Swiss legislation refers more to habitual residence than the residence, but requires 2 years of residence as a SUBSIDIARY Connecting factor in Relation to 23

Part 14 of the Income Tax Act 2007. Scoles, Hay, Borchers, Symeonides, Conflict of Laws, Gale Cengage: 4th edition (1 Jun 2004) (Hornbook Series), § 4.18-4.19. 25 Sec. 832 Income Tax Act 2007. 26 Scoles, Hay, Borchers, Symeonides, Conflict of Laws, Gale Cengage: 4th edition (1 Jun 2004) (Hornbook Series), § 4.13 27 Von Hoffmann/Thorn, Internationales Privatrecht, 9, Auflage 2007, München: CHBeck Verlag, Para 71. 28 Id. at para 84. 29 BGH 29.10.1980; BGHZ 78.293. 30 Von Hoffmann/Thorn, Internationales Privatrecht, 9, Auflage 2007, München: CHBeck Verlag, Para 75 et seq. 24

33

Revue europénnee du droit social

the law Applicable to divorce and Separation31. Under Swiss law, the habitual residence of a person is defined as the state in which he lives for a long period, even if this period will be limited in the beginning thought32. But is not determined exactly how much should be this time period. While the Danish and Norwegian legislation makes no distinction between the concepts of domicile and residence. Most civil law countries use it as a connecting factor in the right taxes. Spanish civil code equals domicile with habitual residence, while the Italian civil code equals the residence to the place where a person has his usual housing 33. Most civil law countries identify the residence of a person through his registration in the register of population held by local units. Besides habitual residence in the legislation of some EU Member States we find the term "ordinary residence". Common law jurisdictions consider ordinary residence like a connecting factor in tax laws. Civil law jurisdiction does not considerate this term. But what is the ordinary residence? Ordinary residence does not mean continuous physical presence, but physical presence, up to a constant continuous level, regardless of temporary and randomized absences34. Such a definition is found in the Australian law35. Under British law, ordinary residence and habitual residence refer to the place of residence of a person in a particular country that he has voluntarily chosen and considered as part of the ordinary rule of his life, regardless of the period that he stays there. A person may have habitual residence in two different states at the same time36. We can say that the meaning of habitual residence Within a particular jurisdiction varies to some extend with the context in which the concept-is used. It is difficult to make a final distinction between the two concepts ordinary residence and habitual residence. 4. The Concept of Residence under EC Law Efforts to find a full definition of "residence" are not successful not only in the domestic legislation of the states, but also in the right of the EU. Such a definition is found in the EU Treaties or in Secondary law of the EU. However, it must be admitted that the residence is an important concept in particular to EU treaties that are applied to the free movement of people, services and capital. The term "residence" is used almost extensively in primary and Secondary EU Law. However perkufizimine of this term gjejmene menmyre laconic in EU Legislation, but never at the treaty. 31

Art. 61 of the Swiss Federal Code on Private International Law. Art. 20(1)(b) of the Swiss Federal Code on Private International Law. Art. 43 of the Italian Civil Code. 34 Shah v. Barnet London Borough Council (1983) 2 AC 309 at 341-342, HL. 35 Nygh and Davis, Conflict of Laws in Australia, Chatswood N.S.W.; LexisNexis Butterworths 2002, 7th ed., p.266. 36 Ikimi v. Ikimi (2001) EWCA Civ 873, (2001) 3WLR 672. 32 33

34

Revista europeană de drept social

So, a definition of "residence" is very necessary to Regulation No. 1408/71, therefore, such as in the Art.1 (h): "residence means habitual residence"37. We find the definition of the term residence in Rome I38 and Rome II39 Regulations: "The habitual residence of a person Acting in the course of historical business activity scarf became history principal place of business". While in a treaty level, the term "resident" is used in various fields, but without giving a definition. This term is also used in some of the treaties. First, the term is used in relation to the rights of citizens of the Union. Art. 20 (2) (a) Treaty on the Functioning of the European Union (TFEU) Gives EU Citizens "the right to move and to reside freely within the territory of the member-states." This is further elaborated in Art. 21 TFEU40. We find also the term resident in Art.20 (2) (b) TFEU, where EU Citizens are given: "the right to vote and to stand as candidates in Elections to the European Parliament and in Municipal Elections in Their Member State of residence ". This right is further elaborated in Art.22 TFEU and in Secondary law41. So this term is also used in the area of free Movement of Workers, Art. 48 TFEU, in the field of free Provisions of services, Art.61 TFEU, in the field of free Movement of Capital and Payments, Art. 65 (1) (a) and in the Treaty Provisions Regarding police on border checks, asylym and Immigration, Arts. 77-79 TFEU. We face the notion of residence in Art.11 (e) of Protocol No.7 on privileges and immunities of the EU42. For as much as we can in this paper we can see that for the term resident, there is no definition in the provisions of EU treaties, however, it is used in articles that regulate various issues. 5. Residence under Tax Legislation The concept of residence turns significant in the field of taxation. In particular also for the residence of individuals. As we saw so far, the legislation of different countries, but EU legislation, gives more importance to the notion of domicile and rarely find any definition of residence. But we cannot say this for the tax legislation. We will see below how this term is meaningful in domestic tax 37

Regulation (EEC) of the Council of 14 June 1971 on the application of social security schemes to employed persons and their families moving within the Community, O.J. 1971, L 149/2, as repeatedly amended. 38 Art. 19(1), Second Para., Regulation (EC) No. 593/2008 of the European Parliament and the Council of 17 June 2008 on the law applicable to contractual obligations (Rome I), O.J. 2008, L 177/6. 39 Art. 23(2) of Regulation (EC) No. 864/2007 of the European Parliament and of the Council of 11 July 2007 on the law applicable to non-contractual obligations (Rome II), O.J. 2007, L 199/40. 40 In EU legislation, see Directive 2004/38/EC of the European Parliament and the Council of 29 April 2004 on the right of citizens of the Union and their family members to move and to reside freely within the territory of the Member States, O.J. 2004, L 158/77. 41 See Council Directive 94/80/EC of 19 December, O.J. 1994, L 368/38, as amended, and Council Directive 93/109/EC of 6 December 1993, O.J. 1993, L 329/34. 42 As is known, the protocols attached to the EU Treaties form an integral part thereof.

35

Revue europénnee du droit social

legislation of the countries that belong to common law and civil law, and then we will see the EU tax legislation. 5.1. Residence Under Domestic Tax Legislation The residences of individuals are considered as a connecting factor, which reflects an almost essential close relationship between a country and a person. However, it depends directly from the conception of the national legislation of each country about residence. Tax legislation of different countries exploit the other connecting factors, domicile or nationality or economic ties with the country. Connecting factors such as residence, domicile or nationality commonly are used by states to impose taxation in respect of Worldwide Income, while strong economic ties with the country are used as connecting factors of the states to impose taxation on a source basis. But most of residence countries provides foreign tax credit relief in respect of source country taxes. All states use the concept of residence for tax purposes, as well as for nonfiscal purposes, such as naturalization of citizens, divorce jurisdiction, etc.. But despite different conception made to the residence from different jurisdictions, all of them has a common point: all these conceptions your to put the spotlight on elements of personal Physical presence. What is observed is that the concept of residence includes a quantitative element of a person having in a country some degree of Physical presence characterized by a qualitative element, which is usually personal and non-economic. The element which differs from one country to another is the amount of physical presence in that state or even the type of interest or activity that is considered personal. We found in the domestic legislation as well terms like "ordinary residence", which covers potential gaps in physical presence, or "habitual abode" and "center of vital Interests" (CVI), which are used to describe physical presence in several countries. It should be emphasized once again that the definition of residence usually justifies the imposition of taxation in respect of Worldwide Income. 5.2. Residence Under EU Tax Legislation Just as in the tax legislation of the Member States, even in the EU tax legislation, we note that the term "residence" is used as a factor to allocate taxing jurisdiction between Member States. In the community law we dont find rules in the field of direct taxation. Like tax provisions we can mention only a few EC Directive as: Merger Directive, Parent-SUBSIDIARY Directive, Interest and Royalty Directive and Saving Directive. Direct taxes are regulated by domestic legislation of the Member States. This is also visible from the ECJ43, according to 43

ECJ, 23 February 2006, C-513/03, Van Hilten § 47.

36

Revista europeană de drept social

which, when there is no unification of legislation in the context of the community, are Member States with their tax sovereignty, which define unilaterally or with tax arrangements, the criteria for the distribution of tax authorities. In some law cases, the ECJ accepts that the Member States distribute tax jurisdiction between them on the basis of "residence" (as a result residents are subject to Worldwide taxation in the Member State of residence) and on the basis of "source" (as a result the nonresidentials in a Member State are taxed only on income having its source in that Member State44. In general, the Member States, for the distribution of tax rights between them, refer to the OECD Model Convention for the avoidance of double taxation and the Commentaries published by OECD in Relation to dry Model Convention, but we will examine this issue later. Choosing allocating factor may result in favor or disfavor of the taxpayer, so he can pay more or less tax in the Member State of taxes. Community law does not require harmonization of tax rates, even don’t oblige Member States to prevent double taxation in such a way that the income can be taxed at the lowest tax for both the Member States that concludes the agreement. The right community, however, wants to be treated equally, as residents, as well as non-residents, as domestic income, as well as those created in another member state. In conclusion we can say that this residence in EU tax legislation is seen as a simply guidelines that helps in assigning and assessing tax jurisdiction. 6. Residence under OECD Model Convention As mentioned above, when we speak about taxes and tax authorities, EU Member States refer mostly OECD Model Convention (Hereafter OECD MC) and its commentary. The concept of residence in the context of the OECD MC represents mainly importance in solving those cases where double taxation arising as a result of dual residence of the taxpayer or as a result of colliding source state legislation with that of the state of residence and vice versa. In these cases the conflicts arises because, under their domestic law, one or both the contracting states, pretends that the taxpayer is resident in their territory. As we saw above, most states taxes not only people who have domicile in that state, but also those who can stay there for a certain period. Conventions for the avoidance of double taxation does not stipulate mandatory standard for domestic legislation of the concept of residence. At this point, the contracting states are free to apply their domestic laws. The conflict between the internal legislation of the contracting states arises not because of the meaning of residence, but because of the preference that will be given to which of the laws will apply. The convention 44

ECJ, 15 May 1997, C-250/95, Futura § 22; ECJ, 13 December 2005, C-446/03, Marks&Spencer § 39; ECJ, 29 March 2007, C-347/07, Rewe §69.

37

Revue europénnee du droit social

solves such thing, it explicitly defines which of the two concepts of residence will be given the preference. Art. 4 (1) of the Model Tax Convention on Income and Capital (2008) states: "the term" resident of a Contracting State "Means any person Who, under the law of that State, is liable to tax therein by reason of historic domicile , residence (.....) or any criterion of a similar nature (.....). This term, however, does not include any person Who is liable to tax in that state in respect only of income are from source in that state. " As noted, the definition of residence in the OECD MC refers to the concept of residence according to the national legislation of the Contracting States. Criteria to be classified as "resident of a Contracting State" OECD MC determines, among other things, domicile, residence or any other criterion of similar nature. So in the case of individuals, the definition of residence tends to cover various forms of personal connection with the country in which, according to national legislation, the individual is fully liable to tax45. From the analysis of the second sentence of paragraph 1 of Article 4 of the OECD MC, we see also that does not benefit from their status as "resident of a Contracting State" a person who is subject to tax only the income that creates in the territory of that State or for capital situated in that State. In conclusion we can say that the OECD MC makes a definition of the term "resident", but this definition refers to the domestic law of the Contracting States. The convention undertakes to allocate taxation rights, defining that the legislation of the Contracting States shall apply. 7. Domicile and Residence under Albanian Legislation Albania is one of the last former countries of the socialist camp in the Western Balkans, which came in the way of democratization in the early 90s. During these last 20 years of the country's economic development is accompanied with fundamental changes to the legislation. But let's focus on the study. During the 50 years of communist dictatorship, Albania experienced years of complete isolation. Removal of Albanians abroad for a long time without losing contacts with the country was an impossible dream. Adding to this the fact that in 1969 Albania was proclaimed as the only country in the world without taxes on individuals46 we can’t expect a legal arrangement of the resident term tax framework. The democratization process in the country was accompanied not only with the free movement of people within the country, but also the migration of many Albanian citizens abroad and the establishment of more foreign nationals in the country. 45

Commentary on the OECD MC 2003, Art. 4, No. 8; Wassermeyer, in Doppelbesteuerung, Debatin & Wassermeyer, eds., Munich: Beck, 2004, at Art. 4, No. 2; Vogel, DTC, 3rd ed., Deventer: Kluwer, 1997, at Art. 4, No. 24 a. 46 Nr.4540 decree dated 6.9.1969 of the Presidium of the National Assembly of People's Republic of Albania.

38

Revista europeană de drept social

Albanians efforts to build a capitalist society and a market economy, revealed dozens of accumulated problems. Employing hundreds of Albanians abroad or foreigners in our country has become a permanent source of foreign exchange for the country and affects the stability of the domestic currency, but at the same time is a potential risk for the particular phenomenon of double taxation. This is also why in this moment of review the term resident gets special attention. Let's see first how the term domicile is defined and then residence in the albanian legislation, focusing on later tax legislation. 7.1. Domicile and Residence Under Domestic Law Civil Code of the Republic of Albania makes a distinction between the term "township"47 and the term "residence"48. This law defines township as a country residence, freely chosen by the person himself, which is connected to the work or the permanent location of the property or the realization of interests, and that person usually stays or most of the time. In the conception of the law about township there are important two aspects: first, the person close connection with this country, because of his interests (work, service, location of the property or other interests), and secondly, the period of staying in it (typically or most of the time). Article 12 of the Civil Code also provides that a person can not simultaneously have more than one residence. This means that an individual can not have strong ties and for a long time with two places at the same time. On the other hand, in the law, we find the term "residence of the person"49, a term entirely distinct from the residence. From a comparison of definitions given respectively in article 12 and 14 of the Civil Code, the distinction between the two concepts is given in the verb. As for residence it is used the verb "lies" in the case of residence the law uses the verb "is". In the first case the attitude is a result of its duration (usually or most of the time), while in the second case, the person is linked to domicile due to a special reason, which has an exact time and can’t be due to his long-term interest. So the difference that the Civil Code of the Republic of Albania makes between the terms residence and abode is necessarily associated with the residence time of an individual in this country and the type of interest that relate to it. In the family code50 it is used the term domicile and residence, but not given a specific definition for the purposes of this law. In the law that governs adoption procedures51 we find widely used the term "resident" without reference to any particular definition for the purposes of this 47

Article 12 of the Civil Code of the Republic of Albania, law no. 7850, dated 29.07.1994, as amended. Article 14 of the Civil Code of the Republic of Albania, law no. 7850, dated 29.07.1994, as amended.. Article 14 of the Civil Code states that: "the residence of a person is the place where he is to perform certain jobs or tasks, to continue a school or specific course, to be treated, to serve a criminal sentence, andother cases of this nature. " 50 Law no. 9062, dated 8.05.2003 "Family Code of Albania". 51 Law no. 9695, dated 19.03.2007 "On adoption procedures and the Albanian Adoption Committee." 48 49

39

Revue europénnee du droit social

law. For example, Article 14/3, and sets out the conditions of submission of the application for adoption, the law stipulates that: "The foreign citizens resident for two years in the Republic of Albania, .....". while in section 4 of this article states: "Albanian citizens resident outside the Republic of Albania .....". despite the fact that this law there is no particular conception of the term "resident" is easily understandable the fact that the residence is associated with the country of residence of the person for a relatively long period. We find also the terms residence and abode ranked at the civil status of the individual in the Law no.10129, dated 11.05.2009 "On the registry". Chapter III of this law makes a detailed discussion of the concept of domicile, residence registration obligation, and changing his statement. This law defines residence as the place in which citizen usually lives for more than three months without interruption or more than six months in a calendar year52. In the law that govern the status of foreigners in Albania53, Section 3/27 defines the term resident as a "foreigner, that has a continuous residence permit, issued by the competent authorities of Albania". But the law does not specify any time for "habitually resident". 7.2. Residence Under Tax Law Unlike the rest of the Albanian legislation, the tax legislation refers many time to the term residence in the application of the tax liability. An individual is considered resident in the Republic of Albania for tax purposes, where there is a permanent, family therefore vital economic interests in Albania, although may work in different periods abroad or may have foreign citizenship54. But in the context of tax law, will be regarded as tax resident Albanian diplomats employees assigned to work by the state in embassies, consulates or international organizations abroad, although it can live for not too long abroad Albania. The law defines precisely the time of residence in the Republic of Albania to be regarded as resident on the basis of the Albanian tax legislation. So, who, for tax purposes, will be considered an Albanian resident individual (regardless of nationality) that stands in Albania during a tax year, ongoing or intermittent, in total, more than 183 days. In this calculation are considered days of physical presence, then not only the working days, but the day of arrival, departure, holidays55. As noted in the criteria set forth by the tax law, as the basis for the definition of residence criterion serves io residence, as defined in Article 12 of the Civil Code, which examined above the reason of detailing the concept of residence is the extension of the tax liability. Individuals resident in the Republic of Albania are subject to personal income tax liability for the period for all the income tax that provide (within and outside the territory of the Republic of Albania), while 52

Article 14 of Law no. 10129, dated 11.05.2009 "On the registry". Law no. 9959, dated 17.07.2008 "On Foreigners". Article 3/1 of the Law no. 8438, dated 28.12.1998 "On income tax" changed. 55 The same, article 3/2. 53 54

40

Revista europeană de drept social

non-resident individuals are subject only to income tax liability that provide tax during the territory of the Republic of Albania56. We can find the same concept of residence for individuals in the law that governs tax procedures57. The tax residence is the place where the taxpayer has full tax liability on the income statement, payments and assets subject to tax under the tax legislation in force. The law reiterates once again the three criteria for determining the residence of the individual. Are considered albanian tax resident all those individuals who meet at least one of the following criteria: a) Whos has residence in the Republic of Albania, in terms of Section 12 of the Civil Code, therefore, have a permanent home, have family, life and economic interests in Albania (country of vital interests), despite that it can work in period different abroad or may have foreign citizenship. b) Who has Albanian citizenship and exercise functions on behalf of the Republic of Albania as diplomatic officials or employees appointed by the state at the embassies, consulates or other similar international organizations abroad. c) Who stays in Albania on a continuous or intermittent period of time, a total of more than 183 days during a tax year, regardless of the nationality or the place where their vital interests. In the calculation of the duration of stay in Albania, days of physical presence, then, not only working days, but the days of arrival and departure days holidays. When discussing tax legislation in Albania we can’t avoid tax agreements, that after the ratification, become part of the national legislation. The agreements for the avoidance of double taxation, which has been signed by the Republic of Albania, in accordance with the Guidelines of the Minister of Finance58, The definition of the term "resident of a Contracting State" means any person (individual or company), which under the law of that state is fully liable to tax in that State (subject to tax all income at the state, regardless of where the realized income)59. Application of the criteria for determining the residence of individuals is done step by step with the priority given to the agreement, that individual is considered a resident of the Contracting State in which he has a permanent home available to him, but if that individual has a permanent home in both contracting states (or any of them), then he is considered a resident of the state where the center of his personal and economic interests, and if the state where the center of his personal and economic interests can not be determined, then this criterion does not allow determining the residence, then passed on the following criteria is "the place where the individual has an habitual abode". If this makes it impossible to determine the 56

The same, article 7. Article 8 of the Law no. 9920, dated 19.05.2008 "On tax procedures in the Republic of Albania". 58 Instruction of the Minister of Finance No. 6 dated 10.2.2004 "On the bilateral agreements Avoidance of Double Taxation and Prevention of Fiscal Evasion". 59 For the purposes of the tax agreement, the term resident of a Contracting State includes also separate contracting State and any political subdivision or local authority thereof. 57

41

Revue europénnee du droit social

residence, then it moves to another criterion that is "citizenship" and, if the individual is a national of both States or any of them, the competent authorities of both Contracting States shall settle the question by understanding mutual in accordance with the procedures set forth in the article is about "mutual agreement procedures." So, for the elimination of double taxation agreements signed Albania uses as criteria for determining residence the same criteria found in the OECD MC. As a result, the concept of domicile and residence appear closely linked to each other, at least in the legislation. However, the term residence finds extensive use in tax legislation, while in general, refers primarily to internal legislation to the term domicile. 8. Conclusions This term is meaningful in domestic tax legislation of the countries that belong to common law and civil law, and then we will see the EU tax legislation. The residences of individuals are considered as a connecting factor, which reflects an almost essential close relationship between a country and a person. However, it depends directly from the conception of the national legislation of each country about residence. The concept of residence includes a quantitative element of a person having in a country some degree of Physical presence characterized by a qualitative element, which is usually personal and non-economic. Inside the tax legislation of the Member States, even in the EU tax legislation, we note that the term "residence" is used as a factor to allocate taxing jurisdiction between Member States. Furthermore, the residence in EU tax legislation is seen as a simply guidelines that helps in assigning and assessing tax jurisdiction. The OECD MC makes a definition of the term "resident", but this definition refers to the domestic law of the Contracting States. The convention undertakes to allocate taxation rights, defining that the legislation of the Contracting States shall apply. The tax residence is the place where the taxpayer has full tax liability on the income statement, payments and assets subject to tax under the tax legislation in force and the concept of domicile and residence appear closely linked to each other, at least in the legislation. However, the term residence finds extensive use in tax legislation, while in general, refers primarily to internal legislation to the term domicile. Bibliography 1. (EC) No. 1246/2000. 2. (EC) No. 805/2004 3. (EC) No. 861/2007 4. Council Directive 93/109/EC of 6 December 1993, OJ 1993, L 329/34 5. Council Directive 94/80/EC of 19 December, O.J. 1994, L 368/38, as amended

42

Revista europeană de drept social 6. Nr.4540 decree dated 6.9.1969 of the Presidium of the National Assembly of People's Republic of Albania 7. Directive 2004/38/EC of the European Parliament and the Council of 29 April 2004 on the right of Citizens of the Union and Their family members to move and to reside freely within the territory of the Member-States, OJ 2004, L 158/77 8. ECJ, 13 December 2005, C-446/03 Marks & Spencer 9. ECJ, 15 May 1997, C-250/95 Futura 10. ECJ, 23 February 2006, C-513/03 Van Hilten 11. ECJ, 29 March 2007, C-347/07 REWE 12. Ikimi Ikimi v, Court of Appeal - Civil Division, June 13, 2001, [2001] 2 FLR 1288, [2001] Fam Law 660, [2001] 3 WLR 672, [2001] EWCA Civ 873, [2002] Fam 72, [2001] 2 FCR 385 13. Inheritance Tax Act 1984, Sec 267 "Persons TREATED nor domiciled in United Kingdom" 14. Civil Code of the Republic of Albania, law no. 7850, dated 29.07.1994, amended 15. Layton and Mercer, European Civil Practice, London: Sweet & Maxwell, 2004, Vol.2 16. Law no. 10129, dated 11.05.2009 "On the registry" 17. Law no. 8438, dated 28.12.1998 "On income tax" changed 18. Law no. 9062, dated 8.05.2003 "Family Code" 19. Law no. 9695, dated 19.03.2007 "On adoption procedures and the Albanian Adoption Committee" 20. Law no. 9920, dated 19.05.2008 "On tax procedures in the Republic of Albania" 21. Law no. 9959, dated 17.07.2008 "On Foreigners" 22. Nygh and Davis, Conflict of Laws in Australia, Chatswood NSW; LexisNexis Butterworths 2002, 7th ed. 23. Before. 9 of Sch.1 of the Civil jurisdiction and Judgements Order 2001; legislation.gov.uk 24. Regulation (EC) No. 593/2008 of the European Parliament and the Council of 17 June 2008 on the law Applicable to contractual Obligations (Rome I), OJ 2008, L 177/6 25. Regulation (EC) No. 864/2007 of the European Parliament and of the Council of 11 July 2007 on the law Applicable to non-contractual Obligations (Rome II), OJ 2007, L 199/40 26. Regulation (EEC) of the Council of 14 June 1971 on the application of social security schemes to Employed Persons and Their Families moving Within the Community, OJ 1971, L 149/2, or repeatedly amended 27. Residence of Individuals under Tax Treaties and EC Law; EC and International Tax Law Series - Volume 6; Editor (s): Guglielmo Maisto; May 2010 28. Scoles, Hay, Borchers, Symeonides, Conflict of Laws, Gale Cengage: 4th edition (1 Jun 2004) (Hornbook Series) 29. Shah v. Barnet London Borough Council (1983) 2 AC 309 30. Swiss Federal Code on Private International Law 31. The Austrian Code on Court Organisation and Jurisdiction 32. The Belgian Code of Civil Procedure 33. The German Civil Code 34. The Income Tax Act 2007 legislation.gov.uk 35. The Italian Civil Code 36. Instruction Minister of Finance No. 6 dated 10.2.2004 "On the bilateral agreements Avoidance of Double Taksimimit and Prevention of Fiscal Evasion" 37. Von Hoffmann / Thorn, INTERNATIONALES Privatrecht, 9, Auflage 2007, München: CHBeck Verlag

43

Revue europénnee du droit social

EFFET DE LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE SUR LA CONSOMMATION PRIVÉE EN TUNISIE: MODÉLISATION NON-LINÉAIRE1 Wissem KHANFIR Doctorante Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sfax [email protected]

Abstract: This article examines the impact of fiscal policy on private consumption in Tunisia. It shows that the signs and values of fiscal multipliers vary depending on several exogenous macroeconomic variables. The impact of fiscal shock is not reflected in the same way in different regimes. It depends on whether the fiscal regime is characterized by normal or "fiscal stress". The later is marked by high levels of public debt and budget deficits. We provide evidence that private consumption reacts in a non-linear fashion, depending on public and private debt. Keywords: private consumption, fiscal shock, threshold regression, Tunisia.

Introduction Depuis le début des années quatre-vingt-dix, plusieurs travaux en économie ont essayé d’évaluer et d’expliquer les effets d’un choc budgétaire sur l’activité macro-économique. Plus particulièrement, il s’agit d’analyser l’impact des politiques de réduction des déficits budgétaires dans plusieurs pays européens. Le but étant d’expliquer les politiques de consolidations budgétaires expansionnistes irlandaises et danoises, durant les années quatre-vingt. Ces contractions budgétaires sont accompagnées par une stimulation de la consommation privée et de la production nationale. Le débat sur la réaction de la production et de la consommation privée est apparu dans le travail de Giavazzi et Pagano (1990) sur ces deux études de cas irlandais et danois. Il existe une divergence des effets de la politique budgétaire. Les mécanismes de transmission de la politique budgétaire sur l’activité économique sont donc complexes et multiples. Selon la théorie keynésienne traditionnelle, les consolidations budgétaires diminuent la croissance du PIB. D’autres études mettent en évidence l’influence expansionniste des contractions budgétaires sur l’activité économique. Cependant, l’approche keynésienne et l’approche non-keynésienne peuvent exister ensemble dans des moments différents. La coexistence des effets keynésiens et non-keynésiens donne alors naissance aux effets non-linéaires de la 1

Nous remercions le professeur Foued Badr Gabsi pour les remarques et les suggestions qu’il a bien voulu nous faire à la suite de la lecture d’une première version de cet article.

44

Revista europeană de drept social

politique budgétaire. L’hypothèse centrale de ces effets non-linéaires est la contraction budgétaire expansionniste. Théoriquement, ces effets sont modélisés dans le comportement de consommation privée des ménages. L’objectif de ce papier est d’étudier l’impact de la politique budgétaire sur la consommation privée en Tunisie, dans le cadre d’un mécanisme d’effet de seuil. Nous nous intéressons au comportement de consommation des ménages tunisiens suite aux chocs budgétaires entre 1975 et 2010. Ce travail permet de vérifier si les valeurs et les signes des multiplicateurs budgétaires sont influencés par les niveaux d’endettement public, d’endettement privé, des déficits budgétaires et de l’écart entre le coût moyen de la dette publique et le taux de croissance du PIB. 1. Les déterminants des effets non-linéaires de la politique budgétaire: contexte théorique et travaux empiriques En se basant sur la vision keynésienne traditionnelle, les consolidations budgétaires réalisées par une augmentation des impôts ou par une diminution des dépenses publiques diminuent la croissance du PIB. Au contraire, d’autres études se basent sur la théorie non-keynésienne et mettent en évidence l’influence expansionniste des contractions budgétaires sur la production. Toutefois, il pourrait exister des ambigüités liées à ses effets, à savoir la coexistence des effets keynésiens et non-keynésiens, voire même anti-keynésiens de la politique budgétaire. Cette non-linéarité est mise en évidence essentiellement dans deux théories: l’approche des anticipations et l’approche du marché de travail. Théoriquement et d’après la vision des anticipations, la politique budgétaire affecte la production à travers le canal de la demande. D’après la vision du marché de travail, la politique budgétaire affecte la production à travers le canal de l’offre.

• Première approche: l’approche des anticipations Du côté de la demande, l’approche des anticipations étudie l’impact de la politique budgétaire courante sur l’économie, à travers son influence sur les anticipations des agents concernant la position de la politique budgétaire future. Deux canaux sont mis en évidence: l’effet de richesse affectant la consommation privée des ménages et l’effet de crédibilité des taux d’intérêts. L’effet de richesse sur la consommation privée survient plus directement dans le cas d’une baisse permanente des dépenses publiques, plutôt que dans le cas d’une hausse des impôts. En effet, une diminution permanente des dépenses publiques implique une baisse de la charge fiscale future des consommateurs générant un effet de richesse positif. Bertola et Drazen (1993), Sutherland (1997) et Perotti (1999) trouvent que les grands ajustements budgétaires supposent une diminution de la pression fiscale. Cette dernière augmente les anticipations de la valeur présente des revenus futurs des agents économiques, provoquant ainsi une stimulation de la consommation privée, de la demande globale et de la production. 45

Revue europénnee du droit social

De plus, Blanchard (1990) trouve que la hausse des impôts entraine des effets expansionnistes sur la consommation privée et sur la production. Bertola et Drazen (1993) exposent un modèle purement néo-classique, dans lequel une diminution de la consommation publique doit toujours avoir un effet expansionniste sur la consommation privée. Si la consommation publique diminue, alors la richesse et la consommation privées augmentent. Bertola et Drazen (1993) montrent une relation non-linéaire entre le niveau de la consommation choisi par les agents privés et le niveau de la consommation publique. Cette relation dépend du niveau atteint du ratio de dépenses publiques sur le PIB. Dans un moment normal2, une hausse des dépenses publiques engendre une diminution de la consommation privée. Par contre, le comportement de consommation privée change autour des points de déclenchement des dépenses publiques. Blanchard (1990), Sutherland (1997) et Perotti (1999) soulignent que les effets anti-keynésiens provenant des hausses des impôts dépendent du niveau d’endettement public. Quand le niveau d’endettement public est faible, la politique budgétaire entraine un effet keynésien traditionnel sur la consommation privée. Par contre, au-delà d’un certain seuil d’endettement public, elle entraine un effet antikeynésien sur la consommation privée. A des niveaux donnés de dépenses publiques, Blanchard (1990) essaie de savoir si et quand une hausse permanente des impôts peut augmenter la consommation privée. Il dérive les effets d’une consolidation budgétaire sur la consommation privée. Son modèle évoque l’existence d’un comportement nonlinéaire du consommateur. Quand l’économie est loin de la valeur critique de la dette publique, le consommateur se comporte d’une manière keynésienne. En revanche, dans les mauvais moments3, le comportement du consommateur s’inverse et il y a présence des effets non-keynésiens. Dans ce sens, Sutherland (1997) montre qu’à des faibles niveaux d’endettement public, il y a une forte probabilité que les consommateurs courants meurent, avant que la prochaine stabilisation budgétaire soit imposée. Les consommateurs actualisent fortement les impôts futurs et la hausse des impôts sera donc supportée principalement par les générations futures. Les consommateurs ont alors des comportements keynésiens. Par contre, à des niveaux d’endettement public élevés, il y a une forte chance que les générations courantes de consommateurs seraient en vie, quand la stabilisation aura place. Les consommateurs ne réussissent pas à déplacer les charges de la dette publique vers les générations futures. De plus, ils savent que si ces programmes de stabilisation auront place, alors des impôts plus élevés seront imposés. Ces impôts seront plus élevés que les transferts budgétaires. Par 2

3

D’après Blanchard (1990), Bertola et Drazen (1993), Sutherland (1997) et Perotti (1999), un moment normal est défini par des faibles niveaux des ratios de dettes publiques sur le PIB et dépenses publiques sur le PIB. D’après Blanchard (1990), Bertola et Drazen (1993), Sutherland (1997) et Perotti (1999), un mauvais moment est défini par des niveaux élevés des ratios de dettes publiques sur le PIB et de dépenses publiques sur le PIB.

46

Revista europeană de drept social

conséquent, les consommateurs changent leurs comportements et deviennent antikeynésiens. Son modèle suppose donc que le gouvernement met en œuvre une politique budgétaire restrictive, sous la forme d’une hausse des impôts, quand la dette publique atteint une certaine valeur critique. Similairement à Blanchard (1990) et Sutherland (1997), Perotti (1999) développe un autre modèle puissant. Il reste encore utile parce qu’il expose un cadre cohérent, où les effets non-keynésiens des chocs des impôts et des dépenses publiques peuvent être analysés. Plus particulièrement, il fournit un support considérable à l’idée selon laquelle les conditions initiales sont un déterminant important des effets des chocs de la politique budgétaire. En d’autres termes, la corrélation entre la consommation privée et les chocs de dépenses publiques et de recettes fiscales dépend des conditions initiales des finances publiques. Perotti (1999) estime une fonction de consommation privée des ménages pour 19 pays de l’OCDE4 entre 1965 et 1994. Il met en évidence les effets non-linéaires de la politique budgétaire sur la consommation privée, et déduit que le niveau de la dette publique est un facteur de déclenchement de ces effets. A des faibles niveaux d’endettement public, une hausse des dépenses publiques et une baisse des recettes fiscales ont un impact keynésien sur la consommation privée. Par contre, à des niveaux d’endettement public élevés, elles ont un impact non-keynésien sur la consommation privée. Dans le même esprit, Pozzi (2001) fournit une évidence additionnelle sur deux pays fortement endettés, à savoir le Canada et l’Italie. Entre 1960 et 1997 et à des niveaux d’endettement public élevés, il trouve que les effets de la politique budgétaire sur la consommation privée tendent à être non-keynésiens. Pour les pays de l’OCDE, Siwinska et Bujak (2006) essayent d’identifier l’existence des effets non-linéaires dans le comportement de consommation privée induit par des événements budgétaires. Ces effets sont présents lorsque la consommation privée réagit aux changements discrétionnaires de la politique budgétaire, selon que la situation budgétaire est saine ou mauvaise. En estimant une fonction de consommation privée entre 1970 et 2001, ils trouvent que les signes des multiplicateurs budgétaires sont cohérents avec la vision keynésienne, en situation budgétaire saine. En revanche, en situation budgétaire mauvaise, ils sont cohérents avec la vision non-keynésienne. Les résultats d’estimation sont conformes à la non-linéarité prédite théoriquement par Blanchard (1990), Bertola et Drazen (1993) et Sutherland (1997). Sur la période 1986-2002, Ary Tanimoune et al (2008) trouvent que l’impact de la politique budgétaire sur la croissance économique pour l’UEMOA5 dépend du niveau d’endettement public. D’après l’application de la méthodologie de détermination des seuils endogènes de Hansen (1999), ils montrent que si le ratio d’endettement public sur le PIB est inférieur ou égal à 83%, alors une expansion 4 5

OCDE: Organisation de Coopération et de Développement Économique. Union Économique Monétaire Ouest Africaine

47

Revue europénnee du droit social

budgétaire stimule la croissance économique. Par contre, une fois ce seuil est dépassé, une contraction budgétaire a un effet favorable ou neutre sur l’activité économique. Minea et Villieu (2008) trouvent aussi que l’effet de la politique budgétaire sur la croissance économique diffère des pays fortement endettés aux pays faiblement endettés. A l’aide d’un modèle PSTR6 appliqué pour un échantillon de 19 pays de l’OCDE entre 1978 et 2005, ils déduisent que lorsque le ratio de la dette publique est inférieur ou égal à 90% du PIB, le déficit budgétaire est favorable à la croissance économique. La politique budgétaire a alors un effet keynésien sur la croissance économique. En revanche, quand ce ratio dépasse 90% du PIB, la relation s’inverse et l’effet du déficit budgétaire sur la croissance économique dévient plutôt anti-keynésien. En appliquant la méthodologie de détermination des seuils endogènes de Hansen (1996, 1999) pour les pays de la zone CEMAC7 sur la période 1970-2006, Landry (2010) déduit le caractère non-linéaire des déficits publics sur l’activité économique. Cette méthode permet de mettre en évidence un taux d’endettement de 79% du PIB, en dessous duquel les politiques budgétaires expansionnistes ont des effets favorables sur l’activité, et au dessus duquel les politiques contractionnistes deviennent efficaces. Bhattachaya et Mukherjee (2013) trouvent que la propension marginale à consommer varie d’une façon non-linéaire avec la dette publique, pour 18 pays de l’OCDE entre 1960 et 2009. Ces résultats supportent l’hypothèse que les ménages se déplacent d’un comportement non-ricardien à un autre ricardien, quand la dette publique atteint des niveaux élevés Similairement à Perotti (1999), Giavazzi et al (2000) et Hjelm (2002), Kameda (2014) montre que le solde budgétaire primaire structurel en pourcentage du PIB potentiel est un signal des effets non-keynésiens de la politique budgétaire sur la consommation privée. A partir d’une méthodologie VAR à seuil sur des données trimestrielles du Japon, entre 1980 et 2008, les estimations soulignent qu’une valeur du solde budgétaire primaire structurel en pourcentage du PIB potentiel proche de 0,00176 fait changer les réponses de la consommation privée, entre le temps normal et le mauvais temps. Une source additionnelle des effets expansionnistes des contractions budgétaires est l’effet de crédibilité des taux d’intérêts. L’argument du taux d’intérêt est le canal à travers lequel la politique budgétaire courante peut influencer l’économie par son effet sur les anticipations des agents privés. Ce second fil des contractions budgétaires expansionnistes est analysé par plusieurs auteurs. Miller et al (1990) et McDermott et Wescott (1996) constatent que cet effet est présent dans les pays fortement endettés et durant les périodes de « fiscal stress ». A des niveaux d’endettement public élevés, les investisseurs peuvent être 6 7

Panel Smooth Threshold Regression Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale

48

Revista europeană de drept social

face à une prime de taux d’intérêt due aux risques de défaut ou d’inflation. Les politiques de consolidation budgétaire conduisent alors à une pression des taux d’intérêts vers le bas, due à une diminution de la prime de risque. Cette diminution des taux d’intérêts stimule donc l’investissement privé et la production. D’après Alesina et al (1998) et Alesina et Ardagna (1998), l’effet de crédibilité opère à travers la diminution des taux d’intérêts réels. Celle-ci est provoquée par une diminution de la prime de risque de défaut, qui est à son tour entrainée par la diminution du besoin de financement public, associée avec la consolidation budgétaire. La diminution des taux d’intérêts encourage donc la demande agrégée à travers l’investissement privé. • Deuxième approche: l’approche du marché de travail Les modèles d’offre s’intéressent à la structure du marché de travail et dépendent de la composition de l’ajustement budgétaire. Dans ces modèles, la vision du marché de travail insiste plus sur la composition de l’ajustement budgétaire, la hausse des impôts contre la diminution des dépenses, et son interaction avec les institutions du marché de travail affectant les coûts de travail. Le marché de travail occupe l’intérêt de grand nombre des économistes de l’offre, comme étant un canal de transmission des chocs de la politique budgétaire. Il permet de transmettre les effets non-keynésiens des ajustements budgétaires. Plusieurs canaux de transmission sont limités au marché de travail. D’une part, Alesina et Perotti (1995), Alesina et Perotti (1997), Alesina et Ardagna (1998) et Alesina et al (2002) trouvent que les diminutions des prestations sociales et de l’emploi dans le secteur public augmentent l’emploi dans le secteur privé. L’encouragement des gens à travailler stimule donc l’économie. D’autre part, la diminution des salaires dans le secteur public entraine une diminution des salaires dans le secteur privé, ce qui fait diminuer le coût unitaire du travail. Par conséquent, un choc d’offre positif exerce une expansion de la production nationale. Selon Ardagna (2007), le canal du marché de travail est considéré dans un marché de travail compétitif et dans un marché de travail influencé par un fort syndicat, à travers différents manières qui mènent au même résultat. Dans le cadre des marchés du travail compétitifs, une hausse de l’emploi public ou des salaires publics conduit à une diminution de l’emploi du secteur privé. Par conséquent, ceci augmente le salaire réel, diminue les profits et les investissements des entreprises et décourage la production. Dans le cadre des marchés de travail influencés par un fort syndicat, une hausse de l’emploi public, des salaires des employés du secteur public ou les prestations de chômage conduisent à une hausse du salaire des syndicats dans le secteur privé. Par la suite, les profits et les investissements des entreprises diminuent. Le résultat final est donc le même, à savoir une corrélation négative entre les dépenses publiques, spécialement les rémunérations des salaires, et la production à court terme (Ardagna, 2007).

49

Revue europénnee du droit social

Ce travail met l’attention sur les conditions initiales, comme un critère de nonlinéarité, qui peuvent conditionner la répercussion de la politique budgétaire sur la consommation privée, à savoir les seuils d’endettement public, les seuils de déficit budgétaire et les contraintes de liquidité. 2. Fonction de consommation privée des ménages tunisiens: évaluation empirique à l’aide d’une régression à seuil Ce papier essaye de tester l’existence d’une non-linéarité dans la fonction de consommation privée des ménages. Plus particulièrement, nous examinons si l’impact des chocs de dépenses publiques et de recettes fiscales sur la consommation privée peut dépendre d’une autre variable macro-économique. La démarche empirique s’applique pour le cas d’un pays émergent, la Tunisie, sur des données annuelles allant de 1975 à 2010. 2.1. Spécification de la fonction de consommation privée et méthodologie d’estimation Théoriquement et d’après Perotti (1999), il est montré que la fonction de consommation privée des ménages dépend simultanément des chocs de la politique budgétaire non anticipés8 et d’une variable représentative du revenu disponible anticipé. Ces variables macro-économiques ne sont pas directement disponibles et doivent être estimées dans une première étape. La spécification retenue s’appuie donc sur l’estimation de l’équation n°1: (1) et représentent respectivement la variation de la consommation privée des ménages, le choc des dépenses publiques, le choc des recettes fiscales et le changement anticipé du revenu disponible. L’analyse empirique nécessite deux étapes préliminaires. Dans un premier temps, les chocs de la politique budgétaire (

et

) et le changement anticipé du

revenu disponible doivent être estimés à l’aide d’un modèle VAR. Ce dernier est présenté par l’équation n°2 9: 8

9

Perotti (1999) utilise les changements non anticipés des recettes et des dépenses publiques, plutôt que les changements anticipés, comme déjà utilisé par Giavazzi et Pagano (1996). Ces changements anticipés des recettes et des dépenses publiques ne devraient avoir aucun effet sur le changement de la consommation privée, une fois le changement anticipé du revenu disponible est inclut aussi dans la régression à estimer. Pour simplifier l’écriture de la spécification générale du modèle VAR, nous prenons un seul retard dans le modèle.

50

Revista europeană de drept social

(2) représente le vecteur des variables endogènes constitué par les , les recettes fiscales et le PIB réel dépenses publiques nettes . est le vecteur des résidus. Les chocs non anticipés de la politique et correspondent donc aux deux premiers résidus du vecteur . budgétaire D’après Schclarek (2007), une estimation possible du changement anticipé du revenu disponible entre

et

est donnée par l’expression suivante: (3)

est le changement anticipé du revenu disponible des ménages entre et . Il dépend seulement de l’information retardée , et non de l’information contemporaine. Dans un deuxième temps, un aspect principal dans le modèle est que les effets des chocs budgétaires dépendent des conditions initiales. Par conséquent, la fonction de consommation à seuil est présentée par l’équation n°4:

est une fonction indicatrice, qui est égale à 1 lorsque

et 0

sinon. D’une façon similaire, elle égale à 1 si et 0 sinon. Où est la variable seuil et représente le nombre de retard de la variable seuil utilisée. Cette dernière équation sera estimée à l’aide d’une régression à seuil suivant la méthodologie de Hansen (2000). 2.2. Estimation des chocs budgétaires et du changement anticipé du revenu disponible Les résidus des chocs de la politique budgétaire et sont récupérés à partir de l’estimation de l’équation n°2. Dans ce modèle VAR10, les variables du système à estimer sont incluses dans le vecteur , qui comprend les dépenses publiques, les recettes fiscales et le PIB réel. Ces dernières variables sont exprimées en termes réel par tête. En effet, les hypothèses initiales sur la stationnarité des variables du système à estimer, incluses dans le vecteur , sont vérifiées sur nos données. L’étude de la stationnarité des variables indique qu’elles ne sont pas stationnaires en niveau. Si nous les exprimons en log différence, alors 10

Vector auto-regression

51

Revue europénnee du droit social

les tests usuels de racine unitaire indiquent leurs stationnarités en variation. Le tableau n°1 reporte donc les résultats des tests de racine unitaire des variables étudiées. Tableau n°1: Tests de racine unitaire ADF

Variables

∆ ∆ ∆

t-statistique -1,39 -4,97 -1,09 -5,17 3,51 -6,59

Test ADF Valeurs critiques 1% 5% 10% -3,61 -2,94 -2,6 -3,62 -2,94 -2,61 -3,61 -2,94 -2,6 -3,62 -2,94 -2,61 -3,61 -2,94 -2,6 -3,62 -2,94 -2,61

Ordre d'intégration I(1) I(0) I(1) I(0) I(1) I(0)

Le processus VAR est estimé pour différents ordres de retard p allant de 0 à 3. Les critères d’information d’Akaike (AIC) et celui de Schwartz (SC) donnent un nombre de retard de 0. La statistique du test LR signale un nombre 1 de retard optimal. Pour des raisons méthodologiques et pour saisir les impacts dynamiques des chocs budgétaires, nous avons opté pour un processus . Le changement anticipé du revenu disponible est estimé à l’aide de l’équation n°3. 2.3. Le test de linéarité Par hypothèse, dans l’estimation de la fonction de consommation, nous supposons que la décision de consommation dans la période est faite par un retard aux changements de la politique budgétaire et . L’équation n°4 à estimer devient:

Avant de passer à l’estimation du modèle à seuil, il est nécessaire de tester la présence d’effet de seuil et de préciser la variable seuil pour laquelle la linéarité est la plus fortement rejetée. Ce test est fait en utilisant la méthodologie développée par Hansen (2000). Les variables seuil candidates dans ce modèle sont le ratio de la dette privée sur le PIB ( , le ratio de la dette publique sur le PIB ( 52

), le ratio de déficit budgétaire net sur le PIB (

) et le

Revista europeană de drept social

différentiel entre le coût moyen de la dette publique et le taux de croissance du PIB ( . Dans ce cas, le nombre de retard de la variable seuil utilisée peut être , ou . Ainsi, nous distinguons deux régimes: un régime normal lorsque la variable seuil est inférieure ou égale au seuil , et un régime critique une fois la variable seuil dépasse le seuil . Cette procédure de détection de seuil est utilisée pour identifier les seuils optimaux de , , et . Ces derniers permettent tout simplement de définir le régime budgétaire en vigueur (keynésien, non-keynésien ou anti-keynésien), compte tenu du niveau atteint par les variables seuil. Les résultats du test de linéarité de Hansen (2000) sont présentés dans le tableau n°2. Ce test ne rejette pas l’existence d’un seuil d’endettement privé retardé, d’endettement public et du différentiel entre le coût moyen de la dette publique et le taux de croissance du PIB. Dans ce cas, nous trouvons trois variables seuil, dont la valeur fait changer le comportement de consommation privée des ménages suite aux chocs budgétaires. Par conséquent, seules les variables seuil , , et ont conduit à des seuils significatifs. Tableau n°2: Test de linéarité

Variables seuil Valeur du test LM Bootstrap P-value

8.72 0.109***

9.91 0.04**

9.12 0.07***

** significatif au seuil de 5%, ***significatif au seuil de 10%.

2.4. Résultats d’estimation de la fonction de consommation privée 2.4.1. Le modèle linéaire Tableau n°3: Estimation de la fonction de consommation linéaire

Paramètres constante

Fonction de consommation linéaire 0,096 (2,59)* 0,020 (0,43) -0,067 (1,42) -2,873 (2,29)*

*significatif au seuil de 1%. Les t-statistiques sont présentés entre parenthèses.

Les résultats d’estimation de la fonction de consommation linéaire sont présentés dans le tableau n°3. D’une part, nous observons que le changement anticipé du revenu disponible entre et présente un coefficient statistiquement significatif. D’autre part, nous remarquons qu’un choc positif de 53

Revue europénnee du droit social

dépenses publiques a un effet positif sur la consommation privée, tandis qu’un choc positif de recettes fiscales a un effet négatif sur la consommation privée. Par conséquent, les dépenses publiques et les recettes fiscales ont un effet keynésien traditionnel sur la consommation privée. Cependant, leurs coefficients sont statistiquement non significatifs. Ceci montre qu’à la suite des chocs positifs de dépenses publiques et de recettes fiscales, plusieurs mécanismes peuvent entrer en jeu. Ce sont ces derniers qui peuvent influencer le comportement de consommation privée des ménages. Dans ce cas, il semble alors pertinent d’identifier les régimes favorables aux effets keynésiens et non-keynésiens de la politique budgétaire. Ceci sera réalisé grâce à l’estimation de la fonction de consommation à seuil, qui est l’objet de la sous-section suivante. 2.4.2. Le modèle à seuil Les résultats de l’estimation de l’équation n°5, présentés dans les tableaux n°4, 5 et 6, donnent un aperçu de la fonction de consommation à seuil. Tableau n°4: Fonction de consommation non-linéaire, conditionnée par le seuil

Paramètres constante

48% 0,296 (5,69)* 0,293 (4,30)* -0,247 (16,46)* -9,916 (5,161)*

> 48% 0,032 (1) -0,037 (1,76)*** 0,066 (1,78)*** -0,792 (0,71)

*significatif au seuil de 1%, ***significatif au seuil de 10%. Les t-statistiques sont présentés entre parenthèses.

Commençons par la première variable seuil: . D’après le tableau n°4, la valeur du seuil estimé suggère que le changement de régime intervient à un niveau d’endettement privé retardé correspondant à 48% du PIB. Dans le premier 48%), un choc positif de dépenses publiques a un effet régime ( positif et significatif sur la consommation privée, présentant un coefficient de 0,293. Par contre, un choc positif de recettes fiscales a un effet négatif et significatif sur la consommation privée, ayant un coefficient de -0,247. Ces résultats indiquent que les dépenses publiques et les recettes fiscales ont un effet keynésien traditionnel sur la consommation privée. 48%), il est bien clair que les Dans le deuxième régime ( coefficients des dépenses publiques et des recettes fiscales changent de signes. Ces résultats sont bien conformes à la théorie. L’effet d’un choc positif de dépenses publiques sur la consommation privée devient négatif et significatif, montrant un coefficient de -0,037. Ceci indique qu’à des niveaux d’endettement privé élevés, une hausse des dépenses publiques entraine une diminution de la consommation privée. D’une part, c’est l’effet anti-keynésien des dépenses publiques sur la consommation privée. D’autre part et plus particulièrement, c’est l’effet néo54

Revista europeană de drept social

classique standard, parce qu’une diminution des dépenses publiques entraine une expansion de la consommation privée. Ceci explique encore l’effet expansionniste des dépenses publiques sur la consommation privée. En ce qui concerne les recettes fiscales, un choc positif sur la consommation privée change d’effet et devient positif et significatif. Leur coefficient présente une valeur de 0,066. Une hausse des recettes fiscales entraine une stimulation de la consommation privée. Ainsi, les recettes fiscales ont un effet anti-keynésien sur la consommation privée. Une contraction budgétaire, basée sur la hausse des recettes fiscales, a un effet favorable sur l’activité économique. Ceci est conforme à l’hypothèse de contraction budgétaire expansionniste. Pour conclure, il y a une grande différence entre les effets des chocs de la politique budgétaire sur la consommation privée des ménages selon le régime d’endettement privé. Tableau n°5: Fonction de consommation non-linéaire, conditionnée par le seuil

Paramètres constante

56,93% 0,111 (2,93)* -0,012 (0,29) -0,065 (1,43)

> 56,93% -0,058 (2,52)* -0,045 (1,02) 0,221 (3,50)*

-3,260 (2,54)*

1,926 (2,568)*

*significatif au seuil de 1%. Les t-statistiques sont présentés entre parenthèses.

Passons maintenant à la deuxième variable seuil: . D’après le tableau n°5, la valeur du seuil estimé est égale à 56,93%. Dans le premier régime ( 56,93%), un choc positif des dépenses publiques a un effet négatif sur la consommation privée. C’est donc l’effet non-keynésien des dépenses publiques sur la consommation privée. Ce résultat est non conforme à la théorie, puisque théoriquement et à des faibles niveaux d’endettement public, une hausse des dépenses publiques doit avoir un effet positif et doit agir d’une manière keynésienne sur la consommation privée. Un choc positif de recettes fiscales a un effet négatif sur la consommation privée. Dans ce cas, les recettes fiscales ont un effet keynésien traditionnel sur la consommation privée. Cependant, les coefficients associés aux dépenses publiques et aux recettes fiscales sont statistiquement non significatifs. Dans le deuxième régime 56,93%), l’effet d’un choc positif de dépenses publiques sur la consommation privée reste toujours négatif et non significatif. C’est donc l’effet non-keynésien des dépenses publiques sur la consommation privée. Un choc positif de recettes fiscales sur la consommation privée devient positif et significatif, présentant une valeur estimée de 0,221. Ainsi, les recettes fiscales ont un effet anti-keynésien sur la consommation privée. Une contraction budgétaire, basée sur la hausse des recettes fiscales, a un effet favorable

55

Revue europénnee du droit social

sur l’activité économique. Ceci est cohérent avec l’hypothèse de contraction budgétaire expansionniste. Pour récapituler, l’état initial de l’endettement public ne semble pas influencer l’effet des chocs des dépenses publiques sur la consommation privée, par ce que le signe du multiplicateur de dépenses publiques n’a pas changé entre les deux régimes. Par contre, il influence bien les effets des chocs de recettes fiscales sur la consommation privée. L’effet keynésien des recettes fiscales sur la consommation privée se transforme en un effet anti-keynésien. Dans le deuxième régime, une hausse des recettes fiscales est plus importante qu’une diminution des dépenses publiques. Dans ce cas, la composition des chocs de la politique budgétaire est cruciale pour la stimulation de la consommation privée. Ici, une consolidation budgétaire basée sur les hausses des recettes fiscales est plus probable de stimuler la consommation privée, que celle basée sur la baisse des dépenses publiques. Tableau n°6: Fonction de consommation non-linéaire, conditionnée par

Paramètres constante

-0,092 0,064 (2,46)* 0,306 (3,87)*

> -0,092 0,035 (0,97) -0,027 (1,17)

-0,166 (3,2)*

0,03 (0,75)

-1,493 (1,64)

-0,904 (0 ,72)

*significatif au seuil de 1%. Les t-statistiques sont présentés entre parenthèses.

Terminons par la troisième variable seuil qui est . D’après le tableau n°6, la valeur du seuil estimé est égale à -0,092. Dans le premier régime ( -0,092), un choc positif de dépenses publiques sur la consommation privée a un effet positif et statistiquement significatif, présentant un coefficient de 0,306. L’effet des dépenses publiques sur la consommation privée est donc keynésien. De plus, un choc positif de recettes fiscales a un effet négatif et statistiquement significatif sur la consommation privée, ayant un coefficient de 0,166. Il apparait alors un effet keynésien traditionnel des recettes fiscales sur la consommation privée. Dans ce régime et conformément à la théorie, les chocs positifs des dépenses publiques et des recettes fiscales exercent un effet keynésien traditionnel sur la consommation privée des ménages. Les politiques budgétaires expansionnistes, basées sur la hausse des dépenses publiques ou sur la baisse des recettes fiscales, ont des effets favorables sur l’activité économique. Dans ce régime, où est faible, la fonction de consommation privée a des propriétés keynésiennes. Dans le deuxième régime ( -0,092), nous remarquons bien que les paramètres associés aux chocs budgétaires inversent de signes. Un choc positif de dépenses publiques sur la consommation privée devient négatif et celui des recettes fiscales devient positif. En conséquence, les dépenses publiques et les 56

Revista europeană de drept social

recettes fiscales ont un effet non-keynésien sur la consommation privée. Cependant, les paramètres associés à ces chocs budgétaires sont statistiquement non significatifs. Bref, à partir de l’étude de ces variables seuil, nous tirons une principale conclusion est que les conditions initiales sont déterminantes des effets nonlinéaires de la politique budgétaire sur la consommation privée en Tunisie. La politique budgétaire tunisienne est efficace pour stimuler l’activité économique, quand 48% et -0,092. En effet, une hausse des dépenses publiques ou une baisse des recettes fiscales stimule la consommation privée et encourage par la suite la production. C’est donc l’effet keynésien traditionnel de la politique budgétaire sur la consommation privée, et plus généralement sur l’activité économique. Conclusion L’objectif de ce travail était d’analyser l’effet d’un choc budgétaire sur la consommation privée des ménages. Plus particulièrement, nous avons montré l’existence d’un effet de seuil dans la fonction de consommation des ménages tunisiens entre 1975 et 2010. D’après l’application de la méthode de détection de seuil de Hansen (2000), nous déduisons que le ratio d’endettement privé retardé, le ratio d’endettement public et le différentiel entre le coût moyen de la dette publique et le taux de croissance du PIB conduisent à des seuils significatifs. Ces seuils conditionnent l’impact des chocs budgétaires sur la consommation privée. Généralement, les chocs de dépenses publiques et de recettes fiscales n’ont pas le même effet dans les deux régimes identifiés par les seuils. D’après l’examen des différentes fonctions de consommations non-linéaires, nous remarquons que la variable seuil indiquant les résultats les plus significatifs et les plus conformes à la théorie économique est le ratio d’endettement privé sur le PIB au voisinage de 48%. Quand le niveau d’endettement privé est inférieur ou égale à 48%, les chocs budgétaires se répercutent d’une façon keynésienne sur la consommation privée. Une fois ce seuil est dépassé, les dépenses publiques présentent un effet néo-classique, alors que les recettes fiscales se répercutent d’une façon anti-keynésienne sur la consommation privée. Nos résultats montrent que la politique budgétaire expansionniste ne peut pas avoir toujours des effets keynésiens standards. Nous ne pouvons pas toujours stimuler l’économie à travers une expansion budgétaire. Par contre, nous pouvons stimuler l’économie tunisienne à travers une contraction budgétaire, par une hausse des recettes fiscales, à des niveaux d’endettement public et privé élevé.

57

Revue europénnee du droit social Bibliographie ADAM C. S. et BEVAN D. L., 2005, Fiscal Deficit and Growth in Developing Countries, Journal of Public Economics, n°89. ALESINA A. et ARDAGNA S., 1998, Tales of Fiscal Adjustments, Economic Policy, n°27. ALESINA A. et PEROTTI R., 1995, Fiscal Expansions and Fiscal Ajustements in OECD Countries, NBER, Working Paper Series, n°5214. ALESINA A. et PEROTTI R., 1997, Fiscal Adjustments in OECD Countries: Composition and Macroeconomic Effects, IMF, Staff Papers, vol.44, n°2. ALESINA A., ARDAGNA S., PEROTTI R. et SCHIANTARELLI F., 2002, Fiscal Policy, Profits, and Investment, The American Economic Review, vol.92, n°3. ALESINA A., PEROTTI R. et TAVARES J., 1998, The Political Economy of Fiscal Adjustments, Brookings Papers on Economic Activity, vol.1998, n°1. ARDAGNA S., 2007, Fiscal Policy in Unionized Labor Markets, Journal of Economic Dynamics and Control, vol.31, n°5. ARY TANIMOUNE N., COMBES J. L. et PLANE P., 2008, La Politique Budgétaire et ses Effets sur l’Activité en Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), Revue Economie et Prévision, vol.5, n°168. BAUM A., et KOESTER G., 2013, The Impact of Fiscal Policy on Economic Activity over the Business Cycle – Evidence from a Threshold VAR Analysis, Deutsche Bank, Discussion Paper, Series1: Economic Studies, n°3. BERTOLA G. et DRAZEN A., 1993, Trigger Points and Budget Cuts: Explaining the Effects of Fiscal Austerity, American Economic Review, vol.83, n°1. BHATTACHARYA R. et MUKHERJEE S., 2010, Private Sector Consumption and Government Consumption and Debt in Advanced Economies: An Empirical Study, IMF, Working Paper, n°264. BHATTACHARYA R. et MUKHERJEE S., 2013, Non-keynesian Effects of Fiscal Policy in OECD Economies: An Empirical Study, Applied Economics, vol.45, n°29. BHATTACHARYA R., 1999, Private Sector Consumption Behavior and Non-keynesian Effects of Fiscal Policy, IMF, Working Paper, n°112. BLANCHARD O., 1990, Can Severe Fiscal Contractions Be Expansionary? Tales of Two Small European Countries: Comment, NBER Macroeconomics Annual, vol.5. CANDELON B. et LIEB L., 2011, Fiscal Policy in Good and Bad Times, Journal of Economic Dynamics & Control, n°37. CREEL J., DUCOUDRÉ B., MATHIEU C. et STERDYNIAK H., 2005, Doit-on Oublier la Politique Budgétaire? Une Analyse Critique de la Nouvelle Théorie Anti-keynésienne des Finances Publiques, Revue de l’OFCE, n°92. GIAVAZZI F. et PAGANO M., 1990, Can Severe Fiscal Contractions Be Expansionary? Tales of Two Small European Countries, NBER Macroeconomics Annual, vol.5. GIAVAZZI F. et PAGANO M., 1996, Non-keynesian Effects of Fiscal Policy Changes: International Evidence and the Swedish Experience, European Economic Review, n°44. GIAVAZZI F., JAPPELLI T. et PAGANO M. 2000, Searching for Non-linear Effects of Fiscal Policy: Evidence from Industrial and Developing Countries, European Economic Review, n°44. GOGAS P. et PRAGIDIS L., 2013, Asymmetric Fiscal Policy Shocks, MPRA, n°46680. HANSEN B. E., 1996, Inference when a Nuisance Parameter is not Identified under the Null Hypothesis , Econometrica, vol 64, n°2. HANSEN B. E., 1999, Threshold Effects in Non-dynamics Panels: Estimation, Testing and Inference, Journal of Econometrics, n°93. HANSEN B. E., 2000, Sample Spilling and Threshold Estimation, Econometrica, vol.68, n°3. HJELM G., 2002, Is Private Consumption Growth Higher (Lower) during Periods of Fiscal Contractions (Expansions)?, Journal of Macroeconomics, n°24.

58

Revista europeană de drept social HOU-JUN X. et YU Z., 2011, On the Existence of Non-linear Effect of Fiscal Policy on Private Consumption and Trigger Conditions, Journal of Finance and Economics, n°9. HRISTOV A., 2013, The Effects of Fiscal Policy on Consumption in Good and Bad Times, MPRA, n°44658. KAMEDA K., 2014, What Causes Changes in the Effects of Fiscal Policy? A Case Study of Japan, Japan and the World Economy, vol.31. KAMPS C., 2006, Are the Effects of Fiscal Policy Really Nonlinear? A Note, Empirica, vol 33, issue 2-3. LANDRY B., 2010, Threshold Effects of Budgetary Policy on Economic Growth in CEMAC, MPRA, n°24524. LEGRENZI G. et MILAS C., 2012, Nonlinearities and the Sustainability of the Government’s Intertemporal Budget Constraint, Economic Inquiry, vol 50, n°4. MCDERMOTT J. et W ESCOTT R. F., 1996, An Empirical Analysis of Fiscal Adjustments, IMF, Staff Papers, vol.43, n°4. MILLER M., SKIDELSKY R. et W ELLER P., 1990, « Fear of Deficit Financing: Is It Rational? », in Public Debt Management: Theory and History, ed. by Rudiger Dornbusch and Mario Draghi (Cambridge and New York: Cambridge University Press. MINEA A. et VILLIEU P., 2008, un Réexamen de la Relation Non-linéaire entre Déficits Budgétaires et Croissance Economique, Revue Economique, vol.59, n°3. PEROTTI R., 1999, Fiscal Policy in Good Times and Bad, The Quarterly Journal of Economics, vol.114, n°4. PIERGALLINI A. et POSTIGLIOLA M., 2013, Non-linear Budgetary Policies: Evidence from 150 Years of Italian Public Finance, Economics Letters, vol 121, n°3. POZZI L., 2001, Government Debt, Imperfect Information and Fiscal Policy Effects on Private Consumption: Evidence for 2 High Debt Countries, Université de Ghent, Working Paper, n°125. SCHCLAREK A., 2007, Fiscal Policy and Private Consumption in Industrial and Developing Countries, Journal of Macroeconomics, n°29. SIWINKA J. et BUJAK P., 2006, «Short-run Macroeconomic Effects of Discretionary Fiscal Policy Changes », in: M. DABROWSKI et J. ROSTOWSKI, The Eastern Enlargement of the Eurozone, Springer, Netherlands. SUTHERLAND A., 1997, Fiscal Crises and Aggregate Demand: Can High Public Debt Reverse the Effects of Fiscal Policy?, Journal of Pubic Economics, n°65. VLADIMIROV V. et NEYCHEVA M., 2009, Determinants of Non-linear Effects of Fiscal Policy on Output: the Case of Bulgaria, South East European Journal of Economics and Business, vol.4, n°1. WANG L. et GAO W., 2011, Non-linear Effects of Fiscal Policy on Private Consumption: Evidence from China, China and World Economy, vol 19, n°2.

59

Revue europénnee du droit social

FINANCIAL LIBERALIZATION AND ITS EFFECTS ON GROWTH ECONOMIC OF FRANCE Dr. Hassen CHTOUROU Faculty of Economics and Management of Sfax (FSEGS), Tunisia

Pro. Sami HAMMAMI Faculty of Economics and Management of Sfax (FSEGS), Tunisia

Abstract: Several developed and developing countries have liberalized their financial systems in order that their public and private sector derive benefits from the global economy. Indeed, recent growth has been the result of financial openness practiced by several countries. In fact, financial liberalization allows diversifying portfolios, sharing risk and improving financial services which contribute to the development of the real economy. But, this liberalization has generated changes in the exchange rate which affects economic growth and requires adjustments of the exchange and monetary policy. The objective of this paper is to present the financial liberalization and explain its effects on economic growth and the real effective exchange rate of France. Keyword: financial liberalization, financial development, economic growth, crises, French economy;

1. Introduction The last two decades have witnessed profound financial changes in which the financial sectors of many countries have changed significantly. The borders between national financial systems have gradually reduced, which allows the emergence of growing globalized financial world following the financial liberalization. There are several motivations for this study. First, we present the financial liberalization in which we present its positive effects in the financial development and the economic growth and its negative effects which manifests in banking crises, currency crises and balance of payment crisis. Second, we examine the French economy after the reforms adopted to encourage financial liberalization. Finally, we develop an empirical analysis to estimate the volatility of the real effective exchange rate in France. In this paper, we use the Generalized Least Square (GLS), the cointegration, the Vector Error Correction Model (VECM), the variance decomposition of the forecast error and the impulse response function to determine the effects of financial liberalization on the French economy The paper is organised as follows: the first section presents the positive and negative effects of financial liberalization followed by a presentation of the effects of financial liberalization in the French economy in the second section. The next section discusses the empirical analysis and summarises the results and the final section present conclusions.

60

Revista europeană de drept social

2. The financial liberalization: foundations and economic challenges The liberalization is a composite index that attempts to capture three basic aspects of financial liberalization: The liberalization of domestic financial sector. It measures the liberalization of three variables: • The liberalization of interest rates which includes relinquish control and fixing and capping of lending and deposit rates; • The liberalization of credits which represent relinquish control, orientation to priority sectors, capping credits for other sectors and the reduction or elimination of reserve requirements; • The liberalization of banking competition which includes the elimination of restrictions on the installation and the participation of domestic and foreign banks, restrictions related to the specialization of banks and the establishment of universal banks. The liberalization of financial markets. It means the elimination of restrictions on the ownership of domestic company’s shares in the stock market by foreign investors and restrictions on repatriation of capital and payment of dividends. The opening of the capital account. It represents the removal of barriers that prevent banks and other financial institutions performing loans abroad. Also, it means the elimination of control of the liberalization of capital flows and the exchange rate applied to transactions on the current account and the capital account. Financial liberalization draws its essence from the economy policy recommendations of Mac Kinnon (1973) and Shaw (1973) which denounced the financial sector supervision by the state. According to the two authors, the financial liberalization results by:  The elimination of credits control, in which the state cannot controls the assignment of resources to sectors should have priority (example the agriculture sector);  The deregulation of interest rates, that means the interest rates are fixed according to the supply and demand of loanable funds);  The privatization of the banking sector, that means the disengagement of the state from the financial system and the free entry into the banking sector. In fact, the objective of financial liberalization is to support the increase of deposits and credits. Indeed, capital inflows resulting from liberalization facilitate the transfer of foreign expertise in technology and management, and encourage competition and financial development. According to Levine and S. Zervos (1996), external financial liberalization allows developing the financial markets as well as financial institutions. On the one hand, international portfolio flows increase the 61

Revue europénnee du droit social

liquidity of domestic financial markets. On the other, the increase in the share of foreign participation in domestic banks will be the cause of the varieties of benefits. Liberalize the banking sector and encourage the installation of foreign operators increase competition and allow the transfer of knowledge. Goldstein and Turner (1996) has shown that the presence of foreign banks limit the sharp reversal of capital flows. Domestic investors are able to diversify their risks by having risksharing opportunities with foreign investors and various means of coverage. This improved risk diversification encourages companies to invest more, which stimulates economic growth. According to Bartolini and Drazen (1997), the removal of restrictions on capital flows can be seen as a positive signal to foreign investors. The construction of financial development measures follows the methods used by many economists in the search for financial deepening and studying financial liberalization. In fact, there are many financial development indicators that have been used in the literature to explain the relationship between financial deepening and economic growth. We can classify these measurements into three categories:  Financial development indicators, as the ratio of loans distributed to the private sector/GDP, the ratio of loans distributed to the economy/GDP, the ratio of M1/GDP, the ratio of M2/GDP and the ratio of M3/GDP;  The indicators of the banking development, as the bank credits granted to the economy and those of the private sector. Those indicators reflect the role of the financial sector which is the finance of investments. Therefore, it reflect the level of investment in the economy;  Stock market development indicators. It include two principals indicators: • Indicators of the size of the stock market which concern the number of listed companies and the ratio of market capitalization/GDP; • Indicators of liquidity of the stock market, that means the turn-over of shares. This indicator represents the value of transactions relative to market capitalization. In addition, access to international capital markets allows a decoupling between savings and domestic investment. According Borensztein, DeGregorio and Lee (1998), capital movements generate an increase in aggregate productivity and in economic growth promoting a diffusion of technological knowledge and adoption of more effective management practices. Also, According to Bekaert and Harvey (2000a), various arguments were used in which financial liberalization affects economy growth. First, the lack of quantitative barriers to the movement of capital provides rapid and efficient funding to the production activities and investment in the economy. Thus, the lack of credit controls allows domestic banks to better respond to business credit applications, and the free international movement of capital allows them to benefit from the contribution of foreign capital. Second, deregulation of interest rates and commissions reduced the cost of financial intermediation following the development of competition which can 62

Revista europeană de drept social

decrease the costs of credit for local businesses, attract foreign firms and increase investment. Third, the free movement of capital flows enables risk diversification and pushing down the cost of capital. Referring to classical economic theory, capital mobility allows an optimal allocation of global savings and attracts financing for productive investment projects. This results in a better risk diversification and a remedy imbalance between savings and investment. In addition, referring to the neoclassical theory, there are several channels in which financial liberalization affects economy growth. According to Bekaert and Harvey (2000a), the free movement of capital flows enables risk diversification and pushing down the cost of capital, resulting in a positive and relatively permanent price effect. Also, it allows the increase of investment and smooth consumption curve (less consumption volatility), which leads to an accelerating growth and an improving of the wellness. Indeed, the mobility of capital allows financing to the profitable investment project. The free movement of capital allows the pooling of risks. In the literature, there is a very large theory about the impact of the development of financial markets and intermediation on economy growth. The diversification of portfolio in global markets enables investors to make more profitable investment in its own country, promoting national growth. The idea is that access to international capital markets allows a decoupling between savings and domestic investment. Besides, governments would be obliged to relax their taxation to attract international capital. The reduction of distortions related to the reduction of taxation on capital engage a reallocation process of savings into the most productive jobs. However, the increase of international capital flows has been associated to an acceleration of economy growth in many countries, but also to the appearance of strong crises. During the second half of the ninety, several countries have suffered a financial crisis as Mexico between 1994 and 1995, Southeast Asian countries in 1997, Brazil in 1998 and Argentina in 2000. These events sow doubt on the ability of the financial liberalization to stimulate long-term growth in emerging countries. Several empirical studies have shown that banking crises have typically been preceded by financial liberalization policies. In fact, banking crises can take different forms:  The existence of a process of bank runs lead to the closure, merger or takeover by the public sector or other financial institutions (for example: Argentina in 1980 and 1994, Thailand in 1983 and Venezuela in 1993). This type of crisis caused by a problem of bank resources or suddenly dried up by a distrust of depositors;  In the absence of bank runs with the closure or merger of troubled institutions and the establishment of bank rescue plans on a large scale (for example: Denmark in 1987, Finland and Sweden in 1991 and Mexico in 1992). This type of crisis, which is the most common case, comes from difficulties in the banking assets, to the point of compromise the solvency of the banks.

63

Revue europénnee du droit social

Kaminski and Reinhart (1996) conducted an empirical study covering 20 countries in Asia, Latin America, Europe and Middle East between the seventy and the ninety. Their main results are: • Banking crises were few and had no links with the balances of payments crises in the seventy when financial markets were still tightly controlled; • Following the general financial liberalization movement in the world, the number of banking crises has increased substantially, and most banking crises are preceded by financial liberalization policies. Banking crises have the most important events of contemporary financial instability. The rise of financial instability is one of the highlights of the recent period and banking crises are the most spectacular form of this instability. According to Honohan (1997), the two-thirds of IMF member countries were hit by severe banking crisis that resulted in cumulative losses exceeding 250 billion dollars. Moreover, Lindgren, Garcia and Saal (1996) have shown that more than 130 countries, representing three-quarters of IMF member countries, have experienced significant bank failures. According Miotti and al. (1998), several empirical studies have shown that banking crises were usually preceded by financial liberalization policies. Also, Demirgurc-Kunt and Detragiache (1998) conducted a study of 53 countries between 1980 and 1995, which allowed them to conclude that liberalization increases the likelihood of banking crisis. A number of researches, conducted by the IMF, have provided very informative results on the relationship between banking crises and financial crises in recent decades. In addition, Kaminski and Reinhart (1996) found that 56% of banking crises were followed by balance of payments crises in three years, which described by the authors of "twin crises". In fact, financial liberalization stimulates capital inflows, which has two sets of consequences: • A rapid increase in bank credits and money supply favoring inflation and speculative bubbles; • An overvalued currency that breaks exports, higher unemployment and slowing economy growth. But, this unfavorable macroeconomic evolution weakens financial officers and causes bank failures. Then, it leads to a loss of confidence by non-residents, which suddenly withdraw their capital and create conditions of a currency crisis. Financial liberalization characterized by the elimination of capital movements control and deregulation of domestic financial markets. Mussa and Goldstein (1993) have renewed interest studies on the variability of the real exchange rate (RER). According to Stiglitz (2002), this new financial environment has led to trade imbalances, repeated financial crises, variability of the RER and persistent deviations of the purchasing power parity. In addition, Ferrari (2000) affirmed that, despite the fact that the new financial environment brought the necessary funding for the

64

Revista europeană de drept social

development of the country, it has amplified the vulnerability of many economies to certain types of shocks, particularly in terms of balance of payments and of foreign exchange. Also, Aguirre and Calderon (2006) required that financial openness lowers the frequency of the volatility. Besides, Benassy-Quéré and al. (2004) has shown that the net external position causes long-term depreciation of the RER. Following the recent crises in emerging markets in Southeast Asia and Latin America, the antis-liberalization has presented the financial liberalization as the main cause of recent crises. By increasing the microeconomic efficiency, financial liberalization paradoxically increases the macroeconomic risks which focus on certain institutions or sectors. This is particularly the case when the liberalization is not accompanied by legislation which allows governing the behavior of economic agents. In fact, international institutions have stated that financial liberalization must be accompanied by an increase in the transparency of financial transactions, improving the "corporate governance" and must dispose a banking supervision. McKinnon (1991) explained that macroeconomic stability should be a condition of the financial liberalization. 3. Financial liberalization and its effects in the French economy In the seventy, Keynesian economists, as John Denizet, John Hicks and Vivien Levy-Garboua, proposed the concept of economy of debt to account the French financial system in the sixties. According to those economists, the economy debt allows to make abundant credit and the lack of consistent excessive inflation through competition and decentralization in the granting of credit by the banking networks and their control by the State and the Central Bank. But, the system of that period was not consistent or stable and has seemed as step in the gradual transformation of the financial system administered post-war. According to Hautcoeur (1996), Quennouëlle-Corre (2000) and Feiertag (2006), the transformation of the financial system seen as the way to overcome two limitations of the administered financial system: the increasing imperfection in the allocation of savings (which contributes to inflation) and the foreign exchange control. However, this allocation administered savings has affected by political and social purposes and credit control contributes less to industrial restructuring against the acceleration of inflation, which abuses the fragile balance of French companies exposed to international competition. The opening of the French economy challenges the control of capital movements. When the international environment becomes unstable with the end of the Bretton Woods system, the exchange control was maintaining only by a hardening of the rules for national actors, while multinationals was escaping by use its contracts and resort in international markets capital. This untenable situation survived until the late of the eighties despite the massif exchange controls. 65

Revue europénnee du droit social

According to Feiertag (2001) and Lagneau-Ymonet and Riva (2010), the reforms introduced in France in 1984 establish a financial market and a unified money market to conduct an anti-inflationary monetary policy. The dismantling of exchange controls since 1986 allows the integration of the French financial market in the world market. New derivatives markets are emerging in France in 1986 and 1987, and in 1988, the law organizes the progressive end of the monopoly of stockbrokers in the market intermediation. Figure 1 shows the decrease of the real effective exchange rate (REER) since 1980 despite two increases in 1985 and 2003. Figure 1. Real effective exchange rate in France

Source: World Bank

These reforms have quickly implemented. Financial markets were growing very rapidly courses, issues of shares and bonds increase and the volumes of stock transactions explode. The opening up of markets and the banking low of 1984 precipitate the concentration of the banking sector around "national champions" able to hold their positions facing the banking giants Anglo-Saxon. Figure 2 shows an increase of the international reserves of France especially in 1979 and 2010. Figure 2. International reserves of France

Source: World Bank

66

Revista europeană de drept social

According to Hautcoeur Lagneau-Ymonet and Riva (2010) and Callaghan and Lagneau-Ymonet (2010), in this movement, the Paris Stock Exchange has played a main role. In 2000, it participated in the formation of the group “Euronext” with Brussels and Amsterdam stock exchanges, joined two years later by Lisbon and the London stock exchange products derivatives. In 2006, Euronext merged with the New York Stock Exchange (NYSE). But in 2011, the US leadership of the new group agreed a merger with Deutsche stock exchange. In 2014, France has the world's fifth-largest economy behind the United States, China, Japan, and Germany and ahead of the United Kingdom and the ninth largest economy by the purchasing power parity. It has the second-largest economy in Europe (behind it main economic partner Germany), based on its dynamic industrial structure. Also, in 2014, its public debt exceeds 2.000 billion euros and exceeds 95% of its GDP. In 2013, there are 2.440.000 millionaires living in France and the average wealth per adult is 317.000 dollars. Figure 3 shows an increasing curve of the GDP in France especially in the first decade of the twenty-first century. Figure 3. Evolution of GDP in France

Source: World Bank

The French economy is the fifth largest exporter of goods (mainly equipment goods), the fourth for the services and the third for agricultural and food products (leading producer and exporter European agricultural). It is the first world tourist destination and has the second largest maritime area in the world. Besides, the French economy is primarily a service economy. In 2005, the tertiary sector employed 71.8% of the labor force, while the primary sector represented only 3.8% and the secondary sector 24.3 %. The French economy is an increasingly open economy, occupying an important position in international trade, mainly within the European Union. In 2006, the French exports represented 26% of GDP and the French imports represented 27% of GDP. In 2004, the trade balance (goods and services) into deficit and this deficit has

67

Revue europénnee du droit social

increased in 2005 and 2006 which weighs on GDP growth. Figure 4 shows an increasing curve of the open rate of France despite the decrease in the ninety. Figure 4. Open rate of France

Source: World Bank

In 2007, the cumulative deficit of the trade balance of goods and services amounted to 38 billion euros. The digging of deficit due to the rise in oil prices in the 2000s, the high level of the effective exchange rate of the Euro and the lack of competitiveness of companies. In 2008, Germany is both the main client and provider of France and the balance of bilateral foreign trade is very negative with China and Germany (respectively -22.6 and -18.9 billion euros in 2008), while the balance with Spain or the United Kingdom is positive. The rise of the Chinese economy results in an increase in imports of manufactured goods. Figure 5 shows a decrease of the trade balance of France in the ninety and 2000s despite the increase of the exports. Figure 5. The exports, the imports and the trade balance of France

Source: Wikipedia

68

Revista europeană de drept social

France is an increasingly open economy, especially both imports and exports of goods and services are increasing in proportion to GDP. In 2010, over 25% of GDP was exported. However, since 2003, France exports fewer goods and services than it imports and the trade balance is in deficit. In 2010, the deficit in the balance of goods was 64.28 billion euros, despite the balance of trade in services remains positive in 2006 (+ 2.6 billion euros) due to the tourism sector, which alone forms a surplus of 10.1 billion euros in 2006. For foreign direct investment (FDI), France in 2005 placed third in the world with an inflow of 63.5 billion dollars. However, these FDI also account for the flow of redemption of French companies by foreign companies which do not really represent the productive investment in the French territory. In 2008, France was the second-largest recipient of FDI among OECD countries at 117.9 billion dollars, above the United Kingdom (96.9 billion dollars), Germany (24.9 billion dollars), or Japan (24.4 billion dollars). In the same year, French companies invested 220 billion dollars outside France, behind the United States (311.8 billion dollars), and ahead of the United Kingdom (111.4 billion dollars), Japan (128 billion dollars) and Germany (156.5 billion dollars). Figure 6 shows an increasing curve of the net current transfers from abroad especially in the 2000s. Figure 6. Net current transfers from abroad (current US$) in France

Source: World Bank

In France, the investment rate of companies has declined steadily since 1962 and the investment rate of non-financial corporations, except individual enterprises, is 19% on average between 1990 and 2006, against 24% in the sixties. Also, the investment rate of companies is lower than the investment rate of EU15 countries. In fact, French companies and foreign prefer to invest in other countries. In 2008, the total investment amounted to 427.2 billion euros. It decomposes on 52.57 % of investment of non-financial companies, 14.6 % of public administration and 28.3 % of household investments. In 2013, with 31 of the 500 biggest companies of the world, France ranks fourth in the Fortune Global 500, behind the USA, China and Japan. Paris is the 69

Revue europénnee du droit social

second most important rent in the world for the headquarters of the World's 500 largest companies. L’Oreal is the world's largest cosmetic company; AXA is one of the world's largest insurance companies; Air France is the world's largest airline company in incomes; Danone is the world's fifth largest food company and the world's largest supplier of mineral water; LVMH is the world's largest luxury product companies; Areva is a large nuclear-energy company; Renault-Nissan is the world's leading electric car developer among major automakers; Michelin is the world's pneumatic leader; Lafarge is the world's largest cement company; GDFSuez is the world's largest energy company; Carrefour is the world's second largest retail group in terms of revenue; Total is the world's fourth largest private oil company; Sanofi Aventis is the world's fifth largest pharmaceutical company; Veolia Environnement is the world's largest environmental services and water management company; Publicis is the world's third largest advertising company; Accor is the leading European hotel group; BNP Paribas is the biggest banks in assets in 2010. 4. Empirical analysis of economic policy in France In the late of the seventy, the financial markets played a marginal role in the French economy, but today it occupies a crucial position because their reaction determines the success of many economic policies and managerial decisions. France has liberalized its financial system to diversify portfolios, share risks and improve its financial services which contribute to the development of the real economy. However, this financial liberalization has a negative impact, as depreciation of the exchange rate, which has affected the economic growth. In this paper, we analyze and estimate the effects of financial liberalization on the REER in France. a) Data description and methodology Our study examines the impact of the financial liberalization in the French economy. For this, we use annual data, over the period 1975-2013, of the REER, the open rate, the debt ratio, the international reserves, the deposit interest rate and the net current transfers from abroad in France from the website of the World Bank. The model present as follows:

Where: • c = constant. •

70

Open rate =

Revista europeană de drept social

• Debt ratio = • is the residual term. The methodology includes the Generalized Least Square (GLS), the cointegration, the Vector Error Correction Model (VECM), the variance decomposition of the forecast error and the impulse response function. b) Data Analysis Before estimation of the model, we must verify the stationarity of all the variables. After completing the ADF test, the results are summarized in this table. Table 1 shows that all the variables are stationary. Table 1: Stationarity of variables with ADF test

Variables Real effective exchange rate Open rate Debt ratio International reserves Deposit interest rate Net current transfers from abroad

ADF test probability 0.0000 0.0000 0.0003 0.0004 0.0000 0.0003

Order of integration I(0) I(0) I(0) I(0) I(0) I(0)

At this stage, since all the variables are stationary, we apply the Ordinary Least Squares (OLS) to estimate the long-term values of the coefficients of exogenous variables. But, we note that the Durbin-Watson index presents a problem of autocorrelation of errors. Thus, we use the estimator GLS and the VECM (if there are cointegration relationships between variables) to model this correlation. In the first part, we start with the GLS. Table 2 shows the estimated coefficients of the variables retained in the model, and we note that the volatility of REER in France depends positively on the evolution of the deposits interest rate and the net current transfers from abroad and negatively on the open rate. Table 2: Estimation of the model with the generalized least square

Variables Open rate Debt ratio International reserves Deposit interest rate Net current transfers from abroad

Interpretations Significant and negative effect No significant effect No significant effect Significant and positive effect Significant and positive effect

In the second part, we analyze the model with the VECM to model the shortterm and long-term dynamics. For this, we must determine two characteristic: • The number of lag is one according to the Akaike information criterion (AIC) and Schwarz (SIC). • The constant is significant, so we retain the constant in the estimation. 71

Revue europénnee du droit social

Then, we apply to the test of trace (Johansen test) which allows concluding that there are six cointegration relationships. The estimation of the model with the VECM in long term present in the following equation:

Where: • Ln = Napierian log. is the residual term. • Also, in short-term, the volatility of REER in France depends on the lagged values by one period of the debt ratio, the international reserves, the deposit interest rate and the net current transfers from abroad, but it does not depends on its own value lagged by one period and the lagged value by one period of the open rate. In the third part, we analyze the variance decomposition of the forecast error. We note that at date one, the REER depends 100% of its own value. But, at date ten, it depends 61.71% of its own value, 3.64% of the open rate, 24.36% of the debt ratio, 0.71% of the international reserves, 4.87% of the deposit interest rate and 4.69% of the net current transfers from abroad. In the fourth part, we analyze the impulse response function. Table 3 shows that at date one, only the own value of REER affects the REER. However, at date ten, we notice that the REER, the open rate, the international reserves and the net current transfers from abroad have a positive effect. In contrast, the debt ratio and the deposit interest rate have a negative effect. Table 3: Analysis of the impulse response function

Variables Real effective exchange rate Open rate Debt ratio International reserves Deposit interest rate Net current transfers from abroad

Date one Positive effect No significant effect No significant effect No significant effect No significant effect No significant effect

Date ten Positive effect Positive effect Negative effect Positive effect Negative effect Positive effect

According to our results, we note that the volatility of REER in France: • In the short term, the volatility of REER depends on the lagged values by one period of the debt ratio, the international reserves, the deposit interest rate and the net current transfers from abroad, but it does not depends on its own value lagged by one period and the lagged value by one period of the open rate; • At date one, only the own value of REER affects the REER and the REER depends 100% of its own value; • At date ten, the REER, the open rate, the international reserves and the net current transfers from abroad have a positive effect. In contrast, the debt ratio and 72

Revista europeană de drept social

the deposit interest rate have a negative effect. Also, the REER depends 61.71% of its own value, 3.64% of the open rate, 24.36% of the debt ratio, 0.71% of the international reserves, 4.87% of the deposit interest rate and 4.69% of the net current transfers from abroad; • In the long term, the volatility of REER depends positively of the open rate and negatively of the debt ratio, the international reserves, the deposit interest rate and the net current transfers from abroad. Our results suggest that, in the short term, the financial liberalization has no effect on the REER of France. But, in the long term, it affects the French economy and the competitiveness of the country, which allows reducing the REER since 1980 despite the improvement between 2002 and 2007. The goal of this paper is to present the financial liberalization and its positive and negative effects. In addition, this paper focuses on the effects of financial liberalization in the French economy in the short and long term. 5. Conclusion In this paper, we explain the positive effects of the financial liberalization on the financial development and the economic growth, and the negative effects which manifest in banking crises, currency crises and balance of payment crisis. Also, we analyze the French economy after the reform adopted by the state to encourage financial liberalization. This paper models and provides an empirical evidence of the financial liberalization effects on French economy. Financial liberalization creates conditions for increased competition between countries. But, many countries undertook the long march of financial innovation which is associated to a rise in the level of risk of their operations. In this regard and given the context of the opening of France on the outside, monitoring of economic competitiveness becomes paramount. References 1. Aguirre A. and Calderón C., "Real Exchange Rate Misalignments and Economic Performance", Working Papers Central Bank of Chile 316, 2006. 2. Bartolini L. and Drazen A., "Capital-account liberalization as a signal", The american economic review, vol 87, no 1, pp 138-154, 1997. 3. Bekaert G. and Harvey C.R., "Foreign speculators and emerging equity markets", Journal of Finance 55, 565–614, 2000a. 4. Bénassy Q.A., Vigneron P., Lahrèche R.A. and Mignon V., "Burden Sharing and Exchange Rate Misalignment within the group of twenty", CEPII, N° 2004(13) September, pp 6-11, 2004. 5. Borensztein E., De Gregorio J., Lee J.W., "How does foreign direct investment affect economic growth?", Journal of international economics, 45, 1998. 6. Callaghan H. and Lagneau-Ymonet P., "The Phantom of the Palais Brongniart: Economic Patriotism and the Paris Stock Exchange", MPIfG Discussion Paper, 10/14, 2010.

73

Revue europénnee du droit social 7. Demirgüc-Kunt A. and Detragiache E., "Financial Liberalization and Financial Fragility", FMI, 1998. 8. Feiertag O., "Finances publiques, mur d’argent et genèse de la libéralisation financière en France de 1981 à 1984", in Berstein S., Milza P. et Bianco J.-L. (éd.), Les années Mitterrand, les années du changement, 1981-1984, Paris, Perrin, 2001. 9. Feiertag O., "Wilfried Baumgartner", Un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France. 2006. 10. Ferrari, J-B., "Economie Financière internationale". Collection Amphi, Bréal 2000, pp 12179, 2000. 11. Goldstein M. and Turner P., "Banking crises in emerging economies: origins and policy options", BIS Economic Papers, n°46, October. 1996 12. Hautcoeur P.C., "Le marché financier français de 1945 à nos jours", Risques n° 25, janvier-mars. 1996 13. Honohan P. (1997), "Banking System Failures in Developing and Transition Countries: Diagnosis and Prediction", Technical Report 39, Banque des Réglements internationaux, janvier. 14. Hautcoeur P.C., Lagneau-Ymonet P. and Riva A., "L’information boursière comme bien public. Enjeux et perspectives de la révision de la directive européenne Marchés d’instruments financiers", Revue d’économie financière, n° 98-99, août, 2010. 15. Kaminsky G.L. and Reinhartc "The Twin Crises: the Causes of Banking and Balance-ofPayments Problems", International Finance Discussion Papers, Board of Governors of the Federal Reserve System, nº544, 1996. 16. Lagneau-Ymonet P. and Riva A., "Entre marché public et marché privé: la fin de la Compagnie des agents de change de Paris", in Genèses n° 80, juin, 2010. 17. Levine R. and Zervos S., "Stock Market Development and Long-Run Growth", World Bank Economic Review, 10(2), 323-339, 1996. 18. Lindgren C.J., Garcia G. and Saal, M.E. "Bank Soundness and Macroeconomic Policy", FMI, 1996. 19. McKinnon R.I., "Money and Capital in Economic Development", the Brookings Institution, Washington D.C, 1973. 20. McKinnon, R., "The Order of Economic Liberalization: Financial Control in the Transition to a Market Economy", Baltimore: John Hopkins University Press, 1991. 21. Miotti L., Abdelli L. and Malige F., "Fragilité des systèmes bancaires des économies émergentes", Caisse des Dépôts et Consignations, Zones émergentes, n° 4, février, 1998. 22. Mussa, M. and Goldstein M., "The integration of world capital markets" Proceedings, Federal Reserve Bank of Kansas City, 245-330, 1993. 23. Quennouëlle-Corre L., "La Direction du Trésor, 1947-1967: l’État-banquier et la croissance", Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000. 24. Shaw, E.S., "Financial Deepening in Economic Development", New York Oxford University Press, London, 1973. 25. Stiglitz, J.E., "Globalization and Its Discontents". New York: Norton, 2002.

74

Revista europeană de drept social

VOLATILITÉ DES PRIX PÉTROLE, FAIBLESSE DES EXPORTATIONS HORS HYDROCARBURES: LES DÉFIS MAJEURS POUR L’ÉCONOMIE ALGÉRIENNE Pr. Kamel BOUADAM Unité de recherche Gestion des ressources humaines Université Sétif 2 - Algérie

Dr. Mustapha BOUDRAMA Enseignant chercheur Université Sétif 1-Algérie

Mr. Adel LAADJALI Enseignant chercheur Université Sétif 1-Algérie

Abstract: The level of non-hydrocarbon exports perfectly illustrates the lack of competitiveness of the Algerian economy. The Algerian company fails to conquer the foreign market, but even more, it loses each day a little more its domestic market share. We will try through this paper to show that the Algerian rentier economy remains and thus dependent on oil prices. We also exposed the obstacles that are a hindrance to the Algerian exports. We conclude our work by the challenges and issues faced in the national economy. Keywords: Algerian economy; oil price; export

1. Défis de l’économie algérienne La chute accrue ses dernières années des cours de brut sur les marchés internationaux relance les spéculations sur le seuil de rentabilité du baril de pétrole par rapport à l’équilibre budgétaire. Les pays exportateurs de pétrole se trouvent devant un scénario imprévu. A 90 dollars le baril, l’équilibre budgétaire de plusieurs Etats demeure toutefois aléatoire. Les dépenses globales de l’Algérie observées dans le projet de loi de finances 2015 se chiffrent à 8858,1 milliards de dinars, soit l’équivalent de 112 milliards de dollars. Les recettes budgétaires prévues sont de l’ordre de 4684,6 milliards de dinars, soit environ 60 milliards de dollars. Ce qui engendrera un solde négatif au Trésor de 4173,4 milliards de dinars, soit 22% du PIB (produit intérieur brut). A ce rythme effréné de consommation, le seul budget de fonctionnement n’est soutenable qu’avec un baril de pétrole supérieur à 80 dollars. Une simple projection requiert un baril de pétrole supérieur à 111 dollars pour pouvoir équilibrer les dépenses totales. En 2012 déjà, lorsque le total des dépenses culminait au-dessus de 7500 milliards de dinars (budget loi de finances 2012) et les recettes se chiffraient à près de 5700 milliards (68,2% des recettes pétrolières), les institutions de l’Etat ont calculé l’équilibre du budget sur la base du baril de pétrole supérieur à 131 dollars (source: Journal officiel et Rapports annuels de Sonatrach). Depuis, la politique volontariste de l’Etat a fait monter d’un cran les dépenses, au moment où les

75

Revue europénnee du droit social

recettes fondaient comme neige au soleil. Pire qu’en 2012, le gouvernement n’a fait qu’aggraver les vulnérabilités financières du pays, en un laps de deux années. La soutenabilité du budget s’apparente à une bataille perdue d’avance. D’autant plus que les prix du pétrole chutaient fortement, hier, sur le marché londonien, où le Brent pour livraison en décembre valait 82,73 dollars le baril, en baisse de 2,05 dollars par rapport à la clôture de lundi. Les voyants sont au rouge pour l’Algérie. L’Algérie a besoin d’un baril de pétrole supérieur à 111dollars pour équilibrer son budget. Qui dit prix au-dessous du seuil d’équilibre dit recours de plus en plus accru aux avoirs du FRR (Fonds de régulation des recettes) pour couvrir le déficit du Trésor. L’épargne cumulée au niveau du FRR est passée de 5563,5 milliards de dinars en 2013 à 5284,8 milliards en 2014. L’Algérie est de plus en plus exposée aux chocs externes. Il est le quatrième pays des pays exportateurs de pétrole le plus affecté par la baisse des prix du pétrole. Avec le maintien de sa politique d’expansion budgétaire, le gouvernement est sur un chaudron et se dirige vers la faillite. Peines substitutives: le pays doit adopter des réformes fortes de sa politique budgétaire en s’attaquant aux importations, en ajustant les transferts sociaux et les subventions. Le pays doit réfléchir ensuite à un nouveau modèle de croissance se substituant à la politique de développement par l’infrastructure, en privilégiant la relance de l’investissement productif et le maintien des dépenses. Cette politique budgétaire expansionniste mène à la cessation de paiement quel que soit le prix du pétrole, 90 dollars, ou 110 voir 125. 2. Volatilité des prix pétrole: quels impacts sur l’Algérie La corrélation entre richesses en ressources pétrolières et le développement est négative. Plus grande est la dépendance pétrolière, plus important est le mal développement. Le fossé entre les promesses véhiculées par le pétrole et la réalité vécue du développement est devenu abyssal, atterrent. L’occurrence dans le temps comme dans l’espace de cette corrélation inverse entre abondance en ressources naturelles d’un côté et contre performances économiques de l’autre est une énigme qui appelle explication. Pourquoi le boom pétrolier génère-t-il à terme le mal développement? Les spécialistes appellent ce phénomène: la malédiction des ressources naturelles. Le problème n’est pas inhérent au pétrole en lui-même mais afférent à la dépendance pétrolière. Depuis quelques années, l’Algérie arrive à dégager un excédent de la balance commerciale, fortement tributaire des revenus provenant de la vente des hydrocarbures qui contribuent à eux seuls plus de 97 % des exportations du pays. Mais la balance ne cesse de se dégrader début 2013 en raison de la baisse vertigineuse des cours de pétrole. Ils ont d’ailleurs régressé de moitié au premier semestre de l’année 2014. Cela a suffit pour semer l’inquiétude auprès des 76

Revista europeană de drept social

dirigeants du pays. En gros, le mal réside dans la nature même de l’économie nationale, à faibles performances, dont les finances dépendent essentiellement des recettes des hydrocarbures. Tout événement qui viendrait toucher la demande internationale ou entrainer une baisse sensible des prix du pétrole se traduirait automatiquement par un fort amenuisement des recettes du pays et à coup sûr aurait des conséquences drastiques sur l’économie algérienne. Les effets de la baisse des prix des hydrocarbures devraient inciter à la prudence dans la gestion du budget étatique à cause des éléments suivants. 2.1. Démographie galopante et besoins la population en augmentation En Algérie, la démographie est en sans cesse en augmentation continue, Les dernières données de l’Office national des statistiques (ONS) le prouvent: nous sommes, depuis le 1er janvier 2015, 39,5 millions d’habitants, contre 38,7 millions en 2014, soit une hausse de 1,02 %. A cause d’une natalité très forte, le cap d’un million de naissances par an sera à coups sûr atteint, ce qui constitue un record. Ainsi, notre pays va occuper le “haut du pavé” mondial en la matière. Ce désir de procréer sans limites n’est pas le fruit du hasard, puisque, rappelons-le, dans notre pays, plus on procrée, plus on touche d’allocations. Les problèmes qui se posent avec acuité déjà aujourd’hui et qui se poseront davantage à l’avenir concerneront le chômage et l’emploi; les derniers chiffres du chômage viennent d’être rendus publics: le taux est passé de 9,6% à 10,6% entre 2013 et 2014; 16% des diplômés universitaires souffrent de ce phénomène. La pression sur le marché du travail s’accentuera avec 250 000 demandes d’emploi/an qu’il n’est pas possible de satisfaire, sachant que la fonction publique est saturée et n’est plus apte à recevoir davantage, En cette période de crise latente, nul n’est censé ignorer que le prix du baril de pétrole est en baisse, et personne n’est en mesure de dire pour autant où va s’arrêter la chute vertigineuse qui a des conséquences importantes sur les recettes du pays. Les experts prédisent pour le pays des années très ardues. Selon les prévisions de l’ONS, les Algériens seront au nombre de 50 millions d’habitants entre 2050, et si la croissance économique tarderait à venir, et si la population active occupée serait en régression ou se stabiliserait à son niveau actuel, comment les pouvoirs publics pourraient faire face aux retraites d’aujourd’hui et de demain? En matière de retraite, on comptait, en 1988, huit travailleurs qui cotisaient pour un retraité; aujourd’hui, ce rapport n’est plus que de 2,5. Les causes de cette situation sont connues: vieillissement progressif de la population, nombre de retraités en hausse suite aux mesures de départs volontaires et autres fermetures d’entreprises publiques, et le rapport actifs/inactifs risque de se dégrader davantage si les mesures de gel du recrutement décidées seront mises en œuvre (gel de recrutement dans la fonction publique). la population en âge de travailler ne trouvera pas d’emploi, y compris chez les universitaires, sachant que tous les dispositifs mis en 77

Revue europénnee du droit social

œuvre jusqu’à ce jour Ansej , Anjem, Anem, Cnac … ont montré leurs limites en la matière. L’incontournable vieillissement de la population risque d’aggraver encore plus la situation: la population des « âgés » passe de 6,2% en 2000 à 9,2% en 2020, pour atteindre 22% en 2050! La marge de manœuvre des pouvoirs publics va être insoutenable devant le million de naissances prévu annuellement et de tous ces vieux qui attendent tous de vivre commodément. La question qui se pose est comment et surtout trouver des sources de financement complémentaires à même de garantir le système de retraite actuel, Sachant que notre système de retraite est fondé sur la logique de la répartition. Devant cette incertitude économique, le défi reste entier, car cette équation démographique ne semble pas pour le moment inquiéter les pouvoirs publics, pourtant elle devrait au cœur d’un débat, et doit être résolue avant qu’elle ne devienne un réel problème pour notre économie. 2.2. Recul de la Fiscalité pétrolière Les recettes de la fiscalité pétrolière se sont établies à 1.870 milliards de DA (l'équivalent de près de 23,5 mds de dollars) durant le premier semestre 2014, soit une baisse de 10% par rapport à la même période de 2013 (2.086 milliards de DA). Sur ce montant recouvré au 1er semestre, un montant de 1.577,7 milliards de DA a été versé au budget de l'Etat conformément aux prévisions de la loi de Finances 2014. Quant au montant versé au Fonds de Régulation des Recettes (FRR), il s'est chiffré à plus de 292 milliards de DA contre 470,2 milliards de DA à la même période de 2013. Les montants versés au FRR durant l'ensemble de l'année 2013 avaient été de plus de 2.062 milliards, portant son solde à 5.563,23 mds DA (70 milliards de dollars) à fin 2013. Le prix moyen du pétrole brut algérien était de 109,28 dollars entre janvier et juillet 2014 contre 107,68 dollars durant la même période en 2013. Mais ces derniers temps, les cours ont connu une chute vertigineuse. La moyenne du prix du pétrole algérien « Sahara Blend » a connu une baisse de plus de 3 dollars en septembre dernier en s'établissant à 97,10 dollars le baril. Ainsi le Saharan Blend, pétrole brut léger algérien est revenu vers son niveau d’il y a sept ans et le PCC Blend du Kazakhstan (PCC Blend BFO-PCC) enregistre à la mi-mai un record de creux depuis deux an. Les traders invoquent diverses raisons pour expliquer ce recul. Une des explications les plus souvent avancée est le retour sur le marché des 1,3 million de barils jour (b/j) de brut libyen qui avaient beaucoup manqué. Ce retour a radicalement modifié situation qui prévalait l’année dernière, quand les pays consommateurs avaient mis sur le marché 60 millions de barils prélevés sur les réserves stratégiques. Deuxièmement, il y a un surplus de l'offre en provenance d’Afrique du Nord et de l’Ouest aux Etats-Unis, un acheteur important de pétrole algérien et nigérian. En incluant les ressources ordinaires de l'Etat, c'est-à-dire toutes les ressources hors-fiscalité pétrolière, estimées à 1.273 milliards de DA à 78

Revista europeană de drept social

fin juin 2014, les recettes budgétaires globales recouvrées durant le premier semestre de l'année ont été de 2.985,3 milliards de DA (contre 3.172 mds de DA à fin juin 2013). 2.3. Contreperformance en matière de commerce extérieur. De justesse, la balance commerciale a évité le déficit en 2014. Elle a réalisé un léger excédent de 4,60 milliards de dollars, soit une baisse de 53,50 % par rapport à l’année 2013. Un solde certes positif mais qui reste en deçà des espérances et qui prête à toutes spéculations. Cette contreperformance de la balance est due à l’effet combiné de la baisse des exportations en valeur, notamment les hydrocarbures, et également à la hausse de la facture des importations. Il est vrai que malgré la chute des cours du brut les exportations algériennes en la matière n’ont reculé que de 4,47% passant de près de 63 milliards de dollars en 2013 à un peu plus de 60 milliards de dollars en 2014. Le recul des cours du brut aura donc coûté à l’Algérie près de 3 milliards de dollars. Néanmoins, à la vue de la chute des prix du pétrole, lequel a perdu plus de 50 % de sa valeur depuis le début de l’année en cours, les résultats de l’Algérie à l’export n’ont en aucun cas été compensés par les «performances» du secteur hors hydrocarbures, dont les exportations demeurent marginales (moins d’un milliard de dollars), mais plutôt au redressement du prix du baril de brut au premier semestre 2014. Ceci met plus de pression sur l’horizon futur du pays, d’autant que la tendance haussière des importations s’est réaffirmée. Elle s’est crue de 6 % durant cet exercice pour atteindre la fourchette des 58 milliards de dollars. Il faudrait noter également que l’inflation de la facture à l’import a été tirée par les biens alimentaires et les biens d’équipements qui occupent les premières places en termes de postes d’importation, tandis que les achats de biens destinés à la production industrielle n’ont fait que décroître. Des interrogations se posent sur les politiques économiques menées à travers les plans de relance adoptés jusque là et prêtent à toute confusion. Les résultats sont loin de répondre aux efforts consentis surtout à travers les enveloppes dégagées qui avoisinent les 600 milliards de dollars. Ainsi, si les importations de biens d’équipement ont évolué de 17%, les produits alimentaires ont coûté à l’Algérie la bagatelle de 11 milliards de dollars, soit une hausse de près de 15%. Une facture alimentée par les importations massives de céréales, blé dur et orge notamment, de lait et de beurre ainsi que des viandes. Les médicaments ainsi que les matériaux de construction ont également pesé de tout leur poids sur une facture déjà très salée (plus de 6 milliards de dollars). Les pouvoirs publics refusent de se défaire du système de subventions qui représente le tiers du PIB, et qui reste inopérant car il est mal ciblé et loin de toucher les moins démunis et continue à alimenter la contrebande de divers produits importés.

79

Revue europénnee du droit social

Le maintien de la politique budgétaire actuelle est suicidaire. Il est temps de mettre fin à ce que l’on appelait la croissance par l’investissement public et l’énergie. Cette approche, faut-il le reconnaître, a montré ses limites et n’a pu générer qu’une croissance médiocre de 3,3 à 3,5%. Dans un tel contexte économique, il est plus judicieux de se remettre en cause que de s’enliser davantage dans un modèle de croissance infructueux. 2.4. Repli du fonds de régulation et des réserves Les indicateurs macroéconomiques du pays vont en s’affaiblissant. Il est attendu que le déficit budgétaire se creuse à plus de 6% en raison de la diminution des recettes des hydrocarbures, d’une nette augmentation des dépenses en capital et du maintien d’un niveau élevé de dépenses courantes. Le solde du FRR devrait accuser un repli, pour la deuxième année consécutive, sous l’effet du recours massif à ses avoirs pour combler le déficit budgétaire. Les ressources du FRR se sont contractées à 4773,51 milliards de dinars à fin juin 2014 contre 5238,80 milliards de dinars à fin 2013. Une chute prolongée des cours du pétrole brut épongerait davantage d’épargne stockée dans cette caisse. Les réserves de change connaîtraient une chute importante sous l’effet du recul des prix du pétrole. Elles se sont contractées à 184 milliards de dollars à fin 2014, marquant ainsi une baisse de 10 milliards de dollars en quelques mois seulement. Une plongée de longue durée des cours du brut entraînerait également une baisse importante du PIB (jusqu’à 30 milliards de dollars), un recul sensible des recettes de la fiscalité pétrolière et des revenus de la fiscalité ordinaire. C’est dans un contexte de déséquilibre économique et de crise que surgiront ensuite le retour de l’inflation et la hausse du chômage. Les cours ne réagissent même plus aux prévisions optimistes de l’OPEP. Une bonne et efficace gestion de ces ressources donnerait à l’Algérie une marge de manœuvre pour éviter un scénario semblable à celui de 1986 ou encore à celui de 2008. Il est temps de se doter d’une bonne planification économique et d’une efficiente gestion, à la fois de l’argent public et des projets d’investissement public. Les différentes réévaluations des projets, faute de leur maturation, ont coûté 50 milliards de dollars au Trésor public. Face à cette situation de fait, la conjoncture est plutôt favorable à la poursuite des réformes entamées jusque là dans les secteurs importants de l’économie, à savoir les banques, le marché financier, l’administration et le climat des affaires. Une bonne et efficience gestion de ces ressources donnerait au pays une marge de manœuvre pour éviter un scénario semblable à celui de 1986 ou encore à celui de 2008. Il est temps de se doter d’une bonne planification économique et d’une efficiente gestion, à la fois de l’argent public et des projets d’investissement public. Le pays gagnerait à aider l’acte de l’exportation à ses opérateurs afin de diversifier son économie. Il y a des créneaux à haute valeur ajoutée qui demeurent encore inexploités, dont les produits agricoles, agroalimentaires, l’équipement, les matières premières et matières brutes. 80

Revista europeană de drept social

3. Analyse de la structure des exportations algériennes Les hydrocarbures ont représenté l’essentiel de nos exportations à l’étranger durant la période étudiée avec une part avoisinant les 98 % du volume global des exportations. Les exportations hors hydrocarbures de l’Algérie, demeurent toujours marginales. En 2012, elles ont totalisé 2,180 milliards de dollars (usd), soit seulement 2,96 % du volume global des exportations du pays, qui restent dominées par les hydrocarbures (97,04%). Bien qu’elles aient enregistré une hausse remarquable par rapport aux autres années notamment 2005, 2006 et 2007, les exportations algériennes hors hydrocarbures ont été constituées essentiellement de dérivés des hydrocarbures et de produits agroalimentaires. Il s’agit notamment des huiles et produits provenant de la distillation des goudrons, qui ont enregistré une hausse de 269,8% pour atteindre 37,98 millions de dollars en février 2013, contre 10,27 millions de dollars le même mois en 2012. Source Cnis) D’autres produits exportés ont également enregistré d’importantes hausses, tels que les ammoniacs (+110,5%), totalisant 63,17 millions de dollars, l’hydrogène et gaz rares (+284,6%), soit 5,77 millions de dollars et les engrais (+154,5%), soit plus de 3 millions de dollars. Pour les produits agroalimentaires exportés, la même source cite le sucre, dont les exportations sont passées de 6,79 millions de dollars en février 2012 à 35,69 millions de dollars à la même période en 2013, enregistrant une augmentation de 425,6%. A cet effet, il est à relever que l’Algérie n’étant pas un pays producteur de sucre (canne ou betterave), la matière première est totalement importée par des opérateurs privés qui la transforment et la commercialisent. Les légumes à l’état frais ou réfrigérés ont connu une «importante augmentation» de 318,2%, totalisant plus de 4,8 millions de dollars et les eaux minérales avec 2,6 millions de dollars (+56,9%). L’Algérie recèle d’importantes potentialités lui permettant de développer ses exportations hors hydrocarbures, notamment en ce qui concerne les produits agricoles transformés et ceux des industries chimiques et pétrochimiques. Cependant, l’indisponibilité du produit et le manque d’approvisionnement freinent le développement de ces exportations au niveau des marchés mondiaux structurés, qui exigent un approvisionnement continu en produits de qualité.

81

Revue europénnee du droit social Schéma: La part des exportations hors hydrocarbures

Le niveau des exportations hors hydrocarbures illustre parfaitement le manque de compétitivité de l’économie algérienne. La trop grande dépendance de l’économie à l’égard des produits énergétiques fragilise les possibilités de développement économique et social pour les années à venir. 3.1. Obstacles constituant un frein pour les exportations hors hydrocarbures. La récurrence des problèmes économiques et sociaux dont souffre le pays en dépit de gros moyens financiers dont il dispose montre à l'évidence que l'inaptitude de l'Algérie à relancer son économie est la conséquence d'une mauvaise gouvernance caractérisée par un manque flagrant de stratégie, de courage et de prévoyance. Sans vision à long terme et sans stratégie de développement, adossées à des principes politiques clairement affinés, les institutions, les administrations et les entreprises auxquelles échoit la mise en œuvre du développement économique et social sont évidemment réduites à fonctionner au jour le jour. La réforme du secteur public qui a connu pas moins de quatre versions en contradiction les unes par rapport aux autres avanceront le moins et dans certains cas perte d'autonomie de gestion des EPE, aucune action déterminante n'a ainsi été dégagée en vue de doter le pays des éléments structurants qui fondent l'économie de marché: marché boursier, marché de change, marché foncier, marché immobilier … Au regard des résultats plutôt mitigés pour ne pas dire insignifiants réalisés dans ces domaines durant la dernière décennie, on peut affirmer sans se tromper que les réformes économiques devant doter le pays de mécanismes essentiels de l'économie du marché sont en panne.

82

Revista europeană de drept social

En dépit de progrès accomplis en matière de réforme structurelle, la réforme dans les secteurs clés reste limitée. L’Algérie possède l’une des économies les moins diversifiées parmi les pays à revenu intermédiaire et les pays producteurs de pétrole. Ainsi, l’amélioration des performances des entreprises qui il faut le dire restent fragilisées par les dettes, la mise à niveau de l’environnement, l’harmonisation des textes, l’investissement dans les ressources humaines, pour ne citer que celles là, sont autant d’actions à mener si l’on veut bien sur réussir le pari de s’intégrer à la sphère internationale. Pour l’année 2012, les exportations algériennes hors hydrocarbures ont atteint une valeur globale de 2,180 milliards de dollars, soit 2,96 % des recettes du pays, dominées à 97,04 % par les hydrocarbures. Les produits exportés sont constitués pour l’essentiel de dérivés des hydrocarbures et de déchets ferreux et non ferreux et un degré moindre de produits agricoles. Parmi les contraintes à l’exportation, on peut noter: – L’absence d’une organisation de présence commerciale sur les marchés étrangers qui représentent les intérêts des opérateurs économiques nationaux; – L’absence des entreprises et des personnes qualifiées dans les métiers de l’exportation et la faible prégnance de la culture d’exportation; – Une offre nationale qui demeure très réduite en termes de qualité, et de coûts; – Enfin une absence de coordination intersectorielle concernant les questions liées à l’exportation. 3.1.1. Obstacles de la Banque d’Algérie Les rares entreprises algériennes capables d’exporter se heurtent à de nombreux obstacles administratifs, notamment la réglementation de contrôle de change de la Banque d’Algérie. La Banque d’Algérie exige le rapatriement des devises dans un délai de 120 jours. Un délai trop court quand on connaît les conditions de paiement entre entreprises. Des pays comme la Chine, l’Allemagne ou la France accordent à leurs entreprises exportatrices des délais de rapatriement largement supérieurs. Il faudrait noter que ce délai a été revu à la hausse. Il est maintenant de 180 jours, soit 6 mois: la question qui se pose est-ce suffisant pour un opérateur algérien qui est loin de maitriser les rouages qui régissent le commerce extérieur. Autre obstacle de taille, la Banque d’Algérie n’autorise pas de remises de prix aux clients étrangers, après la facturation. Une telle remise est assimilée à un défaut de rapatriement alors qu’elle est parfois indispensable pour placer un produit et lutter contre la concurrence d’un produit similaire d’un autre fournisseur. Egalement, Les frais de mission à l’étranger autorisés par la Banque d’Algérie – maximum 150 euros par jour et par personne – n’incitent pas les entreprises algériennes à voyager et à prospecter des marchés à l’étranger. 83

Revue europénnee du droit social

3.1.2. Persistance de l’inertie structurelle Malgré la croissance recouvrée des secteurs de l’agriculture, du BTPH et les grincements observables dans certaines branches de l’industrie (agroalimentaire, pharmacie, etc.), l’offre nationale reste courte pour diminuer significativement les importations de produits consommables et engager un cercle vertueux d’exportation hors hydrocarbures. La raison de cette inertie de la structure des échanges commerciaux est incontestablement à rechercher dans la sphère productive mais aussi dans l’environnement des affaires. L’enquête économique réalisée en avril 2013 par le cabinet algérois Surveys et Consulting Institute (SCI) pour le compte de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française (CCIAF) nous en donne quelques indices expressifs. Ainsi pour 80,7% des entreprises privées algériennes “la conquête des marchés extérieurs n’est pas le but”. Si 80% de ces entreprises n’exportent pas, 60% d’entre elles n’ont même pas “l’intention d’essayer à court terme”. Parmi ces dernières, 10% affirment “ne vouloir satisfaire que le marché algérien” et 11% produisent des prestations non exportables. Nonobstant l’argument facile et maintes fois réitéré d’une sorte de malédiction congénitale due au pétrole, cette faible propension à exporter trouve son explication dans deux contraintes essentielles qu’il faudra réduire prioritairement. D’abord une faible compétitivité des entreprises algériennes: un quart des entreprises de l’échantillon, qui en comporte 195, nous précise que “les marchés extérieurs sont trop concurrentiels” et les entreprises concernées savent de quoi elles parlent. Ensuite l’imperfection récurrente de l’environnement des affaires: plus d’un tiers des entreprises enquêtées (34%) font face à “des procédures complexes” qui, outre qu’elles sont chronophages, finissent tout simplement par leur faire abandonner l’acte de produire et/ou d’exporter. Le recensement économique de l’ONS en 2011 nous avait révélé que les 934 250 entreprises algériennes étaient, en moyenne, des très petites entreprises (TPE). Donc ni leur taille (moins de trois salariés), ni leur faible capitalisation ne les accommodent à se maintenir durablement dans leur marché respectif; encore moins à réaliser des croissances fortes et à exporter. Moyennant quoi, et malgré des réformes significatives des politiques publiques en leur faveur, la balle est belle et bien dans leur camp. 3.1.3. Mise à niveau des entreprises: un bilan trop mitigé La mise à niveau des entreprises a toujours été considérée, depuis le début de la libéralisation économique, comme un passage obligé du processus des réformes. Le bilan de cette mise à niveau est squelettique. Qu’on en juge: seules 618 décisions d’octroi de crédits ont été délivrées sur les 20 000 prévues pour un montant de 4,788 milliards DA sur les336 milliards DA affectées (source ministère de l’Industrie). Pour tout dire, l’échec du programme Meda conduit par l’Union 84

Revista europeană de drept social

européenne(UE) pour le même objet a été reproduit dans le programme public, mais à une échelle plus vaste. Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, il faudra donc réviser en profondeur la démarche. L’enjeu en est d’autant plus stratégique que les chances de succès de la relance industrielle annoncée sont directement corrélées au renforcement des capacités d’intervention des entreprises algériennes. Qu’on ne se berce pas d’illusions: il n’y aura ni création massive d’emplois ni diversification de l’économie sans cela. C’est pour cela, me semble-til, que la stratégie de cette relance est très explicite sur ce point: appui aux PME par une mise à niveau adéquate et des dispositions spécifiques d’encouragement dans une sorte de “ Small Business act” et soutien à l’émergence de grands groupes, y compris à l’international. Aucun résultat significatif ne semble être enregistre jusqu’à présent, et le secteur industriel peine toujours a dépasser les 5% du PIB. A travers l’opération de mise à niveau, il s’agissait pour les pouvoirs publics d’atteindre deux objectifs. Promouvoir un outil de production en panne de productivité à l’interne et de compétitivité a l’externe, d’autant que notre éventuelle adhésion a l’OMC, sera accompagnée d’un démantèlement tarifaire, qui nous imposera une forte concurrence des entreprises étrangères. Dans le même temps, mettre en place les conditions de création de 3 millions d’emplois a l’horizon 2014. Avec une enveloppe d’environ 100 milliards de dinars, dégagée dans le cadre du plan en cours, 16 milliards sont destines a l’accompagnement de la création de PME, 80 milliards a l’appui au programme de mise a niveau des entreprises. En vérité, nous sommes loin du compte. La densification de notre secteur industriel demeure en berne – création moyenne annuelle de 40 000 PME--- nous situant loin par rapport à nos voisins. Par ailleurs, ces sommes investies dans la mise à niveau, tout particulièrement dans le secteur public, sont en vérité une forme de redistribution de la rente pétrolière et de maintien sous “perfusion” d’un secteur public économique archaïque, tant au plan du management, que de la formation de la ressource humaine et de la compétitivité. La mission qui semble lui être dévolue par les pouvoirs publics est l’absorption de l’emploi sans contrepartie productive pour préserver la paix sociale. 3.1.4. Environnement économique inadéquat Ceci peut s’expliquer par l’inadaptation de notre environnement économique, l’obsolescence de l’appareil de production, et la persistance de mentalités encore attachées au formalisme administratif et à son corollaire, la bureaucratie, doit inciter les acteurs de la vie socio-économique à focaliser leur attention sur l’urgence de préparer le pays aux turbulences qui peuvent surgir à tout moment. L’environnement économique constitué d’un ensemble de maillons tous aussi plus importants et vitaux les uns que les autres nécessite une adaptation aux réalités de l’économie de marché caractérisée par une concurrence internationale féroce. 85

Revue europénnee du droit social

Ainsi, les problèmes souvent soulevés par les entreprises exportatrices et qui sont récurrents concernent en premier lieu les produits périssables à savoir: - Aire de stockage inappropriée /carence de la chaîne du froid (entrepôts frigorifiques, camions et conteneurs frigorifiques etc..) - Contrôle phytosanitaire (procédures et délais) - Contrôle douanier (procédures et délais) - Transport et manutention (professionnalisme et délais) D’autres problèmes et non des moindres pour tous les produits relèvent: - Des aires de stockage insuffisantes; - De la sécurité des marchandises destinées à l’exportation; - des moyens de manutention inadéquats et insuffisants; - Des Circuits bancaires bureaucratiques et inappropriés; - De la complexité des Procédures Douanières Par ailleurs, il est à souligner que le recul de l’investissement industriel, les insuffisances des moyens de transports notamment maritimes et la faiblesse des moyens de promotion et de publicité des produits algériens sur les marchés extérieurs sont les principaux écueils au développement des exportations hors hydrocarbures. 3.1.5. Nombre limité d’entreprises impliquées dans l’exportation Par ailleurs, il est à souligner que le recul de l’investissement industriel, les insuffisances des moyens de transports notamment maritimes et la faiblesse des moyens de promotion et de publicité des produits algériens sur les marchés extérieurs sont les principaux écueils au développement des exportations hors hydrocarbures. La croissance passe inéluctablement par le développement de la PME car elle constitue dans tous les pays du monde une forte potentialité de croissance, de création de valeur ajoutée et d’emplois et surtout elle est une source potentielle de promotion des exportations hors hydrocarbures. Actuellement environ sept à huit cents (700 à 800) exportateurs algériens sont recensés au niveau national alors que le chiffre de quarante de plus de 50.000 importateurs est avancé selon des statistiques présentées par le CNIS ce qui signifie que le nombre des exportateurs ne représente que 1.4% de celui des importateurs. Dans cette perspective, les actions et les efforts de l’ensemble des acteurs de la vie économique (Entreprises, Ministères concernés, Organismes publics, Associations professionnelles et patronales etc.…) doivent être associés sans avec beaucoup de professionnalisme et loin des réflexes bureaucratiques, et ce, en vue de répondre au souci stratégique d’augmenter progressivement et de manière durable le volume des exportations hors hydrocarbures. Il s’agit, aujourd’hui, de donner un sens concret à la politique de promotion des exportations en impliquant directement, dans un environnement clair, souple et

86

Revista europeană de drept social

efficace et de manière harmonieuse, l’ensemble des auxiliaires à l’exportation quels qu’ils soient: - Banques - Assurances - Douanes - Transporteurs maritimes et aériens - Ports et aéroports - Services phytosanitaires - Transitaires La mise en adéquation des textes réglementaires et la facilitation des procédures doit se traduire sur le terrain par une fluidité dans le traitement des opérations d’exportations ce qui, progressivement, va influer favorablement sur l’ensemble du cheminement du produit. 3.1.6. Un potentiel économique sous-exploité L’approche idéologique de part et d’autre, associée au manque de concertation et de dialogue avec l’ensemble des acteurs économiques et sociaux, a contribué aux blocages et à l’impasse dans laquelle se trouve notre économie en dépit des possibilités considérables qu’elle recèle, qui, mieux exploitées, auraient permis à l’Algérie de se hisser facilement au niveau des pays émergeants à l’instar du Bric. Il est vrai qu’il faut assurément libérer l’entreprise privée, améliorer le climat des affaires, question à laquelle les pouvoirs se montrent plus sensibles. Ainsi, il apparaît judicieux aujourd’hui de développer le tissu des PME et PMI, en les motivant à travers des mécanismes incitatifs et leur mise à niveau. Faire prospérer notre espace économique national en lui permettant d’être performant à l’international est une problématique qui relève à la fois du secteur privé et du secteur public. Le tout est de définir les règles du jeu et de favoriser réellement, l’émergence d’un secteur privé national producteur de richesses, aux antipodes des forces de la spéculation et de l’informel. 4. Stratégie de promotion des exportations Une stratégie de promotion des exportations doit déterminer quelle est la meilleure façon d'aider les petites entreprises à tirer parti des occasions opportunes et à surmonter leurs difficultés. Parmi les défis que doivent affronter les décideurs qui cherchent à adopter de nouvelles mesures de promotion des exportations, on trouve la nécessité d'améliorer l'infrastructure, l'accès au financement et la commercialisation. Une étude des performances commerciales de petites entreprises a montré que des carences à ces niveaux constituent des obstacles majeurs au succès des exportations.

87

Revue europénnee du droit social

 Les PME sont de plus en plus touchées par la concurrence tant au niveau local qu'à l'étranger. Elles ont besoin d'informations sur les marchés, les acheteurs, les fournisseurs, les prix, les réglementations commerciales et les procédures dans le marché cible. (Veille concurrentielle);  La collecte d'informations sur les marchés exige des connaissances dans l'étude de marché et l'analyse de données ainsi que de l'expérience avec les techniques d'information récentes, ce qui va au-delà des ressources de la majorité des PME.  les PME doivent mener à bien le développement d'un produit, sa conception ou son adaptation, ce qui implique des compétences exceptionnelles, en particulier dans les pays en développement.  L'emballage devrait être considérer comme un atout commercial de poids. De nouvelles réglementations sur les emballages sont introduites peu à peu, plus respectueuses de l'environnement  L'amélioration de la productivité et la réduction des coûts sont par conséquent une préoccupation majeure. Les PME des pays en développement pâtissent souvent d'une comptabilité déficiente. Elles ne connaissent pas non plus les techniques de fixation des prix.  La nécessité de promouvoir la sous-traitance. C’est une activité qui peut générer un grand flux d’investissements directs étranges, un transfert technologique et la création de milliers de postes d’emploi. Elle est considérée comme un facteur « clef » de développement des industries, la sous-traitance participe à l’accroissement des recettes extérieures, dès lors que les sociétés étrangères engagées dans la sous-traitance en Algérie doivent exporter leurs produits  Le partenariat avec les entreprises étrangères permettra de «bâtir» des projets communs afin de tirer les meilleurs profits du potentiel qui existe dans les pays. Par dessus tout, les opérateurs étrangers peuvent nous aider à moderniser notre outil de production, à améliorer notre compétitivité et d’une manière générale, nous aider à mieux nous insérer dans le mouvement des échanges mondiaux;  Amélioration des procédures de contrôle et assistance aux exportateurs avec mise en place de prestations professionnelles pour le conseil, le suivi, l’encadrement des exportations … Les actions à mener en ce sens constituent les priorités devant faire les préoccupations de la part des responsables concernées aux différents niveaux en vue d’une coordination sans faille et d’une action continue. 5. Privilégier un partenariat fructueux Pour diversifier son économie, l’Algérie devrait opter pour une démarche privilégiant la coproduction c'est-à-dire un nouveau modèle de partenariat NordSud qui se substitue à celui de la délocalisation tout en assurant aux partenaires des avantages réciproques.

88

Revista europeană de drept social

Cette nouvelle démarche permet de créer des partenariats gagnant-gagnant car elle assure une main-d’œuvre à bon marché, un accroissement de compétitivité et des opportunités de création d’emplois, à travers de nouveaux investissements, pour le pays commanditaire et un transfert de savoir-faire et un développement des filières industrielles des pays d’accueil. Ce type de partenariat est généralement exclusif et inscrit dans le long terme. Dans le cas de notre pays, cette nouvelle forme de coopération nord-sud constitue une opportunité pour diversifier la production nationale, réduire les importations, accéder aux marchés régionaux et préparer l’après-pétrole. Elle permet ainsi de réexporter vers les entreprises européennes des biens intermédiaires de haute valeur ajoutée utilisant les jeunes iplômés algériens. Elle pourrait même mettre l’Algérie en position de "pays relais fondamental" pour les exportations européennes vers le marché sub-saharien en pleine croissance et favoriser l’attractivité des investissements directs étrangers (IDE), l’emploi et l’accès au marché local et régional. l’Algérie doit saisir l’opportunité d’être proche des pays européens pour promouvoir ce type de partenariat dans les filières où elle possède de grandes potentialités comme la pétrochimie, la pharmacie, l’électronique, l’informatique, les énergies renouvelables, le textile et autres. Pour ce faire, il est souhaitable d’établir un lien avec les pays qui ont une expérience en la matière tels que: la France, l’Allemagne, les Usa, la Turquie … . Rien qu’avec la Turquie, l’Algérie a déjà mis en place deux projets de coproduction dans les domaines des textiles et de la sidérurgie. Conclusion Pour un pays qui exporte seulement 2 milliards de dollars hors hydrocarbures et importe 47 milliards de dollars, il y a plus qu’urgence à revoir notre législation sur le commerce extérieur et à adopter notre cadre juridique et notre environnement économique aux règles en vigueur de par le monde, si l’on ne veut pas voir se compromettre tous nos acquis et rester en dehors du monde qui avance. La combinaison intelligente entre les éléments suivants: conviction, sensibilisation, formation, motivation, professionnalisme, et organisation dans le cadre d’une stratégie de développement centrée sur l’action des hommes au niveau de tous les maillons de la chaîne des exportations aura, sans nul doute, pour résultats d’impulser une dynamique nouvelle, de fluidifier le circuit des exportations hors hydrocarbures et d’augmenter considérablement le niveau des recettes provenant des exportations hors hydrocarbures.

89

Revue europénnee du droit social

Bibliographie - Bellataf, M., (2010), „Economie du Développement” , OPU, Alger, p17. - Fayçal, M., Faouzi, T. (2004), „ Dépenses publiques” , croissance économique et productivité des facteurs en Algérie, en période transition, Une étude présentée à la Conférence internationale sur: Les politiques économiques de l'Algérie réalité et perspectives, Faculté des sciences économiques, l'Université Tlemcen, Algérie. - International Monetary Fund (2011), „Report World Economic Outlook”, disponible on- line a http://www.imf.org/external/pubs/ft /weo/2011/01/index.htm, la date de - l’emploi: 20/11/2012 - Deiss J., Gugler, P. (2012) « Politique économique et sociale», groupe de Boeck, Bibliothèque Nationale, Paris. - Trésor nationale, « Situation économique d’Algérie à fin 2011 et perspective 2012 » édition 2012. - Revue d’économie du développement; de Boeck; mars 2011. - Raymond muzellec;"finances publique s "12 édition, Sirey, France 2011. - Albertini, J.-M., Silem A. (2011) « Comprendre les théories économiques », éditions du seuil, Paris. - Deléage, J., Gazier, B., Gautier, J., Guelle, D., (2007) « Croissance, emploi et développement la découverte », Paris. - Mekhantar, J. (2007) « Finances publiques de l'État », la collection les fondamentaux, France. - Eusèby, A., Luise Herschel, M. (1990) "Finances publiques une approche économique", Dunod, Gauthier Villars, Paris,. - Barro, R.J. (1991) “Economic Growth in a Cross-Section of Countries”, Quarterly Journal of Economy, 106. - Chatail, C., Dussart, V. (2006) "Finances publiques", Paradigme, Paris, septembre. - Deruel, F., Buisson, J. (2001) "Finances publiques", 13 édition Dalloz, France, janvier. - Barro, R. Lee, C. (2000) Site internent: http://www.org/IC/wbank/sid-hom.html . - lois des finances publiques 2012, 2013 et 2014 Ministère des finances – Algérie - Office national des statistiques- données 2012, 2013 et 2014 - CNIS: 2012, 23013 et 2014

90

Revista europeană de drept social

THE HIGHER EDUACATION DEVELOPMENT IN ALBANIA IN THE OPTICS OF FINANCING SCHEMES OF EUROPEAN COUNTRIES Enis FITA, Ph.D. candidate “Professional Academy of Business”, Faculty of Economy, Tirana, Albania

Ardi BEZO, Ph.D. candidate “Professional Academy of Business”, Faculty of Economy, Tirana, Albania

Abstract: The quality of human capital is one of the "arms" of developing societies today and seen in this view, education and in particular the higher education is undoubtedly the key to creating this asset. In the last two decades in almost all of Europe there is a wind of massification of higher education which is associated with a significant increase of the share of public expenditure destined for this sector. What is mostly aimed beyond the absolute increase in funds has been a constant effort to increase the effectiveness of their use by directing them not but objectives but the outcomes. Our study keeps on consideration some basic indicators that determine the dynamics of higher education starting with the feature of the system, institutional structure, funding schemes, other issues related to financing, issues related to students, with academic staff and, as well as, as well as income generated by universities, in order to give through a comparative analysis a clearer view of its role in the formation of human capital as well as the development perspectives of the sector. The study is based on the evaluation of these indicators for countries such as Italy, France, Germany, and United Kingdom, educational systems of which can be considered unequivocally as development models. Albanian higher education institutions need to modernize their governance and train their leaders to operate in increasingly complex sets of interactions at the institutional, regional, national and European level. European policies call for universities to play a strong role in the Lisbon Agenda and in making Europe a strong knowledge-based economy. Universities but not only, higher education in all, can rightly considered the generator of knowledge as well as for the prosperity of a nation. Considering this fact, modeling and improvement of higher education system in order to reflect the adequately shape of development dynamics, remains a challenge in today's societies. Keywords: higher education, finance, human capital.

Introduction Education and in particular higher education is a determinant factor of the quality of a country's human capital. Today's societies through comprehensive policies as well as increased public spending in this sector have contributed directly to the creation of competitive advantages of a country in today's global environment and development growth rates as well, wrought through the education system well mannered society as well as oriented towards the dynamics of development. European higher education has shown itself to be no stranger to change: for the better part of three decades the sector has been included in the much broader Western and Eastern European reforms. Since the late 1990s though the 91

Revue europénnee du droit social

rate of change has accelerated to unprecedented levels, largely on the shoulders of two key developments: the Bologna Declaration (1999), whose objective is to make the European higher education systems more competitive and attractive and the EU’s Lisbon Strategy (2000), which seeks to reform the continent’s still fragmented higher education systems into a more powerful and more integrated, knowledge-based economy. Though the diversity within European higher education is regarded as one of its major strengths, at the same time a common path towards transparency, quality, growth, efficiency and excellence is regarded a prerequisite for making Europe one of the strongest education and economic leaders in the world. The Modernization Agenda (2007) highlights that education, research, innovation and the modernization of higher education institutions are important pillars of the Lisbon Strategy. Appropriate governance structures and processes are frequently regarded as a precondition to achieve these goals. In the last two decades in almost all of Europe there is a wind of massification of higher education which is associated with a significant increase of the share of public expenditure destined for this sector. What is mostly aimed beyond the absolute increase in funds has been a constant effort to increase the effectiveness of their use by directing them not but the objectives but the outcomes. Besides this fact, one of the conditions for establishing a well mannered society is considered also the duration of schooling at all levels of it. Thus the average duration of schooling in EU countries considered to be 15.2 years1and where countries such as Belgium, Sweden and Finland, this value goes to around 20 years. However, despite fluctuations from one country to another, the value of this indicator in Europe for the past 10 years has seen a slight increase of around 1 year. According to these facts, European education policies require universities to undertake the shaping of the union as a strongly oriented economy of knowledge. In such a context, the European Commission has increasingly emphasized the role of universities in contributing to the knowledge society and economy (EC, 2005a: 2003) ‘Europe must strengthen the three poles of its knowledge triangle: education, research and innovation. Universities are essential in all three’ (EC, 2005b). The Commission found that governments have increasing difficulties to match the rising costs of science and providing quality education and excellent research. Lack of competitiveness has been one of the major challenges for European universities noted by the Commission since 2003. The major criticism lies in European universities failing to use their full potential to stimulate economic growth, social cohesion, and improvement in the quality and quantity of jobs. The European Commission identifies the following problems: the tendency of uniformity and egalitarianism in many national higher education systems, too much emphasis on mono-disciplinarily and traditional learning and 1

Eurostat, July 2011.

92

Revista europeană de drept social

learners; and too little world-class excellence (Dill and van Vught, 2008). Despite these difficulties the Commission believes that the quality and attractiveness of the European universities need to increase, human resources need to be strengthened, and the diversity of the European higher education system needs to be combined with increased compatibility (Ibid). These improvements entail governance reforms in higher education. In many ways the higher education systems of the newer member states, as well as the aspirant member states of the EU and the non-EU signatory countries in the Bologna Process face an even harsher economic situation than the 15 old EU member states. Any effort at integrating higher education into a European Higher Education Area will invariably need to accommodate an increasingly rich variety of systems with regard to cultural norms, economic policies, organizational structures and GDP levels. Nevertheless, due to the considerable national power in shaping the regulatory frameworks and incentive structures, national governments still shape higher education systems and institutions as they see fit. Whether the envisaged performance improvements will take place will be the result of the dynamics of the incentive structures and the responses of the actors involved. As such, institutional responses, as well as the reactions of students, academics, industry and other stakeholders are crucial to the extent and direction of higher education reforms initiated by governments or the EU and for the impact of such reforms. 1. Objectives of the study The main objective of this study is to evaluate the higher education sector through a comparative analysis of the indicators of this sector in Albania with some EU countries. This objective will be achieved through fulfillment of some specific objectives such as:  Assessing the role of higher education as a generator of social development.  Comparative analysis and evaluation of the level of public spending on education and higher education in particular.  Theoretical and methodological argument in view of the recognition of the models used today in developed economies.  Assessment of instruments, measures and effectiveness of Higher Education funding specifically.

93

Revue europénnee du droit social

2. Methodology As for the operation of the study it is based on basic construct of research methods using collecting instruments and data analysis, review of the literature that directly attack the problem of the study, the support of adequate reports of recognized institutions with retention and statistical issue. Our paper focuses on providing general information as well as related data which are connected in the explicit form with indicators of education and in particular higher education. Using one of the forms of "benchmark analyses" is provided as an effective tool for achieving the goals of the study. Reports and opinions of Higher Education researchers have been for us a valuable contribution in shaping the ideas and full treatment of the paper. 3. Results and discussion In the current policies as well as in medium and long term strategies of the EU, the educational system and in particular dimensions as that of higher education, except pre-university education levels represent a crucial element. Referring to this context some indication as: organization of the system and its structure, absorbing potential level as well as participation in, the level and models of funding, the integrity of the academic process in general, quantitative and structural approach to requirements and market dynamics, deserve a special attention. Given that the problems is quite extensive and complex and that the framework of this paper does not provide a complete treatment we will focus only on some of synthetically more expressive indicators at our discretion. The educational systems of higher education in Europe are financed mostly through direct funding from governments for current expenditure and capital investment. Another type of financing is the the support for students or their families terms of which are specific to each country. However, three main categories of this support as: financial support to cope with the cost of living, to cope with the administrative costs and those of the study, support for parents and families of students2. However their implementation instruments remain with slight differences from one country to another in the form of loans or grants. Concerning the level of public funding, it can be stated that in countries Denamark France, Germany, Holland and UK, the direct government contributions constitute the major share of the funding of universities. Particularly because research is primarily executed in the university sector, the universities in most countries observed take the largest share of the public means available for higher education, as pointed out in table. 2

EURYDICE, 2012.

94

Revista europeană de drept social

The relative share of universities in the public budget available for higher education (excluding and including research grants from research councils) 120% 100% 80% 60% 40% 20% 0%

% of HE budget incl. research grants

DK

France

Germany

Netherland

England

In this report, the mechanism applied for allocating public funds to the universities has been studied in detail. In order to come up with a brief summary of the most important similarities and differences between the funding models of the five countries studied, the countries will be compared on the basis of the major general characteristics of the models. This comparison is shown in table. In most of the countries analysed, the budget for teaching is determined separately from the budget for research. A major part of the research funds is distributed through the so-called research councils on a competitive basis. In Germany and the Netherlands, the basic funds allocated to the universities comprise allocations that are simultaneously for teaching and research. This can be regarded as an expression of the interrelatedness of teaching and research in universities. In Germany, the Grundmittel universities receive are meant for both teaching and basic research. In case of the Netherlands, the funding model for teaching includes a purely teaching component and a so-called interweaveness part. This latter part of the basic funding allows for the fact that academic teaching and research to a large extent are intertwined. The major part of the basic public research funds, however, is determined separately. Keeping in mind that ‘performance based’ funding is one of the most important economic topics concerning higher education, it is surprising to see that still many countries employ an input-oriented funding model for teaching. Funding models are called input based, whenever the variation in public funds mostly depends on student and/or staff numbers. Output-oriented funding models focus on the number of degrees or credits awarded. Whereas the funding for teaching is mainly input driven in most countries, research funding in most countries integrates more competitive and output-oriented criteria. Capital grants more and more are becoming integrated into the general block grants allocated to the universities. This trend is in line with the trend of making universities responsible for their own infrastructure, incl. buildings and equipment. In a number of countries, the responsibility for maintaining capital goods has been

95

Revue europénnee du droit social

transferred to the institutions in recent years. These policies form part of the general approach of giving universities more autonomy. If comprehensively consider the financial resources that support the education should also consider the support and subsidies directly, or indirectly, governmental and non-profit organizations as well as expenses incurred by the private sector which in the past two decades have seen a continuous growth. In view of our analysis and referring data availability we would consider spending as the first voice. One of the major trends in the funding of higher education in European countries is an increasing substitution of public funds by income from private sources. As national governments are reducing the relative funding level for higher education, universities and other higher education institutions are increasingly involved in getting income from other sources, e.g. generated through tuition fees or contract activities. Tuition fees are gaining importance in a number of countries and are being discussed in others. However, in countries where tuition fees are charged for publicly funded institutions, the rates are part of central regulation. Students can also be compensated for paying fees, e.g. through the national system of student support, like in Netherlands. In England, until recently the Local Education Authorities fully compensated the tuition fees of regular students. It can be stated that universities are becoming more market-oriented. The involvement of universities with industry and non-profit organizations is growing. This results in a lot of so-called contract activities. Research groups more and more participate in tendering procedures, in which they actively seek externally funded research. In addition, the educational market is widening, particularly in the field of postgraduate courses. Therefore, universities are increasing their supply of postgraduate courses and modules which are ‘sold’ for profitable market prices. In addition, universities also try to expand their share on the strongly growing consultancy market. Individual academics and research groups are increasingly involved in selling their expertise outside the universities. In Albania after 2000 participation in higher education, preceded by an increasing trend of higher education institutions in number and capacity, as well as supportive policies in this regard, has been a evident phenomenon. The number of Higher Education Institutions (irrespective of their classification private, public high schools or colleges) from 13 HEI in 2002 has gone to 59 in 20133. The volume of public spending on education in general and higher education in particular, is continuously increased in value but in relation to GDP values remain in low levels compared to other European countries as well as many countries in the region.

3

Ministry of Education and Science, AAAL report 2013.

96

Revista europeană de drept social

Public Expenditure on Education / GDP 6 5 4 3

EU

2

ALBANIA

1 0 2001

2003

2005

2007

2009

2011

Source: Calculated Eurostat 2012, www.minfin.gov.al

As a result of systems, different levels of development and policies relating to education, the amount of financing to this sector in the EU geography is quite different. Countries such as Denmark, Cyprus and Iceland spend more than 7% of GDP on education, and at levels above 6% remain most of the Nordic countries while some of the countries newly introduced in EU remain below the average of the Union in terms of this indicator. Comparative assessment of public expenditure for each level of the education system (basic, secondary and high) is difficult as long as exist significant differences between educational systems, system structure in itself considered here the duration of each level as well as the compulsory education in each country. However, the estimates of specialized institutions as well as statistical indicators shows that secondary education occupies the main part of the costs (about 3%), while basic and higher education have essentially the same weight by approximately 1-1.2% of GDP4. If we consider the cost of schooling per person (student / student) estimated that those of higher education are significantly higher than the other two levels. Funding of higher education represents for all countries a matter which in many cases is the subject of ongoing debate. This is because the funding of this part of the education system is not simply an "island" of a financial relationship between governments and higher education institutions but a set of instruments with broad impact, reflecting efforts to autonomy of institutions, the real capacity of the public budget resources, political priorities, social policies and expectations of stakeholders, society as a whole to better education and prosperity. As for the structure of financing (in terms of direct financing of governments toward higher education) about 65-75% of it is used to pay salaries while as regards to the structure of university income it appears quite different in different European countries. 4

Funding higher education: A view across Europe, 2010, pg.15

97

Revue europénnee du droit social

The structure of university income 80 70 60 50 40 30 20 10 0

Other income Research grants Tuition fees Public funds

England

Germany

Italy

Swiss

Estonia

Source: Adapted from Aghion et al., 2008.

In the last decade is evidenced a difference of the structure of university income with an increase in the amount of funding from the private sector, increase of the weight that occupy incomes from tuition fees, contracts for third services of universities etc. Whether, if classify in terms of purely sources private or public, the ratio between public and private funding in England is about 30 to 70%, marking the highest value across Europe. Average of EU in terms of this report is 14% private funds with 86% public. This indicator has a significant variance between countries because of the structure of educational institutions as well as policies "market or quasi-market oriented". Despite this fact in countries such as England, the Netherlands and Belgium a good part of the fees are recovered through public financial support for students and in particular for those with low incomes (part of social policies of countries). 4. Conclusions and Recommendations On the issue of higher education financing, the introduction of market or quasi-market reforms means that competition for funding is increased in order to increase efficiency and quality of the universities. In this optical, many universities should begin to focus their activities in terms of research in order to build and consolidate a strategic oriented profile. These changes are documented extensively and all are considered to be part of a different paradigm towards another model of governance of higher education. Universities should try to improve the competitive position and their organization in order to cope with an increasingly complex environment. Policies development of institutions, strategic planning and “building an identity", are already considered as vital strategy. Modern institutions of higher education are behaving more and more like "actress corporation" that operate strategically, not only within the same system, but also abroad in terms of research or absorption of 98

Revista europeană de drept social

funds, specific profiles and as well as engaging in an ongoing dialogue with their external environment and stakeholders. According to an OECD study of 2008 on higher education: "one of the most significant trends in higher education throughout the world, during the past decade or more, is switching on those mechanisms that are more based on performance. This change can take various forms including setting aside a portion of the funds to be paid based on performance; signing of performance contracts between the government and institutions; creating competitive funds to promote greater innovation, highest quality in improving the management of institutions; and implementation of the models according to which institutions should be paid based on results, rather than inputs." Universities are trying in order to reach a clear position in the European research landscape. Some universities have developed a strategy to improve research performance through better management of research, funding based in performance and selection of priority areas for research. Others are creating major units of research (often multi-disciplinary), where the best researchers can collaborate to produce high quality results also to enable economic benefits. This is particularly important in a situation where government funds will go increasingly declining. References 1. Key Data on Education in Europe, EURYDICE, 2012. 2. Funding higher education: a view across Europe, ESMU 2010. 3. Models of Financing Higher Education in Europe, CHEPS 2000. 4. The Financing and Management of Higher Education: A Status Report on Worldwide Reforms, Johnstone, D.B. 1998. 5. Higher Education Policy: An international comparative perspective, Pergamon Press, Oxford 1994. 6. Research Funding Method, HEFCE 1993.

99

Revue europénnee du droit social

TENDANCES ACTUELLES DANS LE MONDE RELATIVES À L'ATTRIBUTION D'UN REVENU MINIMUM UNIVERSEL SANS RAPPORT AVEC LA PRESTATION DE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ Teodor Narcis GODEANU1 Université Spiru Haret, Bucharest

Abstract: Invent another life, other social raports may seem out of place in a time of crisis. The effortless and yet never been necesary. So the idea of an unconditional income right is gaining ground. It would be quite envisagiable to put Implementable, even if it requires a political and legal thinking (most of tax-) approfundie. Keywords: Universal back without gainful employment; economic feasibility; current trends.

En terms de développement de plus en plus accélérée de la science et de la technique, impliquant intrinsèquement des qualifications professionnelles plus en plus élevés, lorsque les processus de production sont basées sur des machines et des technologies sophistiquées, inclusivement robotique, de haute efficacité, le travail physique se réduit de plus en plus, sa place étant prise, progressivement, par des panneaux automatiques de gestion et des pupitres de commande numérisées, manipulées par une nouvelle catégorie de travailleurs avec des connaissances scientifiques et technologiques avancés. A cela s'ajoute aussi la rationalisation des processus de production qui, à son tour, apportent des gains de productivité significatifs. Mais en même temps et, inévitablement, il sont libérées "de grandes quantités de temps", la charge travail pour produire des biens et services restreignant constamment. En d'autres termes, contrairement au passé, dans les nouvelles conditions créées, par suite du développement de la science et de la technologie, le même volume de biens et services est effectuée dans des périodes de plus en plus réduite. Aujourd'hui, par exemple, dans les grandes usines pour la production de véhicules à moteur, le montage de la machine est créé sur le chaîne de montage dans 40 secondes, étant evidente la croissance étonnante de la productivité. Cette situation favorable et même encourageant en termes de productivité du travail a son revers negative, qui est peut-être plus importante que son part positif, dès lors que la quantité de temps libéré grâce à la croissance de la productivité du travail fondée sur les nouvelles technologies acquiert, en temps, un ampleur si grande qui ne peut pas absorber pleinement la main-d'œuvre disponible, survenant le phénomène de chômage chronique, source de problèmes sociaux difficiles à 1

Maître de conférences , Université Spiru Haret, Bucharest, Courrier électronique: [email protected]

100

Revista europeană de drept social

résoudre. En d'autres termes, comme il est indiqué dans la littérature, on assiste à un transfert plus prononcée d'une civilization du travail pleine à l'une de "temps libre"2, situation qui n' est pas considérée dans sa vraie taille, afin de justifier "une nouvelle culture du temps disponible", imaginant et régulant un autre type d'activités visant à compléter harmonieusement "la culture techniciste et professionnelle" qui dominent actuellement la scène. En effet, il est de plus en plus évident que le système économique actuel a atteint un tel stade de développement où la pleine capacité du travail disponible n'est plus pas necessaire, dans la société moderne contemporaine n'existait pas "un besoin régulier" pour cette capacité. Ou, dans ces conditions, certains principes ou règles deviennent obsoletes, comme l'emploi stable ou maintien l'emploi tout au long de sa durée de vie, ou indéfiniment (à noter que dans le Code du travail roumain restent encore ces principes et règles. Par exemple, l'art. 12 prévoit que généralement "le contrat individuel de travail est conclu pour une durée indéterminée, les contrats de travail à durée déterminée sont une exception à ce principe"). Aussi, il devient conflictuelle la relation entre "l'exigence de créer des emplois", d'une part, et "l'exigence continue de réduire les coûts de main-d'œuvre", d'autre part, doivent être fournis d'emplois, mais aussi la rentabilité des coûts . Les entreprises qui connaissent de graves difficultés conjoncturelles ont la tendance à organiser des processus de production de manière à assurer un équilibre global entre le temps de travail, le salaire et l'emploi, de sorte qu'ils peuvent être à surmonter ces difficultés. Mais ce que pour les employeurs serait un "relation de travail flexible" pour les travailleurs telles opérations sont convertis en "emplois précaires". La tendance actuelle, dans le monde entier, afin de surmonter les situations créé à la suite de la croissance de la productivité du travail, favorisé par l'élan de la recherche scientifique et de la technologie, est orientée à appuyer la création de nouveaux activités rémunéré pour remplir l'espace libéré à la suite de la croissance de la productivité, activités en dehors de l'industrie et des services industriels. L'États-Unis et le Japon, en essayant de trouver des solutions à ce problème épineuse, conclurent que le seule domaine qui serait capable de fournir la création illimitée de nouveaux emplois serait l'un des "services personnalisés", bien sûr transformé en prestations des services rémunérés, qui, dans la conception de certains économistes, constitueraient une véritable tertiarisation de l'économie. Cette solution et similaires s'est avéré être insatisfaisantes, étant donc nécessaire pour être trouvé, en termes politiques, des solutions ayant la capacité de transformer ce "liberation de temps" dans une "nouvelle liberté et nouveaux droits". Plus précisément l'établissement du "droit de chacun à être en mesure d'assurer les conditions de vie en travaillant de mieux en mieux et de moins en moins, en travailler de façon discontinue, intermittent, rester sans emploi étant toutefois rémunéré, sans perdre le droit a son part garantie inconditionnelle de la richesse sociale produite. Il a également souligné que, dans les conditions 2

Voir A. Gorz , A reculons , dans "Le monde diplomatique" de Mai 2013, p. 21

101

Revue europénnee du droit social

nouvelles créées par l'augmentation de la productivité, doivent être créer aussi l'espaces de temps pour dérouler des activites sans objet économique, mais utile et créatrice de valeur pour les individus et la société dans son ensemble3. En autres termes, mais au service de la même idée, un autre auteur souligne qu'aujourd'hui tout le monde est obligé d'exercer une profession lucrative et même à montrer d'enthousiasme pour le travail et ceux qui se contentent d'une vie modeste en profitant autant temps libre sont considérés comme paresseux ou immature. Ou, la paresse présumé peut consister non seulement à ne rien faire, mais de faire certaines choses qui ne correspondent pas avec le "dogmes par défaut" et que doivent être reconnues, ceux qui sont dans cette situation devrait également avoir aussi le droit à la vie, également, mais pas dans les mêmes conditions que tous ceux qui sont employés totalement4. La motivation de ce besoin est que chaque homme a besoin d'être actif, d'agir sur son environnement pour le rendre plus attrayant et de trouver dans réalisations concrètes (construction, vêtements, nourriture, etc.). Ce sont des choses que les gens ont vraiment la volonté de les atteindre et pour ça n'épargne pas leur temps ni l'effort. Mais il arrive que ces activités, même si utile pour l'individu et pour la société, ne pas être considérées par les employeurs comme rentables, car ne pas produit aucun profit. Dans une telle conception purement comercial, dans la mesure que ces activités, bien q'utiles, ne peuvent pas être convertis en marchandises, ne peuvent pas être transformé en marchandise, largement perdre l'intérêt, leur utilité et valeur5. Dans un autre document il est souligné que ce qui est effrayant dans cette situation n'est pas le sort des ces sans abri, ni le dégradation de leur santé si précaire, comme apportant dans cette situation misérable d'un nombre croissant de personnes et celle-là même lorsque les conditions dans lesquels les indicateurs de développement économiques sont bonnes. L'omniprésence de la mendicité, en dépit "d'aides sociales", en plein développement économique, toutes ces créent un climat ambiant qui pose de nombreux problèmes sur les politiques sociales6. Dans ce contexte et climat, est née l'idée "d'un revenu de base inconditionnel", c'est-à-dire non lié nécessairement de la prestation d'une activité rémunérée. Elle est apparue aux États-Unis après la Seconde Guerre Mondiale, en commençant par 1968, les initiateurs étant Paul Samuelson, John Kennet Galbraith et d'autres plus de 1200 économistes, qui ont lancé un appel à cet égard. Sur le plan législatif, James Tobin a présenté un projet de loi en la matière, dans le programme politique de McGovern, au cours de sa campagne présidentielle de 1972, ce projet étant enterré avec l'élection de Richard Nixon comme président. Un tel projet est apparu aussi en Europe, première fois dans les Pays-Bas, en 19807.

3

Ibidem Voir R.L. Strevenson, Une apologie des oisifs, Paris, 2003 5 L'œuvre intitulée " Mouvement des chômers”, recueil des textes et de récits, Cahier nr.1/1997. 6 Voir Valérie Marange, La révolte logique des sans salaire, Paris, 1998 7 Voir Y. Venderborght, Ph. Van Parys, L’allocation universelle, Paris, 2005 4

102

Revista europeană de drept social

En Belgique, il a formé un groupe de chercheurs et de syndicalistes en 1984, autour de l'économiste et philosophe Ph. Van Parys. En 1986, un colloque s'est tenue à l'Université de Louvain, au cours de laquelle ont été posées les fondations d’un réseau européen pour le revenu de base (Basic Income Réseau européen BIEN) réseau qui, en 2004, est devenu mondiale (Basic Income Earth Network), l'un de ses fondateurs, Guy Standing, économiste à l'Organisation internationale du Travail (OIT), participant à l'expérience "revenue inconditionnellement minimum garanti" qui a été lancé en Inde, en 2011. Plus précisément, au cours des années 1970, en plusieurs états américains a été mis en pratique un dispositif imaginé par Milton Friedman8 appelé "impôt négatif". Selon ce dispositif, l'État devrait payer chaque (enfants et adultes) un montant fixe, qui ne dépasse pas un certain seuil (autour du seuil de pauvreté), de sorte que le montant total des impôts payés par les contribuables dépasse le total de l'indemnité versée. Grâce à ce revenu (allocation) inconditionnellement garantis, il doit à faire n'était plus possible pour l'une des citoyens dans le jeu économique, à perdre tout et ne pouvent pas plus continuer à jouer (pour cette raison). En d'autres termes, l'État établit une "clause de sauvegarde du système socio-économique, fondée sur la nécessité d'aider les pauvres, éliminant la possibilité de n'exister pas un préoccupé en liaison avec les coupables pour cet état des choses9. Le philosophe français Michel Foucault10 a soutenu, lors d'une session (19761979), au Collège de France, que l'impôt négatif correspond à une nouvelle forme de gouvernement par lequel se renounce a l'objectif de "la pleine utilisation de la main-d'œuvre", ce qui signifie une rompre avec les politiques sociales traditionnelles, l'État étant satisfait seulement pour trouver la pauvreté, sans faire toutes les enquêtes bureaucratiques tout simplement donner aux pauvres une allocation (subvention) qui leur permettant la survie, cet mécanisme ayant le rôle d' inciter a l'utilisateurs pour souhaiter de dépasser ce seuil minimal (de survie). Le revenu de base a certaines caractéristiques: doit être versée mensuellement a chaque individu de la naissance jusqu'à la mort (les mineurs recevant une allocation plus petits que les adultes); il s'accorde aux personnes pas aux familles, il n'est pas nécessaire aucune contre-prestation; il s'accumule avec les revenus du travail. Le revenu de base, imaginé par libérale Milton Friedman, s'inscrit dans une logique de suppression de la protection sociale traditionnelle, mais dans une vision de gauche ce revenu de base doit être "suffisant" pour gagner la vie (même si le concept de "suffisant "soulève des questions épineuses) et, en plus, le revenu de base est conçu seulement rejoint à la défense conjointe fourniée par les services publics et prestations sociales (retraite, chômage, assurance de maladie) et de certains avantages sociaux. 8

Voir M. Friedman, Capitalisme et liberté, 1962 (publié en France en 1971). Voir L. Stoleru, Vaincre la pauvreté dans les pays riches, Paris, 1974 10 Voir Naissance de la biopolitique, cours tenue à Collége de France, 1978-1979, Paris, 2004 9

103

Revue europénnee du droit social

Il ya donc deux conceptions de "revenu garanti sans condition": une d'orientation libertaire qui fait un outil pour favoriser la liberté individuelle, et une de gauche qui voit en elle "la sécurité sociale de base" (la gauche doit reconsidérer sa vision sur la société, pas départ de prolétariat, mais de la précarité et ça pour combiner une "financement redistribuée" par une "renforcement de la position de représentants des ces qui sont dans une situation économique précaire"). L'objection principale apporteé au mécanisme de "revenu universel garanti sans condition" déconnecté par la nécessité d'emploi se réfère à l'impossibilité de financement de ce projet, considéré en termes financiers insoutenable. Cependant, ont été faits des calculs et a été conclu que le problème du financement du projet est faux et qu'il ya des possibilités de couvrir tel projet11. Au lieu de cela, cependant, le financement pose de réels problems, parce qu'ils sont neutres et déterminent la mesure d'un revenu inconditionnel, par référence à répartition des richesses réalisés dans la société. Un revenu garanti vise deux objectifs: éradiquer la pauvreté et réduire les inégalités. Toutefois, selon les options retenues, il pourrait en réalité de ne pas être atteint que le premier, parce que, comme il arrive dans les sociétés occidentales, la méthode de revenu garanti universel permet d'échapper au chômage, des lieux précaires du travail, de l'extrême pauvreté, mais il pas abolit le capitalisme, l'inégalités pas être supprimés. La situation est beaucoup aggravée particulierement quand le financement est réalisé par "creation monétaire" (ce est à dire quand sont mis en circulation de plus en plus d’argent, ces opérations passant souvent par les banques qui accordent des grandes montants des crédits, supérieure à la quantité des dépôts qu'ils détiennent). Pour arriver, mais vraiment, à "réduire les inégalités", les modalités de financement doit suivre certains principes: prudence, pérenne, l'adéquation, la cohérence et la pertinence. En d'autres termes, les modalités de financement doivent permettre une amélioration des conditions de vie de nombreux, et pour cela il faut à surveiller près et rigoureusement car ils ne entraînent pas une "degradation de la situation des plus pauvres" ou de nuire à "l'acquis sociale". Ces exigences sont essentielles et expliquent,partiellement, les réserves et même l'hostilité exprimé par les syndicats par rapport à "l'allocation universelle assurée". Ils doivent donc trouvé les ressources nécessaires pour financer cet revenu universel, à cet égard être considérées les différentes options: auto-financement; l'introduction des taxes ciblés; augmenter le taxe sur la valeur ajoutée; augmenter l'impôt sur le revenu ou de patrimoine. Auto-financement impliquerait aussi l'effusion dans le "revenu universel" des prestations sociaux actuels, diverses subventions, bourses, etc. Ainsi, peuvent être remplacés les différents dispositifs des prestations sociaux, mais pas tous, doivent faire une distinction entre les "prestations contributives" concernant le régime 11

Voir B. Mylando, Financer l’allocation universelle, dans „Le monde diplomatique”, Mai 2013, p. 17-18.

104

Revista europeană de drept social

d'assurances (et sont financées par les cotisations pour les retraites, pour la sécurité sociale, etc.) et les "prestations non contributives" tels que les aides sociales, appartenant du régime de la solidarité nationale (et sont financés par les impôts). Le revenue universel inconditionnellement garanti ne pouvait pas remplacer un régime d'assurance - contributif, qui ne vise pas à protéger contre la pauvreté, mais le maintien d'un certain niveau de vie. Mais plutôt, le revenu universel inconditionnel pourrait très bien remplacer les aides sociales (situation dans laquelle le montant de revenu universel doit être au moins égal à la prestation supprimées). Mais, ne ont pas pu être supprimés supprimée, par exemple, des aides pour le maladie ou des allocations pour handicapés maladie qui ont d'objets spécifiques. Toutefois, on croit que, il devrait laisser une certaine marge de manœuvre à cet égard, comme "les transferts budgétaires" qui pourrait être une source d'auto-financement potentielle du revenu universel inconditionnel. L'introduction des taxes ciblés. Certains taxes peuvent viser à assurer les comportements socials souhaitables grâce à des dispositifs incitatifs ou, au contraire, de pénalité. Il s'agit de: taxes environnementale; le taxe sur les transactions financières; le taxe sur les transactions boursiéres; les taxes sur le vice; le plafonnement des rémunérations. Ces possibilités de financement a deux avantages significatifs: la plupart des contribuables ne seraient soumis à ces taxes et sanctionnerait des comportements que l'opinion publique n'accepte pas: les dommages environnementaux; des spéculations boursières; rémunérations excessives et inégales. Mais en même temps, ces taxes sont incertaines, cette source de financement qui dépendre du degré de responsabilité des personnes concernées. Donc il doit y avoir une correspondance entre le mesure financées et son mode de financement, qui ne devrait pas être aléatoire. Augmenter les taxes sur la valeur ajoutée (c'est à dire, indirectement, l'impôt sur la consommation). Cette possibilité de financement a de nombreux avantages: tout le monde utilise (donc la source est abondante); est indirectement intégré dans le prix, qui est moins perceptible par les contribuables. Mais, comme cet est plus grand avec à la fois le pourcentage de rétention peut être plus modérée. Puis, ce mode de financement soulève des certaines questions, notamment le compliquer de la lutte contre la pauvreté, parce qu'il entraîne une augmentation des prix et, en tant que telle, aussi le revenu universelle inconditionnelle serait réduit en raison de la croissance des prix. Il se reproche au TVA son caractère inégal et régressif12. Il a également souligné que cette source de financement dépend principalement de mode de consommation et le niveau d'économies des individus, ce qui rend incertaine.

12

Voir D. Häni, E. Schmidt, Le révenue de base. Une impulsion culturelle, 2008, http://le-révenu-debase.blogspo.fr

105

Revue europénnee du droit social

Le financement fondé sur l'augmentation de l'impôt sur le revenu. L'avantage de cette méthode de financement serait que ce donnerait une réponse claire au problème de "la progressivité des prélèvements". L'inconvénient serait q'un financement par l'impôt implique une réforme fiscale profonde et un pourcentage élevé de l'impôt (mais l'ampleur de cette augmentation doit, cependant, être relativisée, ce serait déjà modérée si elle s'étend à tous les revenus: du travail, de capital, le patrimoine, des successions, qui serait répartie équitablement entre tous les contributeurs). Dans une logique de réduction d'inégalités, le recours à une "flat tax" (taxe étendu), ce est à dire l'impôt proportionnel, proposé par certains auteurs ultralibérales13 (et déjà en vigueur en Russie et dans certains pays d'Europe d'Est), serait un solution, la progressivité de l'impôt doit être encore plus forte (en raison de taxer plus le mieux placé), réintroduisant des pourcentages très élevé de l'impôt sur le revenues élevés et même un plafond de rémunération trop élevée (exagéré). Et cela non seulement comme un système de financement, mais aussi dans une logique de réduction des inégalités et des iniquites14. En parallèle, et pour limiter le pourcentage d'impôt est de préférence a chargé de plus le patrimoine, parce que si l'inégalités à propos de revenus est flagrante, l'inégalités en termes de patrimoine sont plus évidente, en demandant une réaction (réponse) approprié15. Bien sûr, q'ont été faites des questions au sujet de la durabilité de ce système progressif pour financer un revenu universel garanti sans condition, en particulier si ce système serait d'encourager les individus à réduire leurs activités productives rémunérées. Il est considéré que ces craintes ne sont pas fondées, car il est un mécanisme très simple pour équilibrer, à savoir que toute diminution de l'activité ne modifie pas le fondement de financement de revenu universel inconditionnellement. Ensuite, le niveau réduite du revenu universel inconditionnel a, au contraire, un effet stimulant, fauteur de travailler, pour le supplément de revenus nécessaires d'une vie décente (non seulement pour la survie)16. La conclusion est que, étant donné les lacunes actuelles dans le système, la société pourrait adapter même avec un recul de l'activités économiques, mais s'il y a arrive qui serait affecté la capacité de la société à répondre à ses besoins, alors chaque individu actif, qui a connu une diminution de son revenu inconditionnel, devra travailler pour compléter ce revenu universel inconditionnel, contribuant ainsi à l'effort nécessaire pour répondre aux besoins de tous.17

13

Voir: A. Atkinson, Public Economics in Action. The Basic Income/Flat Tax Proposal, Oxford University Press, 1995; M. de Basquiat, Objectif oikos. Livre blanc du CJD, Paris, 2012. Voir B. Mylando, Financer l’allocation universelle, op.cit 15 Ibidem. 16 Voir M. de Basquiat, Un revenue pour tous, mais a quell montant? Comment le financer? Microsimulation de l’allocation universelle en France, Paris, 2013 17 Voir B. Mylondo, op. cit., p. 18. 14

106

Revista europeană de drept social

LA LÉGISLATION TUNISIENNE FACE AUX DIFFICULTÉS FINANCIÈRES DES ENTREPRISES Sabrina MSAKNI ABBES Docteur en sciences économiques de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sfax, Tunisie. sabrina.abbes @planet.tn

Abstract Business failure is not a surprise event but it follows a process that extends over time, to the economic difficulties of the first financial difficulties. If the company manages to become aware of their difficulties early enough, it may consider alternatives. In contrast, the only solution will be the voice judicial evolving recovery until the declaration of bankruptcy. However, even if the definition used for the failure is not unanimous, the causes that generate are generally the same. Throughout this paper we will present the different stages of failure: starting with the first signs of economic failure which can then generate financial failure that can lead to worsening legal failure. This analysis will be applied to the Tunisian law failure. Keywords: failure, bankruptcy, risk

Introduction La recherche a montré, dès les années 1960, qu'en analysant les causes de défaillance des entreprises, il est possible de la prédire suffisamment à l'avance grâce aux modèles de prévision de la défaillance. Depuis, ce domaine n'a cessé de susciter l'intérêt des chercheurs et des praticiens. Cet intérêt grandissant peut s'expliquer par l'enjeu du phénomène de faillite. En effet, la faillite des entreprises génère des coûts énormes pour tous les agents économiques et pour la société en général. La prévoir à l'avance pourrait la prévenir et éviter ses conséquences. Dans ce qui suit, nous allons présenter les différentes étapes de la défaillance, en commençant par la défaillance économique, pour arriver à la défaillance financière et enfin à la procédure judiciaire. 1. La défaillance économique D'un point de vue économique, l'entreprise devient défaillante lorsqu'elle n'arrive plus à écouler normalement ses produits ou services, ce qui se manifeste par des pertes structurelles ou chroniques. En effet, une telle entreprise supporte plus de charges qu'elle ne génère de produits accumulant ainsi les déficits. Devenant non rentable, celle-ci ne contribue plus positivement à l'économie. Selon

107

Revue europénnee du droit social

Gresse (1994), le stade ultime de la défaillance économique est une valeur ajoutée négative. L'entreprise consomme alors des ressources au lieu d'en produire. 1.1. Les approches économiques de la défaillance Les premières tentatives d'explication de la défaillance remontent à l'origine de la pensée économique. Sur le plan macroéconomique, Juglar (1862) et Kondratief (1935) font très vite le lien entre faillite, cycle et crise en distinguant les crises dont l'origine peut se trouver dans le jeu spontané des procédures de régulation (petites crises) de celles qui ont des origines plus profondes et tenant à un désajustement entre les différentes forces de régulation et l'état des structures de l'économie (grandes crises). C'est dans la phase de contraction des cycles que se généralisent les phénomènes de faillite. Dans les années 30, Schumpeter (1973), Keynes (1937), posent les fondements modernes de l'analyse en insistant sur le rôle de la consommation, de la capitalisation, de la masse monétaire, du taux d'intérêt et du décalage entre production et demande. La défaillance, selon Kellens (1974), est étroitement liée aux signes négatifs de la conjoncture économique. Il relève un rapport inverse extrêmement étroit entre cycles économiques et cycles de faillites et de concordats. Il constate également que le taux de concordat réagit le premier à la prospérité comme à la récession. Quant à Michaux (1978), il souligne les difficultés provenant des changements de l'environnement socio- économique général et des politiques macroéconomiques qui y répondent (effet brutal de politique non différenciée de l'Etat sur la politique monétaire, budgétaire et du crédit). Parmi les facteurs environnementaux macroéconomiques susceptibles de déclencher la défaillance d'une entreprise, on retrouve souvent la politique industrielle, les décisions monétaires, l'attitude des pouvoirs publics, le soutien explicite ou non aux entreprises en difficulté,…etc. Toutefois, la complexité de la défaillance nous amène à constater qu'aux facteurs externes, il faudrait ajouter des facteurs internes. La théorie classique de la firme relie le phénomène de la faillite à la notion d'entreprise marginale: les entreprises qui ne sont pas capables de vendre suffisamment pour couvrir leurs coûts sont condamnés à faire des pertes, donc à disparaitre. Malecot (1991) estime que la faillite résulte d’un ensemble de forces concurrentielles qui contraignent l’entreprise à adopter une norme de production compatible à ses moyens. Dans son analyse, il fait la distinction entre les phénomènes résultant de la « sphère réelle » (où seules les conditions de production sont prises en compte) et les phénomènes liés à la « sphère financière », conditions de fonctionnement des marchés financiers). La défaillance peut s'expliquer de différentes manières. Ainsi, elle peut être le résultat d'un sous investissement (faillites par défaut d'investissement). En effet, des difficultés financières, éventuellement temporaires, engendrent le risque de

108

Revista europeană de drept social

refus de financement d'un projet, même rentable du point de vue de sa valeur actuelle nette (Myers, 1977). Le niveau des investissements financièrement possibles est inférieur au niveau des investissements souhaitables. La possibilité d'une défaillance pour excès d'investissement n'est pas non plus à exclure (Blazy, 2000). Selon cet auteur, en cas d'échec, la responsabilité limitée dont bénéficient les actionnaires restreint leurs pertes. Ces derniers sont incités à investir dans des projets à haut rendement, parfois hasardeux. Le succès ne s'acquiert qu'au prix d'une prise élevée de risque, laquelle accroit par ailleurs la probabilité de défaillance de l'entreprise. La théorie microéconomique classique demeure toutefois dominée par une représentation limitée de la situation de la firme et de son environnement (situation de concurrence pure et parfaite, rationalité des agents, maximisation du profit, prééminence de l'échange sur la production). Les partisans de la théorie des droits de propriété et de la théorie de l'agence estiment que les causes de défaillance sont plutôt à rechercher dans le dysfonctionnement d'un système de relations contractuelles entre agents individuels. Dans cette optique, la faillite peut se comprendre comme un simple transfert de propriété des actionnaires vers les créanciers (Guilhot, 2000). Ce point de vue est également partagé par Jacquemin (1985) qui soutient que, dans la défense de l'hypothèse néoclassique selon laquelle les entreprises maximisent leurs profits, une des justifications dominantes est basée sur la vision selon laquelle la lutte concurrentielle élimine automatiquement ceux qui n'adoptent pas un comportement conforme à cet objectif. La sélection ne conduisant pas nécessairement à un comportement maximisateur, on est amené à présumer un tel comportement. Si on accepte comme hypothèse la maximisation du profit, le rôle éventuel de la sélection naturelle dans nos économies se déplace et se situe alors au niveau du processus concurrentiel susceptible d'assurer l'émergence de structures optimales de marché. Plus généralement, le critère de sélection, pour un output donné, est une population de firmes qui réalise cet output à moindre coût. Il ressort finalement de l'ensemble de ces différentes études que c'est la concurrence qui pousse à la recherche de rendements croissants et d'économie, d'introduction de l'innovation, etc. qui est le phénomène central du processus de sélection des entreprises. L'hypothèse habituelle du modèle néoclassique, basée sur la maximisation du profit, est aujourd'hui remise en cause par la théorie et la réalité empirique. Dans le cas particulier des PME, les objectifs de l'entreprise se confondent avec ceux de l'actionnaire-dirigeant. Celui-ci a d'autres foncions que la maximisation du profit. Il poursuit à travers son entreprise, ses propres objectifs: recherche d'indépendance, de pouvoir, de réalisation individuelle... La PME est confrontée à de nombreuses contraintes (institutionnelles, fiscales...), lesquelles créent aussi des imperfections de marché. A partir du moment où des imperfections existent sur le marché, rien n'incite l'entrepreneur à minimiser ses coûts, car les forces du marché ne sont plus efficientes pour le discipliner

109

Revue europénnee du droit social

1.2. La défaillance dans une perspective de CT et de LT La théorie du marché en concurrence parfaite explique pourquoi et comment une entreprise peut connaître la défaillance. Dans cette optique, Michaux (1978) propose deux types de raisonnement: un premier de court terme et un second de long terme. Dans une perspective de court terme (capital fixe et travail variable), toute augmentation de la demande globale du marché engendre une augmentation du prix du produit ou du service proposé qui améliore la rentabilité de la firme ou met fin à sa marginalité (prix supérieur au coût moyen) ou encore la fait passer dans une situation de moindre perte (prix supérieur au coût moyen). L’analyse de long terme postule que les réaménagements de la fonction technique de production sont possibles en vue de minimiser les coûts. Une meilleure combinaison des facteurs peut permettre d'atteindre la capacité optimale de production par l'égalisation des coûts à court et à long terme. Sur un marché où les entreprises font du profit, la concurrence suscitera l'arrivée de nouveaux entrants aussi longtemps le profit est positif. Cela aura pour effet, d'une part, l'augmentation de l'offre globale et, d'autre part, la diminution du prix. Le marché de concurrence parfaite conduit les entreprises vers des niveaux de profits nuls. La rentabilité est donc la condition si-né-qua-non de l'existence de l'entreprise à long terme. Dès lors, les exigences de transformation des profits en rentes spécifiques pour les détenteurs de ressources, réduisent l'ensemble des firmes du marché à la situation de strict équilibre budgétaire, situation préalable à la faillite. « Pour la firme, la faillite ou la pré-faillite économique n'est plus l'issue fatale mais seulement l'issue possible à laquelle une résistance peut être opposée par la constitution de surplus financiers entretenus stratégiquement. La menace d'exclusion de la firme de son marché est inversement proportionnelle aux « pouvoirs de marché » régnant ou se développant dans les secteurs auxquels l'entreprise appartient » (Michaux, 1978). L'observation de la réalité montre que les marchés sont bien souvent plus éloignés des situations de concurrence parfaite que des situations d'imperfection. Ces dernières sont susceptibles d'avoir un impact sur le déclenchement de la faillite. Elles donnent à son détenteur un certain pouvoir sur le marché (et parfois hors marché). Grâce à ce(s) pouvoir(s) et aux rentes réalisées antérieurement, elles maintiennent en activité des entreprises qui dégagent de la valeur ajoutée négative. A partir du moment où des imperfections existent sur le marché, rien ne permet en effet de conclure que les entreprises vont minimiser leurs coûts, car les forces du marché ne sont plus efficientes pour les discipliner. Dans ces conditions, la notion même de valeur ajoutée perd de son sens. Les situations d'imperfections sont donc susceptibles de retarder la faillite car elles favorisent l'inefficience par un gonflement artificiel des coûts et maintiennent virtuellement en vie des entreprises qui, dans des conditions concurrence, n'existeraient plus. 110

Revista europeană de drept social

2. La défaillance financière La notion de flux de liquidité demeure importante dans l'analyse de la défaillance financière d'une entreprise. C'est pourquoi la littérature exprime ce type de défaillance par des problèmes de trésorerie, de risque de non recouvrement des engagements. Malecot (1981) stipule, dans son étude, que la défaillance financière intervient lorsque l'exploitation ne peut plus faire face au passif exigible au moyen de son actif disponible. Autrement dit, dans sa phase de défaillance financière, l'entreprise ne peut plus structurellement faire face à ses décaissements et son passif à court terme devient nettement supérieur à son actif réalisable. Elle ne trouve plus de solution pour gérer sa dette, ce qui se traduit par des incidents de paiements. Ce manque de liquidité aboutit rapidement à l'impossibilité de payer les créanciers et se constate alors grâce aux ratios qui comparent les actifs et les passifs de même échéance (Gresse, 1994). Fig.1. L'enchaînement économique menant à la discontinuité financière (`failure path')

111

Revue europénnee du droit social

L'enchainement du processus conduisant à l'impossibilité de faire face aux exigences ainsi décrit, présente quelques similitudes avec celui proposé par Ooghe et Van Wymeersch (1996). Pour ces auteurs, l'insuffisance de la valeur ajoutée et le poids excessif des charges de structure sont à l'origine du manque de rentabilité de l'entreprise, situation dans laquelle celle-ci n'est plus en mesure d'assurer son autofinancement et sa liquidité. De plus, le manque de liquidité peut être accru par des investissements jugés excessifs ou mal étudiés. L'absence de liquidité conduit l'entreprise à s'endetter et cet endettement gonfle les charges financières. L'endettement devient excessif et les charges financières ne peuvent plus être assurées. Dès l'instant où la méfiance des prêteurs s'installe, « ébranlement du crédit » ayant pour conséquence l'impossibilité de recourir encore à l'endettement ce qui provoquera l'étranglement de la trésorerie (« cessation des paiements »). L'entreprise rentre alors dans un cercle vicieux dans lequel la marge de manœuvre du dirigeant devient de plus en plus étroite. Pour plus d’explication, ces auteurs, présentent le graphique suivant résumant les différentes étapes conduisant à la défaillance. Selon Popiel (1999), le non-respect du contrat par l’entreprise envers ses partenaires explique ses difficultés financières. Pour lui, la fragilité financière est le résultat d'une faible solvabilité, due à la pauvre qualité des actifs et à l'insuffisance de profitabilité. Il constate que, dès que la situation financière de l'entreprise commence à se dégrader, la mauvaise gestion s'amplifie à travers une série d'étapes: 1. la mauvaise gestion technique (technical mismanagement) qui consiste en une série de décisions en matière de gestion qui aggrave la situation de l’entreprise; 2. la gestion cosmétique (cosmetic mismanagement) qui consiste à recourir à la créativité comptable (« window dressing » ou habillage du bilan) dans le but de cacher une érosion des capitaux, de la trésorerie et /ou des profits. Par cette technique comptable l'entreprise, souvent en situation de difficulté, cherche à embellir son l'image en matière de performances économiques et financières et à perfectionner ses résultats. Par rapport au système comptable, ce type « d'ingénierie financière » accroit le risque d’asymétrie d’information. Argenti (1976) insiste sur le fait que de telles pratiques sont de bons indicateurs pour détecter les premiers signes annonciateurs des défaillances d'entreprises; 3. la gestion désespérée (desperate mismanagement) qui consiste en la recherche de positions « spéculatives » encore plus risquées en demandant de nouvelles lignes de crédits contre l'engagement de payer des taux très élevés; 4. la fraude: lorsque l’adoption de comportements frauduleux de la part de l’entreprise devient inévitable, due au désespoir de la situation l’illiquidité qui devient évidente. L'ampleur de ces pratiques étranges et illégales, est aujourd'hui mise en évidence dans les nombreux scandales liés aux multiples faillites. D’après Van Wymeersch et Ooghe (1996), les faibles performances financières sont aussi liées au manque de rentabilité de l'entreprise qui engendre une difficulté d’autofinancement. Ce qui contraint l’entreprise au financement 112

Revista europeană de drept social

externe (par emprunt), même si le coût est élevé, ce qui aggrave d’avantage la situation financière et compromet de la sorte sa capacité à répondre à ses engagements de court terme. Ainsi, la charge des dettes accroit la fragilité financière de l'entreprise et réduit sa solvabilité. Il s'ensuit inévitablement une perte de confiance des partenaires de l'entreprise, engageant celle-ci dans un effet boule de neige. L'entreprise ne trouve plus de solution pour gérer sa dette, ce qui se traduit par des incidents de paiement (Gresse, 1994). Lorsque les difficultés financières apparaissent et s'amplifient, les banques font généralement l'objet d'attaques permanentes. On leur reproche, d'une part, une attitude trop frileuse, un soutien insuffisant aux entreprises et, d'autre part, une stratégie audacieuse et une prise de risque excessive. Ce débat trouve une application directe dans la double jurisprudence qui condamne, d'une part, les banquiers ayant brutalement coupé les crédits à des entreprises viables (rupture fautive de crédit) et, d'autre part, ceux qui ont inconsidérément soutenu des entreprises non viables (soutien abusif). 2.1. Les approches financières de la défaillance L'évaluation du risque de défaut d'une entreprise relève d'approches non seulement économiques mais aussi financières. L’analyse faite par Modigliani Miller (1958, 1963) des coûts de faillite intègre l’étude du risque de défaillance. Ces auteurs stipulent que la valeur de la firme est indépendante de sa structure de financement. Cette version du modèle initialement proposé par Modigliani et Miller débouche sur un résultat considérablement différent de celui conclu en 1958. L’intégration de l'impôt sur les sociétés infirme la thèse de la neutralité des moyens de financement sur la valeur de l’entreprise puisque, grâce à l'économie fiscale, la valeur de la firme endettée dépasse celle de l'entreprise non endettée (Belletante et al. 2001). La prise en compte de la fiscalité permet de conclure que l'entreprise a intérêt à ne disposer que de la dette dans sa structure financière. Par conséquent, la combinaison financière idéale résulte de l'égalité entre les avantages de l'endettement et les coûts de faillite et de réorganisation. La théorie de l'ordre hiérarchique stipule que les entreprises préfèrent l'autofinancement comme première source de financement. A défaut, elles feront d'abord appel au financement par emprunt, puis aux obligations et, enfin à l'émission d'actions. La littérature montre que la difficulté financière est souvent liée au niveau d'endettement (Titman et Opler, 1994). Ainsi on peut conclure que l’accroissement de la dette est un indicateur de la performance de la firme qui va permettre de générer un processus de création de valeur. A partir du moment où l'endettement n'est plus contrôlé, la firme risque de tomber en défaillance et d'entrer dans une nouvelle étape de redressement judiciaire (Beaver, 1966, Altman, 1968). Dans le prolongement de ce courant, Titman et

113

Revue europénnee du droit social

Opler (1994) précisent que la dette est un facteur de « stress financier » capable de mettre l'entreprise en danger. 2.2. Défaillance financière et relation à la banque Le comportement du banquier lors de l'apparition des difficultés de son client, à fait l’objet de plusieurs études, parfois contradictoires. Dans ce contexte, Udell (1989) montre que le banquier a, dans certains cas, intérêt à repousser la liquidation d'une entreprise s'il estime que de mauvais résultats peuvent survenir en cas de sanction. Il repoussera, ainsi, la liquidation jusqu'au moment où il sera prémuni contre l’annonce d'une information négative. Il peut continuer à soutenir l'entreprise malgré le fait qu'il estime que la valeur des actifs de l'entreprise est insuffisante pour rembourser les crédits octroyés. Il attendra jusqu'à ce que des perspectives plus favorables pour l'entreprise s'affichent pour dénoncer les lignes de crédit et suspendre son soutien à l'entreprise. Il s'agit d'une stratégie susceptible d'être adoptée par le banquier face aux difficultés financières de son client « risqué ». A l'inverse, Armendariz et Aghion (1990) montrent que le banquier est incité à développer une réputation de sévérité. Les effets de réputation conduisent le banquier à accélérer et à liquider automatiquement toute entreprise fragile. Ce dernier a donc intérêt à sanctionner une telle attitude afin d'empêcher un effet de contagion aux autres emprunteurs. Il adoptera également ce type de stratégie lorsqu'il estime que les garanties dont il dispose sur les actifs de l'entreprise sont suffisantes pour couvrir ses risques de crédit. Pour l'entreprise face à des difficultés, l'absence d’appui de la banque ou des pouvoirs publics constitue souvent un signal d'alerte crédible pour les autres partenaires. Ainsi, la multiplication des revendications et la réticence à toute forme d’arrangement de la part de ces différents acteurs conduit évidemment à la défaillance juridique. 3. La défaillance juridique Malgré la similitude de la définition de la défaillance, les procédures et les traitements de ce phénomène diffèrent d’un pays à l’autre selon la législation en vigueur. Pour le cas de la Tunisie et selon le législateur, la « défaillance » est l’événement juridique qui officialise la cessation de paiement d’une entreprise, en d’autres termes son incapacité à faire face à ses engagements de court terme. Selon le Code de Commerce de la Tunisie, et à partir de la Loi n° 2003-79 du 29 décembre 2003, modifiant et complétant la loi n°95-34 du 17 avril 1995, relative au redressement des entreprises en difficultés économiques, telle que modifiée par la loi n°99-63 du 15 juillet 1999, le régime de redressement tend essentiellement à aider les entreprises qui connaissent des difficultés économiques

114

Revista europeană de drept social

à poursuivre leurs activités, à y maintenir les emplois et à payer leurs dettes. Le législateur Tunisien a voulu, à l’aide de cette loi, donner une seconde chance aux entreprises en difficultés. Mais plusieurs conditions doivent se réunir pour pouvoir bénéficier du redressement (Article 3): • Peut bénéficier de ce régime toute entreprise dont les pertes ont atteint la totalité des fonds propres ou ayant enregistré des pertes dépassant trois quarts de ses fonds propres sur trois années successives s'il se révèle au juge qu'il y a des chances sérieuses pour son redressement. • Bénéficie de ce régime toute personne physique ou morale assujettie au régime d’imposition réel exerçant une activité commerciale, industrielle ou artisanale, ainsi que les sociétés commerciales agricole ou de pêche. • Ne bénéficie pas de ce régime toute entreprise qui, bien que solvable, s'abstient de payer ses dettes, ainsi que toute entreprise qui a cessé son activité depuis au moins un an. Il est important aussi de noter qu’il existe différentes procédures de redressement et que ce dernier est précédé par un règlement amiable et une expertise sur la réalité financière et économique de l’entreprise en question. 3.1. Notifications des signes précurseurs des difficultés économiques La Loi tunisienne n° 2003-79 du 29 décembre 2003, modifiant et complétant la loi n°95-34 du 17 avril 1995, relative au redressement des entreprises en difficultés économiques, telle que modifiée par la loi n°99-63 du 15 juillet 1999, annonce, dans le chapitre II, les signes avant-coureurs d’une difficulté de paiement d’une entreprise. Selon cette Loi, une entreprise est face à des obstacles économiques et financiers qui nécessitent une intervention externe, si cette dernière a failli au paiement de ses dettes six mois après leurs échéances, auprès des services de l’inspection du travail, de la caisse nationale de sécurité sociale, des services de la comptabilité publique et des institutions financières. Dans ce cas, ces institutions, ainsi que le Commissaire aux comptes de l’entreprise doivent impérativement informer la Commission de suivi des entreprises économiques1 (CSEE) de la situation de non-paiement ainsi que de tout autre acte menaçant la continuité de l'activité de l’entreprise. Le Commissaire aux comptes doit demander des éclaircissements sur la situation auprès du dirigent. Si ce dernier s’abstient de présenter un rapport dans ce sens dans les 15 jours, le Commissaire aux comptes se dirige vers le Conseil d’administration ou le Conseil de surveillance, en leur donnant un délai d’un mois. 1

La CSEE est une commission chargé de centraliser analyser et échanger les informations sur les entreprises économiques (article 4 nouveau); sa composition et ses modalités de fonctionnement sont fixées par le décret n°99-2790du 13 décembre 1999, modifiant le décret n°95-1769 du 2 octobre 1995, portant composition et modalités de fonctionnement de la commission de suivi des entreprises économiques

115

Revue europénnee du droit social

Si les signes de difficultés persistent, sans aucune réponse, ce dernier doit informer la CSEE. La CSEE informe le Président du Tribunal de première instance qui convoque, dès réception du rapport, le dirigeant ou le propriétaire pour voir quelles sont les mesures adoptées pour remédier à la situation en fixant un délai: on parle alors ici d’un règlement amiable. A l’expiration du délai sans résultat encourageant, le juge: • ordonne l’ouverture de la procédure judiciaire si les conditions sont réunies (article 3 et article 18) et /ou • décide de l’ouverture immédiate d’une période d’observation et désigne à cette occasion de désigner un juge commissaire, un administrateur judiciaire et un expert en diagnostic (article 3bis). Toutes ces décisions doivent être communiquées à la CSEE via un rapport écrit. 3.2. Le règlement amiable Cette procédure n’est valable que dans le cas où l’entreprise n’est pas en cessation de paiement. « Est considérée en état de cessation de paiement au sens de la présente Loi, notamment toute entreprise qui se trouve dans l'impossibilité de faire face à son passif exigible avec ses liquidités et actifs réalisables à court terme » Article 18 alinéa 2. Le dirigeant doit effectuer une demande par écrit à la CSEE en vue de bénéficier d’un règlement amiable. Cette dernière doit analyser la situation de l’entreprise en question et transmettre son diagnostic au Président du Tribunal de première instance dans un délai ne dépassant pas un mois. Le juge, dès réception de la demande, décide l’ouverture du règlement amiable et désigne un conciliateur (ou se présente lui-même en conciliateur) pour essayer de trouver un terrain d’entente entre le débiteur et ses créanciers, et établir un accord dans un délai de trois mois avec un prolongement de un mois maximum. A ce stade, si le conciliateur échoue dans sa mission, alors l’entreprise passe au règlement judiciaire; dans le cas contraire, le Président du Tribunal homologue l'accord conclu entre le débiteur et l'ensemble de ses créanciers2. L’accord peut porter sur l'échelonnement des dettes et leur remise, sur l'arrêt du cours des intérêts ainsi que sur toute autre mesure. Il est ensuite déposé au greffe du tribunal, inscrit au registre de commerce, publié au Journal Officiel de la République Tunisienne et une copie en est transmise à la CSEE.

2

Le juge peut homologuer l'accord signé par les créanciers dont le montant des créances représente les deux tiers du montant global des dettes et ordonner le rééchelonnement des autres dettes, quelle que soit leur nature, sur une période ne dépassant pas la durée de l'accord, et ce, nonobstant toute disposition légale spéciale contraire

116

Revista europeană de drept social Fig.2. Déroulement du règlement amiable

117

Revue europénnee du droit social

En cas de défaillance de l’accord et de non paiements des engagements prévus pendant une durée de six mois de la date où ces décisions sont devenus exigibles, alors l’un des créancier peut annuler l’accord à partir d’une demande présentée au Tribunal. Ceci aura pour conséquence que « les créanciers rentrent dans l'intégralité de leurs droits antérieurs à l'accord, déduction faite des sommes qu'ils ont perçues en vertu du règlement amiable » (article 16). L’entreprise est alors soumise au règlement judiciaire. Il est important de noter que le dirigeant peut intenter un recours en appel contre la décision de l’annulation de l’accord. Le juge peut, dans ce cas, accepter ou rejeter cet appel. 3.3. Le règlement judiciaire Bénéficie du règlement judiciaire toute entreprise en état de cessation de paiement. Une demande dans ce sens est présentée par le dirigeant et/ou le propriétaire au Président du Tribunal de première instance. Ce dernier demande l’avis de la CSEE dans un délai ne dépassant pas 20 jours. En fin de période, le juge peut ordonner • soit le déclenchement du règlement judiciaire (redressement) et l’ouverture d’une période d’observation; • soit le rejet de la demande; • soit la cession de l’entreprise à un tiers, sans passer par une période d’observation, s’il juge que c’est l’unique solution. Quinze jours après la décision, une période d’observation est ouverte et le juge confie le dossier à un juge commissaire et un administrateur judiciaire chargé d’établir le plan de redressement dans un délai de trois mois renouvelable pour la même durée. Un extrait de la décision d'ouverture de la période d'observation sera publié au registre de commerce, une copie en est communiquée à la CSEE. Il sera aussi inséré au Journal Officiel de la République tunisienne à la diligence du greffier du tribunal et aux frais du débiteur. Le juge commissaire, dès sa désignation, collecte toutes les informations disponibles auprès de la CSEE et de toute autre partie, sur le débiteur et sur les possibilités de redressement de l'entreprise. Il fixe la liste des créanciers et désigne une ou plusieurs personnes pour les représenter. Les créanciers doivent s'assurer de l'inscription de leurs créances antérieures à la date d'ouverture du règlement judiciaire, dans un délai de trente jours à compter de la publication au JORT. Néanmoins, les créances fiscales et celles revenant à la caisse nationale de sécurité sociale peuvent être inscrites en dehors du délai d'une année. L'administrateur judiciaire est chargé de contrôler et/ou d'assister le débiteur en tout ou en partie, dans les actes de gestion et même, dans certains cas, de prendre la direction totale ou partielle de l'entreprise, dans les conditions définies par le tribunal, au cas où la mission de l'administrateur est limitée au contrôle.

118

Revista europeană de drept social

L'administrateur judiciaire élabore le plan de redressement qui comporte les moyens à utiliser pour le développement de l'entreprise: le rééchelonnement de ses dettes, le taux de réduction du principal de ces dettes ou des intérêts y afférents. Il peut, aussi, proposer le changement de la forme juridique de l'entreprise ou l'augmentation de son capital. La CSEE doit être avisée. L'administrateur judiciaire soumet obligatoirement le plan de redressement à l'avis du juge commissaire dès qu'il en achève l'élaboration. Le juge commissaire élabore un rapport dans lequel il donne son avis sur l'opportunité du redressement, qu'il communique au tribunal dans un délai ne dépassant pas quinze jours. Il peut proposer de soumettre l'entreprise aux procédures de faillite ou de liquidation dans le cas d’impossibilité de redressement 3.3.1. Le premier plan de redressement: la poursuite de l’activité S’il s'avère, selon le rapport présenté par l'administrateur judiciaire, que l'entreprise a des opportunités de poursuivre son activité avec le maintien, en tout ou en partie, de l'emploi, et le paiement de ses dettes, le Tribunal décide la poursuite de l'activité de l'entreprise. La poursuite de l'activité de l'entreprise peut être accompagnée de la vente ou de la cession de certains de ses biens ou de ses branches d'activité Si le débiteur faillit à ses engagements financiers, le créancier a le droit de le contraindre à les payer par tous les autres moyens légaux à l'exception de la cession des biens frappés d'une interdiction temporaire de cession par le Tribunal. Dans ce cas, le procureur de la République, le commissaire à l'exécution, le créancier ou les créanciers dont la dette atteint 15 % de la dette globale peuvent saisir le tribunal pour prononcer la résolution du plan de redressement. Le Tribunal décide la réouverture du règlement judiciaire pour passer à un second plan de redressement ou prononce sa mise en faillite ou sa liquidation en cas d'impossibilité pour l'entreprise de poursuivre son activité. 3.3.2. Le deuxième plan de redressement: la cession de l’entreprise Le Tribunal peut ordonner la cession de l'entreprise à un tiers, lorsque son redressement se révèle impossible et que sa cession constitue une garantie pour la poursuite de son activité ou le maintien de la totalité ou d'une partie des emplois et l'apurement de son passif. Un cahier des charges est élaboré sous le contrôle du juge commissaire et mis à la disposition des soumissionnaires d'offres, pour commencer la cession. La décision de mise en cession sera publiée, dans les vingt jours suivant la prise de la décision, par voie d'insertion au JORT et par tout autre moyen décidé par le juge commissaire. L’entreprise sera assainie, lors de sa vente, de toutes les dettes. La propriété de l'entreprise est transférée au cessionnaire dès qu'il a exécuté tous ses engagements et payé l'intégralité du prix. Le produit de la vente sera retenu au profit des

119

Revue europénnee du droit social

créanciers. L’entreprise peut revenir à son activité initiale ou changé d’activité suivant le choix du nouveau propriétaire. 3.3.3. Le troisième plan de redressement: la location ou la location gérance de l’entreprise Le contrôleur de l'exécution du plan élabore un cahier des charges dans un délai fixé par le Tribunal. Les conditions de la location ou location gérance, doivent êtres énumérées dans ce cahier des charges, et notamment, les obligations mises à la charge du soumissionnaire, spécialement celles relatives aux emplois qu'il s'engage à conserver. Il doit contenir, également, l'engagement express et écrit du locataire de ne pas éparpiller les éléments corporels de l'entreprise louée et de ne pas dilapider les éléments incorporels du fonds de commerce et de ne pas les détourner dans son intérêt personnel et de ne pas en abuser lors de l'utilisation. La location de l'entreprise n'entraîne pas la purge de ses dettes. Le contrat de location ou de location gérance peut être résolu s’il est établi que celui qui en a l'exploitation dans le cadre du dit contrat a failli à ses obligations indiquées au cahier des charges et dans la législation en vigueur. En cas de jugement de résolution, le Tribunal statue sur la possibilité de cession de l'entreprise à un tiers, à défaut, il en déclare la mise en faillite ou la liquidation. Fig.3. Déroulement du règlement judiciaire

120

Revista europeană de drept social

Conclusion A partir de ce travail on peut conclure à la complexité du processus de défaillance qui peut aller de la simple difficulté économique à la faillite en passant par plusieurs étapes à partir desquelles des solutions de sauvetage existent. La littérature dans ce sens est assez riche, permettant une meilleure compréhension de ce phénomène à la fois économique, financier et juridique. Pour le cas de la législation tunisienne on peut affirmer l’effort effectué en vue de remédier aux causes de la défaillance, au niveau de plusieurs stades, afin d’éviter la liquidation de l’entreprise et tout ce que cette situation peut engendrer comme effets négatives sur l’économie. Bibliographie ACQUEMIN, A., (1985), « Sélection et pouvoir dans la nouvelle économie industrielle » Economica, Paris. ALTMAN, E.I., (1968), “Financial ratios, discrminant analysis and the prediction of corporate bankruptcy _, Journal of Finance, 23, 4, september, pp. 589-609. ARGENTI, J., (1976), “Corporate Collapse the causes and symptoms”, Holsed Press, McGraw Hill, London. ARMENDARIZ, DE AGHION, B., (1990), “International Debt: An explanation of the commercial banks’lending behavior after 1982_, Journal of International Economics, 28, pp. 173-186. BEAVER, W. (1966), “Financial ratios as predictors failure_, Empirical Research in Accounting, Journal of Accounting Research,6, pp. 165-182. BELLETANTE B., LEVRATTO N. ET PARANQUE B. (2001), « Diversité économique et modes de financement des PME », Paris: L’Harmattan, coll. Economiques BLAZY, R., (2000), « La faillite: éléments d’analyse économique », Economica, Paris. BORDES, C. ET MELITZ, J., (1992), « Endettement et défaillance d’entreprise en France », Anales d’Economie et Statistiques, octobre, pp.45-67. Code des sociétés, lois tunisiennes relatifs aux entreprises. GALBRAITH, J.K., (1967), “The New Industrial State_ ,Houghton Mifflin, Boston. GRESSE, C. (1994), « les entreprises en difficulté », Economica,Paris. GUILHOT, B., (2000), « Défaillance d’entreprise: soixante-dix ans d’analyse théoriques et empiriques », Revue Française de Gestion, 130, pp. 52-67. JORT, Journal Officiel de la République Tunisienne. JUGLAR, C., (1862), « Des crises commerciales et de leur retour périodique », Guillaumin et Cie Libraires, Paris. KELLENS, G. (1974), « Banqueroutes banqueroutiers », Dessart et Mardaga, Bruxelles. KEYNES, J.M., (1937), « Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie », version traduite Payot, Paris. KONDRATIEF, N. (1935), “The long Waves in Economic Life”, Review of Economic Statistics, November, pp. 215-243. LELAND, H. et PYLE, D., (1977), “Informational asymmetries, financial structure and financial intermediation ”, Journal of finance, mai. MALECOT, J.F., (1991), « Analyse historique des défaillances d’entreprises: une revue de la littérature », Revue d’économie financière, 19, hiver. MALECOT, J.F., (1991), « Les défaillances: un essai d’explication », Revue Française de Gestion, septembre /octobre, pp. 10-18.

121

Revue europénnee du droit social MICHAUX, B. (1978), « Profil et signification économique des faillites en Belgique: la réponse du monde juridique », Entreprises en difficulté et initiative publique, pp. 71-158. MODIGLIANI, F., and MILLER, M.H., (1958), “ The cost of capital, Corporation Finance and the Theory of Invertment_ ,American Economic Review, June, 48, 3, pp. 261- 297. MODIGLIANI, F., and MILLER, M.H., (1963), “Corporate Inco;e Taxes and the Cost of Capital. A Correction _, American Economic Review, June, 53, 3, pp. 433- 443. OOGHE, H. ET VAN WYMEERSCH, C., (1996), « Traité d’analyse financière », 6ème édition, Presses Universitaire de Namur. POPIEL, P.A. (1999), “Financial crises and Financial Restructuring: A practionner s view_, Seminar at the Universidad de las Americas. SCHUMPETER, E.F., (1973), “ Small is Beautiful” , New York Row. TITMAN, S. ET OPLER, T., (1994), “Financial Distress and Corporate Performance_, Journal of Finance, XLIX, 3, July, pp. 1015 1040. UDELL, G.F., (1989), “Loan quality, commercial loan review and loan officer contracting, Journal of Banking and Finance, 13, pp. 367 382. WETTERWULGHE, R., (1998), “La PME une entreprise humaine”, Deboek et Lancier.

122

Revista europeană de drept social

LEGAL STATUS OF LOCAL POLICEMAN. COMPARATIVE ANALYSIS WITH POLICEMAN STATUS1 Ioan Laurenţiu VEDINAŞ PhD student at the Police Academy Alexandru Ioan Cuza. [email protected]hoo.com

Summary: This article aims to analyze the legal status of local policeman, from a comparative perspective in relation to policeman status. They revealed both commonalities and differences between the two categories of civil servants. The policeman is part of civil servants with special status, while local policeman is a civil servant who acts specific public local policeman. The question arises whether the current legal solution on the Statute of local policeman is sufficient and appropriate. We believe in the sense that the future would require changing it, meaning that local policeman is incorporated in the category of civil servants who enjoys a special status. Keywords: policeman, local policeman, general status, special status, official, specific public position.

1. General considerations on civil servants The civil service and civil servants are legal institutions that have been claimed over time, by experts in public law and by specialists in private law. This has created and fueled disputes between them. Moreover, among the specialists belonging to the same branch of the law there are different opinions on public official qualification. Thus, if an author of Labour Law considers that the public official is also a person who operates under an employment relationship2, another author believes that civil servant distinguishes by the employee being invested with public powers3 3 by virtue of which have certain features work from that of contract staff. According to the authors of public law which we share, the public official is an institution under public law, subject of research of the branch of administrative law. Revised and republished4, Romanian Constitution, sends by Article 73 para. (3) j) to an organic law that would regulate the legal status of civil servants. 1

This article was prepared within the project: HRD 138822Title Transnational network of integrated management and post-doctoral research in the fields of intelligent "Military Science", "Security Information" and "Public policy and national security" - a training program of elite researchers "SmartSPODAS" 2 Şerban Beligradeanu, Reflections on the legal relationship of employment of civil servants and about the types of legal relations work and a new monistic vision on labour law in the journal Law no. 8/2010, pp. 87-112. 3 Ion Traian Ștefănescu-Treaty of labour law, Ed. The Legal Universe, Bucharest, 2012 p. 24. 4 Published in the Official Gazette no. 767 of 31 October 2003.

123

Revue europénnee du droit social

Organic Law which sends the constitutional text is the Law. 188/1999 regarding the status of civil servants5 Under this law6, the public official is a person appointed under the law, a public office. Public function under the law7, is "all duties and responsibilities established by law in order to achieve public powers by the central government, local government and autonomous administrative authorities." From the analysis of the legal definitions results that, of the essence of public office are the following: a) lawful of the duties and responsibilities which form the content of the civil service; b) public power with which are invested in the holders of public services; c) the categories of public authorities in which there are found public services or central government, local and autonomous authorities. Organic Law no.188/1999 is general status in matters of civil servant status. It accepts, under Article 5 the opportunity to receive special status of civil servants working in the public services, as regards, first, the services listed in points a) to f) of Article 5 para. (1)8, plus other public services established by law. Given that Law no.188/1999 has an organic nature and the legal status of civil servant, generally is regulated by an organic law, leads to the conclusion that the laws regulating the special status for certain categories of public servants have the character of organic laws. The ratio of general status and special statutes applicable to different categories of civil servants is governed by para. (2) of Article 5 according to which may be governed by specific statutes: a) the rights, duties and specific incompatbililities other than those provided for by Law no. 188/1999; b) specific public functions: As it can be seen, the legislature governing statute applicable to a category of public servants has absolutely unlimited freedom, it is bound by regulatory limits draws you in settling civil law framework. They admit, however, two exceptions to this restriction concerning special statutes applicable to civil servants in diplomatic and consular public services and other applicable policemen and other structure of the Ministry of Interior. In this case, the special status can include rules on career beyond those that can be contained, as a rule, in a special status. The reason for this exception is understandable if we consider the peculiarities posed by career of civil servants in these services, in terms of training, recruitment, career development and professional degrees peculiar to them. 5

Republished in the Official Gazette no. 365 of 29 May 2007. We consider art. 2 para. (2) of Law no. 188/1999 regarding the status of civil servants. 7 In accordance with art. 2 para. (1) of Law no. 188/1999 regarding the status of civil servants. 8 It's about public services in the Romanian Parliament, the Presidential Administration, the Legislative Council, diplomatic and consular services, customs, police and other structures of the Interior Ministry. 6

124

Revista europeană de drept social

In practice it was found that the rules established by Article 5 of Law no. 188/1999 are violated, special statutes regulating which exceed the limits of restrictions imposed by law, Moreover, they appear as parallel regulations, waiving from the framework law which affect their legitimacy and have a negative impact on the general arrangements for public office. 2. The legal regulation of the status of policeman and local policeman We have seen in the previous section, that the policeman is part of civil servants with special status. Act regulating the legal status is Law. 360/20029 with amendments which were subsequently made10. Even at the time of writting this article is in the debate of the Chambers of Parliament. The draft law amending and supplementing Law no. 360/2002 on the Statute of the policeman, and to amend art. 7 paragraph. (2) of Law no. 364/2004 on the organization and functioning the judicial police, by which they propose to amend mainly regulations on rewards that can give the policemen and the legal status of their disciplinary liability. Regarding local Policeman, its regulation we find in Law no. 155/2010 of the local police1111 by which in the village, town, city or sector, Bucharest was founded by reorganizing the local police community police who worked under Law no. 371/200412. Analyzing comparatively Law. 360/2002 and Law no. 155/2010, we find that the first is a law regulating the special status of a category of public officials or policemen, while the second is a law that regulates the organization and operation of a public service or local police and in it we find regulations on local police, which is one of the categories of staff working in the local police. We say one of staf categories, given that the local police, under Article 14 of Law no. 155/2010, operates two main categories of staff: A) civil servants, which in turn are of two categories: a) public servants exercising a general public function . The phrase evokes13 "all duties and responsibilities of a general nature and common to all public authorities and institutions in order to achieve their general competence":

9

Published in the Official Gazette no. 440 of 24 June 2002. Among the many modiffications we mention more recent ones made by GEO no. 107/30 November 2011, the Law no. 87/29 June 2012, GEO no. 98 of 22 December 2012, the Government Emergency Ordinance no. 66/26 June 2013, Law no. 255/19 July 2013. 11 Republished in the Official Gazette no. 339 of May 8, 2014. 12 Law no. 371/2004 regarding the establishment, organization and functioning of community policing, published in Official Gazette no. 879/27 September 2004, repealed by art. 43 para. (3) of Law no. 155/2010 except art. 8:21 p.m. on public services to ensure the goals of national guard. 13 According to art. 7 paragraph. (3) of Law no. 188/1999 on the Statute of public functions. 10

125

Revue europénnee du droit social

b) public servants exercising a specific public function phrase that evokes "a whole more specific duties and responsibilities of public authorities and institutions,in order to achieve their specific competences, or requiring specific skills and responsibilities. B) Contract staff represented by employees in the broad sense of the term, whose legal status is regulated by what is labour legislation14. Turning to specific public functions, Law no. 155/2010 provides that legal status is also local police civil service, on which we will focus below. 3. Brief comparative analysis policeman-local policeman We aim to achieve further comparative analysis between the legal status of the police and the local police. We are permitted to mention, yet in the title of this section, the character "brief" of our approach, since on this issue can really be at the level of a monographic works, and what we intend to achieve in the thesis that aims to local police. In this study we aim to outline the key elements that distinguish the legal status of the two categories of civil servants or, conversely them are common. 3.1. One aspect concerns the recognition by the Constitution, of the Policemen, as a category of public servants who are prohibited from joining a political party15. It follows that the policeman is an institution of constitutional rank, enshrined in the Basic Law, any suppression of this category of law institutions in Romania landscape would absolutly mean, changing the Constitution. Instead, local policeman does not receive consecration at the constitutional level, so its keeping it in the category of legal institutions content is left to the legislature. Deepening the analysis,if we consider that the Constitution we find regulations on civil servants and local policeman16and it belongs in the category of public servants, we can conclude that an implicit manner and local police is recognized by the provisions of the Basic Law on civil servants . 3.2. A second analysis concerns the legal status of the two categories analyzed, which shows both similarities and differences. The similarities are that both police and local police are public servants. The differences result from the 14

We consider first the Labour Code approved by Law no. 53/2003, published in Official Gazette no. 345/2011 and other regulations such as Social Dialogue Law No.62 / 2011 published in the Official Gazette no. 322 of 10 May 2011. 15 We consider art. 40 para. (3) of the Constitution, which reads: "No political party can judges of the Constitutional Court, ombudsmen, magistrates, active members of the military, police and other civil servants established by organic law." 16 Exempli gratia, art. 73 lit. g) art. 16 para. (3), art. 54, etc.

126

Revista europeană de drept social

fact that the police officer is a public official with special status regulated by Law no. 360/2002, the provisions of which shall be supplemented by the Law. 188/1999, as common law, while local police officer is a public official who performs a public function specifies its legal status as representative of Law no. 188/1999 which should be added some features from Law no. 155/2010. 3.3. A common element of the two categories of civil servants is the existence of rights, duties and prohibitions whose presence is justified by the common mission work they perform, to contribute to the defense of fundamental values such as fundamental rights and freedoms, prevention and detection of crime, and other antisocial acts nature, defense and public order, ownership, in both its forms, public and private, the rule of law and democracy as a whole. Regarding rights, are common policemen and local police following: a) the right to carry armies17 and use it, if necessary under the conditions and procedure prescribed by law18; b) the right to enjoy legal provisions on the protection of persons who fulfill a function involving the exercise of state authority19. c) The right to free uniform for both categories of policemen which they incubate and be obliged to carry; d) the right to use force in situations that justify its use20; e) the right of association to represent their interests in relation to other subjects of law. With regard to local police, the law provides21 that "to represent their interests in relations with central and local public administration authorities", both civil servants and contract staff may associate in the law. We find that the text provides, in principle, the right of association, resulting in that it can include all types of association (professional union), except political association, aspect on which we will return. In respect of the policeman, the law is more explicit, stating22 that they "can associate and form associations with professional, humanitarian, technical, scientific, cultural, religious, sports-recreational, without prejudice to the fulfillment of duties and official duties ". Specific duties of local police officers and policemen presents some similarities as they follow the: a) comply with the rules of conduct, professional conduct and civic provided by law. For local policeman, this task comes with a principle value23. 17

Provided by art. 20 para. (1) d) of Law no. 155/2010 art. 28 lit. e) of the Law, 360/2002. For local policemen, regulation can be found in Chap. IV "the use of inventory assets and use of weapons." 19 Provided by art. 17 paragraph (2) of Law no. 155/2010 for local policemen and art. 33 of Law no. 360/2002 20 Provided by art. 20 para. (1) f) of Law no. 155/2010. 21 In art. 19 of Law no. 155/2010. 22 In art. 48 of Law no. 360/2002. 23 In art. 21 para. (1) e. 18

127

Revue europénnee du droit social

Instead it is developed for police officers in several texts24 are provided components professional and civic behavior (respect, discipline, fairness); b) to respect the rule of law and defend the values of democracy, duty set in a near similar in the two laws25; c) to observe professional secrecy and confidentiality of data acquired during work, except in the performance of their duties, justice needs or require disclosure law. This duty is set out in identical form carried out in two acts26. Such a duty incumbent on all civil servants and other staff as to the specifics of their work, are aware of certain data and information. d) to exercise fairness in resolving personal problems, so that they do not receive nor give the impression that it benefits of confidential data obtained in his official capacity. Expressed identical in both regulations27, this duty is related to the previous one, relating to secrecy and confidentiality, as with the professional and civic behavior. Both policeman and local policeman are subject to restrictions, which are similar as follows: a) prohibition to be part of a political party or political organization or party to make propaganda for them. It is expressed in a form identical to the two regulations28. Regarding the policemen, as I already mentioned, such a prohibition is found right in the Constitution, in Article 40. The reason it is, in our opinion, the significance of public service that we provide two categories of officials, which defends fundamental social values that require political neutrality perfect for those who perform; b) prohibition to express opinions or political preferences at work or in public, established a common wording29 in the two regulations, derived from the first, which generates the ban on political voice, or to behave in a way to reveal political affinities; c) prohibition to exercise activities liable to harm the honor and dignity of the policeman or of the institution to which he belongs. It is written in a similar form in two regulations30 specify that the regulation of local policeman gainful activities are not permitted to take place; d) prohibition to hold any public service suite for which is remunerated (wage) except for teaching positions in educational institutions, the scientific research and creative literary - artistic; By this prohibition, represented nearly identicaly in the two laws31 it is established an incompatibility between the position of policeman or local 24

Contained in art. 41 points b), d), e) and h). In art. 21 lit. b) of Law no. 155/2010 and art. 42 letter a) of Law no. 360/2002. In art. 21 para. (1) J) of Law no. 155/2010 and art. 42 lit. b) of Law no. 360/2002. 27 In art. 21 para. (1) J) of Law no. 155/2010 and art. 42 lit. b) of Law no. 360/2002. 28 In article 45 para. (1) a) of Law no. 360/2002 and art. 21 para. (2 (a) of Law no. 155/2010. 29 In art. 21 para. (2) b of Law, 155/2010 and art. 45 para. (1) of Law no. 360/2002. 30 In art. 21 para. (2) f) of Law no. 155/2010 and article 45 paragraph (1) letter h) of Law no. 360/2002. 31 In art. 21 para. (2) g) of Law no. 155/2010 and art. 45 para. (1) i) of Law no. 360/2002. 25 26

128

Revista europeană de drept social

policeman, on the one hand, and any other function, except teaching, scientific or of art. The reason of such a prohibition is, on the one hand that to eliminate the risk of creating a conflict of interest between the position of police officer and another that would take place at the same time, and secondly to allow civil servant (policeman or local policeman) to devote to exercise of his duties under the law and job description; e) prohibition to attend meetings, demonstrations, processions or any other political meetings. And this prohibition is expressed in a similar way in the two regulations32, 32its reason being found, on the one hand, in the political neutrality of the policeman and, on the other hand, in the specificity of the public service that we provide, aimed at defending public order, which excludes participation in actions that could have disruptive character. CONCLUSIONS As we said from the beginning of the previous section we intend to present, using comparative analysis, the elements characterizing the legal status of the police and the local police. The research undertaken has helped us to identify many similarities, embodied in the common mission of public services they provide, the values it defend, the concrete way in which it operates. These aspects determine a legal regime similar, rights, duties and prohibitions specific to the two categories of policemen. Despite these similarities, the only one enjoying a special status is policeman, while local police officer was qualified by the legislature to be a public servant who has a specific public function. Such a reality determines the legitimate question, if the solution introduced by Law no. 155/2010 is correct or similarities justify the inclusion of the policeman in the category of civil servants with special status? The question in my mind is a rhetorical substrate, solution that we want to promoted and hopefully, in time, to impose, is that local police will be made in the future, a civil servant with special status. In this way it will remove the image that reveals poor relation to local police, the police in terms of legal status that current legislation enshrines.

32

In art. 21 para. (2) c) of Law no. 155/2010 and art. 45 para. (2) c) of Law no. 360/2002.

129

Revue europénnee du droit social

LES DÉTERMINANTS DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET NON TECHNOLOGIQUE DANS LES ENTREPRISES DE SERVICE CONGLOMÉRÉES* Mallek WAFA Doctorante à la FSEGS, Unité de Recherche en Economie de Développement Université de Sfax, Tunisie [email protected]

Abstract: This paper aims to provide both theoretical and empirical lighting in terms of the proximity effects on the process of technological and non-technological innovation in service companies. From the work of economic geography and neo-institutionalism we recall the theoretical basis of the effect of the proximity on innovation in Co localized firms. The results of a logistic regression performed on the basis of a survey of 102 ICT companies, Co located in Tunis, show that factors related to the firm location, social-economic, organizational and cognitive exert a favorable effect on technological and non-technological innovation. In addition, the findings from the empirical analysis confirm that the determinants of innovation differ depending on whether it is technological or non-technological. Keywords: proximity, ICT, Technological Innovation, Non-technological innovation, logistic regression.

Introduction L’économie contemporaine se caractérise par de perpétuelles évolutions et de profondes mutations sociaux-économiques, politiques, technologiques et institutionnelles. Actuellement, le paradigme de croissance est basé essentiellement sur l’accumulation du capital intellectuel où la mobilisation, la valorisation et la production de nouvelles connaissances sont indispensables pour soutenir la pérennité des entreprises. Ceci explique en effet, la place centrale qu’occupe l’innovation à l’ère de l’économie contemporaine. Cependant, le processus d’innovation provoque des échecs de marché qui sollicitent une intervention étatique stratégique notamment en faveur des secteurs les plus actifs en termes d’innovation. Les pouvoirs publics se trouvent ainsi préoccupés par les nouveaux défis et échecs liés au processus d’innovation, mais en parallèle, ils se trouvent de plus en plus embarrassés par les restrictions imposées sur leur marge de manœuvre par les institutions internationales d’orthodoxie libérale. En effet, les Etats ont mobilisé des politiques industrielles sous la forme d’agglomération industrielle. La politique d’agglomération industrielle s’avère la plus adaptée au nouveau contexte libéral des économies, et la plus pertinente dans la correction des échecs de marché et dans la stimulation de l’innovation 130

Revista europeană de drept social

technologique et non technologique. Ceci s’explique en fait, par la capacité de la proximité spatiale à dynamiser les déterminants sociaux-économique, cognitifs, organisationnels et territoriaux nécessaires pour le processus d’innovation technologique et non technologique. En Tunisie, la politique d’agglomération industrielle se développe dans les différentes régions et pour différents secteurs. À ce niveau, la question qui pourrait se poser est la suivante: jusqu’à quelle mesure la proximité entre les entreprises opérant dans le même secteur et implantées dans le même site industriel au sein d’un pays en voie de développement, est capable de stimuler leur processus d’innovation technologique et non technologique? Pour répondre à cette question, nous aurons besoin de rappeler d’abord, le fondement théorique de l’effet de la proximité sur l’innovation des entreprises implantées sur le même site industriel. Ensuite, nous passons par un exercice économétrique pour vérifier la pertinence de cet apport théorique pour un pays en voie de développement, en l’occurrence la Tunisie. 1. Proximité et innovation: quelques références théoriques Quand nous nous intéressons à l’impact de la proximité sur la performance des entreprises en matière d’innovation nous nous pouvons manquer de nous référer aux travaux de Porter (1990; 1998; 2003). Cet auteur considère que la coopération entre les membres d’une même agglomération industrielle est un moyen efficace pour stimuler leur processus d’innovation technologique et non technologique. À cet effet, il avance que le travail coopératif et collectif au sein d’une agglomération industrielle permet de dégager des synergies locales et réduire les coûts et les risques liés au processus d’innovation. En plus, Porter (2003) prône que la concurrence, qui s’intensifie entre les acteurs opérant dans le même secteur et qui se localisent sur le même site industriel, maintient une pression concurrentielle positive sur leur comportement d’innovation. Pour ce qui est effet de l’internationalisation des membres de l’agglomération industrielle sur l’innovation, Porter (2004) voit dans les liens qu’entretiennent les entreprises membres d’un cluster avec des acteurs innovants étrangers, grâce à leur visibilité à l’internationale, des stimulants pertinents de leur processus d’innovation. En ce qui concerne les travaux de Marshall (1920) et de la Nouvelle économie géographique (NEG), les externalités de connaissance, qui désignent les fuites de connaissances involontaires et accessibles aux entreprises Co localisées sans contrepartie financière, constituent une source fondamentale pour leur processus d’innovation (Bahlmann et Huysman, 2008). Marshall (1920) considère que la rotation de la main d’œuvre et la fréquentation des acteurs innovants appartenant à la même agglomération industrielle sont les principales formes d’externalisation des connaissances. Feldman et Florida (1994) considèrent quant à eux que

131

Revue europénnee du droit social

l’infrastructure technologique mise en proximité des entreprises Co localisées est la principale forme de diffusion et d’externalisation des connaissances. Enfin et d’après les partisans du courant néo institutionnaliste, et plus particulièrement le Knowledge based view of cluster (KBVC), les dynamiques interactives d’apprentissage et l’ancrage social des entreprises, forment des déterminants de l’innovation au sein d’une agglomération industrielle (Bahlmann et Huysman, 2008). La théorie de KBVC ne considère point les connaissances comme des externalités internalisées immédiatement par les entreprises Co localisées mais comme des ressources stratégiques qui nécessitent de forts processus d’apprentissage et un climat social confiant pour les assimiler et les absorber (Arikan, 2009). Sous cet angle, Bathelt et al. (2004, P 32) préconisent que: « L’innovation et l’apprentissage se comprennent mieux si on les considère comme le résultat de processus interactifs dans lesquels les acteurs possédant différents types de connaissances et de compétences se rassemblent et échangent des informations dans le but de résoudre certains problèmes, techniques, organisationnels, commerciaux ou intellectuels ». 2. Validation empirique Les données utilisées dans cette étude sont obtenues à partir d’une enquête élaborée par nous même auprès de 102 entreprises opérant dans le secteur TIC Co localisées dans un site industriel au grand Tunis. Afin de pouvoir déterminer et étudier les facteurs explicatifs du comportement d’innovation des entreprises TIC bénéficiant d’une certaine proximité spatiale et extra spatiale avec les autres acteurs économiques, nous allons procéder à une régression logistique bi variée des données. Cette régression est utilisée vu que les variables à expliquer sont de nature qualitative et qui prennent la valeur 1 si le phénomène est observé, 0 sinon. Le modèle s’exprime sous la forme: P (Y=1/X) = Л (X) = Л(X) traduit une probabilité, sa valeur doit avoir une valeur comprise entre 0 et 1. ) Soit la fonction Logit définie par: g(p) = ln ( Si on applique la fonction Logit à Л(X), l’expression sera: g (Л(X))= β0 - β1X La marge de variation de g((Л(X)) est soit positive ou négative, alors que la fourchette de Л(X) varie entre 0 et 1, une régression peut donc être mise en œuvre. Dans le cas où plusieurs variables explicatives (X1, X2, …, X n) sont imputées à la régression, le modèle s’écrira alors comme suit:

132

Revista europeană de drept social

Л(X) = En raison de la nature binaire de la variable à expliquer, l’analyse classique des résidus en fonction des valeurs prédites ou la notion d’hétérosédasticité ne font plus de sens (Harrell, 2001). En revanche, nous nous focalisons toujours à la qualité d’ajustement du modèle, et à la comparaison de modèles ajustés qui permettent d’évaluer l’apport d’un ou plusieurs prédicteurs par rapport à un modèle initial. Pour cela, nous utilisons des tests de rapport de vraisemblance. Pour estimer les paramètres de notre modèle nous procédons à la méthode du maximum de vraisemblance. La sélection des variables explicatives, qui ont fait l’objet d’une analyse en composante principale (Annexe: tableau 1), repose sur la méthode « Backward stepwise ». Nous introduisons toutes les variables explicatives dans le premier modèle et uniquement les variables explicatives significatives les moins corrélées entre elles et les plus corrélées avec la variable à expliquer, seront retenues dans le modèle final (Bourmont, 2012). Les variables explicatives Ressource humaine R&D

Atmosphère industrielle Infrastructure technologique Partenariat Coopération informelle Internationalisation

La variable reflète Variable quantitative: mesure le taux d’encadrement au sein de l’entreprise ainsi que les formations effectuées au cours des trois dernières années. Variable quantitative: traduit la part des dépenses consacrées aux activités de R&D par rapport au chiffre d’affaire de l’entreprise et le nombre d’ingénieurs et de chercheurs qui travaillent en temps plein au département de R&D. Variable qualitative: désigne la rotation des qualifications au sein de l’agglomération industrielle (Turnover) et l’interaction entre les acteurs innovants en matière d’innovation. Variable qualitative: reflète la diffusion des connaissances auprès des institutions installées au sein de l’agglomération et qui sont jugées utiles par les entreprises Co localisées pour leur processus d’innovation. Variable qualitative: montre l’effet de la coopération formelle en matière de projet innovant, entre deux ou plusieurs acteurs économiques, sur leur processus d’innovation. Variable qualitative: traduit l’échange informel entre les acteurs innovants en matière d’innovation. Variable qualitative: mesure la visibilité de l’agglomération industrielle à l’échelle internationale. Cette variable nous aide à déterminer si les entreprises Co localisées réussissent à nouer des relations avec des acteurs étrangers et à profiter de leur avancé technologique et de leur comportement d’innovation.

133

Revue europénnee du droit social

L’apprentissage interactif Ancrage sociale

Concurrence locale Rôle de l’Etat

Acquisition des connaissances externes

Variable qualitative: annonce l’effet des séances d’apprentissages entre les acteurs innovants sur leur processus d’innovation. Variable qualitative: mesure le rôle des relations interpersonnelles nouées sur la base d’un ancrage sociale (séminaire, conférences, clubs entrepreneurs…) dans la stimulation d’échange des connaissances et d’innovation. Variable qualitative: montre l’impact de la concurrence entre les membres de l’agglomération industrielle sur l’innovation. Variable qualitative: mesure l’effort de l’Etat en matière de correction d’échec d’appropriation, de production et de diffusion de l’innovation (protection de droit de propriété, subvention, avantages fiscales…) dans la stimulation de l’innovation. Variable qualitative: traduit l’effet de l’achat de brevet, des licences, le recours à des consultants en R&D, l’attraction des personnels hautement qualifiés et innovants… sur l’innovation.

3. Résultats et discussion Les résultats des estimations logistiques sont récapitulés dans le tableau suivant: Tableau: Les déterminants d’innovation technologique et non technologique des entreprises de service conglomérées

Modèle

Innovation Innovation Innovation Innovation service procédé marketing organisationnelle

(Constante)

2,496*** (0,496)

2,649*** (0,950)

2,563*** (0,716)

0,848** (0,337)

Ressources humaine

0,929** (0,408)

0,673* (0,374)

0,779* (0,421)

0,924** (0,373)

R&D

0,554* (0,317) nr

nr

nr

1,037*** (0,296)

nr

0,986*** (0,383) nr

nr

nr

nr

nr

0,044** (0,424) 0,617* (0,327)

nr

nr

nr

nr

nr

nr

Atmosphère industrielle Infrastructure technologique Apprentissage interactif Partenariat

134

Revista europeană de drept social

Internationalisation

nr

Ancrage social

nr

nr

nr

1,343* (0.836) nr

nr

Coopération informelle

nr

nr

nr

Concurrence locale

nr

nr

Concurrence étrangère Acquisition de connaissances Rôle de l'Etat

nr

nr

0,782*** (0,296) nr

0,922** (0,421) 0,941*** (0,326) 1,185*** (0,359) nr

nr

nr

nr

nr

nr

nr

nr

nr

nr

nr

nr

102

102

0,893* (0,581) 102

102

- 2 log de vraisemblance

93,397

85.578

82,109

73,245

Pseudo R2 (McFadden) Khi deux Pourcentage globale

0,178 20,207*** 77,5

0,246 28.027*** 75.5

0,186 18.854*** 80,4

0,389 46,644*** 87,3

Motivations à l'innovation N

nr: variable non retenue par la méthode de sélection rétrograde. ***, ** et *: seuil de signification de 1%, 5% et 10 %. Les écarts-types sont repris entre parenthèses.

Les quatre modèles générés par la régression logistique binomiale « pas à pas descendante » ne comprennent que les variables exogènes significatives à un seuil maximal de 10%. Le coefficient Khi deux est significatif pour les quatre régressions (P. Value < 0.001). En effet, nous constatons l’absence de l’effet de: • L’intervention de l’Etat sur la décision d’innovation technologique et non technologique dans les entreprises TIC Co localisées en Tunisie. Le système tunisien de financement et de réglementation en matière de R&D et d’innovation présente une faille car les incitations publiques sont plafonnées à des montants au dessous des niveaux d’investissement à partir desquels les investisseurs privés peuvent amortir le coût de leurs travaux de recherche et d’innovation. Ce résultat est conforme aux conclusions dégagées par la plupart des études empiriques effectuées sur les déterminants d’innovation dans les PED plus particulièrement en Tunisie, à savoir, Gabsi, Mhenni et Koubaa, (2008); Yildizoglu et Rahmouni (2011); Elj et Abdessalem, (2011). • L’acquisition des connaissances externes sur la décision d’innovation technologique et non technologique des entreprises de service Co localisées en Tunisie. Un tel résultat signifie que les acquisitions technologiques ne servent l’entreprise de service en Tunisie que pour entamer sa production sans se soucier de leur exploitation dans l’amélioration ou la modification des services, des processus 135

Revue europénnee du droit social

de production, des stratégies de commercialisation et d’organisation du travail. Ce résultat est semblable à celui trouvé par Gabsi, Mhenni et Koubaa, (2008). • La diffusion des connaissances par l’infrastructure technologique mise en proximité des entreprises de service en TIC sur leur comportement d’innovation technologique et non technologique. Ceci montre en fait, la divergence entre le monde de recherche fondamentale et de la recherche industrielle. À cet effet, nous concluons que les nouvelles connaissances diffusées sous forme de publications scientifiques, des prestations intellectuelles, des rapports de veilles stratégiques et technologiques auprès des universités, des laboratoires de recherches, des centres technologiques et des agences gouvernementales de soutien de l’innovation servent rarement les entreprises de service en Tunisie à produire des innovations technologiques et non technologiques. Cette conclusion rejoint celle formulée par Breschi et Lissoni (2001), qui considèrent que les connaissances produites par l’infrastructure technologique concentrées auprès des industries, ne leur servent pas nécessairement à produire de l’innovation. • La concurrence étrangère sur l’innovation dans les entreprises TIC conglomérées en Tunisie. Ce résultat converge vers les conclusions déduites par Karray et Kriaa (2009) et Ayadi, Rahmouni and Yildizoglu (2007) pour le cas de la Tunisie. Ceci peut être interprété par la réalité des entreprises de service ouvertes sur le marché étranger qui sont dans l’ensemble des entreprises sous traitantes, dont l’autonomie en matière d’innovation est quasi absente. En revanche, nous observons que la variable ressources humaines agit positivement et significativement sur tous les types d’innovation des entreprises de service Co localisées. Ce phénomène est expliqué par l’importance du taux d’encadrement dans les entreprises du secteur des TIC et les perpétuelles formations professionnelles engagées en faveur des employées. Ce résultat rejoint les conclusions formulées par Negassi (2004) et, Nelson et Kim (2000) qui considèrent les compétences humaines et leur qualification un déterminant fort pour l’innovation des entreprises de service de haute technologie. La R&D influe positivement le comportement d’innovation de service et d’innovation organisationnelle dans les entreprises de service des TIC. Ce résultat abouti aux mêmes conclusions trouvées par Elj (2009), Ayadi, Rahmouni and Yildizoglu (2007) et Tlili et Chkir (2011) en effectuant une analyse économétrique sur la base de 529 entreprises industrielles tunisiennes. Ils considèrent ainsi, que l’activité de R&D chez l’entreprise tunisienne présente un facteur important pour expliquer la décision d’innovation dans les entreprises tunisiennes. L’atmosphère industrielle agit positivement sur l’innovation de procédé. Ce phénomène montre l’importance de la mise en proximité spatiale des acteurs innovants pour stimuler la rotation de la main d’œuvre qualifiée et multiplier le développement des relations interpersonnelles entre les employées et les chercheurs, les employées et les innovateurs et entre l’entreprise et ses clients. Il en résulte ainsi, la dynamisation de la communication et l’intensification des échanges et de l’absorption des connaissances pertinentes pour l’innovation. Ce résultat rejoint les 136

Revista europeană de drept social

mêmes conclusions avancées dans les travaux d’Araszkiewiez, Lacroi et Rasse (2008) et les contributions économétriques de Markoff (1999), qui voit dans l’atmosphère industrielle une source fondamentale pour l’innovation des entreprises des TIC à USA. Le processus d’apprentissage interactif agit positivement et significativement sur l’innovation de service des entreprises des TIC en Tunisie. Ce résultat confirme l’apport de Lawson et Lorenz (1999) en matière d’effet positif de l’apprentissage interactif sur le processus d’innovation technologique des entreprises partagent les mêmes bases cognitives. Sous cet angle, nous confirmons que la proximité cognitive entre les entreprises de services stimule l’organisation des séances d’apprentissage interactif, qui sont bénéfiques pour leur processus d’innovation. L’internationalisation agit positivement sur leur comportement d’innovation de procédé. Ce résultat est conforme avec ce qu’affirmaient Vale et Caldeira (2007) dans leur étude sur une agglomération industrielle dans la région Nord du Portugal. Les actions de partenariats exercent un effet positif sur l’innovation de service des entreprises des TIC conglomérées, comme préconisaient Angelique et Bouabdallah (2006). Ce résultat montre l’importance et la pertinence de l’échange organisationnel de connaissance et de la coopération formelle en matière des projets innovants sur le processus d’innovation technologique. La coopération informelle (notamment avec les clients et les fournisseurs installés sur le même site industriel) et l’ancrage social agissent positivement sur l’innovation non technologique. Ces résultats rejoignent les conclusions avancés par Bocquet, Brion et Mothe (2013) et montrent l’importance de la proximité sociale pour dynamiser les relations amicales entre les acteurs, nécessaires pour la communication et l’échange en matière d’innovation. La concurrence locale entre les entreprises de service conglomérées en Tunisie influe positivement l’innovation non technologique. Ces résultats sont conformes aux résultats empiriques avancés par Feldman et Audretsch (1999) et aux conclusions trouvées par Porter (1990) qui montrent que la concurrence locale entre les entreprises de micro processeur au sein de la Silicon Valley permet d’accélérer leur processus d’innovation. Il en résulte ainsi, la considération de l’agglomération des entreprises de service, comme une politique efficace pour stimuler l’innovation moyennant la concurrence qui se produit entre les acteurs Co localisés. Enfin, nous considérons l’effet positif et des déterminants classiques à savoir les motivations à l’innovation sur l’innovation non technologique. Conclusion Les zone aménagées par l’Etat tunisien en faveur des entreprises industrielles opérant dans le même secteur, permettent d’accélérer la restructuration industrielle vu qu’elles soutiennent les secteurs d’avenir de prospérité future, réussissent à améliorer la compétitivité des industries et de garantir leur pérennité grâce aux 137

Revue europénnee du droit social

économies d’agglomération pécuniaires et aident à stimuler leur comportement d’innovation et de production de nouvelles connaissances industrielles grâce aux externalités technologiques, aux dynamiques de connaissance, à l’apprentissage interactif et grâce aux effets de coopétitivité et d’internationalisation. Nous nous sommes intéressés à analyser les déterminants de l’innovation au sein des agglomérations industrielles dans un pays en voie de développement et pour le cas du secteur TIC connexes à l’industrie. À l’issue de la régression logistique binomiale des données recueillies auprès des entreprises TIC implantées au sein d’une agglomération industrielle, nous déduisons les conclusions que les déterminants classiques et les déterminants des proximités, différent selon que le type d’innovation est de service, de procédé, de marketing ou organisationnelle. Il est important ainsi de déduire que les stratégies d’agglomération industrielle jouent un rôle prépondérant dans la stimulation de l’innovation à l’ère de l’économie de connaissance. Toutefois, un rôle local de l’Etat est nécessaire pour consolider davantage les déterminants extra spatiaux de l’innovation. Annexes Tableau N°1: les ACP des variables explicatives

Ressource humaine R&D Atmosphère industrielle Infrastructure technologique Partenariat Internationalisation Ancrage social Coopération informelle Concurrence locale Acquisition des connaissances externes Rôle de l'Etat Motivations à l'innovation

Kaiser-MeyerOlkin Measure of Sampling Adequacy 0,736 0,839 0,725 0,741 0,747 0,794 0,702 0,778 0,735

0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000

Extraction Sums of Squared Loadings (Cumulative %) 89,320 88,432 75,031 88,536 90,670 82,266 87,519 82,675 81,062

0,721

0,000

69,558

0,739 0,787

0,000 0,000

82,300 87,520

Sig Bartlett's Test of Sphericity

Bibliographie Araszkiewiez.J, Lacroix.C, Rasse. P, (2008), “Réseaux d'innovation Texte imprimé: enjeux de la communication au sein d'une technopole, le cas Sophia Antipolis”, Ouvrage issu d'un programme de recherche financé par le Conseil général des Alpes-Maritimes et l'ISCC, Institut des sciences de communication du CNRS.

138

Revista europeană de drept social Angélique T et Bouabdallah K, (2006), “Pôle de compétitivité et Intelligence économique territoriale: contours et enjeux d’une nouvelle politique industrielle territorial”, Colloque International, Les systèmes productifs locaux: Réalités et perspectives maghrébines Marrakech 21 et 22 avril. Arikan A.T. (2009), "Interfirm Knowledge Exchanges and the Knowledge Creation Capability of Clusters", Academy of Management Review, Vol. 34, n°4, p.658-676. Ayadi, M. Rahmouni, M. & Yildizoglu, M. (2007), “Sectoral Patterns of Innovation in a Developing Country: The Tunisian Case”, Working Papers of GREThA, 2007-19. Bahlmann M.D. et Huysman M.H. (2008), "The emergence of a knowledge-based view of clusters and its implications for cluster governance", The Information Society, Vol. 24, n°5, p.304-318. Bathelt H., Malmberg A. et Maskell P. (2004), "Clusters and knowledge: local buzz, global pipelines and the process of knowledge creation", Progress in Human Geography, Vol. 28, n°1, p.31-56. Bocquet R. et Mothe C. (2009), "Gouvernance et performance des pôles de PME", RevueFrançaise de Gestion, Vol. 35, n°190, p.101-122. Boquet R, Brion S et Mothe C, (2013), ‘’ Gouvernance et innovation au sein des technopôles: le cas de savoie Technolac, Post print hal009151. Boschma R.A. (2005), "Proximity and Innovation: A Critical Assessment", Regional Studies, Vol. 39, n°1, p.61-74. Bourmont .M (2012), “La résolution d'un problème de multi colinéarité au sein des études portant sur les déterminants d'une publication volontaire d'informations ", Comptabilités et innovation, Grenoble, France. pp.cd-rom. hal-00691156. Breschi S. et Lissoni F. (2001), "Knowledge Spillovers and Local Innovation Systems: A Critical Survey", Industrial & Corporate Change, Vol. 10, n°4, p.975-1005. Elj.M et Abdelsalem.H, (2011), "INNOVATION IN TUNISIA: SECTORIAL ANALYSIS”, Journées de Micro Economie Appliquée / Tunisie. Feldman M.P. et Audretsch D.B. (1999), "Innovation in cities: Science-based diversity, specialization and localized competition", European Economic Review, Vol. 43, n°2, p.409-429. Feldman M.P. et Florida R. (1994), "The Geographic Sources of Innovation: Technological Infrastructure and Product Innovation in the United States", Annals of the Association of American Geographers, Vol. 84, n°2, p.210-229. Gabsi.F, Hatem.M and Karim.K. “Innovation determiants in emrging countries: an empirical study atthe Tunisian firms level”. International Journal of Technological Learning, Innovation and Development, Vol.3, N°3. Harrell, F. E. (2001), Regression modeling strategies: With applications to linear models, logistic regression, and survival analysis, Springer-Verlag, New York Krugman P. (1991), "Geography and Trade", MIT Press, Cambridge, MA. Lawson C. et Lorenz E. (1999), "Collective Learning, Tacit Knowledge and Regional Innovative Capacity", Regional Studies, Vol. 33, n°4, p.305-317 Lundvall B.A. (1992), "National Systems of Innovation: towards a theory of innovation and interactive learning", Pinter, London, 342 pages. Macmillan and Co. (1932, pour la réimpression de la 3ème édition), Londres, 874 pages. Markoff.J, (1999), « Influx of new immigrants found in Silicon Valley » NYT, january 10. Marshall A. (1920), "Industry and Trade. A Study of industrial technique and business organization and of their influences on the condition of various classes and nations", Macmillan and Co. (1932, pour la réimpression de la 3ème édition), Londres, 874 pages. Maskell P. (2001), "Towards of Knowledge-based Theory of the Geographical Cluster", Industrial & Corporate Change, Vol. 10, n°4, p.921-943.

139

Revue europénnee du droit social Massard N. et Torre A. (2004), "Proximité géographique et innovation", dans Economies de proximités, sous la direction de Pecqueur B. et Zimmermann J. B. (coord.), Hermès France, Editions Lavoisier, Paris, p.185-206. Mezouaghi M, Mathlouthi Y, Perrat J, (2006), “Dynamiques technopolitaines et développement: le cas du parc Elgazala ”, XLIIème colloque de l’association de sciences régionale de langue francaise, les espaces et les réseaux du bassin méditerranéen. Sfax (Tunisie)-4-6 septembre 2006. Moulaert F. et Sekia F. (2003), "Territorial Innovation Models: A Critical Survey", Regional Studies, Vol. 37, n°3, p.289-302 Negassi, S. (2004). "R&D co-operation and innovation a microeconometric study on French firms." Research Policy 33(3): 365-384. Nelson R et Kim L, (2000), “Technology, learning and innovation: experiences of newly industrializing economies”, cambridge university press united kingdom. OCDE, (2001), “Innovative clusters: drivers of national innovation system , Paris.organization and of their influences on the condition of various classes and nations". Porter M.E. (1990), "The competitive advantage of nations", Harvard Business Review, Vol.n°Mars-Avril, p.p.73-91. Porter M.E. (1998), "Clusters and the new economics of competition", Harvard Business Review, Vol. 76, n°6, p.77-90. Porter M.E. (2003), "The Economic Performance of Regions", Regional Studies, Vol. 37, n°6/7, p.549-57. Porter M.E. (2004), "La concurrence selon Porter", Village Mondial, Paris. Tallman S., Jenkins M., Henry N. et Pinch S. (2004), "Knowledge, Clusters and Competitive Advantage", Academy of Management Review, Vol. 29, n°2, p.p. 258-271 Tlili.A.,Chkir.A, (2011), “Une analyse binomial et multinomiale de l’innovation dans un échantillon d’entreprises tunisiennes’’, ERF,17th Annual Conference:politic and economic developpement,March 20-22, Antalya, Turkey. Torre A. (2009), "Retour sur la notion de Proximité Géographique", Géographie Économie Société, Vol. 11, n°1, p.63-75. Torre A. et Rallet A. (2005), "Proximity and Localization", Regional Studies, Vol. 39, n°1, p.47-59. Vale M. et Caldeira J. (2007), "Proximity and Knowledge Governance in Localized Production Systems: The Footwear Industry in the North Region of Portugal", European Planning Studies, Vol. 15, n°4, p.531-548. Yildizoglu et Rahmouni M, (2011), “ Motivations et déterminants de l’innovation technologique: un survol théorique moderne”, Document de travail GreQam, N2011-01.

140

Revista europeană de drept social

CAPITAL SOCIAL, TAILLE DE L’ÉTAT ET QUALITÉ DE LA GOUVERNANCE. CAS DES PAYS DE L’OCDE Chiraz FEKI Université de Sfax, Tunisie [email protected]

Nouri CHTOUROU Université de Sfax, Tunisie [email protected]

Abstract: This paper examines the relationship between the role of the state and social capital through two approaches: size of government and good governance. The first part will be devoted to study the role of the state. In the second part we will briefly review the literature on the concepts of governance and social capital. Finally, we will carry out an empirical investigation which deals with the relation between social capital, size of the state and governance in 29 countries. Using a cross section analysis, the estimation results prove that there is no direct link between the size of the state and the level of social capital. In contrast, the level of social capital and quality of governance are significantly and positively correlated. Finally, public spending cannot support social capital significantly that in a sound institutional environment. Keywords: Social Capital, size of government, good governance, Cross section.

Introduction Le renouveau du rôle de l’Etat a été étayé par plusieurs arguments aussi bien théoriques qu’empiriques. Ces arguments ont été portés par une prise de conscience du rôle positif de l’Etat dans son action sur des déterminants de la croissance (capital humain) et sur des déterminants de la cohésion sociale (capital social). Le capital social désigne les institutions, les relations et les normes qui façonnent la qualité des interactions sociales d’une société et leur quantité. Il existe de plus en plus de preuves que la cohésion sociale est cruciale pour la prospérité économique des sociétés et la durabilité de l’économie. Le capital social génère donc des «externalités positives» via le partage de confiance et des normes et valeurs qui justifieraient une intervention publique en sa faveur. Cela a donné lieu à une réouverture du débat très ancien sur les rôles respectifs de l’Etat et du marché dans la régulation des systèmes socioéconomiques des nations. Dans ce débat, on a enregistré une percée remarquée de deux perspectives d’analyse. La première envisage ce renouveau en termes de taille appropriée de l’Etat mesurée par les dépenses publiques, alors que la seconde insiste sur la qualité de l’Etat saisie à travers le concept de «bonne gouvernance». Nous entendons par gouvernance «les traditions et les institutions par lesquelles l’autorité est exercée dans un pays pour le bien commun. Cela inclut le processus par lequel les gouvernements sont choisis, contrôlés et remplacés, la capacité du gouvernement à élaborer et mettre en place les politiques judicieuses, 141

Revue europénnee du droit social

ainsi que le respect des citoyens et l’état des institutions gouvernant leurs interactions économiques et sociales» (Kaufmann, Kray et Zoido-Lobaton: 1999). Plusieurs contributions théoriques sur le rôle de la gouvernance et du capital social dans le développement des communautés fournissent des outils théoriques nécessaires pour saisir la forme que prend l’intervention de l’État à l’aide de ces concepts. Notre objectif dans ce travail est alors de déterminer le lien qui existe entre ces deux concepts afin de mieux saisir l’impact de l’intervention de l’État. Notre article s’organise de la manière suivante: Une première section sera consacrée à l’étude du renouveau du rôle de l’Etat. Une deuxième section fera l’objet d’une revue de la littérature sur les concepts de gouvernance et de capital social. Enfin, la dernière section fera l’objet d’une investigation empirique utilisant une analyse de régressions menée en coupe transversale traitant de la relation entre capital social, taille de l’Etat et gouvernance dans 29 pays. 1. Renouveau du rôle de l’Etat 1.1. Evolution du débat Etat / Marché 1.1.1. Optimisme quand au rôle accordé à l’Etat Deux conceptions du rôle de l’Etat dans l’économie s’opposent: l'Etatgendarme et l'Etat-providence. L’Etat-gendarme pour les économistes classiques, l'Etat est chargé des fonctions dites régaliennes: la protection des individus et des biens (police, justice) et la protection du pays (armée). L'Etat a donc pour fonction principale d'assurer le maintien de l'ordre dans la nation, et particulièrement de veiller au respect de la propriété privée. Dans le domaine économique, l'Etat doit assurer le libre fonctionnement du marché. L’Etat-providence dans cette conception, l'Etat doit veiller au bien-être de la population et se substituer, chaque fois que nécessaire, au marché défaillant. Au sens strict, l'Etat-providence correspond au système de protection sociale. On distingue classiquement deux grands modèles d'État-providence: l'Étatprovidence bismarckien, fondé en Allemagne par les lois de 1880, et l'État-providence beveridgien, qui naît au Royaume-Uni après la Seconde Guerre mondiale. Le premier est fondé sur le mécanisme des assurances sociales, à travers lequel les prestations sont accordées sur la base de la collecte des cotisations. Tandis que le second, financé par l'impôt, fournit des prestations uniformes à tous les membres de la société. Néanmoins, si le modèle beveridgien a mis en place une protection universelle, fondée sur la citoyenneté, les prestations fournies sont ultra-minimales. Selon Pierre Rosanvallon, « Il a ainsi progressivement fallu mettre en place en

142

Revista europeană de drept social

Grande-Bretagne tout un ensemble d'allocations complémentaires d'assistance, non universalistes, elles, pour rendre viable le système». L’opinion sur les mécanismes du marché autorégulateur reste intacte, jusqu'à ce que la crise économique des années 1930 et surtout les idées nouvelles de John Maynard Keynes remettent en cause les hypothèses libérales. Keynes considère que seul l’État, par son intervention «est en mesure de rétablir les équilibres fondamentaux», et l’État-providence donne au système économique une plus grande inertie, jouant un rôle d’amortisseur des crises: ainsi l’intervention économique et les aides sociales sont doublement efficaces. Selon John Maynard Keynes (Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, 1936), l’économie peut s’enliser dans des équilibres de sous-emploi durables que le marché ne peut seul résoudre. En effet en période de crise, les anticipations négatives des entrepreneurs peuvent durablement paralyser l’économie. Seul l’État peut rompre le cercle vicieux de la dépression. Via la politique budgétaire, l’État peut injecter de nouvelles dépenses afin d’augmenter la production des entreprises grâce à l’accroissement de leurs commandes, et qui, source d’anticipations positives participent à la relance de la croissance économique; et de ce fait: cette relance va permettre de combler au fur et à mesure le déficit budgétaire. Via la politique monétaire, il peut accroître la quantité de monnaie en circulation qui servira au financement de l’économie, ce qui permet la stimulation de la demande et donc la production des entreprises repartira à la hausse, prévenant ainsi le risque d’inflation. Toujours afin de stimuler la demande, l’État peut opter vers une redistribution des revenus, avec un prélèvement sur les ménages les plus riches ayant une forte propension à épargner, afin de redistribuer aux ménages les moins riches qui ont au contraire une forte propension à consommer. 1.1.2. Pessimisme quand au rôle accordé à l’Etat L’Etat providence a connu une évolution remarquable entre les années trente et les années soixante dix, le moment où cette évolution a été contrariée suite au choc pétrolier par les économies libérales qui cherchent à identifier les raisons de la crise. L’État providence a quasiment disparu à la suite des ères Reagan et Thatcher. Dans d’autres pays, comme en France, l’État providence survit mais avec d’énormes difficultés, tandis que se manifestent de nombreux problèmes qui pourraient remettre en cause la capacité de l’État à assurer certaines fonctions, comme le problème du déficit permanent de la sécurité sociale, ou les très grandes difficultés du système de retraite par répartition … Pour les économistes classiques puis néoclassiques, l’intervention de l’État dans l’économie prend plusieurs formes. Il doit prendre en charge la construction des grandes infrastructures, utiles à la société que l’initiative privée ne peut prendre

143

Revue europénnee du droit social

en charge. C’est à lui que revient la gestion des biens collectifs que les mécanismes du marché ne peuvent gérer. C’est à l’État qu’il revient de réglementer l’activité afin de garantir la bonne marche de la concurrence constamment menacée par les velléités d’entente et de monopoles des grandes entreprises. Par ailleurs, il existe des domaines d’activité où la concurrence n’est pas souhaitable et le monopole justifié par les avantages évidents qu’il procure. On peut par exemple citer le cas des chemins de fer dont l’économiste néoclassique Léon Walras proposa la nationalisation. De nombreuses théories économiques considèrent les variations des prix et des salaires comme les principales variables d’ajustement par lesquelles le marché s’autorégule. Or, l’État, lorsqu’il intervient dans l’économie, fixe, modifie et influence les prix si bien qu’il dénature leur fonction. «La fonction des prix et des salaires est moins de rétribuer les individus pour ce qu’ils ont fait que de leur dire ce qu’ils devraient faire dans leur propre intérêt comme dans l’intérêt général» Friedrich von Hayek. Pour Friedrich August von Hayek (Prix et production, 1931), l’interventionnisme, via les commandes d’État et les subventions par exemple, détournent les capitaux et les travailleurs de leur meilleure allocation. En effet, l’utilité et le besoin d’un bien économique ressenti par la société est exprimé dans son prix, synthèse de l’offre et de la demande et indicateur de rareté. Les capitaux et les travailleurs s’orientent toujours vers le bien le plus utile car c’est aussi celui dont la production est la plus rentable. Or, si l’État modifie par son intervention la pertinence des prix, alors les travailleurs et les capitaux risquent de s’orienter vers des productions inutiles. À propos de la redistribution, les libéraux considèrent que les facteurs de production (travail et capital) sont rémunérés à leur juste valeur lorsque c’est le marché qui décide de leur rémunération. Ainsi l'intervention de l’État ne peut que nuire au cours normal des choses et amoindrir l’efficacité du marché. Sur le marché du travail par exemple, l’instauration d’un salaire minimum, de charges sociales, … exclut de l’emploi tous les travailleurs faiblement qualifiés dont l’embauche ne serait plus rentable. La critique de l’État est aussi relancée par les théoriciens de l’offre comme Arthur Laffer, pour qui la hausse des taux d’impositions décourage le travail ou l’épargne et réduit donc l’activité. Cette analyse débouche dans sa version la plus critique sur la célèbre formule d’Arthur Laffer, «trop d’impôt tue l’impôt» car l'impôt excessif, en décourageant l’activité, détruit sa base même. Ce n'est que la reprise de certaines règles énoncées par les classiques. Ainsi Adam Smith avait noté dès 1776, « l’impôt peut entraver l’industrie du peuple et le détourner de s’adonner à certaines branches de commerce ou de travail, qui fourniraient de l’occupation et des moyens de subsistance à beaucoup de monde. Ainsi, tandis que d’un côté il oblige le peuple à payer, de l’autre il diminue ou peut-être anéantit quelques-unes des sources qui pourraient le mettre plus aisément dans le cas de le faire». (La Richesse des nations, liv. 5, chap. II, sect. 2, « Des impôts »). 144

Revista europeană de drept social

Une objection assez simple a été apportée à la thèse de Laffer. Certes l’État décourage l’activité en prélevant des impôts, mais d’un autre côté, l’impôt sert à financer les dépenses publiques (éducation, recherche, infrastructures…) qui sont elles-mêmes créatrices de richesses. Le Premier choc pétrolier de 1973 marque l'apogée du monétarisme mené par Milton Friedman depuis les années 1960, qui a été le chef de file des antikeynésiens. Le rôle de l'État, vu selon Keynes, devient néfaste selon Friedman notamment parce que les agents sont moins sensibles aux politiques conjoncturelles: les ménages font des anticipations d'une hausse des impôts (et vont donc augmenter leur épargne pour que leur consommation reste stable sur l’horizon long terme). Ainsi, Friedman prône une baisse de la pression fiscale et une rigueur budgétaire (opposée aux politiques Keynésiennes d'endettement). D'une manière plus générale, le modèle Keynésien ne devient plus pertinent dû au phénomène de mondialisation des économies du XXe siècle: la propension marginale à importer des agents économiques augmente très fortement, ce qui diminue (voir inverse) l'effet multiplicateur d'une politique de relance économique Keynésienne, provoquant un endettement de l'État . 1.2. La thèse de la taille optimale de l’Etat 1.2.1. Le modèle de R.BARRO (1990) Le modèle de (Barro 1990) constitue un cadre de référence en ce qui concerne l’analyse théorique des liens entre capital public et croissance. L’apport de ce modèle se manifeste par le fait de faire apparaitre les dépenses publiques d’investissement dans le processus de production, d’où la mise en valeur d’un lien explicite entre la politique gouvernementale et la croissance économique de long terme dans un cadre de croissance endogène. Barro (1990) définit la production comme une fonction du capital physique, du capital humain et des achats gouvernementaux. Ainsi, l’accumulation du capital privé (physique et humain) n’explique pas seule l’évolution de la production, mais l’augmentation des biens et services gouvernementaux disponibles à toute la population tels que les autoroutes, les navires ou les égouts joue un rôle important dans cette progression. La prise en compte de ces trois facteurs de production démontre des rendements marginaux constants qui permettent une croissance soutenue et durable des niveaux per capita de la production, de la consommation et du capital. Par ailleurs, l’intégration du capital physique public au sein d’un modèle de croissance endogène soulève la question du financement des infrastructures gouvernementales. En effet, tout investissement excessif de la part du gouvernement limite les ressources disponibles pour la formation de capital privé (physique et humain), sachant que le capital public est financé par des taxes. Ainsi, selon le modèle de Barro, il existe un taux optimal de taxation qui maximise la 145

Revue europénnee du droit social

productivité des infrastructures publiques à un point d’équilibre entre les niveaux de capital physique public et privé. Au-delà de cet optimum, l’augmentation des dépenses gouvernementales engendre un frein à la croissance par le biais de l’augmentation des taux de taxation et en limitant de ce fait l’investissement dans les secteurs plus productifs de l’économie. Les modèles de la croissance endogène accordent une importance déterminante aux facteurs susceptibles de compenser les rendements marginaux décroissants des facteurs de production pour permettre la croissance à long terme des revenus et de la production au sein de l’économie. Etant donnée l’existence de rendements constants dans ces modèles, les théories de la croissance endogène ne prédisent pas la convergence absolue entre les économies nationales. Ainsi, contrairement à ce que conclut le modèle de Solow, les pays qui détiennent un niveau initial de capital physique élevé connaîtront naturellement un rythme de croissance économique plus rapide. Par ailleurs, les modèles de la croissance endogène prédisent une convergence conditionnelle entre pays dont le niveau initial de capital physique et humain est identique. Dans ces cas, il est alors possible que les pays pauvres croissent plus rapidement que les pays riches, toutes choses étant égales par ailleurs. Les modèles de la croissance néoclassique et endogène ne partagent pas les mêmes hypothèses dans leur traitement des déterminants fondamentaux du processus de la croissance. Si les modèles de la croissance néoclassique accentuent le rôle central de l’accumulation du capital physique, les théories de la croissance endogène mettent plus en valeur la notion de l’accumulation de capital en insistant en particulier sur le rôle de l’éducation, des externalités technologiques et des infrastructures publiques dans la création d’une croissance auto-entretenue au sein du modèle. Ces différentes hypothèses ont été testées par Barro (1990) dans une étude empirique extensive des facteurs déterminants de la croissance économique de 114 pays entre les années 1960 et 1990. D’abord, les prédictions du modèle de Solow qui consistent à supposer l’existence d’une convergence absolue entre les pays ne sont pas confirmées par les résultats statistiques de Barro. En effet, la relation entre le taux de croissance du revenu per capita et le niveau initial de cette variable n’est pas significative et affiche même un signe positif. Ainsi, l’hypothèse selon laquelle les pays les plus pauvres connaissent les taux de croissance les plus élevés n’est pas vérifiée dans la pratique. Par contre, les résultats de Barro confirment l’hypothèse de la convergence conditionnelle. Ainsi, en contrôlant pour des niveaux différents de capital physique, humain et public, il existe une relation inverse significative entre le revenu per capita de départ et le taux de croissance subséquent des économies nationales. Par ailleurs, Barro obtient une relation positive significative entre les indicateurs d’éducation (le nombre d’années de fréquentation scolaire chez les hommes de plus de 25 ans), ceux des conditions de santé (l’espérance de vie), et le taux de croissance du revenu per capita. D’où, les investissements en matière d’éducation et de santé contribuent à l’amélioration des capacités futures de production. 146

Revista europeană de drept social

Enfin, Barro utilise la consommation gouvernementale (sans les dépenses d’éducation, de santé et de défense) en proportion du PIB comme indicateur de l’importance des dépenses gouvernementales non-productives au sein des économies nationales. L’existence d’une relation négative significative entre cette variable et le taux de croissance amène Barro à conclure que l’augmentation du volume des dépenses gouvernementales non-productives entraîne une hausse de la taxation qui ralentit le rythme de la croissance. 1.2.2. L’approche par la courbe d’Armey (R.K. Vedder et L.E. Gallaway) Parmi les travaux portant sur la mesure de la taille optimale de l’Etat, on trouve l’approche développée en 1998 pour le cas des USA, par (R.K.Vedder. L.E.Gallaway). Cette approche est connue sous le nom de la «courbe d’Armey». La construction de cette courbe suppose que lorsque les dépenses publiques sont faibles, la mise à la disposition d’un certain nombre de biens ou de services publics observés comme sources d’externalités positives favorables au développement du secteur privé n’étant pas assurée, le niveau de la production où bien le taux de croissance de l’économie est faible: autrement dit, lorsque le niveau des dépenses publiques est très élevé, le poids de l’Etat dans l’économie devient plus excessif , tout en détournant une bonne partie de richesses à son profit, et de ce fait pénalisant le secteur privé qui manquerait la disponibilité des ressources nécessaires lui permettant d’assurer une bonne croissance économique. D’où l’idée consiste à faire apparaitre l’existence d’un « seuil optimal » de dépenses publiques par rapport au PIB qui peut déterminer la proportion (G/PIB) optimale compatible avec le taux de croissance maximal. Cette vision consiste à ce qu’on puisse justifier le tracé d’une courbe reliant la variable explicative (G/PIB) en abscisse à la variable expliquée et g% le taux de croissance du PIB en ordonnée.

Figure 1. La courbe d’Armey

147

Revue europénnee du droit social

La valeur numérique du seuil en question doit pouvoir être estimée par le biais des tests économétriques adéquats. La recherche empirique a été menée à l’aide de deux types de tests: dans le premier test, on cherche à expliquer directement la grandeur du PIB en fonction de (G/PIB) et de quelques autres variables, alors que dans le deuxième on se propose d’expliquer le taux de croissance g% du PIB. Dans les deux cas, on cherche à tester des relations quadratiques en termes de cette variable. Si le coefficient du terme en (G/PIB) 2 est négatif, alors on peut calculer le « seuil idéal ». Ainsi Vedder et Gallaway (1998) testent une expression de la forme: O = A + b (G/PIB) - c (G/PIB) 2 +.... (d'autres variables) Dans laquelle O désigne le PIB en niveau, puis une relation de la forme: g% = A + b (G/PIB) - c (G/PIB) 2 +.... (d'autres variables) Une idée importante préside à l'élaboration de ces tests est qu'il semble utile de procéder à l'examen des données brutes avant d'effectuer cette analyse empirique, de façon à repérer, si possible, des périodes au cours desquelles une relation linéaire croissante entre (G/PIB) et O ou g% puisse être testée, la variable explicative (G/PIB) étant accompagnée d'autres variables jouant d'habitude un rôle favorable dans le processus de croissance. Le choix de ces variables est ouvert et il dépend de la situation du pays étudié. Ainsi Vedder et Gallaway (1998) ont testé la relation suivante pour les USA, sur la période (1947- 1997): O = A + b (G/PIB) - c (G/PIB) 2 + d T - e U Où T et U désignent respectivement le temps et le taux de chômage. Ils obtiennent: O = -566,2 + 121,2 (G/PIB) - 3,47 (G/PIB) 2 + .... Ce qui donne une estimation de l'ordre de 17,5% pour le seuil `'idéal'' recherché. Ces mêmes auteurs, toujours pour les USA et sur la très longue période 17961996, testent une relation du type: g%= A + b (G/PIB) - c (G/PIB) 2 + d T + f W Où T représente encore le temps et W est une variable qui mesure le pourcentage du nombre d'années de guerre pour chaque période de dix années selon lesquelles ils découpent leurs séries chronologiques. Ils obtiennent: g%= 73,7 + 1,52 (G/PIB) - 0,069 (G/PIB) 2 - .... Ce qui donne une estimation de l'ordre de 11,1% pour le seuil `'idéal'' recherché. Vedder et Gallaway (1998) ont aussi testé des relations du même type, pour diverses catégories de dépenses publiques, composantes de G, comme les dépenses de santé publique, d'éducation, de défense, et ils ont trouvé des «courbes d'Armey» pour plusieurs catégories de ces dépenses. Mais ils observent que l'on n'obtient pas toujours des résultats confirmant l'existence de ces courbes, selon les catégories de dépenses ou selon les périodes d'observation.

148

Revista europeană de drept social

2. La qualité de l’Etat saisie à travers le concept de « bonne gouvernance » Pour cerner la qualité des institutions Kaufman et al. (1999a et 1999b) et Kaufman et Kraay (2002), ont définit la gouvernance comme suit (Kaufman 2000, p10): « Nous entendons par gouvernance les traditions et les institutions au travers desquelles s’exerce l’autorité dans un pays. Cela englobe i) le processus par lequel les gouvernants sont choisis, rendus responsables, contrôlés et remplacés; ii) la capacité des gouvernants à gérer efficacement les ressources et à formuler et appliquer de saines politiques et réglementations; et iii) le respect des citoyens et de l’Etat pour les institutions régissant leurs interactions économiques et sociales ». Dans ce présent travail, nous avons effectué un choix en ce qui concerne les variables relatives à chaque compartiment de la gouvernance, justifié par le fait que ces dernières ciblent directement la qualité des institutions, et elles fournissent des critères objectifs, numériques et homogènes et permettent ainsi la comparaison internationale. Ces indicateurs contenus de la base de données de Kaufman et al (2002) présentent une combinaison d’environs 300 indicateurs de gouvernance. Ces auteurs ont dégagé six indicateurs agrégés correspondants à six compartiments institutionnels fondamentaux pour 175 pays. Ces six volets sont définis comme suit: • Voix et redevabilité démocratique (Voice and Accountability: VO): cette première grappe de variables renferme des mesures de divers aspects du processus politique, des libertés civiles et des droits politiques. L’indicateur agrégé prétend saisir l’étendue de la participation des citoyens d’un pays dans la sélection de leurs dirigeants politiques; il inclut en outre, des données sur l’indépendance des médias. • Stabilité politique et absence de violence (Political Stability: PS): cet élément combine certaines mesures de la probabilité de déstabilisation de l’Etat par la violence ou des moyens non constitutionnels. Il tente de capter la continuité de la politique et la possibilité qu’ont les citoyens de choisir dans la paix, les dirigeants au pouvoir. • Efficacité du gouvernement (Government Effectiveness: GE): ce volet de la gouvernance est saisi à partir de la combinaison de mesures de la qualité des prestations des services publics, de la qualité de la bureaucratie, de l’indépendance des services civils et du degré de crédibilité de l’Etat relativement à ses politiques et à la réalisation de ses engagements. Ces éléments renseignent sur la capacité de l’Etat à produire et à accomplir de bonnes politiques et à offrir des services collectifs de qualité. • Poids des législations (Regulatory Quality: RO): relativement ciblée sur la nature de la politique elle-même, cette grappe renferme des mesures de

149

Revue europénnee du droit social

l’incidence des politiques interventionnistes sur les marchés tels que le contrôle des prix, de mauvaises supervisions des banques, une régulation excessive et constituant des handicaps pour le développement des transactions des entreprises. • Etat de droit (Rule of Law: RL): ce volet de la gouvernance prend appui sur des indicateurs mesurant l’ampleur de la confiance des agents dans les règles de la société et de leur soumission à ces règles. Cela comprend les perceptions de l’incidence des crimes violents et non violents, de l’effectivité et de la prévisibilité du système judiciaire et de l’exécution des contrats. Plus généralement, cet indice donne une indication fondamentale sur l’environnement juridique qui gouverne les interactions sociales et économiques. • Contrôle de la corruption (Control of Corruption: CC): cette mesure évalue les perceptions de la corruption par les agents. Celle-ci étant définie comme « l’utilisation du pouvoir public pour augmenter des gains privés. Ces différents indicateurs de la gouvernance sont notés selon des indices allant de -2.5 à +2.5 et, dans cette échelle une valeur élevée signifie une très bonne qualité institutionnelle. 3. Le capital social Le concept du capital social n’est pas nouveau et remonte au moins à Hanifan (1916) qui a souligné l'importance de la participation communautaire dans l’amélioration de la performance scolaire. L’auteur définit le capital social comme «ces substances tangibles qui comptent le plus dans la vie quotidienne des gens à savoir, la bonne volonté, la camaraderie, la sympathie et les relations sociales entre individus et familles». Plus tard, Banfield (1958) a utilisé le concept de capital social pour tenir compte du déclin économique du sud de l'Italie. D’autres travaux ont fait usage de ce terme, parfois avec des variations dans la signification (Homans (1961), Jacobs (1971) et Loury (1977)) pour suggérer que la mobilisation des relations sociales et la coopération peuvent aider les individus à améliorer leur bien-être. Mais, la popularisation de ce concept, pendant les dernières décennies, est due à Bourdieu (1980, 1986) qui s'est aussi servi de la notion de capital social pour faire référence à certains types de ressources qui découlent de l'appartenance à des associations, communautés et réseaux sociaux. Pour Bourdieu: «Le capital social est l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relation plus ou moins institutionnalisées, ou en d’autres terme, à l’appartenance à un groupe». Coleman (1988, 1990) a donné une nouvelle dimension à ce concept en le définissant par sa fonction, où il est reconnu comme une variété d’entités avec deux éléments communs: des caractéristiques de structures sociales et la facilitation des actions individuelles au sein de la structure. Pour Coleman (1988): «Le capital social désigne la

150

Revista europeană de drept social

capacité des individus à travailler ensemble pour un objectif commun dans des groupes ou organisations». Dans le début des années 90, ce concept sociologique a connu une renaissance puisqu'il a été adopté par des politologues comme Putnam (1994) et Fukuyama (1995). Putnam définit le capital social comme «les caractéristiques de la vie sociale telles que les réseaux, les normes et la confiance mutuelle, qui permettent aux participants d’agir ensemble plus efficacement pour atteindre des objectifs partagés». (Putnam, 1995, p. 67). Dans une perspective convergente avec celle de Putnam, Fukuyama trouve que la confiance sociale constitue la principale composante du capital social. Celui-ci est, pour Fukuyama, «un actif qui naît de la prédominance de la confiance dans une société ou dans certaines parties de celle-ci. Il peut s’incarner dans la famille, le groupe social le plus petit et le plus fondamental, aussi bien que dans, la nation ou dans des corps intermédiaires» (Fukuyama, 1995, p. 37). Dans ce contexte et en fonction de ce point de vue, le capital social devient une vertu des nations où les individus obéissent à la loi, choisissent leurs dirigeants d’une manière démocratique et montrent des niveaux élevés de coopération entre eux. Pour cela, les politologues, en opposition avec les sociologues qui se concentrent sur le niveau de capital social au sein d’un petit groupe, mesurent le capital social dans une communauté plus large par des indicateurs tels que la participation politique, la participation aux élections et l'adhésion à des associations. En économie, il est de plus en plus admis que le capital social améliore non seulement les capacités des agents individuels, mais aussi la performance économique au niveau collectif et agrégé. Becker (1996), qui se réfère explicitement à Coleman, situe le concept de capital social dans le cadre de la théorie de l’interaction sociale, présentée d’abord dans Becker (1974). «Le capital social s’y intègre sans difficulté, où il figure, et devient même partiellement endogénéisable quand les réseaux et relations sont posés comme le résultat de choix guidés, toujours, par la maximisation de l’utilité» (Becker 1996). En outre, un environnement social sain où les gens se réunissent librement et fréquemment est un terrain idéal pour l'adoption et la diffusion des bonnes normes génératrices de confiance. Par conséquent, une confiance généralisée dans la société réduit les incertitudes, les coûts de surveillance, d’information et généralement de transaction (Torsvik (2000) et Zak et Knack (2001)). Le nombre croissant d’études sur le capital social a poussé les institutions financières internationales à recommander, dans leurs politiques de développement, la considération du capital social entant qu’instrument politique et de renforcer toutes les actions qui sont susceptibles de promouvoir la participation volontaire à des organisations civiles.

151

Revue europénnee du droit social

4. Etude Empirique de la relation capital social, taille de l’Etat et gouvernance pour le cas des pays de l’OCDE Notre objectif dans cette partie est d’étudier le lien entre, d’une part, la taille de l’Etat (mesurée par les dépenses globales puis par les dépenses sociales) et le niveau du capital social (on considère la confiance: TRUST comme Proxy du capital social) et d’autre part, entre le capital social et la qualité de la gouvernance. Pour cela, l’équation (1) fournit la base pour les modèles empiriques qui seront estimés par la méthode en Coupe Transversale pour le cas de 29 pays de l’OCDE: Yi = α0 + α’ Xi + εi (1) Avec, Yi la variable TRUST, α0 est une constante, α’ est un vecteur de coefficient à estimer dans chaque modèle, Xi est un vecteur des variables explicatives, εi est le terme d’erreur. 4.1. Présentation des variables et de leurs sources Les variables qui seront présentées sont recueillies pour un panel de 29 pays de l’OCDE pour l’année 2004. Les variables prises dans notre étude sont: la confiance (TRUST) comme variable endogène, les variables de base sont respectivement: Dépenses courantes des administrations publiques (GGDP), Dépense publique sociale (GGDPSO) et Gouvernance (GOV). Dans les trois premiers modèles on va étudier successivement l’effet des dépenses courantes des administrations publiques (modèle 1: M1), et celles par intervalle (M2), ainsi que les dépenses sociales (M3) sur la confiance. Pour le modèle 4, on va étudier l’effet de la gouvernance sur la confiance. Les modèles 5, 6 et 7 étudient la confiance en introduisant les variables gouvernance et dépenses publiques (globales et sociales). Enfin, dans les modèles 8 et 9 on va effectuer des interactions entre la gouvernance et les dépenses publiques globales et sociales. • La variable dépendante Nous utilisons, dans notre analyse empirique, la confiance (TRUST) comme variable dépendante. Les données, pour les 29 pays de notre échantillon représentatif, relatives à cette variable sont extraites des données du « WORLD VALUE SURVEY 2005 ». • Gouvernance Les indicateurs de gouvernance sont retenus à partir de la base de données de la Banque Mondiale élaborée par Daniel KAUFMANN, Aart KRAAY et Massimo MASTRUZZI. Ces indicateurs sont définis dans la première partie de ce travail. • Dépenses courantes et sociales des administrations Publiques Les dépenses globales et sociales des administrations publiques sont extraites de la base de données de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques. (O.C.D.E.). 152

Revista europeană de drept social

4.2. Résultats des estimations et interprétations En utilisant la méthode de Coupe Transversale sur 29 pays, on obtient les résultats présentés dans le tableau ci-dessous: Tableau 1: Variable dépendante TRUST

Variables M1 M2 M3 M4 M5 Constante 35.220* 17.375 25.570* 20.838* 17.321* 24.512* (2.949) (0.710) (2.389) (4.532) (3.428) (2.607) 0.122 -0.105 GGDP ------------(0.409) (0.450) 0.689 GGDPSO ---------------(1.412) 1.046 V1 ---------------(0.862) 0.602 V2 ---------------(0.943) 0.435 V3 ---------------(0.872) 17.544* 20.210* 17.928* GOV ---------(4.607) (4.913) (4.529)

M6 M7 M8 M9 9.227 18.595* 22.411* 22.694* (0.497) (2.241) (5.230) (4.796) ----

----

----

----

----

-0.080 (0.195)

----

----

----

----

----

----

----

----

----

-------

0.814 ---(0.886) 0.268 ---(0.551) 0.198 ---(0.520) 18.221* 20.591* (4.450) (4.591)

INTER

----

----

----

----

----

----

----

----

0.404* (4.614)

INTERSO

----

----

----

----

----

----

----

----

----

R2 N. Pays

0.006 29

0.035 29

0.071 28

0.440 29

0.481 28

0.444 29

0.471 29

0.482 28

0.440 29

0.696* (4.136) 0.396 28

* significativement positif au seuil de 5%. Entre parenthèses figurent les t de Student en valeur absolue.

Afin, d’étudier les effets directs et indirects (via la gouvernance) des dépenses courantes et sociales des administrations publiques sur la confiance, 9 modèles sont retenus dans notre étude. Les résultats d’estimation de ces modèles sont importants puisqu'ils viennent confirmer l'existence d'une relation positive et significative entre le capital social et la gouvernance. A l’opposé, il n’existe aucune relation directe entre la taille de l’Etat (mesurée par G/PIB) et le niveau de capital social. Dans les trois premiers modèles, on remarque que les dépenses courantes globales des administrations publiques (M1), et celles par intervalle (M2), ainsi que les dépenses sociales (M3) n’ont pas d’effet sur la confiance. Cependant, la gouvernance présente des effets significatifs et de signes positifs. Cette conclusion vient corroborer celles obtenus par KAUFMANN et al, cela indique en fait que la capacité de l’Etat à gérer efficacement les ressources et à formuler et mettre en œuvre des politiques et des régulations de qualité, explique dans une large mesure les performances économiques. Ce qu’on peut tirer de ces modèles c’est que les dépenses publiques n’appuient significativement le capital social que dans un environnement institutionnel sain. Ainsi, l’effet des dépenses publiques (courantes et sociales) sur la confiance n’est 153

Revue europénnee du droit social

pas direct, mais il présuppose un ensemble des institutions qui garantissent le bon fonctionnement de l’Etat. Ces idées sont confirmées dans les modèles 8 et 9 dans lesquels les variables d’interaction entre les dépenses publiques et la gouvernance présentent des effets statistiquement significatives et de signes attendus sur la confiance. Conclusion Dans ce travail sur le lien entre renouveau du rôle de l’Etat et capital social, nous avons montré dans un premier temps que l’Etat joue un rôle important dans la croissance et dans le maintien de la cohésion sociale. Dans un deuxième temps, nous avons montré à travers la littérature existante que le rôle de la gouvernance et du capital social dans le développement des communautés fournissent des outils nécessaires pour saisir la forme que prend l’intervention de l’État à l’aide de ces concepts. Nous avons montré à travers la littérature existante que les éléments d’une bonne gouvernance offre un environnement favorable à la croissance économique. Ces analyses théoriques sont confirmées dans notre étude empirique qui nous a permis de montrer l’existence d’un lien positif et significatif entre le capital social et la qualité de la gouvernance pour 29 pays en 2004. Nos principaux résultats empiriques suggèrent que l’effet des dépenses publiques sur la confiance n’est pas direct, mais il présuppose un cadre institutionnel sain. Bibliographie Barro R.J. (1990); « Government Spending in a simple model of endogenous growth », Journal of Political economy, vol 98, n°5, pp. S103-S125. Becker G. (1996); « Accounting for Tastes », Cambridge, Ma, Harvard University Press. Bourdieu P. (1980); « Le capital social », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 31, p. 2-3. Chtourou N. et Feki R. (2013); « Nouvelle approche de construction d'indicateurs composites: CFAR-m. Application aux données Profils institutionnels du MINEFI », Économie Appliquée, Vol. 66, Nº 3, pp. 35-66. Chtourou N. (2004); « Inefficience institutionnelle et performance sociale », Dans Restauration du rôle de l’Etat dans le développement économique, Ouvrage Collectif, Editions PUBLISUD, Paris. Coleman J.S. (1988); «Social capital in the creation of human capital», American journal of sociology, vol 94, p S 95, S 120. Fukuyama F. (1995); « Trust: the social values and the creation of prosperity », New York: The free press. Hanifan L.J. (1916); « The rural school community center », Annals of the American Academy of Political and Social Science, 67, pp.130-138. Henner Henri-François. (1976); Hayek (Friedrich von). Prix et production. Préface de Christian Schmidt. In: Revue économique. Volume 27, n°4, p. 742. Jacobs J. (1961); « The Death and Life of Great American Cities », New York, Random House.

154

Revista europeană de drept social Kaufmann, Daniel; Aart Kraay, and Pablo Zoido-Lobatón. (1999); « Aggregating Governance Indicators», Policy Research Working Paper No. 2195, World Bank, Washington D.C. Loury G. (1977); « A Dynamic Theory of Racial Income Differences », in Wallace, P.A., Le Mund,E., (eds.), Women, Minorities, and Employment Discrimination. Lexington, MA, Lexington Books. Pierre Rosanvallon, (1995); La nouvelle question sociale, Repenser l’Etat-providence. Éd. du Seuil, p. 45. Putnam R., Leonardi R., et Nanetti R.Y. (1993); « Making Democracy Work: Civic Tradition in Modern Italy », Princeton, Princeton University Press. Torsvik G. (2000); « Social Capital and Economic Development: A Plea for the Mechanism», Rationality and Society, 12, 451-476. Vedder R.K. & Gallaway L.E. (1998); « Government Size and Economic Growth » Joint Economic Committee. Zak P.J. et Knack S. (2001); « Trust and Growth », Economic Journal, vol. 111, pp. 295-321.

155

Revue europénnee du droit social

LES DIFFÉRENCES DE SERVICITÉ COMME PROBLÈME DE COMPÉTITIVITÉ POUR LES PAYS ÉMERGEANTS Alexandru JIVAN Professeur docteur, Université de l’ouest, de Timisoara, [email protected]

Abstract: The competitiveness is a dimension of the larger issue of productivity. The paper presents an original design for the analysis of the productivity of an economic entity in a widened relational systemic approach. The conceptual starting point is the Physiocratic and Classical liberal conception concerning productivity, in conjunction with the service economy. The analysis uses and promotes some earlier research by the author on productivity, putting them in the context of the relations of a company, organization or nation, with other entities in the EU. Interesting specific issues and unusual conclusions come out, which are dictated in the approach of the generalized concept of service and of servicity. The analysis is focused on issues of principle with the wider conceptual domain of validity. Productivity differences fall within the valuation differences of resources, development and standard of living, despite the performed service. Here results the necessity of developing the European design on cohesion, of reconsidering the common performance indicators – at least at the national and EU’s levels – and the duty of economics to reassess the approach concerning market competitiveness and productivity. Keywords: productivity, servicity, servicity transfers

1. Introduction Par ses intentions déclarés, ses programmes et ses politiques communautaires, l’Union Européenne est une construction qui propose un grand pas en avant, pour la science économique: cette union, bien qu’économique, n’a pas seulement des buts purement de profit – l’essence de l’économique – mais elle demeure intéressée de la cohésion et coopération, du rapprochement économique et développement unitaire, de la question de la justice et, dans ce cadre, de la solidarité et de l’inclusion (encadrement). La libre concurrence demeure le moteur qui incite l’action, l’entreprise et le risque. Mais, si on connait l’existence des différences de pouvoir économique entre les diverses pays et régions, l’UE a du prendre en considération l’importance de garder, en même temps, l’esprit éthique d’équité, de responsabilité sociale et écologique, de respect des droits et des valeurs humains supérieurs: c’est la seule voie qui nous permet d’espérer à une vie économique qui devienne supérieure par rapport à la lutte économique dont le seul principe est de gagner par n’importe quelles moyens. Ici on peut invoquer aussi les différences culturelles, qui peuvent approfondir les différences entre pays et régions; on peut aussi rappeler les procès 156

Revista europeană de drept social

de mondialisation qui réclament l’adaptation des règles et des régulations de l’échange, dans les mêmes buts supérieures antérieurement invoqués. Parmi les apports de la science économique pour les buts nobles énumérés, nous soulignons l’importance de la reconsidération des indicateurs qui décrivent la réalité économique – dans l’esprit des importantes mises en question du système actuellement appliqué dans l’économie, comme il est fait par les travaux de la « Commission Stiglitz » (à voir, par exemple, – Stiglitz, Sen, Fitoussi, 2009). Nous considérons la recherche dans ce domaine comme capitale, donc de priorité absolue parmi les grands objectifs de la science économique. A notre avis, en dehors d’une telle priorité, toute autre démarche de recherche, ne peut apporter qu’une contribution d’importance conceptuelle secondaire: la mise en question des indicateurs et même de la manière de les concevoir, percevoir et appliquer (calculer et estimer) est essentielle. Dans ce domaine, le présent article prend le sujet de la productivité, dans l’approche renouvelée de la servicité – ce qui représente par lui-même un apport de nouveauté à la doctrine économique dominante. On étudie quelques essences d’une approche originale sur la productivité qui met en question, d’une manière insolite mais révélatrice, l’approche habituelle, en relevant la possibilité de créer une ouverture vers des raisonnements économiques qui, à notre avis, peuvent mieux distinguer des possibilités supérieures du fonctionnement le plus productive de l’économie, à l’échelle globale (non surtout individuelle)1. Apres quelques connections doctrinaires, on présent un élargissement d’horizon de l’approche de la productivité, fondé sur l’idée du service et définie comme « servicité ». Puis on fait quelques délimitations de ce concept par rapport aux autres approches qui peuvent être considérées voisines. Les transferts de servicité sont misses en évidence. De l’analyse présentée dans les pages suivantes, on peut retenir quelques questions de principe conceptuel pour la vraie productivité. Théorique par excellence, l’article ne suive pas la typique usuelle (des recherches économétriques) et ne développe pas des études de cas fondés sur de données empiriques, le traitement du sujet étant plutôt explicatif et argumentatif. Notre article ne se propose pas de faire un inventaire de situations pratiques de productivité, ni de faire une synthèse de la littérature sur le sujet de la productivité (ils existent des telles études qui méritent notre reconnaissance2). Mais il se propose seulement d’identifier le problème théorétique et de trouver ses traces 1

2

Nos recherches sur la question sont en développement depuis le début de la dernière décennie du siècle passée. Nous exemplifions surtout Jivan 1993, 1996 et 2014. A la formation de notre conception, un rôle essentiel ont eu, parmi autres, Manoilescu (2012; et ses œuvres des années ’30 du XXème siècle), Georgescu-Roegen (2009; mais aussi des œuvres antérieures), Delaunay&Gadrey (1987), De Band (1991; mais aussi des travaux antérieures), Giarini&Stahel (1993 et des autres travaux antérieures), Baslé (1988) et Heilbroner (1994), et, surtout, Fréderic Bastiat (1845 et d’autres travaux). A voir, par exemple, Djellal&Gallouj (2008 et 2012). Nous exemplifions aussi Grönroos&Ojasalo (2000).

157

Revue europénnee du droit social

conceptuelles principales – y incluses les plus pertinentes racines doctrinaires. Notre approche (d’économie générale) se délimite conceptuellement et méthodologiquement surtout par rapport aux approches de gestion et de marketing. 2. Quelques corrélations, et délimitations doctrinaires Les physiocrates sont des penseurs traités injustement par la pensée économique: ils ont payé pour avoir eu l’audace d’affirmer, peu avant les thèses d’Adam Smith, que la valeur est crée dans l’agriculture seulement, que seule l’agriculture est productive. Immédiatement après eux, les classiques anglais ont développé leurs thèses alors que l’Angleterre était en pleine révolution industrielle. Dans de telles conditions, considérer que les industriels sont classe stérile (comme le formule le Tableau économique de Quesnay) était contestable. Mais le critère logique utilisé par François Quesnay a été l’utilité de l’activité pour toute la société, pour tous les membres de la société humaine3. L’avance clé, pour la science économique, apportée par le libéralisme a été, donc, à notre avis, l’importance accordée au rôle joué dans le bénéfice de la société, l’enjeu de l’importance (de la valeur fondamentale) des fonctions (taches) librement accomplies dans le fonctionnement systémique (naturel) de l’ensemble social (y comprise l’économie, décrite dans « le tableau économique » et définie par le principe de laissez faire). Le mot « rôle » est ici un mot clés, pour renforcer l’idée exprimé. C’est donc seulement du point de vue des besoins vitaux fondamentaux que l’économique devient un critère primordial. Les activités économiques qui ne génèrent pas de produit net restent secondaires par rapport au critère capital de la génération nette de surplus vital (de la nourriture pour l’existence de tous les membres de la société). Les acteurs impliqués dans d’autres activités que l’agriculture sont « stériles » du point de vue de la production de valeur au sens des Physiocrates. Tous les autres que les agriculteurs vivent, eux-aussi, de ce que l’on produit dans l’agriculture. ”Le commerçant tend à acheter au plus bas prix et à revendre au plus haut prix possible, afin d'étendre son bénéfice le plus qu'il est possible aux dépens de la nation: son intérêt particulier et l’intérêt de la nation sont opposés” (Quesnay, 1766). Nous ne développons plus le sujet dans cette section; nous allons expliquer cette importance dans la présentation de notre conception concernant la servicité (à voir aussi la section suivante4). Adam Smith accorde également à l’agriculture la plus grande productivité. Mais son critère est le travail: dans l’agriculture le capital peut employer plus de travail. L’industrialisation de la production agricole dans l’époque moderne a changé les conditions de perception de la productivité. La valeur–travail 3 4

Des telles idées ont étés présentées récemment conformément à Jivan, 2012. Des développements, aussi en Jivan, 2014.

158

Revista europeană de drept social

commandé a été conçue par Adam Smith à partir du labeur de la classe productive corrélé avec les « avances » qui apparaissaient dans le schéma logique de l’activité économique décrite par Quesnay. En dépit des critiques qui peuvent être formulées à l’encontre de cette conception (voir par exemple la conception de la valeur– labeur incorporée introduite par Ricardo), l’accent porté sur l’idée de commander le labeur a le mérite de mener à l’idée de commander une prestation, un service. Mais Smith (tout comme les Physiocrates) avait lui-même une conception trop matérialiste de la vie économique, pour qu’on envisage qu’une telle idée lui soit venue à l’esprit: dans sa vision, les services (envisagés essentiellement sous le prisme de l’activité des serviteurs) sont non-productifs, car immatériels. Frédéric Bastiat introduit une approche concernant une inefficience du point de vue des effets obtenus par rapport à ceux visés. L’inefficience a donc une acception complexe, non seulement quantitative, mais aussi qualitative et elle doit être bien comprise: les buts visés sont logiquement rapportés à des intérêts qui ne sont pas exclusivement individuels, mais collectifs. Dans cette acception de l’« inefficience », il ne s’agit pas des résultats pour l’agent économique qui réalise les actions; mais au niveau de la société dans son ensemble. Elle tienne du système environnemental, et non de l’individu. Les effets peuvent bien être efficients ou suffisants pour l’entrepreneur, mai ça ne suffit pas: Bastiat conçoit que l’action économique soit généralement efficiente. Mais, malheureusement, dans les mêmes temps de Bastiat, quelques analyses anglo-saxonnes (empruntés de libéralisme économique initial physiocrate) négligent les effets globaux. On essaie, dans cet article, de remettre en question ce rétrécissement de l’analyse, en plaidant pour une approche globale, insistant sur tous les effets, et non pas seulement ceux liés à l’agent individuel.) Bastiat explique l’aspect possiblement positif du rôle des automatismes de l’économie libre. Ce qu’on retient pour notre analyse c’est sa conception du rôle de la science économique dans la révélation de la vérité sur l’économie et la société, y compris sous leurs aspects négatifs, les économistes agissant ”par déraciner les préjugés, en étudiant et découvrant la vraie nature des actions et des choses” (Bastiat, 1845). L’approche ricardienne de la valeur (sous la forme valeur–labeur incorporé) s’est généralisée chez les classiques, et a été ensuite utilisée par Karl Marx (labeur emmagasiné dans la marchandise). Dans cette idée du stockage de la valeur on retrouve les d’origines physiocrates. Ce qui nous intéresse du point de vue du présent article est le fait que, cette acception de la valeur intègre, elle aussi, l’idée de surplus de valeur (ce dernier est plus clair ici dans la mesure où il est stocké dans des résultats tangibles). En ce qui concerne l’approche de Marx, nous ajoutons que la question même de la création de valeur est le concept-clef de son mécanisme de « l’exploitation ». Pour lui, l’exploitation signifie la simple inclusion du surplus nouvellement crée dans la marchandise dans une formule qui accepte que le produit du quelqu’un soit approprié par un autre acteur de la vie économique (en particulier, le produit du travail – donc, pour Marx, du prolétaire – est appropriée 159

Revue europénnee du droit social

par le capitaliste). On retrouvera la même idée à Veblen (exploit, dans sa terminologie), qui délimite nettement le travail (labor, industry or drudgery) par rapport à l’exploit (conçu comme une conversion d’une valeur préexistante, vers les intérêts propres de l’acteur; Veblen, 1912, p. 27-28). L’approche est d’une autre manière que chez Marx (et aussi les conclusions), mais l’essence est, à notre avis, le même: les uns produisent; des autres vivent du travail des premiers. La manière concrète d’appropriation – et surtout les interprétations (qui peuvent prendre même des accents sociales et politiques) – sont moins importantes, à notre avis, et nous n’allons pas à les prendre en considération dans l’analyse du présent article: nous sommes intéressés de l’essence économique et c’est seulement cette essence que nous voulons la discuter. En bref, la conception préclassique et classique de la production nous enseigne que les activités économiques ne sont pas toutes productives. D’ici résulte que les actants qui ne font pas de la vraie création de « plus » de valeur (qui ne produisent pas), mais seulement obtiennent, par redistribution, une part de la valeur créé dans l’économie (par des autres) – ce que la physiocratie, le classicisme marxiste aussi et, bien sur, plus récemment, Veblen nous le dit explicitement. Les actions « inefficientes » dans l’approche de Bastiat, ajoutent à ce tableau, l’idée de la nécessitée de l’harmonie dans l’économie: autrement, les démarches peuvent avoir des effets qui sortent en dehors des nécessitées des gens, peuvent générer des pertes plus grandes que les gains (même si une certaine entité atteindre ses buts, l’effet global – en dimensions spatiale et temporelle – peut ne pas satisfaire l’optimum Pareto généralisé5), peuvent être destructives pour la nature et avoir des autres effets pervers6. En conclusion, nous soulignons, de tous ces enseignements de la pensée libérale à ses origines et de certaines autres développements du XIXème et XXème siècle, quelques des traces principales pour une approche de la servicité. Ça signifie que, indifféremment de la productivité officiellement enregistrée, on a des transferts de servicité d’une entité à l’autre – quelle sont des compagnies, de économies nationales, des régions etc. Les transferts sont générés par la concurrence, mais la compréhension du principe théorique et de la possibilité d’une interprétation des situations concrètes qui prend en compte une approche différente par rapport à l’approche usuelle, permet de mieux comprendre la vie économique (y incluse la compétitivité des acteurs économiques) et contient la réserve d’une orientation meilleure vers la cohésion territoriale entre les diverses entreprises et la cohérence économique entre des régions. C’est dans cette approche que notre option est pour la plus large conception sur la valeur et, implicitement, sur la productivité: nous n’envisageons pas l’utilité pour un certain individu, pour un certain moment, place ou pour une certaine conjoncture; mais notre analyse vise la productivité comme création de valeur au 5 6

Jivan, 2014. Pour des développements, à voir Jivan, 2008.

160

Revista europeană de drept social

sens le plus générale: dans une approche Pareto généralisé. L’utilisation concrète de la valeur créée décrits la « répartition ». Mais nous sommes intéressés dans cet article de la forme dans laquelle la productivité calculée décrie la vraie production, ou des transferts de servicité. Donc on considère l’utilité dans son sens absolu, c’est-à-dire indifféremment de toutes considérations particulières, spécifiques à certains cas ou situations. Un cas particulier était la production matérielle – la seule envisagée comme production par les contemporains du Bastiat et par ses successeurs immédiats. Nous considérons que Bastiat était réduit à un statut marginal par rapport aux classiques anglaises; mais c’est lui qui a eu l’horizon d’approche le plus large, y incluant aussi les services – fait démontrée par les évolutions de la science économique du XXème siècle. 3. Quelle productivité? L’analyse économique prend usuellement en considération des indicateurs décrivant la qualité de « produire », de générer des effets positives (pour les entités concernées, par rapport aux inputs), donc de la nature de la productivité: à voir, par exemple, les présentations détaillées, très bien systématisés et logiquement ordonnés par Djellal&Gallouj, 2012 –– y incluse la définition de la performance, si on prend le concept le plus large, dans l’acception de ces auteurs; dans la source citée on trouve aussi d’autres définitions, qui touchent des différent facettes du concept et de l’approche afférente. Nous pouvons observer que, le plus usuellement, les mots performance et efficacité n’expriment pas des dimensions relatives, leurs approche commune n’est pas de rapport, mais elles s’expriment en chiffres absolues. Mais nous n’entrons pas ici dans des telles détailles techniques: il n’est pas le but de cet article. Mais nous nous rapportons aux ces concepts en général: plutôt à leurs manière commune de concevoir l’action économique et de percevoir l’économie. Et, dans ce but, nous avons utilisé Djellal&Gallouj (2012) pour la qualité d’exceptionnelle présentation et de développement complexe sur la question qui nous intéresse, de cette source, et pour son caractère représentatif pour l’état actuel du champ des recherches sur la productivité: elle nous offre la possibilité d’en observer, en synthèse, aussi l’approche commune, et aussi certaines des plus importantes développements et élargissements conceptuels, même des plus récentes. Nous soulignons que, en dépit des ouvertures de recherche scientifique dans ce livre, l’approche commune de la productivité – qui domine la vie économique (pratique) – demeure bien limitée. Dans la plupart des analyses concernant la productivité, on parle de l’entreprise (ou de l’organisation): c’est son produit individuel qui est usuellement concernée dans l’approche de l’activité économique. Nous proposons une extension au-delà de cette approche usuelle concernant une entité économique seule – qu’il s’agit de l’entreprise, de l’économie nationale, d’une action économique quelconque ou d’un program appliqué… 161

Revue europénnee du droit social

Nous avons choisi ce livre, grâce aussi au fait qu’il démontre concrètement un horizon large, en incluant des nombreux aspects – dont une part est souvent oubliée dans des autres analyses de facture orthodoxe. Donc, pour la présentation de la servicité, cette source bibliographique offre un tableau très utile. Mais, de toute façon, si on va sur l’idée généralisatrice de la performance (dont la productivité est une des formes), la servicité est un concept encore plus large: il concerne non seulement le développement de l’organisation et ses objectives ou seulement des « positions » (sur le marché) relatives à certains produits ou des plus grands rendements obtenus par une certaine entreprise. Toute approche orthodoxe est centrée sur l’entité individuelle concernée. L’entreprise a ses buts; il est vraiment normal, dans l’approche de l’organisation, que, pour atteindre ses propres objectifs, elle doit déclarer et poursuivre aussi quelques utilités pour ses clients ou pour des autres parts de l’environnement; donc elle se propose aussi des objectifs sociaux, écologiques, même éthiques etc. Djellal&Gallouj met en discussion des telles dimensions élargies vis-à-vis de celle strictement économique; mais plutôt du même point de vue orthodoxe: celui de l’acteur économique, de l’organisation; c’est le but individuel de l’entreprise (soit il non purement économique) qui compte. Notre approche concerne un sens plus général (et plus généreux) (Jivan, 2014). En effet, nous observons que toutes les autres objectives de l’entité économique sont des extensions des objectifs économiques. Dans l’approche la plus commune, dans la vie économique pratique, ils se réduisent à l’économique: le gain, le profit, le rendement, la position sur le marché, l’avantage en général, de l’entreprise (au moins amélioration d’image). C’est dans ce contexte logique que, dans la même source citée, les ”objectifs de vente” se trouvent sur la première place. Il en est normal, bien sur, pour une entreprise économique; mais dans notre approche, nous prétendons à l’analyse économique développée par l’economics de prendre en compte plus que les objectifs privés prévus par l’entrepreneur: il s’agit de la science économique à proprement dire; nous ne parlons ici des analyses de management ou de marketing (mais l’approche supérieure est possible, pourquoi pas, même pour les analyses de business, de l’entrepreneur au niveau de son entreprise – même sans aucun intérêt pour lui). Nous considérons sur la première place de notre intérêt scientifique (de notre approche) les autres effets que les intérêts individualistes des compagnies; surtout quand on parle de l’efficacité. L’argument de notre position est le fait que les compagnies font leurs propres analyses: donc des telles recherches (sur les positions des entrepreneurs) ne doivent plus être le soin de la science économique générale (il n’est pas nécessaire de le faire à leur place). Mais, par contre, ils sont de nombreuses entités (souvent affectées par l’activité économique) qui n’ont pas les données nécessaires, l’expertise et, généralement, les possibilités de faire leurs propres analyses documentées, approfondies et détaillés: il s’agit de nombreuses personnes physiques, des générations suivantes, de la société humaine en général, de la nature

162

Revista europeană de drept social

et généralement de la planète – comme notre seul système (ou organisme) unitaire de vie, pour tous. Par exemple, le « plus d’utilité » apporté par la production d’aliments ne doit pas se mesurer par les montants des ventes de produits alimentaires; mais directement par l’état de santé de la population7. Celui-là n’est pas le sujet particulier des ménages ou de l’économie de la famille; mais il est d’une importance capitale et générale. Et tout sujet concernant l’alimentation – même s’il s’agit des dimensions économique (et surtout quand il s’agit de l’efficacité) – est d’intérêt central pour la science économique: il s’agit d’un besoin de premier ordre que les hommes ont, et dont le devoir de l’accomplir revient à l’économie; donc que la science économique doit en prendre en considération sur première place, une telle production étant la base naturelle pour le bien-être des individus et, généralement, de la population. Un tel accomplissement (ça veut dire une telle efficacité) n’est pas vraiment exprimé par des ventes (i.e. le montant d’encaisses aux vendeurs); mais par « le plus » de bon état de la population. Ça on usuellement oublie dans les jugements et raisonnements communes, qui prennent en considération surtout les intérêts des offrants, plutôt que les intérêts des bénéficiaires. Ici on doit ajouter qu’il ne s’agit pas d’un état superficiel de satisfaction des gouts: mais du même bon état de santé; parce-que une satisfaction des gouts par des substances chimiques et produits artificiels, par exemple, peuvent être agréables aux gourmands (en donnant l’impression de la satisfaction), mais peuvent détruire la santé (au moins sur le long et très longue terme; y incluse une dimension intergénérationnelle); c’est l’efficacité d’un point de vue qui n’entre pas dans les approches quotidiennes de la science économique … Les profits d’une telle industrie représentent seulement l’incitation pour produire plus d’aliments, mais l’action des lois économiques n’est plus sur la qualité fondamentale des aliments (comme le cas de la production naturelle, ou « bio »), mais sur les quantités et les apparences souvent trompeuses. Nous ajoutons que, même en ce qui concerne les qualités et apparences, la stimulation est, au moins, discutable, dans le cas des fermiers – voir nos commentaires concernant la nécessité de subventionner l’agriculture8). La réalité enregistré sur le marché, bien qu’officielle, est superficielle: l’approche causale, conceptuelle, le caractère général (compréhensible) de l’analyse, l’interprétation profondément scientifique, i.e. au-delàs des évidences, peuvent être mises en question. Le devoir de la science économique est exactement de comprendre la vie économique au-dessus des préoccupations de l’entrepreneur (soient-elles les plus scientifiques) et des aspects les plus visibles enregistrés. Nous soutenons donc un important élargissement d’horizon dans la perception des effets de l’activité économique. Pour le cas de l’efficacité, il est explicit dans la source que nous avons citée; mais nous proposons une approche élargie: on peut 7 8

Jivan, 2014. Par exemple, Jivan, 2011.

163

Revue europénnee du droit social

considérer qu’il serait nécessaire aussi de changer même le sens de l’observation (comme le fait l’approche de la servicité). 4. Quelques remarques concernant le service dans l’activité économique De nombreux approches conçues pour la production matérielle ne peuvent pas être extrapolées pour l’économie de l’immatériel, mais, à l’inverse, les enseignements tirés de l’économie de service on peut les utiliser pour l’ensemble de la science économique (economics – y compris pour l’économie matérielle) d’une manière profitable pour la compréhension des économistes (Jivan, 1996, chapitre 2.2.)9; il ne s’agit pas seulement de la montée en puissance des services de haut niveau, mais surtout de l’esprit de service.10 Apres la bien connue variante récente de la Service-Dominant Logique (Vargo&Lusch, 2004), la littérature contemporaine a développé aussi, comme questions qui convergent à notre sujet, le problème de la convergence biensservices, la question de « services utilities » positives ou négatives (y incluant les externalités), pour les services et aussi pour les biens matériaux, « la nouvelle théorie du consommateur » (Kelvin Lancaster, définissant le produit par ses caractéristiques de service, soit-il service ou bien matériau) etc. L’horizon commun de business doit prendre en compte, en dessus des intérêts économiques (marchand, financier, d’image de marque, d’innovation et industriel-technique) – donc matériels et de réputation sur le marché – aussi des dimensions sociales, politiques, écologiques et autres. Elles peuvent être eux aussi mises au milieu des intérêts individuels de l’entreprise, comme des « mondes » socio-civique, des relations interhumaines et des autres (Gallouj&Djellal, 2008 et 2012), donc focalisées surtout sur les mêmes buts de l’entreprise. Mais, à notre avis, l’approche peut être, 9

Avant que Vargo et Lusch mettent le problème de la service-dominant logique (Vargo&Lusch, 2004) – devenue rapidement renommée et puis intensivement développée. Leurs articles sont considérés avoir généré le changement d’intérêt pour ce sujet. A notre avis, c’est Bastiat (trop souvent oublié) qui est en effet la source, et, dans les dernières décennies, des lancements et développements sur l’idée on trouve à Jivan (1993), par exemple, et soulignés plusieurs fois, comme il est connu par les spécialistes; on note que cette approche corresponde au sens étroit de la servicité (Jivan 1996). 10 On peut exprimer le rôle central de la théorie économique du service (de la science économique concernant cette topique), par le caractère de service (postindustriel) de l’économie (de la vie économique) actuelle, du monde de business il même. Mais en français on a seulement le mot « économie » (en roumain aussi on retrouve ce manque de mots, par rapport à l’anglais, langue qui dispose de deux mots différents: economics et economy). Et cette science (Economics) doit (devrait) être centrée sur le caractère de service (postindustriel) de toute activité: l’esprit de servir définie la société, il est (devrait être) le fondement du déroulement pour la vie économique et aussi le centre des jugements, pour la science (et la discipline didactique). C’est pour ça que nous avons souligné ce verbe « servir ». (En Roumain nous avons l’infinitif long du verbe, « servire », qui exprime l’action, et « serviciu » (service, le substantif) exprime seulement le résultat de l’activité. Donc la langue roumaine a élimine, dès le début, le grand problème du double sens – procès et résultat – du mot service, problème qui existe en anglais et en français; et que Eiglier et Langéard on essaye de résoudre par inventer leurs concept de « servuction ».)

164

Revista europeană de drept social

d’une manière préférable, du point de vu des bénéficiaires, de la société humaine, de la planète, comme environnement et comme système global11. La littérature économique contienne des riches développements des recherches technico-conceptuelles et des apports théoriques ayant aussi une finalité pratique pour l’utilité dans la gestion de l’entreprise concernant l’évaluation. Le background au quel se rapporte l’approche de la servicité est celui orthodoxe, celui du mainstream économique (de la pensé économique dominante). En essence, la productivité de l’activité économique est donnée par l’output relatif à un certain facteur dans la de production. La littérature distingue diverses formes et nuances corrélées à cet indicateur (efficience, efficacité, performance, etc.; une description bien systématisée, détaillée, innovatrice et très utile de la question, comme déjà dit, est récemment offerte par Djellal&Gallouj, 2008 et 2012). Pour la comparaison avec la question de la servicité, l’important est l’essence de l’approche proavantage (gain) individuel vis-à-vis de l’importance accordée aux implications générales (soient-elles physiques, en valeur pécuniaire, surplus de qualité, efforts diverses…). C’est le même motif pour lequel nous évitons de faire référence, dans cet article, à la littérature de l’innovation – beaucoup développée et importante du point de vue conceptuel et pratique, quand on se préoccupe de la création de valeur (prenant en compte aussi des aspects qualitatifs): l’approche de l’innovation est normalement au niveau de l’entreprise, comme beaucoup d’autres contributions, que nous les considérons des approches dans la manière traditionnelle, d’un point de vue plutôt d’entreprise, de business. Nous voulons souligner que la propension pour le service d’offrir de l’utilité générale (non seulement particulière – dans l’acception déjà expliqué) et en harmonie avec tout l’environnement méritai plus d’attention. Donc l’accent qu’on doit mettre sur l’approche de Bastiat est encore plus fort. Tout ce qui est produit est destiné, dés la conception de toute activité économique de marché, à d’autres membres de la société humaine: “The functions fulfilled by each economic agent in the economic and social mechanism exist under the form of services that are done to the beneficiaries, to the business partners and to the society as a whole.”; ”our economics is based on the human relations between human beings which have their specific character of offer made to our fellow ”; “First of all the attitude towards the client is important and not only the quantitative production actions.” (Jivan, 1993). Pour le soutien de cette manière de concevoir les activités économiques, on peut citer même de François Quesnay (œuvre cité antérieurement) quand il parle de l’activité des classes de la nation: “La classe stérile est formée de tous les citoyens occupés à d'autres services et à d'autres travaux que ceux de l'agriculture” (nous avons soulignée les formulations qui nous intéressent ici). Le but de notre article n’est pas d’en faire une présentation des approches (qui sont surtout de marketing) concernant des topiques voisines à la notre. Leur seule 11

Jivan, 2014.

165

Revue europénnee du droit social

caractéristique principale qu’on évoque, par rapport à notre approche – et qui représente l’argument pour éviter leur discussion comparative dans cet article – est leur orientation plutôt concernant le domaine de la gestion (particulièrement pour les sciences de business); notre approche est purement d’économie générale (d’economics). Dans notre analyse, nous n’entrons pas dans une discussion concernant la convergence entre les biens et les services, parce-que dans notre opinion, l’économie matérielle n’est qu’un procès de l’accomplissement d’une fonction dans l’activité économique en général), aussi comme l’économie immatérielle; en effet, l’industrialisation elle même a commencé avec la montée en puissance des services (de transports, de commerce, des banques et, surtout des sciences, des services R&D). Donc nous ne sommes pas préoccupé par l’idée d’une possible alternance entre matériel et immatériel: à notre avis, c’est seulement l’essence fonctionnelle qui compte; la dimension de matérialité ou d’immatérialité n’est pas du tout l’élément le plus important (la forme ne doit pas être au centre de l’analyse économique fondamentale). On doit analyser toute activité économique par sa dimension fondamentale, qui est le service rendu (au consommateur ou l’usager individuel; mais aussi plus largement, à l’économie et à la société en général). En ce qui concerne les implications pratiques de la forme (surtout de l’immatérialité), elles sont importantes principalement dans le domaine du marketing; elles sont déterminantes dans les sciences et les pratiques du management. Pour la science économique à proprement parler, on devrait plutôt éviter l’approche « industrialiste » qui place la production matérielle ou centre, et qui considère que toute l’économie tourne autour de l’industrie. La science économique est conçue et jugée selon les critères de l’industrie (en particulier la productivité). Si on réussit à se libérer de l’approche industrialiste (dominante depuis au moins deux siècles et demi), on peut constater que les services ne sont pas des cas particuliers (qui ont une spécificité par rapport aux productions matérielles, comme nous avons déjà cité). Mais l’activité économique et la création de valeur dans cette approche renouvelée n’est pas encore généralisée dans la théorie économique dominante (mainstream economics). La valeur est donnée par l’effet général (pour la société entière), et ne doit pas être jugée strictement dans une certaine place ou dans un certain moment ou par des critères rapportés seulement (individuellement) à une seule entité. Autrement, les conclusions peuvent être particulières, d’horizon limité (étroit) et différentes, même opposées à la réalité étudiée: donc insuffisamment scientifiques. A notre avis, la science économique générale (economics) doit s’intéresser, dans une approche la plus compréhensive12, surtout des résultats nets supplémentaires à ce qui existait avant l’action « productive » (le plus généré – avec toutes ses composantes positives et négatives). Nous soulignons que, dans l’action économique analysée, il ne s’agit, donc, seulement d’obtenir des résultats (pour 12

Par exemple, fabriquer une cigarette peut être vu comme avoir un impact peu important, mais la fabrication d’une tonne des tonnes de cigarettes doit être vue à tout autre niveau.

166

Revista europeană de drept social

soi-même13), mais d’apporter, de donner (produire, créer, fabriquer) des résultats, généralement. La conception concernant la production de valeur ne s’attache pas à la capacité de générer des résultats positifs exclusivement pour certains critères particuliers: les résultats négatifs (minus) peuvent diminuer ou même annuler, par ensemble, les résultats vraiment positifs (plus) enregistrés pour un acteur spécifique (même si les effets négatifs – immédiates ou propagés – sont enregistrés pour des autres parts de l’ensemble systémique de l’économie ou de la société: par exemple, pour l’environnent). Dans un tel cas, on ne peut plus parler de vraie productivité. Dans le contexte de la société de consommation, les transferts de valeurs crées par certaines entités et captées par des autres, par des diverses actions de management et de marché sont possibles et s’inscrivent dans l’approche de l’exploit définit par Veblen. Par exemple, les travailleurs provenant des pays pauvres sont payés par les grandes compagnies à des salaires moins grandes que les salaires payés par les mêmes compagnies dans leurs propres pays d’origine (développés): c’est la raison pour laquelle des telles compagnies sortent de leurs pays. (Jivan 1996) Elles sortent à la recherche des profits agrandis, profits qui sont moins possibles si les salaires payés sont plus grandes (comme le réclament les prix de la main d’œuvre sur leurs marchés nationaux). Les travailleurs moins bien payés (qui acceptent de travailler les mêmes travaux pour des salaires moindres) sont enregistrés comme avoir une moindre productivité marginale du travail. Mais, en dépit de cet enregistrement (d’une moindre productivité) ils font le même travail, le même effort, avec les mêmes résultats (les compagnies qui se respectent, n’acceptent pas des qualités moindres). Donc il est absurde de les considérer d’avoir des rendements moindres, des productions moindres: il est impropre de les percevoir comme produire moins que les autres, de faire un moindre service. Par contre, ils peuvent réaliser les mêmes performances techniques, quantitatives et qualitatives, ils font la même création d’utilités dans le système économique, ils font le même service, le même apport pour la société humaine. En plus, pour les compagnies, la profitabilité est supérieure: du point de vu formel (officiel, statistique, comptable), les compagnies en discussion auront une plus grande productivité marginale du facteur capital. En conclusion, la prestation effectuée par les travailleurs en discussion (prestataires payés en forme salariale), même si enregistrée comme moindre par rapport à la productivité de leurs homologues provenant des pays riches (travailleurs qui sont payés à des salaires plus grandes) démontre en effet la servicité de ces travailleurs (des pays pauvres): c’est la même servicité – si on prend en compte les résultats de production; ou il s’agite d’une servicité meilleure, si on compte le même service, mais rapporté à leurs rémunération moindre (les salaires moindres pour eux-mêmes). Les effets au bénéfice de leurs compagnies 13

Pour le « producteur » ou entrepreneur.

167

Revue europénnee du droit social

sont aussi plus grands: il s’agit de la servicité enregistré comme productivité pour les autres; dans ce cas, enregistré pour les bénéficiaires des services rendus par ces travailleurs (pauvres). Ces bénéficiaires sont les compagnies qui les emploient, compagnies qui gagnent plus en payant moins par rapport aux salaires demandés dans leurs pays d’origines (riches). Si une compagnie achète des services de travail à un prix plus grand, elle n’obtienne plus des résultats si avantageux. Donc la servicité des travailleurs moindre payés est transférée aux compagnies provenant des pays riches qui achètent leurs services. En conclusion: la productivité exprime les chiffres officiellement enregistrées comme des résultats d’efficience de l’entité économique (compagnie, dans notre exemple); la servicité exprime la vraie création de valeurs14 qu’une entité (travailleurs, dans notre exemple) génère, définie comme l’ensemble des résultats obtenus (positives et négatives), indifféremment à qui exactement elle aura enregistrée comme revenu de marché. Il en résulte évidement des transferts de valeurs, de la servicité (moins payée) à la productivité (ou au bénéfice) des gagnants du marché (mieux gagnants). C’est une réalité implacable du marché libre – mais qui mérite plus d’attention de la part de la science économique; aussi pour les buts de cohésion, et pour mieux comprendre les fondements de la compétitivité. 5. Courts commentaires conclusifs Par rapport à la plupart des approches du background scientifique – qui sont, particulièrement, des approches de marketing ou d’orientation pour le domaine de la gestion d’entreprise – la différence principale apportée par notre conception provient du fait que la servicité met en question l’approche commune individualiste. L’approche de la servicité est encore un peu plus large du point de vue de l’horizon envisagée; donc beaucoup moins concrétisée (par exemple en formes d’estimations d’indicateurs) et moins appliquée pour l’instant. Notre présent article ne se propose pas de développer des aspects visant l’applicabilité pratique immédiate au niveau d’entreprise: il ne présent pas nos recherches sur des questions techniques, mais reste au niveau de principe, d’un concept nonorthodoxe. Les dimensions de l’article ne permettent pas de développer ni les questions de la croissance et des indicateurs afférents, sujet sur lequel les apports de la commission Stiglitz-Sen nécessitaient une analyse méthodologique d’une exceptionnelle ampleur. L’appel à la littérature a été fait seulement pour détacher les traces conceptuelles (et les racines libérales) de la servicité; et des telles racines on peut trouver beaucoup plus antérieurement que dans les dernières décennies: mais surtout dans les formes initiales du libéralisme économique – le libéralisme qui est à l’origine de l’économie de marché d’aujourd’hui. Nous avons reconsidéré 14

Jivan, 1996.

168

Revista europeană de drept social

quelques approches du libéralisme économique, tell que conçus à son début, appartenant à un fond d’idées souvent oublié ou ignoré. Nous avons essayé de trouver les repères principales d’une meilleure approche sur la productivité: notamment dans le libéralisme initial – en considérant ce démarche utile pour la reconsidération conceptuelle de la productivité et du libéralisme (actuel) en général. Donc l’article invoque une part précise de l’histoire de la pensée économique du libéralisme à ses origines. L’article a essayé d’identifier des d’éléments essentiels de la théorie de service, qui sont valides pour l’ensemble de l’économie, au-delà de l’économie strictement immatérielle. En partant d’eux, nous avons essayé d’apporter des arguments pour un changement de conception, visant un élargissement de la perception des réalités économiques, extension que nous la considérons être permise par l’économie de service; parce-que c’est la science économique du service qui a permis, a facilité et même a généré une telle approche étendue. Il est nécessaire que cet élargissement se fasse entendu et bien compris dans la science économique générale (à sa plus large compréhension). Les développements sont toutes dans l’approche de la servicité et d’un assemblage entre la théorie du producteur et la théorie du consommateur (Jivan, 1996). Dans des autres développements sur ce sujet, nous avons détaillé plus; mais dans cet article nous avons éliminé plusieurs explications, pour nous encadrer dans des dimensions raisonnables de l’article. Nous considérons la productivité comme une approche conceptuelle générale de l’économie. Dans la science économique à proprement parler (economics), la perception doit être complète, et non seulement particulière; dans la complexité de la vie économique actuelle, la compétitivité et l’économique en général ne peuvent plus être perçus, scientifiquement, sans développer immédiatement l’analyse de la productivité dans une approche Pareto généralisée (Jivan, 2014). C’est dans cette manière qu’on peut prendre en compte les valeurs et principes de complémentarité, cohésion, coordination, partenariat, dans des actions économiques bénéfiques pour tous les européens. Notre recherche est rénovatrice au moins par la prétention de changer l’approche sur l’activité économique et par suggérer les quelques éléments (que nous considérons les plus importantes) qui agrandissent la complexité de la réalité de la productivité), éléments qui sont, presque ignorés dans la plupart de l’approche économique orthodoxe (surtout dans la pratique des analyses). L’essence de la différence de la servicité par rapport à la productivité consiste, dans une grande mesure, dans des différences que nous avons essayé d’invoquer15 et de présenter brièvement, même si les formulations nécessaires ne sont pas les plus communes pour les économistes: il s’agit exactement d’un changement de perception que l’article prétend. Si on parle dans les mots communs (avec des sens « établis » les derniers 2 siècles), on ne dit rien sur ce sujet, mais on dit la même 15

Surtout Jivan 1993, 2000 et 2014.

169

Revue europénnee du droit social

chose comme tout le monde qui a mal à sortir de la routine installée par l’industrialisme. La cohésion européenne dépend de la connaissance correcte – donc correctement estimé – des différences de développement, de productivité, pour en pouvoir mieux connaitre les causes des problèmes. La conception de programmes, d’actions, même la définition des objectives pertinentes, dépendent de ça. Seulement un horizon large de connaissance sur la question des indicateurs économiques permet d’estimer correctement et d’influencer d’une manière efficace – et sans effets pervers – les chances et le potentiel d’évolution favorable, des divers régions et économies nationales, du point de vu économique, social, écologique… Les résultats de la recherche se retrouvent dans des clarifications conceptuelles concernant l’approche originale de la servicité. Bref, la conclusion synthétique est la nécessitée d’approcher l’économie dans la perception élargie de la servicité. Le problème de l’en matérialiser dans le quotidienne (comment calculer concrètement les indicateurs et comment les introduire concrètement dans les analyses économiques pratiques) est un sujet en dehors des intentions et des dimensions du présent article. Bibliographie Baslé, Maurice et alii, Histoire des pensées économiques, Editions Sirey, Paris, 1988 Bastiat, Frédéric, ”Deux systèmes de la morale” (en roumain), Centrul de Economie & Libertate, Ludwig von Mises Institute, http://www.ecol.ro/content/doua-sisteme-alemoralei; Inclus dans The Bastiat Collection (2011), cet article a été publié dans Sofismes Economiques (1845), consulté: 8 décembre 2012. De Bandt (1991), Les services, productivité et prix, Paris, Ed. Economica Delaunay, Jean-Claude, Jean Gadrey, Les enjeux de la société de service, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris, 1987. Djellal, Faridah, Faïz Gallouj, La productivité à l’épreuve des services, P.I.E. Peter Lang, Bruxelles etc., 2012 Djellal, Faridah, Faïz Gallouj, Measuring and improving productivity in services, Edward Elgar Publishing, Cheltenham, UK, 2008. Georgescu-Roegen, Nicholas, La loi de l’entropie et le procès économique (en roumain), Maison d’Edition de la Banque Nationale (de Roumanie), 2009 Giarini, Orio, Walter Stahel, The Limits to Certainty, Facing Risks in the New Service nd Economy, International Studies in the Service Economy, 2 Revised Edition, by, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht etc., 1993 Grönroos Ch., K. Ojasalo. (2000), Service productivity: Toward a conceptualization of the transformation of inputs into customer value in services, Swedish School of Economics and Business Administration Working Papers, No. 419, March, p. 1-24 [online] http://www.academia.edu/935304/Service_productivity_Towards_a_conceptualization_of _the_transformation_of_inputs_into_economic_results_in_services, consulté: 05.04.2012 Heilbroner, Robert L, Les philosophes des choses terrestres. Les vies, époques et idées des grands économistes (en roumain), Maison d’Edition Humanitas, Bucarest, 1994 Jivan, Alexandru, “Services and Servicity”, Services World Forum Bulletin, no. 3,4/1993, pp. 16-24

170

Revista europeană de drept social Jivan, Alexandru, Les services modernes – un défit de la théorie et de la pratique économique (en roumain), Maison d’Edition Sedona, Timisoara, 1996 Jivan, Alexandru, „Marketing, Liberalist Spirit and Nature”, Timişoara Journal of Economics (TJE), Vol. I Issue (nr.) 4, 2008, p. 321-342 Jivan, Alexandru, ”Relative Value and Post-Crisis Economic Growth in Service Economy”, présenté à la Conférence RESER 2012 organisée à l’Académie d’Etudes Economiques de Bucarest. Jivan, Alexandru, "Productivité et servicité", Economie et Sociétés, printemps 2014 (accepté à la publication) Manoilescu, Mihail, Œuvres complètes, vol. I, Les forces nationales productives et le commerce extérieur. Le schéma théorétique du commerce international, Maison d'Edition de l'Académie Roumaine, Bucarest, 2012 Quesnay, François, Analyse de la formule arithmétique du tableau économique de la distribution des dépenses annuelles d'une nation agricole (juin 1766), http://ebook.librairiedurance.fr/2500000586606-analyse-de-la-formule-arithmetiquefrancois-quesnay/) Stiglitz, Joseph, Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi, Vers de nouveaux systèmes de mesure, Maison d’Edition Odile Jacob, Paris, 2009 Stiglitz, J. E., Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi, (2009): Report by the Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress, available on http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/documents/rapport_anglais.pdf.

171

Revue europénnee du droit social

TRAFFICKING IN PERSONS CONCEPT AND SOCIAL EFFECTS Laura ECEDI-STOISAVLEVICI Prosecutor – Directorate for Investigating Organized Crime and Terrorism, Romania

Abstract: Trafficking in persons, as a social phenomenon, has a long history, being present throughout the development of mankind. It was first regulated directly and separately from other related phenomena such as sexual exploitation, slavery, etc., only in the year 2000. There is no widely accepted definition of trafficking in persons at international level, but there is, instead, a consensus among the specialists working on the particularities of this phenomenon, which can distinguish it from other similar phenomena. Most definitions used today by the nations of the world that define this social phenomenon from a legal point of view are inspired from the definition given to it by the United Nations Organization in the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons Especially Women and Children. The social effects of trafficking in persons stretch from the victim to the communities of which they are part, affecting not only the individuals caught up in the phenomenon of trafficking, but also the communities from which they come and even society, as a whole. Keywords: Trafficking in persons, concept, social effects.

In the Preamble of the Universal Declaration of Human Rights it is emphasized that disregard and contempt for human rights have resulted in barbarous acts which have outraged the conscience of mankind, and the advent of a world in which human beings shall enjoy freedom of speech and belief and freedom from fear and want has been proclaimed as the highest aspiration of the common people. Everyone has the right to life, liberty and security1; no one shall be held in slavery or servitude2; slavery and the slave trade shall be prohibited in all their forms3. These fundamental rights, sanctioned by the Universal Declaration of Human Rights, are also found in the International Covenant on Civil and Political rights4, as well as the European Convention on Human Rights5.

1

Art. 3 of the Universal Declaration of Human Rights; Art. 2 and Art. 5 of the European Convention on Human Rights. 2 Art. 4 of the Universal Declaration of Human Rights; Art. 8 paragraphs 1 and 2 of the International Covenant on Civil and Political Rights; Art. 4 of the European Convention on Human Rights. 3 Art. 8 paragraphs 3 of the International Covenant on Civil and Political Rights; Art. 4 of the European Convention on Human Rights. 4 Romania ratified the International Covenant on the 31st October 1974 by Decree no. 212, published in the "Official Gazette of Romania", Part I, no. 146 of the 20th of November 1974. 5 European Convention on Human Rights was ratified by Romania on the 20th of June 1994.

172

Revista europeană de drept social

Despite the existence of those international instruments for the protection of human rights trafficking in persons has recorded in the last decade a significant increase, and it has became a major problem at both national and international level. If we think about the old forms of slave trade, but also other related ancient practices, we could say that trafficking in persons has a long history, being present throughout the development of our society. Today, when we talk about trafficking in persons, we automatically think about women being trafficked for the purpose of prostitution. However, trafficking in persons is a more comprehensive phenomenon, which can no longer be reduced only to prostitution or slavery, although this was considered to be the case for a long period of time. Gradually, other phenomena, such as forced labour or illegal organ removal were considered to be similar practices, being included within the scope of the concept of trafficking in persons. At international level, trafficking in persons was treated directly and distinctly for the first time only in the year 20006. Until then, trafficking in persons was approached as an infringement of fundamental human rights, and regulated as phenomena related thereto, such as: slavery7, discrimination against women8 and children9, sexual exploitation10 etc. Despite the lack of a universally accepted definition of this concept, there is, nevertheless, a series of elements that are characteristic to the phenomenon, on which specialists have agreed, these being: violence, deception, use of force, deprivation of the right of movement, abuse of authority, the imposition of certain debts, forced labour, and other forms of exploitation. It is a relatively new concept and that has not been tackled from the perspective of its current meaning - as comprehensive phenomenon with multiple ways of manifestation - therefore the definitions used by countries today are inspired from the one given by the United Nations with the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, especially Women and Children11. The differences that arise between the definitions in various states are due to the special circumstances of manifestation of this phenomenon in each state12, the

6

by the protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, especially Women and Children, adopted by the General Assembly of the United Nations on the 15th of November 2000. 7 The Supplementary Convention on the Abolition of Slavery, the Slave Trade, and Institutions and Practices Similar to Slavery, adopted by the General Assembly of the United Nations on the 7th of September 1956. 8 The Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women adopted by the General Assembly of the United Nations on the 18th of December 1979. 9 The Convention on the Rights of Children adopted by the General Assembly of the United Nations on the 20th of November 1989. 10 The Convention for the Suppression of the Traffic in Persons and of the Exploitation of the Prostitution of Others adopted by the United Nations General Assembly on the 2nd of December 1949. 11 The protocol is additional to the Convention against Transnational Organized Crime adopted in New York on the 15th of November 2000. 12 For example, the Netherlands, where prostitution is legalized, there are difficulties in proving trafficking in persons in the form of sexual exploitation through prostitution.

173

Revue europénnee du droit social

way in which it is perceived (as normal or not)13 and the judicial system of each state14. However, all states use the defining elements stipulated in the UN definition. In accordance with Article 3 paragraph a) of the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, especially Women and Children stipulates that “Trafficking in persons” shall mean the recruitment, transportation, transfer, harbouring or receipt of persons, by means of the threat or use of force or other forms of coercion, of abduction, of fraud, of deception, of the abuse of power or of a position of vulnerability or of the giving or receiving of payments or benefits to achieve the consent of a person having control over another person, for the purpose of exploitation. Exploitation shall include, at a minimum, the exploitation of the prostitution of others or other forms of sexual exploitation, forced labour or services, slavery or practices similar to slavery, servitude or the removal of organs". The main element of trafficking in persons is therefore the exploitation of a human being, which exploitation can be of a sexual nature, or not. It is a characteristic common to a wide range of phenomena, such as forced prostitution, forced beggary or forced labour, organising criminal groups consisting of minors, and so on, the aim being material gain. At European level, by the Resolution on trafficking in human beings from 1996, the European Parliament accepts the lack of a clear definition of trafficking in persons, and three years later, the European Council at its meeting in Tampere, held on the 15th and 16th of October 1999, noted that it was necessary to have some common definitions, incriminations and sanctions with regard to trafficking in human beings and draws attention to the need to adopt European legal instruments to sanction this serious infringement, inviting the Council of the European Union to adopt legislation in this respect. As a result of such findings, on the 4th of December 2000 Decision 2001/87/EC of the Council was adopted, with respect to signing, on behalf of the European Community, the United Nations Convention against Transnational Organized Crime and the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, especially Women and Children, and illegal trafficking of immigrants by land, air or sea. Subsequently, the Council of the European Union issued Framework Decision 2002/629/JHA of the 19th of July 2002 on combating trafficking in human beings, which represented an important tool in this respect. The text of the framework decision was based to a large extent on the UN Convention 13

For example, in North Korea there is no anti-trafficking law, since many Koreans were sent to work in Russia, in conditions of forced labour and exploitation, for the purpose of paying for North Korea's government debts towards Moscow. Officially trafficking in persons is not acknowledged as an issue, the government taking advantage of the forced labour of the victims. 14 For example, in Spain, people smuggling in the form sexual exploitation through prostitution is considered as an offence.

174

Revista europeană de drept social

Protocol, using the definition given to trafficking in persons in this document, but it does not regulate the obligations of the states regarding the protection and assistance of the victims15. Currently, the framework regulation at European Union level in this respect is Directive 2011/36/EU, which replaced Framework Decision 2002/629/JHA. The definition of trafficking in person, as well as all other aspects governing this phenomenon from a legal point of view, were taken over by the new Directive. In the Romanian legislation, trafficking in persons was criminalised for the first time as a distinct offence by Law No.16 678/2001 on the prevention and combating of trafficking in persons, which Law took over the definition of the United Nations Organization for the most part, introducing only small differences. These differences do not modify the meaning of the concept of trafficking in persons, as defined by the United Nations, but use more comprehensive concepts (harbouring - lodging/ accommodating; resorting to the use of force - violence; offering or accepting payments or benefits - offering, giving, accepting or receiving money or other goods; a state of vulnerability - taking advantage of someone's impossibility to defend themselves or to express their will). In accordance with Article 1217 and Article 1318 of the law, trafficking in persons was defined as "recruiting, transporting, transferring, harbouring, hosting or receiving a person, resorting to threat, violence, or other forms of constraint, abduction, fraud or deceit, abuse of authority or by taking advantage their impossibility to defend themselves or to express their will, or by offering, giving, accepting or receiving money or other goods in order to obtain their consent by a person with authority over this person, for the purpose of exploiting such person". Subsequently, following the entry into force of the new Criminal Code, trafficking in persons received a new regulation. Accordingly, Chapter VII of Title I of the special part of the new Criminal Code, entitled "Trafficking and exploitation of vulnerable persons, regulates the criminalised offences contained in the provisions of the previous criminal provisions, namely Law no. 678/2001 on the prevention and combating of trafficking in persons, as well as those provided for by the Emergency Ordinance no. 194/2002 on the legal status of aliens in Romania.

15

A possible argument would be that there is a distinct piece of regulation on the status of victims in criminal proceedings, but the framework is too general for the special needs and vulnerabilities of victims of trafficking in persons. 16 Until trafficking in persons was criminalised by Law no. 678/2001, the illicit activities carried out in connection with trafficking in persons were stipulated in the Criminal code, i.e. unlawful deprivation of liberty (Article 189), slavery (Article 190), subjecting to forced or compulsory labour (Article 191), prostitution (Article 328) and procuring/ pandering (Article 329). 17 Art. 12 of Law no. 678/2001 regulates trafficking of adults. 18 Art. 13 of Law no. 678/2001 regulates trafficking of minors.

175

Revue europénnee du droit social

The texts that criminalise trafficking in persons19, of minors and migrants have been planned systematically for easier comprehension and a better correlation with other criminalising text, nevertheless, without substantial modifications. The novelty about the new Criminal Code is the aggravated form of the offence of trafficking in persons, namely trafficking in persons committed by a civil servant during the course of their duties. This regulation represents an alignment of the national legislation to the Council of Europe Convention on action against trafficking in human beings, ratified by Romania by Law no. 300/2006. Implementing Article 24 of the Convention in the Romanian law represents an obligation assumed by the Romanian state. Chapter VII of Title I of the special part of the new Criminal Code also includes the offences of trafficking in minors, as a distinct criminal offence, with a more severe sanctions, forced or compulsory labour, procuring, exploitation of beggary, the use of a minor for the purpose of beggary, the use of the services of an exploited person. Trafficking in women is not regulated as a distinct offence, unlike trafficking in minors. Similarly to the previous regulation, it is regulated as part of the broader phenomenon of trafficking in persons. As regards sexual exploitation and criminalizing such conduct, the new Criminal Code no longer includes the criminalisation of the practice of prostitution. On the other hand, it criminalises deeds that exploit the phenomenon of prostitution, such as procuring, trafficking in persons, or use of the services of an exploited person, or that cause an expansion of this phenomenon. 19

ART. 210 Trafficking in persons (1) Recruitment, transportation, transfer, harbouring or receipt of a person for the purposes of exploitation thereof, committed: (a) by coercion, abduction, deception or abuse of authority; (b) by taking advantage of their impossibility to defend themselves or to express their will or their obvious position of vulnerability; (c) offering, giving, accepting or receiving money or other goods in exchange for their consent by a person with authority over the person in question, shall be punished with imprisonment from 3 to 10 years and the denial of certain rights. (2) Trafficking in persons committed by a civil servant in the execution of their duties shall be punished with imprisonment from 5 to 12 years. (3) The consent of the victim does not constitute grounds of justification. ART. 211 Trafficking of minors (1) The recruitment, transportation, transfer, harbouring or receipt of a minor who, for the purpose of exploitation thereof, shall be punished with imprisonment from 3 to 10 years and the denial of certain rights. (2) If the offence was committed under the conditions of Article 210 paragraph (1) or by a civil servant in the execution of their duties, the punishment is imprisonment from 5 to 12 years and the denial of certain rights. (3) The consent of the victim does not constitute grounds of justification. ART. 212 Forced or compulsory labour Subjecting a person, other than as provided for by the provisions of the law, to labour against their will or to compulsory labour shall be punished with imprisonment from one to 3 years.

176

Revista europeană de drept social

These are often manifestations of organised crime, as a broader phenomenon, within which trafficking in persons is only an aspect. Given this context, the intention was to acknowledge that the person providing sexual services within these organised crime groups is a victim, shifting the opprobrium from the person recruited to the recruiter, to help punish the real perpetrators responsible for the spread of prostitution and of other phenomena, with a more significant social danger, such as trafficking in persons. The fact that prostitution is removed from the Criminal Code does not mean that is was "legalised", or that it became regulated or permitted under the law, as it continues to be sanctioned as a contravention. The new Criminal Code no longer criminalises beggary as stipulated in the previous Criminal Code, but contains two distinct criminalised offences, meant to respond to situations that have been frequently arising in the past few years. These offences are the exploitation of beggary practiced by a minor or by a person with disabilities (coercing them into practicing beggary or deriving benefits as a result of this activity) and the use of a minor by an adult able and fit for work, for the purpose of deriving material benefits from the public. The latter situation - for example a woman begging holding a few months old baby to stir pity - represents a clear danger, not just because it is a serious threat to human dignity, the child being used as an accessory, but also because it endangers the health or even the life of this minor, given the conditions which the child is exposed (very low or very high temperatures, rain etc.). With regard to the use of the services of an exploited person, it has been introduced following the ratification by Romania of Council of Europe Convention on action against trafficking in human beings, by Law no. 300/2006. For example, the text is applicable in the case of a person who agrees to receive an organ transplant, knowing that the organ was illegally removed from a victim of trafficking in persons or to a person who accepts to use forced labour imposed to such victims or a person who receives the services of a person forced to practice prostitution, knowing that the latter is a victim of trafficking in persons. As regards the concept of exploitation of a person the new Criminal Code defines it as: a) subjecting a person to conduct work or services, in a forced manner; b) keeping a person in a state of slavery or in other similar states of deprivation of liberty or obedience; c) forcing a person to practice prostitution, to engage in pornographic manifestation for the purpose of producing and disseminating pornographic materials or other forms of sexual exploitation; d) forcing a person to practice beggary; e) illegal removal of organs, tissues or cells of human origin. (Art. 182 of the Criminal Code). Trafficking in persons should be seen only as a form of victimisation of the human being, but also as an issue of human and social development. It is a form of 177

Revue europénnee du droit social

victimisation of the human being, because it essentially represents a relationship of exploitation thereof. At the same time, trafficking is a phenomenon that profoundly affects the physical, intellectual and psychological development of the victims and jeopardises their functioning in society. The negative consequences of trafficking extend from the direct victims, to the communities and the society where they originate, the latter two having to cope with the loss of human capital and with increased costs for the recovery and social reintegration of the trafficked persons. For the victims, the consequences that they have to face are much more serious than in the case of victims of any other type of crime. First of all, trafficking has the effect of deteriorating the physical health of the trafficked persons as a result of constant violence and abuse to which they are exposed. These acts of violence and abuse are used by traffickers from recruitment, when, in some cases, the traffickers resort to abducting and coercing the victim. The abuse continues in different situations and during transport, in addition to the acts of violence against the victims, forcing them to travel in improper conditions, with insufficient food and rest. During their exploitation, the effects on the health of the victims are particularly serious, as the constant violence and abuse result in permanent deterioration of their health. From a medical point of view, the brutal treatment to which the victims are subject (physical corrections, sleep deprivation, improper food) leads to them losing weight, developing bruises, fractures, dental problems, gastro-intestinal or dermatological conditions, as well as to an increased risk of infection or various disabilities following beatings or as a result of their attempts to escape20. In extreme cases, victims who refuse to comply with the requirements or who try to escape are killed. There is no accurate data on this matter, but the figure is believed to amount to thousands of people21. In the case of victims subjected to sexual exploitation, added to all this, are sexually transmitted diseases, including AIDS. Secondly, social isolation and the permanent control exercised by traffickers on the victims, as well as the actual conditions in which they work, affect the psychological health of the victims. The psychological trauma is even more profound in the case of sexual exploitation. The chronic stress that the victim experiences generates a series of psychological disorders: psychosomatic symptoms (insomnia, nervousness, nightmares, etc.), behavioural changes (reclusiveness, suspicion, irritability, aggressiveness, impulsivity, suicide attempts, depression, phobias) and cognitive problems (confusion, disorientation, memory loss, lack of concentration)22. 20

Cathy Zimmerman, The Health Risks and Consequences of Trafficking in Women and Adolescents. Findings from a European Study, London School of Hygiene and Tropical Medicine, 2003, p. 45. 21 US Department of States, Trafficking in Persons Report, 2003, US Department of State Publication, 11057, Office of the Under Secretary for Global Affairs, 2003, p. 10. 22 M. Absolut and S. Mineka apud Cathy Zimmerman, op.cit., p. 53.

178

Revista europeană de drept social

These effects are felt more strongly in case the trafficked persons are children; essentially, the lowest the age of the victim, the stronger the psychological and medical trauma. Children are abused physically, psychologically, verbally and, in some cases, sexually, being denied the rights to education and to protection, working and living in extremely difficult conditions. Thirdly, trafficking reduces the change for trafficked persons to lead normal lives. Beyond the physical and psychological trauma that the victims are faced with, trafficking prevents them from acquiring the skills required for them to function as part of society. Given the young ages of some victims, trafficking also means dropping out of school, and thus having a poor education, which will prevent the victim from integrating on the labour market. Other effects of trafficking are social marginalisation and poverty. The main motivation for individuals who become victims one way or another is of an economic nature, in an attempt to obtain earnings that would provide them with material comfort. The process of trafficking, however, leads to the exact opposite: deepening of poverty and social exclusion. After going through the process, the economic situation of the victims remains just as poor and their educational capital is low (the same as prior to the trafficking), and added to that, there are medical and psychological problems incurred as a result of the trafficking. Under these circumstances, the chances of integration into the labour market are much lower than initially. The situation is extremely serious, especially in the case of children. In their case trafficking leads to poor education, which, in the long run, in the absence of measures to remedy the situation, will lead to serious marginalisation and social exclusion. The stigmatisation of trafficked persons, in particular in the case of victims of sexual exploitation, is another effect of traffic, which hinders the process of social reintegration of the victims. A woman who practiced prostitution (even if forced) is disregarded in many societies and is blamed for her situation. Equally serious is the situation in which the victims themselves are prosecuted (for prostitution or illegal residence in a Member, thus becoming criminals) and even imprisoned as a result. Even in cases where this does not happen and trafficked persons are acknowledged as victims, society is often incapable of providing them with the assistance and services they need. The chances of reintegration are so low that trafficked persons returning to their communities of origin face an increased risk of conducting illegal activities23. Trafficking also has an impact on the victim's relationship with his or her family, social integration being compromised not only due to the poor skills of victims, but also due to stigmatisation and isolation, their families being the first ones to label and to isolate them.

23

US Department of States, Trafficking in Persons Report 2006, p. 10.

179

Revue europénnee du droit social

The effects of trafficking also extend to the community of origin. Consequently, the social and economic costs for the community are significant. Direct costs are involved (the costs required to eliminate or reduce the negative effects of trafficking), but also indirect costs (impact on the labour force, imbalances of the labour market, issues that adversely affect the economic development). Sexual exploitation is primarily associated with the transmission of sexually transmitted diseases, including AIDS, but also with a profound deterioration of the health of the victims, due to the severe work conditions and alcohol and drug addiction. The poor health condition of the victims requires medical assistance for recovery or, in more complex cases, permanent medical assistance, which involves considerable costs. Trafficking for sexual exploitation represents a risk to public health due to the spread of some diseases, in particular sexually transmitted diseases, including HIV. Under these circumstances, medical care is not limited to the victims, but also to customers and any potential partners of the customers. Trafficking also involves meeting a need at community level - the need for cheap labour or sexual services. While it is true that prostitution brings substantial revenue, it is not a source for community development. Trafficking helps the traffickers earn substantial proceeds and is, implicitly, a source of power, adversely affecting the democratic functioning of the society. Aside from these effects, there are also costs to be incurred by society to prevent and fight against this phenomenon, as well as for to provide support for its victims.

180

Revista europeană de drept social

JÓVENES EN DIFICULTAD SOCIAL. EDUCACIÓN, EMPLEO Y PARTICIPACION COMO INSTRUMENTOS DE PROTECCIÓN FRENTE A LA EXCLUSIÓN SOCIAL Mª. Elena Cuenca PARIS Mª. Rosa Goig MARTÍNEZ Juan Manuel Goig MARTÍNEZ Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), Spain

Abstract: Currently, young people have poor access to basic social rights. This prevents them from going to adulthood with the minimum necessary to develop as autonomous and integrated into the social dynamics. The future scenario that arises for young people is low, given that they live traffic is the worst that can perform a teenager: the social problems of social exclusion. This article examines the factors that generate social problems among youth and the social right is the key to avoiding this potential risk. Fundamental and social rights constitute a system of protection against social exclusion of young people. Here are analyzed from three main areas that offer minimum guarantees for social integration and transition to adult life: education, employment and participation. Young people are a social group with particular characteristics that require Similarly, special consideration. Youth is a critical step in which various social, biological and psychological factors make the process of acquisition of identity, the consolidation of the personality and the development of a secure and stable future project. These processes could be lost by the major events that prevent a good integral development, excluding or limiting such rights as education, employment or social or political participation. Keywords: Social exclusion, integration policies, education, employment and youth participation.

1. De la dificultad social a la exclusión social Muchos son los autores que se refieren a la exclusión social como una situación en la que las personas se encuentran al margen de una calidad de vida que se ha alcanzado y garantizado a través de los Estados de Bienestar (Jiménez, 2008). Tezanos (2001) se adhiere a la referencia europea en torno a este concepto y lo define en relación a “la imposibilidad de gozar de derechos sociales sin ayuda, en la imagen desvalorizada de sí mismo y de la capacidad personal de hacer frente a las obligaciones propias…” (p. 31). Otras miradas nos las ofrecen la Fundación Europea (1995) al indicar que se trata de un proceso mediante el cual los individuos o grupos son total o parcialmente excluidos de una participación plena en la sociedad en la que viven” (p.4); o Román (2001) al relacionarlo con los obstáculos que encuentran determinadas personas para participar plenamente en la vida social, viéndose privadas de alguna o varias de las opciones consideradas como fundamentales para su desarrollo humano.

181

Revue europénnee du droit social

En todos los casos se describe una situación opuesta a la de “integración social”, que da lugar a una privación múltiple, que se manifiesta en los planos económico, social y político. (Pérez e Izaguirre, 2014): a) La privación económica: escasos ingresos en relación con el contexto, empleo inseguro, falta de acceso a los recursos. b) La privación social: ruptura de los lazos sociales o familiares que son fuentes de capital social y de mecanismos de solidaridad comunitaria. c) La privación política: carencia de poder, incapacidad de participación en las decisiones que afectan a sus vidas o participación política. Estas privaciones no se manifiestan de manera simultánea, sino que forman parte de un proceso excluyente en el que el individuo, o los grupos, van viendo limitados sus derechos hasta llegar a una situación de exclusión social con poco margen de maniobra para revertir el proceso. Por lo tanto, se puede considerar la exclusión social como una etapa final resultante de procesos de carácter complejo, cambiante y dinámico. La idea de proceso, también, es defendida por Castells (2001) al definir la exclusión social como “el proceso por el cual a ciertos individuos y grupos se les impide sistemáticamente el acceso a posiciones que les permitirían una subsistencia autónoma dentro de los niveles sociales determinados por las instituciones y valores en un contexto dado” (p.98). Por su parte, autores como Juárez y Col. (1995); Castells (1990); García (1998) definen este proceso en tres zonas diferenciadas (p. 117): la zona de integración, en la que existe un trabajo estable y las relaciones sociales y familiares disfrutan de estabilidad; la zona de vulnerabilidad, que se centra, fundamentalmente en el empleo y la falta de protección -estos aspectos se presentan precarios o inexistentes en esta zona, repercutiendo, a su vez, en las relaciones sociales y familiares-, y la zona de exclusión, que involucra un paso más: de lo precario se avanza hacia la carencia; de la falta de protección al rechazo, impulsando la separación y el aislamiento social. PROCESOS DE EXCLUSIÓN SOCIAL Zona de exclusión

Zona de vulnerabilidad

Zona de integración

Exclusión laboral

Trabajo precario

Trabajo estable

Aislamiento social

Relaciones inestables

Relaciones sólidas

Insignificancia vital

Convicciones frágiles

Sentido vital

Lo que parece claro es que la exclusión social no está determinada, sino más bien, condicionada, a lo largo de un transcurso por el que se recorren diferentes realidades. Además, no corresponde con un estado inherente a la persona o los grupos, de carácter estático o fijo, sino la consecuencia de un recorrido carencial que implica riesgo en cualquier momento del ciclo vital. 182

Revista europeană de drept social

En ese camino aparece la situación de vulnerabilidad social como una etapa intermedia entre la inclusión y la exclusión. Conceptualmente, la vulnerabilidad social es un término sinónimo de la dificultad social, si bien la primera se está imponiendo en la literatura actual. En cualquier caso, supone una condición social de riesgo que invalida el futuro y priva a la persona de satisfacer sus necesidades básicas para subsistir y disfrutar de cierta calidad de vida. Perona y Rochi (2008) consideran que la vulnerabilidad es multidimensional y que se encuentra vinculada a: • La organización familiar, relacionada con la posición social y las características demográficas de las familias. • Las características educacionales, asociadas a las competencias laborales y la adquisición del capital humano y social. • El ámbito laboral, que proporciona el sustento y supone un mecanismo de integración social. • Las relaciones, que favorecen la inserción social y establece sistemas de sociabilidad. Podemos observar cómo el concepto de multidimensionalidad ofrece una idea clara de que esta situación afecta negativamente a los diferentes aspectos del desarrollo humano y que no tienen sólo relación con los materiales. Entendemos que la dificultad social ya es un problema con suficiente entidad como para actuar, pues existen mecanismos de protección para la integración desde la dificultad, sin tener que llegar a la exclusión. Esto se hace más evidente si nos centramos en la juventud, por cuanto deben hacer su tránsito a la vida adulta y si se abordan los factores que condicionan y generan esa situación de riesgo antes de que se consolide, ese tránsito tendrá más opciones de normalizarse. 2. Factores generadores La situación de dificultad social viene condicionada por múltiples factores. Hemos visto en el epígrafe anterior que se trata de un concepto multidimensional. Estos aspectos están muy relacionados con las problemáticas que pueden presentar los jóvenes. En este sentido, Tarín y Navarro (2012) hacen una revisión de las distintas dificultades de este grupo de población en situación de riesgo. Dificultades en el ámbito familiar Hábitos deficitarios Pautas educativas equivocadas o inexistentes Posible desestructuración familiar Dificultades en la comunicación Dificultades en la convivencia

Dificultades en el medio escolar Absentismo y conductas asociadas Dificultades de integración Bajo rendimiento Problemas de conducta

183

Revue europénnee du droit social

Adicción Dificultades en relación al entorno laboral Dificultad de acceso al empleo Escasa formación Déficits de habilidades para el empleo Dificultades en el ámbito personal Salud Trastornos psicológicos

Dificultades en el ámbito relacional Consumo Violencia Delincuencia Comportamiento antisocial Discapacidad Desequilibrio afectivo-emocional

Estas dificultades instalan al joven en una situación de vulnerabilidad social puesto que en la mayoría de los casos, se trata de condicionantes externos que le colocan alejado de los ejes de integración (Tarín y Navarro, 2012). Jiménez (2008) define los principales factores del equilibrio “exclusiónintegración” tras hacer una revisión de Tezanos (2001) y Subirats y otros (2004). Esta autora entiende que los factores interrelacionan entre sí y configuran procesos de exclusión. Destaca, principalmente (p.180): la dificultad en la integración laboral, la pérdida de empleo o paro; la pobreza, haciendo referencia al nivel de ingresos; dificultad de acceso a la educación y a unos mínimos educativos; carencia de vivienda; desestructuración familiar, etc. En nuestra opinión, el eje de integración que más podría influir en el colectivo juvenil seria el compuesto por las variantes educación, empleo y participación. Por un lado superarían muchas de las dificultades que tienen los jóvenes, y por otro evitaría la situación de exclusión social por cuanto se trata de favorecer el ejercicio libre de estos derechos, limitados en un ámbito de exclusión. Siguiendo este eje de integración los factores de equilibrio (Tezanos, 2004; Jiménez, 2008) serían los siguientes: ÁMBITOS

Laboral

184

FACTORES DE EXCLUSIÓN Desempleo Subempleo Temporalidad Precariedad laboral Falta de experiencia laboral Sin cualificación laboral

FACTORES DE INTEGRACIÓN Empleo indefinido o fijo Estabilidad en el empleo Experiencia laboral Cualificación laboral

Revista europeană de drept social

Barrera idiomática Analfabetismo o baja instrucción Analfabetismo tecnológico Sin escolarización Formativo Fracaso escolar Abandono del sistema educativo sin titulación básica No acceso a la ciudadanía Acceso restringido a la ciudadanía Participación Privación de derechos por proceso penal No participación política y social

Conocimiento y dominio de lenguas extranjeras Alto nivel de instrucción, posesión de cualificaciones demandadas Formación continua Dominio de las Nuevas Tecnologías de la Información y la Comunicación

Participación de los derechos y libertades básicas de las personas que tienen que ver con su bienestar

Fuente: Jiménez (2008)

Dentro de este eje de integración, destacamos la interrelación entre los parámetros elegidos. Los procesos formativos constituyen un instrumento especial para el libre desarrollo de la personalidad. Por ello, la educación y la formación contribuyen a la autodeterminación personal de los jóvenes, a su desarrollo integral dentro de los parámetros de dignidad democrática y permiten el conocimiento de la realidad en la que se vive, factor concluyente para la participación en la toma de las decisiones que le afectan. Para la mayoría de los jóvenes, el empleo favorece una participación social activa, además de permitir la consecución de medios y recursos para transitar a una vida adulta normalizada. En la inserción laboral, también subyace el hecho de contar con una cualificación idónea para trabajar, y una formación básica en habilidades laborales para cumplir con las funciones requeridas, así como la consideración que para la juventud implica que, al formar parte del tejido laboral, participa activamente de la vida de la comunidad en que desarrolla sus actividades. Los factores de exclusión expuestos dibujan claramente la privación o limitación de ciertos derechos sociales, por lo que los factores de integración propuestos supondrían el ejercicio de estos derechos que explícitamente se establecen en nuestro ordenamiento jurídico. 3. Juventud y educación. La educación como derecho a la formación y como instrumento democrático Los sistemas educativos constituyen una pieza clave en el desarrollo de los Estados por cuanto recogen una serie de derechos fundamentales de los ciudadanos que deben de ser respetados y aplicados, y una serie de obligaciones que deben ser asumidas por los gobiernos.

185

Revue europénnee du droit social

El reconocimiento del derecho universal a la educación como derecho fundamental, es decir, un derecho irrenunciable y directamente exigible al que deben servir los poderes públicos y que debe constituir la directriz principal de las políticas públicas educativas, pone de manifiesto la necesidad de hacer frente al principio de educación para todos y de igualdad de oportunidades y exige la necesidad de ampliar el acceso a la educación y el aprendizaje, liberando a las personas de limitaciones y ofreciendo oportunidades flexibles de aprendizaje a los individuos. Si el derecho a la educación es un derecho fundamental general, en tanto que “todos tienen derecho a la educación”, este derecho de “todos a la educación” constituye una obligación de garantía para los poderes públicos, lo que impone la necesaria intervención en aras a conseguir la efectividad de estos preceptos, y ello, no sólo derivará de su estrecha vinculación con la dignidad, sino porque la educación “tiene por objeto el pleno desarrollo de la personalidad humana”, que, constituye uno de los fundamentos del orden político y de la paz social. Esta consideración del derecho a la educación como un derecho fundamental, debe ser entendida como elemento imprescindible para asegurar que dicha educación se desarrolle en todas sus facetas, y ello, además, determina, por un lado, que en el análisis de los derechos educativos han de estar permanentemente presentes los valores constitucionales de igualdad, libertad, justicia y pluralismo político; el propio concepto de Estado Social; su proyección en la igualdad real, en el principio de igualdad teórica y no discriminación y la obligación que se impone a los poderes públicos, y de otro, el arbitrar los mecanismos y modelos educativos precisos y adecuados para dotarlos de efectividad. La Constitución Española, haciéndose eco de los postulados del Derecho Internacional, atribuye genéricamente a "todos "el derecho a la educación, por considerar que como derecho del ser humano debe ser abarcado con la mayor generosidad, pero además le atribuye una finalidad esencial en un Estado democrático como el nuestro (art. 27 CE; art. 2 L.O.D.E; art. 1.1 LOGSE; art. 2, LOE; Preámbulo de la LOMCE): el pleno desarrollo de la personalidad; la formación en el respeto de los derechos y libertades fundamentales y en el ejercicio de la tolerancia y la libertad dentro de los principios democráticos de convivencia; la preparación para participar activamente en la vida social y cultural, y la formación para la paz, la cooperación y la solidaridad entre pueblos. En el Orden Internacional, la educación, y los valores que le son inherentes son elevados a la máxima categoría. La Declaración Universal de Derechos Humanos (DUDH), reconoce en su art. 26 que toda persona tiene derecho a la educación. Además, establece que la educación debe ser gratuita, al menos en lo concerniente a la instrucción elemental y fundamental; que la instrucción elemental será obligatoria; que la instrucción técnica y profesional habrá de ser generalizada; el acceso a los estudios superiores será igual para todos, en función de los méritos respectivos; que la educación tendrá por objeto el pleno desarrollo de la personalidad humana y el fortalecimiento del respeto a los derechos humanos y a las libertades fundamentales, 186

Revista europeană de drept social

favorecerá la comprensión, la tolerancia y la amistad entre todas las naciones y todos los grupos étnicos o religiosos, y promoverá el desarrollo de las actividades de las Naciones Unidas para el mantenimiento de la paz. El Pacto Internacional de Derechos Económicos, Sociales y Culturales de 1966 (PIDESC), manifiesta en su art. 13 el derecho de toda persona a la educación, conviniendo que la educación debe orientarse hacia el pleno desarrollo de la personalidad humana y del sentido de su dignidad, y debe fortalecer el respeto por los derechos humanos y las libertades fundamentales; que la educación debe capacitar a todas las personas para participar efectivamente en una sociedad libre, favorecer la comprensión, la tolerancia y la amistad entre todas las naciones y entre todos los grupos raciales, étnicos o religiosos, y promover las actividades de las Naciones Unidas en pro del mantenimiento de la paz. En desarrollo de estos postulados previos, el Pacto reconoce que, con objeto de lograr el pleno ejercicio de este derecho: a) la enseñanza primaria debe ser obligatoria y asequible a todos gratuitamente; b) la enseñanza secundaria, en sus diferentes formas, incluso la enseñanza secundaria técnica y profesional, debe ser generalizada y hacerse accesible a todos, por cuantos medios sean apropiados, y en particular por la implantación progresiva de la enseñanza gratuita; c) la enseñanza superior debe hacerse igualmente accesible a todos, sobre la base de la capacidad de cada uno, por cuantos medios sean apropiados, y en particular por la implantación progresiva de la enseñanza gratuita; d) debe fomentarse o intensificarse, en la medida de lo posible, la educación fundamental para aquellas personas que no hayan recibido o terminado el ciclo completo de instrucción primaria; e) se debe proseguir activamente el desarrollo del sistema escolar en todos los ciclos de la enseñanza, implantar un sistema adecuado de becas, y mejorar continuamente las condiciones materiales del cuerpo docente. En el ámbito europeo, el Convenio Para la Protección de los Derechos Humanos y de las Libertades Fundamentales (CEDH) destaca en su art. 2 que a nadie se le puede negar el derecho a la instrucción, y que los Estados, en el ejercicio de las funciones que asuma en el campo de la educación y de la enseñanza, respetarán el derecho de los padres a asegurar esta educación y esta enseñanza conforme a sus convicciones religiosas y filosóficas. En la Carta de los Derechos Fundamentales de la Unión Europea, el art. 14, proclama que toda persona tiene derecho a la educación y al acceso a la formación profesional y permanente. Este derecho incluye la facultad de recibir gratuitamente la enseñanza obligatoria, y el respeto, de acuerdo con las leyes nacionales que regulen su ejercicio, de la libertad de creación de centros docentes dentro de la defensa de los principios democráticos, así como el derecho de los padres a garantizar la educación y la enseñanza de sus hijos conforme a sus convicciones religiosas, filosóficas y pedagógicas. La Carta Social Europea, armonizando educación con formación y empleo, en su art 1.4, indica la necesidad de proporcionar o promover una orientación, formación y readaptación profesionales adecuadas. En el art 9, al reconocer el 187

Revue europénnee du droit social

derecho a la orientación profesional, explica que para garantizar el ejercicio efectivo del derecho a la orientación profesional, es preciso el compromiso para establecer o facilitar, según se requiera, un servicio que ayude a todas las personas, incluso a las personas con discapacidad, a resolver los problemas que plantea la elección de una profesión o la promoción profesional, teniendo en cuenta las características del interesado y su relación con las posibilidades del mercado de empleo; esta ayuda deberá ser prestada gratuitamente tanto a los jóvenes, incluidos los niños en edad escolar, como a los adultos. Por su parte, el art. 10 referido al “derecho de formación profesional” señala que para afianzar el ejercicio efectivo del derecho de formación profesional, las partes contratantes se comprometen: • A asegurar o favorecer, según se requiera, la formación técnica y profesional de todas las personas, incluidos los minusválidos, previa consulta con las organizaciones profesionales de empleadores y trabajadores, y a arbitrar medios que permitan el acceso a la enseñanza técnica superior y a la enseñanza universitaria, con base únicamente en el criterio de la aptitud individual. • A asegurar o favorecer un sistema de aprendizaje y otros sistemas de formación de los jóvenes de ambos sexos en sus diversos empleos. • A asegurar o favorecer, según se requiera:  Servicios apropiados y fácilmente accesibles para la formación de trabajadores adultos.  Servicios especiales para la reconversión profesional de trabajadores adultos requerida por el desarrollo técnico o por un cambio de tendencias en el mercado de trabajo. • A alentar la plena utilización de los servicios previstos, y ello mediante medidas adecuadas tales como:  La reducción o la supresión del pago de cualesquiera derechos y gravámenes.  La concesión de una asistencia financiera en los casos en que proceda.  La inclusión, dentro de las horas normales de trabajo, del tiempo dedicado a los cursos suplementarios de formación seguidos por el trabajadores, durante su empleo, a petición de su empleador.  La garantía, por medio de un control adecuado, previa consulta con las organizaciones profesionales de empleadores y trabajadores, de eficacia del sistema de aprendizaje y de cualquier otro sistema de formación para trabajadores jóvenes y, en general, de la adecuada protección a los trabajadores jóvenes. Finalmente, en la Convención Iberoamericana de Derechos de los Jóvenes, (Capítulo III, art. 23”, se señala que los jóvenes tienen derecho a la educación integral, continua, pertinente y de calidad, y que la educación es un proceso de aprendizaje a lo largo de toda la vida, que incluye elementos provenientes de sistemas de aprendizaje escolarizado, no escolarizado e informales, que contribuyen al desarrollo continuo e integral de los jóvenes, derecho que incluye la libertad de elegir el centro educativo y la participación activa en la vida del mismo.

188

Revista europeană de drept social

La educación fomentará la práctica de valores, las artes, las ciencias y la técnica en la transmisión de la enseñanza, la interculturalidad, el respeto a las culturas étnicas y el acceso generalizado a las nuevas tecnologías y promoverá en los educandos la vocación por la democracia, los derechos humanos, la paz, la solidaridad, la aceptación de la diversidad, la tolerancia y la equidad de género. El art. 29 al reconocer el derecho a la formación profesional, indica que los jóvenes tienen derecho al acceso no discriminatorio a la formación profesional y técnica inicial, continua, pertinente y de calidad, que permita su incorporación al trabajo, y la obligación de adoptar todas las medidas necesarias para garantizar el acceso no discriminatorio a la formación profesional y técnica, formal y no formal, reconociendo su cualificación profesional y técnica para favorecer la incorporación de los jóvenes capacitados al empleo, así como el compromiso de impulsar políticas públicas, con su adecuado financiamiento, para la capacitación de los jóvenes que sufren de alguna discapacidad, con el fin de que puedan incorporarse al empleo. 4. Empleo e inclusión social. Fomento de una juventud integrada laboralmente Actualmente, el trabajo es una necesidad social, una forma de realización personal que se encuentra relacionado con el desarrollo integral humano. Según Ordoñez (2000), la legislación laboral internacional surgió mucho antes de que se estableciera un marco integral de los derechos humanos, aunque circunscrita a ciertas categorías de trabajadores y con objetivos inconclusos en cuanto a la amplitud de la protección proporcionada. Tras la II Guerra Mundial, las dificultades en relación con el empleo emanaron en el marco legislativo de los Derechos Humanos. En la actualidad, el derecho al trabajo se encuentra recogido en múltiples documentos emitidos por la Organización Internacional del Trabajo (OIT), las Naciones Unidas (ONU), el Consejo de Europa y la Organización de Estados Americanos (OEA). En nuestro país se asumen las recomendaciones y mandatos internacionales, puesto que el art. 10.2 del Título I de la Constitución española, bajo la rúbrica “De los deberes y derechos fundamentales”, reconoce que “Las normas relativas a los derechos fundamentales y a las libertades que la Constitución reconoce se interpretarán de conformidad con la Declaración Universal de Derechos Humanos y los tratados y acuerdos internacionales sobre las mismas materias ratificados por España”. En este sentido el Pacto Internacional de Derechos Económicos, Sociales y Culturales (PIDESC) que España firmó el 28 de septiembre de 1976 y ratificó el 27 de abril de 1977 y cuyo protocolo facultativo firmó, igualmente, el 24 de septiembre de 2009 y ratificó el 23 de septiembre de 2010, reconoce en el art. 6.1 de la Parte III el derecho a trabajar, que comprende el derecho de toda persona a 189

Revue europénnee du droit social

tener la oportunidad de ganarse la vida mediante un trabajo libremente escogido o aceptado, y compromete a los Estados a adoptar las medidas adecuadas para garantizar este derecho. Del mismo modo, el art. 6.2 indica que entre las medidas que habrá de adoptar cada uno de los Estados Partes para lograr la plena efectividad de este derecho, deberá figurar la orientación y formación técnico-profesional; la preparación de programas, normas y técnicas encaminadas a conseguir un desarrollo económico, social y cultural constante, y la ocupación plena y productiva, en condiciones que garanticen las libertades políticas y económicas fundamentales de la persona humana. La Carta Social Europea de Turín de 18 de octubre de 1961 (CSE), en su Parte II establece en el art. 1 el derecho al trabajo, y para garantizar el ejercicio efectivo del derecho al trabajo indica que las partes contratantes: • Protegerán de manera eficaz el derecho del trabajador a ganarse la vida mediante un trabajo libremente elegido • Establecerán o mantendrán servicios gratuitos de empleo para todos los trabajadores. • Proporcionarán o promoverán una orientación, formación y readaptación profesionales adecuadas. Además, en el art. 4 de la Carta se instituye el derecho a una remuneración equitativa, y para garantizar este derecho, los Estados contratantes se comprometen a reconocer una remuneración suficiente que les proporcione a los trabajadores y a sus familias un nivel de vida decoroso. Específicamente, en relación a los derechos de los niños, niñas y adolescentes, el art. 7 de la CSE reconoce el derecho de los menores a ser protegidos, fijando, para hacer efectivo este derecho, el compromiso de los Estados a: • Fijar en quince años la edad mínima de admisión al trabajo, sin perjuicio de excepciones para los niños empleados en determinados trabajos ligeros que no pongan en peligro su salud, moralidad o educación. • Fijar una edad mínima más elevada para la admisión al trabajo en ciertas ocupaciones consideradas peligrosas e insalubres. • Prohibir que los niños en edad escolar obligatoria sean empleados en trabajos que les priven del pleno beneficio de su educación. • Limitar la jornada laboral de los trabajadores menores de dieciséis años para adecuarla a las exigencias de su desarrollo y, en particular, a las necesidades de su formación profesional. • Reconocer el derecho de los menores y los aprendices a un salario equitativo o, en su caso, otra retribución adecuada. • Disponer que las horas que los menores dediquen a su formación profesional durante la jornada normal de trabajo con el consentimiento del empleador se considere que forman parte de dicha jornada, y

190

Revista europeană de drept social

• Proporcionar una protección especial contra los peligros físicos y morales a los que estén expuestos los niños, niñas y los adolescentes, especialmente contra aquellos que, directa o indirectamente, deriven de su trabajo. Para facilitar el acceso al trabajo y al ejercicio del derecho, el art. 9 establece que, de acuerdo con los requerimientos específicos, se debe garantizar un servicio que ayude a todas las personas, incluso aquellas con discapacidad, a resolver los problemas que plantea la elección de una profesión o la promoción profesional, teniendo en cuenta las características del interesado y su relación con las posibilidades del mercado de empleo; esta ayuda deberá ser prestada gratuitamente tanto a los jóvenes, incluidos los niños en edad escolar, como a los adultos. En este mismo sentido, el art. 10 CSE, como ya hemos tenido ocasión de estudiar, manifiesta la importancia de un adecuado nivel de formación y cualificación profesional, y el compromiso de las partes para afianzar y otorgar efectividad al ejercicio efectivo del derecho de formación profesional, las partes contratantes se comprometen, haciéndolo extensivo y accesible a todos, como componente del derecho a la educación, utilizando procesos formativos continuos, inclusivos, adecuados y favoreciendo un sistema de aprendizaje apropiado que fomente la inserción en el mercado laboral, en condiciones favorables para la autodeterminación personal, y para la participación activa en la vida social y económica del Estado. En Estrasburgo el 9 de diciembre de 1989 se pactó la Carta Comunitaria de los Derechos Sociales de los Trabajadores, como documento que deja patente el reconocimiento del derecho a la protección social de todo trabajador de la Comunidad Europea. En el tema que nos ocupa, su art. 10 hace consideración expresa hacia las personas excluidas del mercado de trabajo, indicando que deben poder beneficiarse de prestaciones y de recursos suficientes adaptados a su situación personal. Estos documentos describen claramente los aspectos que definen el derecho al trabajo, como un derecho fundamental de toda persona humana, así como el derecho a la protección social en caso de vulnerabilidad o desventaja. Para intentar garantizar el ejercicio de estos derechos, son múltiples las iniciativas o medidas que los diferentes Estados están implementando, al igual que son múltiples las recomendaciones que emiten los distintos Organismos Europeos. La Comisión Europea recoge una visión general de las directrices integradas para el crecimiento y el empleo, y del Programa comunitario de Lisboa para la aplicación de medidas para el empleo, la integración y la promoción social de los jóvenes en el Pacto Europeo para la juventud. Este texto proporciona los siguientes aspectos:  Promover un enfoque del trabajo basado en el ciclo de vida (entre otras cosas, renovando los esfuerzos para crear itinerarios hacia el empleo para los jóvenes y reducir el desempleo juvenil, así como actuando decididamente para eliminar las disparidades entre hombres y mujeres en materia de empleo, desempleo y remuneración); 191

Revue europénnee du droit social

 Garantizar mercados de trabajo inclusivos con los solicitantes de empleo y las personas desfavorecidas;  Mejorar la adecuación a las necesidades del mercado de trabajo;  Incrementar la adecuación a las necesidades del mercado de trabajo;  Adaptar los sistemas de educación y de formación en respuesta a las nuevas exigencias en materia de competencias. Estas directrices proporcionan la base para elaborar planes de acción personalizados con objeto de prestar ayuda en la búsqueda de empleo, la orientación y la formación de los jóvenes. Expresamente, se hace referencia a la inclusión social, instando a los Estados miembros a mejorar la situación de los jóvenes más vulnerables, y a emprender un estudio sobre la integración social de los jóvenes más desfavorecidos. La Estrategia Europa 2020 viene a complementar las políticas sociales de los Estados en referencia a la inclusión social. En el marco de un crecimiento inteligente e integrador, se establecen objetivos para ayudar a las personas a salir de la situación de pobreza y exclusión social, aumentando la tasa de empleo sobre todo al grupo comprendido entre los 20 y los 64 años. Estas iniciativas junto con las de la Plataforma Europea contra la Pobreza y la Exclusión Social y la Agenda de Nuevas Cualificaciones y Empleos, favorecen los esfuerzos para alcanzar esas metas. A través del Paquete de Inversión Social, la Comisión pretende modernizar los sistemas de protección social de los Estados. Este paquete marca el rumbo hacia una recuperación generadora de empleo; presenta una estrategia en favor de pensiones sostenibles y seguras, y sobre todo, trata específicamente la situación de los más jóvenes. El Paquete de Empleo Juvenil incluye medidas que ayudan a los Estados miembros a enfrentarse a los altos niveles de desempleo juvenil y la exclusión social. Conforme a lo solicitado por el Consejo y el Parlamento Europeo, incluye una propuesta de recomendación en la introducción de la Garantía Juvenil para favorecer que todos los jóvenes de hasta 25 años de edad reciban formación continua y una oferta de trabajo de calidad. Contempla, además, un período de aprendiz o prácticas profesionales en los cuatro meses siguientes a terminar la educación formal o quedarse desempleado. Esta recomendación insta a los Estados miembros a establecer alianzas sólidas para:  Garantizar la intervención temprana de los servicios de empleo y otros socios de apoyo a los jóvenes.  Adoptar medidas de apoyo que permitan la integración laboral.  Hacer pleno uso del Fondo Social Europeo y otros fondos estructurales.  Evaluar y mejorar continuamente los sistemas de garantía de jóvenes. En el ámbito europeo, se ha puesto de manifiesto la necesidad de apoyar con una financiación adecuada y suficiente estas propuestas a través de la promoción de intercambio de experiencias y buenas prácticas y un seguimiento de la ejecución de estas garantías. 192

Revista europeană de drept social

A nivel comunitario, los jóvenes desempleados centran el interés por cuanto es urgente lograr una mejor comprensión del problema, y la intervención inmediata de la política, con el fin de evitar una generación de jóvenes desfavorecidos y permitir plenamente el desarrollo de su potencial. Se pone especial énfasis en proporcionar vías para la reinserción laboral, y ejemplo de ello es la iniciativa “Hacia una recuperación generadora de empleo” que establece la necesidad de dar oportunidades de trabajo a los jóvenes para reducir los datos “dramáticos” de desempleo. La Fundación Europea para la mejora de las condiciones de vida y de trabajo presenta una serie de indicadores para implementar políticas en la vía del empleo para los jóvenes. En este sentido, revela que:  Serán medidas diversificadas que abordarán diferentes aspectos del empleo, prestando especial atención a los grupos vulnerables que son más propensos a atesorar múltiples desventajas.  Las soluciones a corto plazo no son suficientes y es necesario proporcionar a los jóvenes trabajos estables y de calidad.  La participación de todos es esencial. En particular, se necesita un alto nivel de compromiso con los empresarios y sus representantes para las medidas que se centran en el fomento de la empleabilidad de sus beneficiarios.  Las medidas de empleo juvenil deben centrarse en el joven, no en el proveedor. De esta manera se diseñarán itinerarios de aprendizaje personalizados antes que vías generalizadas.  Es importante realizar esfuerzos para involucrar a los jóvenes privados de derechos con elementos innovadores y atrayentes para ellos, más allá del “marketing” que llega a la juventud más normalizada. En esta somera revisión, queda patente la inquietud existente por la situación de los jóvenes, y su importancia como eslabón fundamental de la sociedad. Las generaciones futuras no deben verse abocadas a la privación de derechos fundamentales como es el empleo, por cuanto supone un mecanismo de integración en la dinámica social. No obstante, el empleo es sólo una parte, la educación, como hemos tenido ocasión de abordar, y la participación social de los jóvenes, vienen a completar el eje de integración descrito anteriormente al objeto de garantizar que una situación de dificultad, desventaja o vulnerabilidad no suponga para el joven un presente de infortunio y de esfuerzo inconmensurable por mantenerse incluido en la sociedad; y un futuro carente de oportunidades y abocado a la exclusión.

193

Revue europénnee du droit social

5. La participación de la juventud como proceso inclusivo La sociedad civil comprende las organizaciones, instituciones y otras formas de asociación, que reflejan los diversos intereses de los ciudadanos, a través de las cuales buscan lograr una participación más efectiva en la vida social, política y económica del país. Lograr un importante grado de participación ciudadana, exige perfeccionar la democracia, y para ello es necesario apoyar y reforzar las actividades de educación cívica en todos los niveles de la sociedad. El proceso de socialización política comienza a muy temprana edad, desde la niñez, por lo que las instituciones involucradas en ese proceso son, al principio, la familia, el colegio y las universidades. Posteriormente, se suman las organizaciones de la sociedad civil, los medios de comunicación masiva y las ONG. Dentro de ese contexto, hay que resaltar la importancia de la educación cívica en las y los niños; y, en las y los jóvenes, que tienen una mente abierta al cambio y al futuro, y cada vez muestran mayor deseo de participar en la vida social y política. La juventud, como colectivo social, tiene el derecho y la responsabilidad de participar, como actores plenos, del desarrollo social; no sólo en los aspectos que les afectan directamente, sino en todos los aspectos de la vida social. La sociedad tiene el deber de permitirle el acceso a esa plena ciudadanía, en aras a conseguir una sociedad democrática y del conocimiento. Sin bien la participación de las y los jóvenes en una sociedad democrática es de vital importancia, ésta no se hace patente en la realidad, ya que numerosos estudios ponen de manifiesto que, en la actualidad, participan menos que en el pasado en las estructuras tradicionales de participación. En los últimos tiempos, la juventud, o lo que se ha dado en llamar “culturas juveniles” han empezado a adquirir un rol protagonista en muchos espacios, y, sobre todo, en el campo social. El advenimiento del siglo XXI ha traído de la mano el auge, dentro del ámbito de la investigación democrática, de diferentes temas de estudio, discusión y reflexión, que son fruto de la expresión de los puntos neurálgicos que caracterizan nuestro panorama mundial actual, y uno de estos temas es la participación juvenil. La juventud de hoy tiene una identidad arraigada y, por lo general, poco conocida para el resto de la sociedad, que no siempre entiende bien sus actitudes y pautas de comportamiento, y a veces las enjuicia a través de prejuicios y clichés equivocados, en lugar de encuadrarlas en el contexto que rodea a la juventud actual. Según los estudios disponibles, estamos ante una generación de jóvenes con profundos valores democráticos, que entienden la vida política como un mecanismo de participación de la ciudadanía y que valoran su potencial personal de implicación. Hablamos de una generación que, en general, se define como

194

Revista europeană de drept social

pacifista y solidaria, que se rebela contra el hambre y la pobreza y que rechaza los grandes desequilibrios. Pero, al mismo tiempo, la juventud suele ser muy crítica con los sindicatos y los partidos políticos, aun siendo conscientes de su papel fundamental en un Estado democrático. Esta paradoja plantea la necesidad de considerar los cambios que se deben acometer para mejorar la percepción que de las instituciones democráticas pueden tener unos jóvenes que, en principio, parecen dispuestos a involucrarse más activamente. Estos cambios deben de propiciar un mayor acercamiento de las y los jóvenes a la vida política. La juventud constituye el grupo encargado de llevar adelante el desarrollo social y liderar, en un futuro, la vida política y democrática de los Estados, y a ella se le demanda una mirada global, transdisciplinar, diferente, pero también contextualizada en un panorama marcado por la complejidad y la incertidumbre, dominado por acelerados cambios, caracterizado por la pérdida de protagonismo de los tradicionales mecanismos de control social y el remplazarlo por los económicos, el consecuente desequilibrio y la desigualdad social dentro y entre las naciones. Ante este panorama, el tema de la participación y el protagonismo comprometido y desarrollador del sector joven de la sociedad se convierte en un espacio en el que se requiere pensar y actuar. Pedir la participación de alguien, supone un reconocimiento de su persona, de su identidad, fomenta la percepción de pertenencia al grupo e invierte la idea de exclusión. La juventud puede aportar sus intereses, conocimientos, preocupaciones, y sus propuestas, y ello supone su integración en el conjunto de la sociedad, su aportación y creatividad en la misma, y refuerza un etiquetado más positivo de ella. Los procesos participativos son una herramienta de transformación social. Una juventud informada, conocedora de sus derechos, preparada, está capacitada para trabajar en común en la creación de nuevas acciones y políticas. La participación para el trabajo en común, fomentará la responsabilidad e implicación en la toma de decisiones, y la motivación y la implicación en el desarrollo de las mismas. Participar ofrece a la juventud un mayor conocimiento y un mayor control sobre planes, acciones y recursos. Por ello es necesario fomentar una juventud participativa e informada, y para ello es preciso establecer canales de comunicación. Aumentando la participación juvenil en las políticas se obtendrían unos objetivos, procesos y resultados que serían una respuesta más fiel a sus necesidades, una respuesta más eficaz en la medida en que resuelva las preguntas que la propia juventud plantea. Es necesario tenerles presentes y tenerles en cuenta y establecer las vías que puedan posibilitarlo. En esta sociedad civil que estamos dibujando, la juventud, y la juventud organizada en toda una amplia tipología de organizaciones y colectivos, tiene un papel de especial importancia y relevancia. No sólo porque el movimiento juvenil tiene un peso cuantitativo sustancial dentro de los movimientos sociales, y que en 195

Revue europénnee du droit social

numerosos países es el motor central de los mismos, sino porque puede llegar a constituirse por sí mismo en agente global. La juventud se enfrenta a problemas, y su solución requiere una respuesta global y participada por los jóvenes. Esta obligación que se impone a los poderes públicos de actividad promotora de la posición de las y los jóvenes, aunque sea de manera difusa y genérica ha tenido su efecto en diversas leyes y convenciones. La Convención Iberoamericana de Derechos de los Jóvenes, expone en el art. 21 del Capítulo II cómo los jóvenes tienen derecho a la participación política y cómo para ello es preciso el compromiso de los Estados a impulsar y fortalecer procesos sociales que generen formas y garantías que hagan efectiva la participación de jóvenes de todos los sectores de la sociedad, en organizaciones que alienten su inclusión; la promoción de medidas que de conformidad con la legislación interna de cada país, promuevan e incentiven el ejercicio de los jóvenes a su derecho de inscribirse en agrupaciones políticas, elegir y ser elegidos; y la necesidad de que las instituciones gubernamentales y legislativas fomenten la participación de los jóvenes en la formulación de políticas y leyes referidas a la juventud, articulando los mecanismos adecuados para hacer efectivo el análisis y discusión de las iniciativas de los jóvenes, a través de sus organizaciones y asociaciones. En España, la Ley 13/1983 de 16 de noviembre, creó el Consejo de la Juventud de España, como una plataforma de entidades juveniles, formada por los Consejos de Juventud de las Comunidades Autónomas y organizaciones juveniles de ámbito estatal, con el objeto de propiciar la participación de la juventud en el desarrollo político, social, económico y cultural de nuestro Estado en un entorno global es nuestro fin esencial, tal como recoge el artículo 48 de la Constitución Española. Tiene como fundamento principal la promoción de la participación democrática y plural, como medio para ejercer la plena ciudadanía en la sociedad, el compromiso social, la igualdad de oportunidades, el diálogo y el respeto a la diversidad en su más amplio sentido. También la Ley del Deporte, Ley 10/1990, de 15 de octubre, fomenta el deporte juvenil como elemento determinante para el libre desarrollo de la personalidad, y el fomento de la participación juvenil en asociaciones deportivas, y en los órganos de decisión deportiva. Se crean instituciones públicas, como el INJUVE organismo público adscrito al Ministerio de Sanidad, Política Social e Igualdad encargado de promover actuaciones en beneficio de los y las jóvenes de nuestro país, o el Observatorio de la Juventud en España que pretende ser un órgano técnico de análisis y diagnóstico de la situación de los y las jóvenes en nuestro país y de apoyo a la formulación de iniciativas, programas y políticas de juventud. En el ámbito autonómico, las CCAA han asumido competencias en la materia y han aprobado disposiciones al objeto de facilitar las actividades juveniles y favorecer la participación de la juventud en las decisiones de los órganos autonómicos que afecten al sector juvenil en los ámbitos político, económico, 196

Revista europeană de drept social

social y cultural, para cuyos efectos se han creado entidades autonómicas similares al INJUVE. Junto al ámbito autonómico, ha sido en el ámbito local donde se ha prestado mayor interés a la participación de la juventud en la vida política, económica, social y cultural. Las entidades locales son hacedores primeros, tanto desde el punto de vista del principio de especialidad, puesto que existen competencias cuya especialidad está expresamente atribuida por ley, como desde el punto de vista del principio de generalidad, sobre la base de los principios de proximidad y subsidiariedad, por cuanto, como conocedoras primeras de los problemas, y como máximos interesados en el interés de los ciudadanos, son, por proximidad, las entidades territoriales más adecuadas. Ello determina que la juventud se sienta más identificada con la política local que con la nacional en el ámbito participativo. Es preciso visibilizar las nuevas formas de participación que está tomando la juventud: movilizaciones barriales, zonales o de pequeñas ciudades; el desarrollo de micro-emprendimientos productivos. Se trata de nuevas maneras de expresión participativa, celular y acotada, pero positiva en este período de la vida social que parece haber cerrado los caminos a la participación ciudadana (Goig y Núñez, 2011) 6. Las políticas de la juventud en la UE: educación, empleo y participación Por política de juventud debemos entender toda acción que se oriente al logro y realización de valores y objetivos sociales referidos al período vital juvenil. Abarcan, tanto de políticas reparatorias, como de promoción, y orientadas al desarrollo y/o construcción de ciudadanía. En la política de juventud, se hallan presentes tanto los valores e intereses de las y los jóvenes como los de la sociedad. Estas políticas que realizan, tanto organismos específicos, como secretarías, o direcciones “de juventud”, como diferentes “sectores” públicos (Educación, Salud, Cultura, Trabajo, Deporte, etc.), son políticas que se deben desarrollar a nivel específico, con acciones específicas de juventud, a nivel sectorial, como política transversal, y a nivel parlamentario y legislativo. En clave participativa, las políticas de juventud deben procurar ir generando las condiciones en las cuales las y los jóvenes puedan realizarse en cuanto tales, y, al mismo tiempo, promover su participación en la configuración de la sociedad. Las políticas de juventud, deben implicar la participación de la propia juventud, por lo que sería necesario el establecimiento de políticas para la juventud: proteccionistas, que ofrezcan servicios; políticas por la juventud: de movilización e instrumentalizando el idealismo juvenil; políticas con la juventud: participativas, interactivas en la dialéctica juventud-sociedad, no impuestas desde arriba: creativas, abiertas y sujetas a mutuo debate crítico; y políticas desde la juventud: actividades e iniciativas imaginadas, diseñadas y realizadas por los mismos jóvenes. 197

Revue europénnee du droit social

Las políticas de juventud deben entender el papel protagonista de las personas jóvenes en la construcción de la sociedad de hoy y de mañana, y deben adoptar como principio rector la igualdad de oportunidades como impulso radical de cada acción. Las políticas de juventud se deben de concebir como una palanca de cambio esencial para construir una realidad social donde el principal argumento sea la ciudadanía activa de la juventud a través del emprendimiento y la innovación social, poniendo en valor la participación, el talento, la imaginación, la creatividad, el esfuerzo y la responsabilidad. Políticas públicas que no estén marcadas sólo por los problemas, sino que estén concebidas también como políticas positivas; que valoren lo positivo que pueden aportar las personas jóvenes a la sociedad y no sólo los problemas que, supuestamente, ocasionan a la sociedad adulta. Como ha indicado Comas (2007), a partir del año 2000, el tema de la juventud comienza a aparecer como uno de los grandes ejes de las políticas de la UE. En la decisión de introducir las políticas de juventud en la UE, se encuentra la idea de que ser ciudadano es ser miembro de pleno derecho dentro de una sociedad. Implica ser respetado y respetar. Ser ciudadano significa participar, disfrutar de unos derechos otorgados y cumplir unos deberes adquiridos. Ser ciudadano es, en definitiva, ser un miembro activo de una comunidad que fomenta la cohesión social y promueve el sentimiento de pertenencia, donde tienen cabida las diferencias y las discrepancias y donde los valores democráticos son la base de su desarrollo. Formar parte en definitiva, de una sociedad cuyos miembros se caracterizan por poseer una identidad compartida. La ciudadanía europea ha de tender a constituir una ciudadanía activa que, además de tener reconocidos legalmente los derechos civiles, políticos y sociales, fomenta la participación en los asuntos públicos y promueve la activación de la sociedad civil. La juventud se convierte en actor principal a tener en cuenta en el proceso de construcción de la Unión Europea, y ello requiere que las y los jóvenes participen directamente en las esferas políticas, económicas, sociales y culturales, y que las instituciones europeas dispongan de los mecanismos suficientes como para hacer posible y efectiva esta participación. La juventud debe ser considerada auténtica ciudadanía sustantiva de la Unión Europea. Sólo así las y los jóvenes se acercarán, tanto cognitiva como afectivamente, a las instituciones europeas y podrán desarrollar un proyecto del que sientan que forman parte. Diferentes documentos elaborados en los últimos años destacan algunas de las líneas estratégicas relacionadas con políticas de juventud, en parte elaboradas de acuerdo a un enfoque más integral e integrador. Entre ellos habría que mencionar la Estrategia de la UE para la juventud: inversión y capacitación, basada en un doble planteamiento: • Inversión en la juventud: aumento de los recursos para desarrollar los ámbitos de las políticas que afectan a los jóvenes en su vida diaria y mejoran su bienestar.

198

Revista europeană de drept social

• Capacitación de los jóvenes: promoción del potencial de los jóvenes para renovar la sociedad y contribuir a los valores y a los objetivos de UE. Partiendo de los conocimientos sobre la situación de los jóvenes se propone una nueva estrategia con tres objetivos globales e interconectados, estrechamente relacionados con los de la “Agenda Social renovada”. El primer objetivo: crear más oportunidades para los jóvenes en la educación y el empleo, propone los siguientes campos de acción:  educación: la educación no formal, complementaria de la formal, debería estar mejor integrada con ésta, y es preciso desarrollar su calidad y reconocer sus resultados;  empleo: para facilitar la transición de los jóvenes del ámbito educativo, la inactividad o el desempleo al trabajo, las iniciativas políticas en materia de empleo a nivel europeo y nacional deberían respetar los principios de la flexiguridad  creatividad y espíritu empresarial: es preciso promover el desarrollo del talento, la creatividad, la mentalidad empresarial y las expresiones culturales entre los jóvenes. En el segundo objetivo: mejorar el acceso a la sociedad de todos los jóvenes y su plena participación en ella, se presentan los siguientes campos de acción:  la salud y el deporte: evitar los riesgos de obesidad, lesiones, adiciones y consumo de estupefacientes, promoviendo la adopción de estilos de vida saludables entre los jóvenes y fomentando la colaboración entre animadores juveniles, profesionales sanitarios y organizaciones deportivas;  participación: aumentar la participación de los jóvenes en la vida cívica de sus comunidades y en la democracia representativa, apoyando a las organizaciones juveniles, estimulando la participación de los jóvenes que no pertenecen a ninguna asociación y ofreciendo una mejor información sobre servicios a los jóvenes. Finalmente, el tercer objetivo: potenciar la solidaridad mutua entre la sociedad y los jóvenes plantea los siguientes campos de acción:  inclusión social: para evitar la exclusión social de los jóvenes, es preciso movilizar a los actores implicados como los padres y el profesorado, así como a los trabajadores sociales y animadores juveniles;  voluntariado: para apoyar el voluntariado juvenil, es preciso proporcionar más oportunidades, incluidas las de carácter transfronterizo, eliminar barreras y reconocer el valor de la educación no formal;  la juventud y el mundo: se debe hacer uso de las herramientas y redes a disposición de los jóvenes para implicarlos en la actividad política a nivel internacional. Los planteamientos de Juventud en acción (2007-2013), han tenido por objetivo desarrollar y apoyar la cooperación europea en el ámbito de la juventud, y han estado dirigidos a fomentar la participación de los jóvenes en la vida pública, especialmente de los más desfavorecidos y de las personas con discapacidad, así como su espíritu de iniciativa, de empresa y de creatividad. Con esa visión, el programa definió objetivos generales y específicos, que tratan de lograrse a través 199

Revue europénnee du droit social

de diversas acciones: incrementar los intercambios entre jóvenes a fin de potenciar su movilidad, reforzando al mismo tiempo su sentimiento de ser ciudadanos europeos; animar a los jóvenes a que presenten sus propios proyectos, apoyando por tanto su espíritu de iniciativa, de empresa y de creatividad; participación en la vida democrática que fomenten la ciudadanía y la comprensión mutua de los jóvenes; incrementar la participación de los jóvenes en distintas formas de actividades de voluntariado, dentro y fuera de la UE, con vistas a potenciar la solidaridad entre los jóvenes, promover su ciudadanía activa y favorecer el entendimiento mutuo entre ellos; apoyar los proyectos con países no europeos que han firmado acuerdos con la UE en el ámbito de la juventud, como intercambios de jóvenes y de personas y organizaciones que trabajan en el ámbito de la juventud; organizar diálogo estructurado entre los distintos agentes del mundo de la juventud, a saber, los jóvenes, las organizaciones y las personas que trabajan en este ámbito y los responsables políticos. Los diferentes Informes de Juventud en España –el último de 2012-, elaborado en dos amplios bloques, abordan cuatro temáticas diferenciadas. El primer bloque, “La situación demográfica, económica y laboral de las personas jóvenes”, afronta la situación demográfica, así como la economía, formación, empleo, y consumo en tiempos de crisis. El segundo bloque, “Ubicación en el entorno y salud de las personas jóvenes” trata sobre los aspectos relativos a la presencia de la juventud en los distintos escenarios sociales, no directamente productivos (sociedad, cultura, política), sus relaciones y el estado de salud, asumiendo aspectos vinculados con la identidad y los valores, las actitudes, los modos de vida, y los usos tecnológicos (Moreno y Rodríguez, 2013: 73). El Libro Blanco Juventud en España 2020, se presenta organizado en siete amplios bloques, en los que partiendo de la “oportunidad de elaborar un Libro Blanco” (primer bloque), se estudian: A) “Las personas jóvenes en España”, que trata sobre las motivaciones de las personas jóvenes; la transición hacia la vida adulta tomando como ejes de actuación la educación, formación, empleo y vivienda; las condiciones de vida de las personas jóvenes centrándose en la salud, movilidad y otros aspectos de los estilos de vida juveniles; el compromiso social fomentando la participación, voluntariado y cooperación; compartir valores como inclusión, igualdad y no discriminación lo que permitirá crear identidades y proyectos de vida. Este segundo bloque finaliza con las previsiones en torno a la situación de las personas jóvenes en el año 2020 y las transformaciones esperadas. B) El “balance de las políticas y de las actuaciones de los ámbitos de juventud a lo largo del periodo democrático”, donde se hace un recorrido sobre las políticas de juventud de la democracia; planes, programas y actuaciones de los organismos de juventud; y la evaluación global de las políticas de juventud de la democracia española sintetizando las fortalezas, debilidades, retos y oportunidades (tercer bloque); C) “Las políticas de juventud”, matizando cuáles deben ser los componentes de una nueva política de juventud (bloques cuarto y quinto); D) Las acciones clave para alcanzar en el año 2020 basándose en el contenido elaborado en el bloque segundo (sexto bloque), y E) La gestión de las 200

Revista europeană de drept social

propuestas del Libro Blanco lo que implica resaltar las infraestructuras y recursos necesarios para impulsar estas acciones y alcanzar los objetivos; evaluar los objetivos y las acciones propuestas y, la coordinación con organismos, planes y propuestas de carácter supranacional (bloque séptimo). El Plan de Acción de la Estrategia de Juventud 2020 surge ante la necesidad de favorecer el empleo, la productividad y la cohesión social en Europa, puesto que la Unión Europea se enfrenta en estos momentos a un período de transformación, derivada principalmente de la globalización, del cambio climático y del envejecimiento de la población. La crisis financiera de 2008 puso en duda los avances sociales y económicos realizados por los Estados miembros, y la recuperación económica iniciada en 2010 debe estar amparada de una serie de reformas, con el fin de afianzar el desarrollo sostenible de la UE durante la próxima década. Ser joven ciudadano europeo significa tener reconocidos los mismos derechos que cualquier ciudadano de la Unión Europea, pero, al margen de este reconocimiento legal, la realidad es que han existido significativas barreras que impiden el ejercicio activo de esos derechos. A pesar de los importantes avances logrados en la consolidación de los derechos de los ciudadanos europeos, todavía se habla de ciudadanía y juventud de forma disociada, como si la condición de ciudadano en la Unión Europea tuviera una correspondencia directa con la categoría de persona adulta y la condición de joven se identificara con sujetos políticos pasivos o de segundo nivel. Ante esta situación, las y los jóvenes ven aceptada su condición de ciudadanos formales, es decir, de personas a las que se reconocen sus derechos y obligaciones, portadores de un pasaporte que les identifica como ciudadanos europeos, pero que encuentran importantes dificultades para participar activamente en la vida cívica de su sociedad debido a que las adversidades económicas y sociales limitan dramáticamente su independencia y, por tanto, su autonomía personal, requisito indispensable para el ejercicio pleno del estatus de ciudadano/a. Referencias bibliográficas Comas, D. (2007). Las políticas de juventud en la España democrática. Injuve: Madrid, pp 85 y ss, Goig, J.M y Núñez, Mª.A. (2011). El fomento de la juventud participativa: Tratamiento constitucional, desarrollo legislativo y políticas públicas, en Las políticas públicas de juventud, Revista de Estudios de Juventud, nº 94: 29-49 Jiménez, M. (2008). Aproximación teórica de la exclusión social: complejidad e imprecisión del término. Consecuencias para el ámbito educativo, Estudios Pedagógicos XXXIV, 1, 173-186. Consultado en http://www.scielo.cl/pdf/estped/v34n1/art10.pdf Juárez, M., Renes, V. y otros (1995). Población, estructura y desigualdad social. En V Informe sociológico sobre la situación social en España, Documentación social, 101: 67132, Madrid: Síntesis. Martínez, M.A. (2001). Género, pobreza y exclusión: diferentes conceptualizaciones y políticas públicas, en TORTOSA, J. M. (coord.), Pobreza y perspectiva de género, Barcelona: Icaria.

201

Revue europénnee du droit social Moreno, A. y Rodríguez, E. (2014).Informe juventud en España 2012. Metamorfosis. Revista del centro Reina Sofía sobre Adolescencia y juventud, nº 0, pp. 73-77 Ordoñez, J. (2000). Los derechos fundamentales como referente del paradigma de ciudadanía civil y de la definición de la frontera de exclusión social, Social Exclusion and Poverty Reduction in Latin American and the Caribbean, The World Bank. Pérez, K. y. Eizagirre, M. (2014). Diccionario de Acción Humanitaria y Cooperación al Desarrollo, Deusto: Universidad de Deusto. Consultado en http://www.dicc.hegoa.ehu.es/listar/mostrar/96 Perona, N. y Rocchi, G. (2008). Vulnerabilidad y Exclusión social. Una propuesta metodológica para el estudio de las condiciones de vida de los hogares. Kairos. Revista de temas sociales, 8, San Luis: Facultad de Ciencias Económicas, Jurídicas y Sociales de la Universidad Nacional de San Luis. Tarín, M. y Navarro, J. J. (2012). Adolescentes en riesgo. Madrid: CCS Editorial. Tezanos, J. F. (2004): Tendencias en Desigualdad y exclusión social, 2ª ed., Madrid: Sistemas. - (2001): Tendencias en desigualdad y exclusión social. Madrid: Sistemas - (2001). La sociedad dividida. Estructuras de clases y desigualdades en las sociedades tecnológicas. Madrid: Biblioteca Nueva. REFERENCIAS NORMATIVAS Y DOCUMENTOS Declaración Universal de Derechos Humanos (10 de diciembre de 1948) Pacto Internacional de Derechos Económicos, Sociales y Culturales (16 de diciembre de 1966) Protocolo Facultativo del Pacto Internacional de Derechos Económicos, Sociales y Culturales (10 de diciembre de 2008) Convenio para la Protección de los Derechos Humanos y de las Libertades Fundamentales (Consejo de Europa, Roma, 4-11-1950) Carta Social Europea (Turín, 18 de octubre de 1961 y versión de 1996) Carta de los Derechos Fundamentales de la Unión Europea (Estrasburgo, 12 de diciembre de 2007) Organización Iberoamericana de juventud. Convención Iberoamericana de derechos de los jóvenes. Recuperado el 27 de febrero de 2015 de: http://www.unicef.org/lac/ CIDJpdf%283%29.pdf Injuve (2012). Informe juventud en España 2012. Recuperado el 09 de enero de 2015 de: http://www.injuve.es/sites/default/files/2013/26/publicaciones/IJE2012_0.pdf. Injuve (2012). Plan de Acción de la Estrategia de Juventud 2020. Recuperado el 13 de febrero de 2015 de: http://www.injuve.es/conocenos/noticia/plan-de-accion-de-la-estrategia-dejuventud-2020 Unesco (2012). Libro Blanco juventud en España 2020. http://planipolis.iiep.unesco.org/upload/Youth/Spain/Spain_LibroBlancoJuventud2022.pdf. Recuperado el 01 de febrero de 2015. Unión Europea (2009). Estrategia de la UE para la juventud: inversión y capacitación. http://europa.eu/legislation_summaries/education_training_youth/youth/ef0015_es.htm Recuperado el 11 de febrero de 2015. Unión Europea (2007). Juventud en acción (2007-2013). http://europa.eu/legislation_summaries/education_training_youth/youth/c11080_es.htm Recuperado el 09 de febrero de 2015 Comisión Europea (2014). Empleo, asuntos sociales e inclusión. http://ec.europa.eu/social/home.jsp?langId=es Recuperado el 8 de febrero de 2015.

202

Revista europeană de drept social

FOOD SAFETY ISSUES IN EUROPEAN LAW Mariana SANDU Senior Researcher III - Romanian Academy, the Center for Research and Study of Agro- Biodiversity "Acad. David Davidescu "

Abstract: In recent years there has been an awareness of a significant number of consumers regarding food safety problem, they becoming increasingly more interested in not only the quality but also the origin of food products consumed. The issue of food security requires a comprehensive approach to the whole food chain, ie, production, processing, transport and distribution of food. Traditionally,the issues aiming food safety are analyzed at intermediate stages of the food chain and, to a lesser extent, in the initial stages or final. Certain diseases manifested in the livestock sector have shown the need to seek their causes in the origins of the food chain or in its early stages and eliminate any deficiencies or weaknesses in the circuit traveled by food products from farm to consumer. To protect the health of consumers are needed rules governing the general principles and requirements concerning the conditions of manufacture, and marketing of foodproducts. This paper aims to analyze how the existing legislation and traceability systems in the European Union guarantee food safety Keywords: food safety, legislative documents, regulations, food chain, traceability systems

1. General background on food safety population Ensuring food security of the population is not only a problem to solve the quantitative food demand of the population but represent the insurance policy for the quantity and quality of food and agricultural products necessary for a country. In this "World Declaration on Nutrition" FAO / WHO - 1992 states that: "Every government is responsible before all, for the protection and promotion of food security and nutritional status of its population and particularly for the protection of vulnerable population groups" while the "good nutritional status of al peoplel is one of the preconditions for the development of societies and should be a key goal of human development; it must be at the center of plans and strategies for socioeconomic development". The issues of food security – which is a component of food security - requires a comprehensive approach that consider the following aspects: the role of national system for food control in support of ensuring food safety; food industry and governments responsibilities regarding food quality and safety throughout the entire circuit of production and marketing; need to improve technical assistance programs aimed at improving the structures for control of food; the importance of harmonizing regulations on food in different countries, groups of countries, regions, including internationally. 203

Revue europénnee du droit social

Food safety of population envisages production, marketing and consumption of safe food in terms of human health. Nutritional status of the poor people, even in developed countries suffers from inadequate food quality, mainly in terms of ensuring complex nutrients that have an essential role in metabolic processes. Ensuring food safety is a cross-border issue, because many of the foods we eat come from other countries. On the other hand, globalization of the food chain causes the constant new challenges and risks to the health of European consumers. Increasing the international trade with food products opens new possibilities for some food pathogens to reach new regions of the world. Recent crises have undermined public confidence in the ability of the food industry and public authorities to ensure safe food. Outbreaks of serious animal diseases such as bovine spongiform encephalopathy (BSE) in 1996 and 2000, FMD in 2001 and avian influenza in 2005, had harmful effects on animal production not only of the European Union, but also on the entire society and the economy in general. The classic example is that of bovine spongiform encephalopathy disease caused by contamination of animal feed, for which the UK has "paid" a price of about $ 6 billion, according to FAO estimates. EU policy on animal disease eradication in the last decade has helped to reduce the number of BSE cases from 2 124 to 18 cases / year and the number of human cases of illness caused by Salmonella enteritidis decreased by 60% between 20072011, following the introduction of Salmonella control programs in poultry flocks. 2. General principles of European food safety policy EU policy protects health along the food chain – on each stage of production, from farm to fork - preventing food contamination and promoting food hygiene and information on food, animal health and welfare and plant. To ensure food security and safety of the population, the EU food policy aims: • to ensure that food and animal feed are safe and nutritious; • to ensure a high level of health and welfare of animals and plant protection; • to ensure a proper and transparent information on the origin, content, labeling and use of food. The main objectives of European Union policy on food safety are, both to protect human health and consumer interests, and to promote the smooth operation of the single European market. In this respect are established and regulated rules in areas such as food and feed hygiene, animal health, plant health and prevention of food contamination with foreign substances. EU. also regulates the labeling of food and feed. CAP aims, in addition to the above, to create a balance between the interests of consumers and farmers.

204

Revista europeană de drept social

Recent events - dioxin, bovine spongiform encephalopathy, the lack of uniform rules in areas such as food fortification, dietary supplements, microbial contamination - led to the development of a new legislative framework which aims to review all procedures established by EU food legislation. Astfel, în 12 ianuarie 2000 este elaborată Cartea albă privind Siguranţa Alimentară, instrument ce stabileşte politicile alimentare, astfel încât să se garanteze un nivel ridicat a sănătăţii umane şi protecţiei consumatorilor. Cartea Albă conţine propuneri care transformă politica alimentară într-un instrument prospectiv, dinamic, coerent şi complet, având la bază următoarele principii generale:  Abordare globală, integrată pe întregul lanţ alimentar a tuturor sectoarelor cu rol în alimentaţia umană şi animală;  Definirea clară a responsabilităţilor tuturor părţilor implicate în lanţul alimentar – de la producători până la consumatorii;  Trasabilitatea produselor alimentare – pentru identificarea cauzei şi locului problemei în vederea retragerii produsul de pe piaţă;  Coerenţă, eficienţă, dinamism şi transparenţă în politica alimentară;  Analiza riscurilor. Thus, on 12 January 2000 is developed the White Paper on Food Safety, a power tool that sets alimentary policies so as to ensure a high level of human health and consumer protection. The White Paper contains proposals that converts food policy in a prospective tool, dynamic, coherent and comprehensive, based on the following general principles: • global approach, integratating the whole food chain of all sectors involved in food and feed; • defining the responsibilities of all parties involved in the food chain - from producers to consumers; • traceability of food - to identify the cause and location of the problem in order to withdraw the product from the market; • coherence, efficiency, dynamism and transparency in food policy; • Risk Analysis. The fundamental construction of EU vision for 2050 is "a world that is able to guarantee access and control of a growing population to a safe, nutritious and culturally acceptable food and to manage the necessary balance between the demand for food, health requirements and nutrition and the existing natural resources".1

1

EU SCAR (2011): Sustainable food consumption and production in a resource-constrained world – 3rd SCAR Foresight Exercise, Brussels.

205

Revue europénnee du droit social

3. Documents European legislation on food safety EU legislation on food safety is found in a number of documents, namely: The regulation has a general application and is mandatory in its entirety in all the EU Member States and has the effect of law in each Member State. Directive is mandatory for each Member State as regards to its effects, but leave the national authorities to decide the form and method of transposition. For the Member State to which it is addressed, it sets date to be implemented. Decision is mandatory in its entirety upon those to whom it is addressed. Recommendations, communications, opinions, resolutions and declarations may be developed regularly and, although not legally binding, can be useful guidance on the interpretation and current policies. The documents from Horizontal legislation, regulate those problems related on food safety for all types of aliments. The Horizontal legislation is represented by over 130 Framework Directives for food goods. Directives relate to: food additives, food contaminants, labeling and presentation of food, the official control of food supplies, food hygiene, food for special dietary uses, materials and articles in contact with food, food with ionizing radiation treatment, food from genetically modified organisms (GMOs) and new types of foods, veterinary drug residues, pesticide residues. The documents from Vertical Legislation are specific and applies only to certain categories of products (eg chocolate, jam, milk, sugar, honey, natural mineral water, drinking water). 4. The legislative framework of EU for food safety of population European legislation on food safety has its legal basis the Articles 43, 114, 168 (4) and Article 169 of the Treaty on the Functioning of the European Union. The most important issues related to food security are governed by Regulation (EC) no. 178/2002, known as the "Food Law". Regulation is based on the ”precautionary principle”2, establishing a procedure for risk assessment and laying down general provisions on the traceability of food and feed. The Regulation also establishes the Rapid Alert System for Food and Feed (RASFF) allowing Member States and the Commission to quickly exchange information and coordinate their responses to the threats posed by health food and feed. 2

The precautionary principle is a risk management tool and can be invoked where there is uncertainty regarding a possible risk to human health from a particular action or policy. For example, if there are doubts about the possible harmful effects of a product, after an objective scientific assessment, in order to avoid damage to human health, may be given instructions prohibiting the distribution of the product or on its disposal from the market.

206

Revista europeană de drept social

In addition to the general principles and requirements of food product legislation, Regulation (EC) no. 178/2002 laid the foundation for the European Food Safety Authority (EFSA) and lays down procedures in food safety. EFSA was established in 2002 and is based in Parma (Italy) and provides expert advice to the European Commission and EU countries to help them make effective decisions in the field of consumer protection. EFSA deals with risk assessment in the domain of safety of food and feed, animal health and welfare, nutrition, plant protection and plant health and its primary objective is to protect public health and strengthen consumer confidence in food in Europe. In 2004 the European Parliament and the European Council adopted the "food hygiene package" consisting of four regulations: Regulation (EC) 852/2004 Regulation (EC) 853/2004 Regulation (EC) 854/2004 and Regulation (EC) 882/2004 addressing both to food business operators and to competent authorities. The package represents a shift in approach to food hygiene policy, the major objective is to simplify existing legislation on food hygiene, making it more coherent by separating the different disciplines (public health, animal health and official controls) and concentrate on objectives achieved by the food business operator. On the other hand, the"food hygiene package" give the responsibility for food hygiene directly to the different actors in the food chain through a self-regulating system, using HACCP ("Hazard Analysis and Critical Control Point"). In 2006 the Commission adopted two decisions (Decision 2006/696 / EC and Decision 2006/766 / EC) aiming to improve the implementation of the rules of hygiene package as regards the trade of animals and of animal products for human consumption with third countries. Regulation 854/2004 (EC) about the specific rules for the organization of official controls on products of animal origin intended for human consumption lays down specific rules for the organization of official controls on products of animal origin. In response to consumer concerns on issues of public health and food safety, the European Commission established a framework for Measuring health and animal welfare for 2007-2013. 5. The traceability of food Consumer desire for the food to be guaranteed in terms of food safety and to provide information that certify this aspect, has generated major concerns of stakeholders in the chain of production, processing and distribution.3 The traceability of food is the most frequently encountered issue in standards and regulations related to food safety. To monitor food traceability, it is required a traceability systems capable of storing and processing consistent informations, 3

Thakur, M., Sørensen, C.F., Bjørnson, F.O., Forås, E., Hurburgh, C.R. (2011), “Managing food traceability information using EPCIS framework”, Journal of Food Engineering, vol. 103, no. 4: 417–433.

207

Revue europénnee du droit social

complete and in real time, related to products in the food chain located on production, processing and distribution.4 Food Traceability is defined as "the ability to trace and to follow a certain food, feed for animals, an animal which give a certain product or the production of a substance to be incorporated or which is expected to be incorporated into a food or feed, through all stages of production, processing and distribution ".5 Monitoring systems of traceability of food products can be structured as follows6: • internal traceability systems – ensure the traceability monitoring within each actor in the chain of production, processing and distribution; • traceability systems "a step backward, step forward" - extensions of internal traceability systems that store data on the origin of raw materials and finished products to customers who have purchased; • supply chain traceability systems - inter-organizational information systems that monitor the traceability of food from farmer to retailer. The monitoring system of food traceability should enable an accurate picture of history that food had throughout the chain (production, processing, distribution) to identify dangerous consignments of foodstuffs for human consumption and withdrawal from the market.7 Thus, the system allows the identification of the place and the determinant factors in order to prevent the emergence of new similar problems. If we analyze the existing traceability systems in the European Union, we can say that they are not suitable for communicating information about the origin of food along REC chain for the following reasons: • The existing EU legislation in the field of traceability is based primarily on the need to ensure the food safety8, based mainly on the system "one step back one step forward" along the food chain.9 In the case of foodstuffs of animal origin, there are requirements that needs the transmission of more detailed information along the food chain10, but these requirements for traceability does not refer 4

Regattieri, A., Gamberi, M., Manzini, R. (2007) Traceability of food products: General framework and experimental evidence, Journal of Food Engineering, vol. 81, no. 2: 347–356. Regulamentul (CE) nr. 178/2002 al Parlamentului European și al Consiliului, art.2 6 Arienzo, A., Coff,, C., Barling, D. (2008). „The European Union and the Regulation of Food Traceability: From Risk Management to Informed Choice?”, Ethical Traceability and Communicating Food, Springer Science +, 23-42. 7 Dabbene, F., Gay, P. (2011). Food traceability systems: Performance evaluation and optimization, Computers and Electronics in Agriculture, vol.75, no. 1: 139-146. 8 Article 18 of Regulation (EC) no. 178/2002 of the European Parliament and of the Council of 28ianuarie 2002 laying down the general principles and requirements of food law, establishing the European Food Safety Authority and laying down procedures in matters of food safety (OJ L 31, 1.2.2002 , p. 1). 9 According to the principle of "one step back - one step forward" food business operators must have the capability to identify both undertakings which they have delivered products and their suppliers of raw materials. 10 Implementing Regulation (EU) No 931/2011 of 19 September 2011 on the traceability requirements of food of animal origin laid down in Regulation (EC) No 178/2002 of the European Parliament and of the Council (OJ L 242, 20.9.2011, p. 2). 5

208

Revista europeană de drept social

specifically to information on the origin of products. Therefore the traceability on the whole chain, with the purpose of determining the origin of a certain product, it is now mandatory in the EU. • There where are more detailed traceability systems, they differ from one animal species to another and does not apply beyond the stage at which the meat is raw (slaughterhouses / packaging units).11 Increased public concern about food contamination by microbiological, chemical and radioactive pollutants, prompted the World Health Organization to intensify the prevention and control methods on these effects. An important role in preventing the diseases of alimentary origin, has the application of HACCP (Hazard Analysis and Critical Control Point) in food production and marketing.12 HACCP include the identification of all known hazards that may be associated with foods to be processed. Based on the identification of critical control points (CCP) of the technologycal process, it can prevent, reduce or eliminate potential hazards. Recent U.E. legislation recommends applying of quality management systems based on HACCP in countries wishing to export food to the EU, and in 2006 the system is required to be implemented by all European food companies. In Romania, the HACCP system is implemented / certified only for large businesses units. Difficulties in implementing the HACCP system derived from: continous changes of legislation, lack of financial resources, lack of qualified personnel and low interest of economic agents. 6. Conclusions CAP food safety aims: protecting the human health and consumer interests, promoting the smooth operation of the single European market, creating a balance between the interests of consumers and those of farmers. The existing legislation of traceability of food products is aimed at ensuring food security, based on the principle of "one step back - one step forward" along the food chain. Traceability systems existing in the European Union are not suitable for communicating information about the origin of food products along the supply chain, because the traceability along the whole chain, for the purpose of determining the origin of a certain product, it is not mandatory in the EU, in this moment.

11

Generally, because of the structure of the supply chain and the absence of any significant commercial interest to these information, there is a tendency that the transmission of information on the origin does not exceed the first stages of the supply chain (slaughterhouses and cutting plants). 12 Initially, the method was applied to food safety inspection military service (US, 1971), subsequently adopted by the FDA (Food and Drugs Administration) for the inspection of food industry enterprises civil.

209

Revue europénnee du droit social

Overall,the EU Member States provide an appropriate level of implementation and enforcement of regulations on food safety, animal health and welfare and plant health. In the EU Member States, there have made progresses on effective use of tools and resources for control and planning and also, in implementation and coordination of controls in all sectors. The official controls and legislative instruments enable the competent authorities to carry out controls based on risk and to identify and remedy deficiencies in a timely manner. The controls provides to competent authorities a relevant overview on the situation of food safety and the consumer health. 7. Acknowledgment This paper has been financially supported within the project entitled “Horizon 2020 - Doctoral and Postdoctoral Studies: Promoting the National Interest through Excellence, Competitiveness and Responsibility in the Field of Romanian Fundamental and Applied Scientific Research”, contract number POSDRU/159/1.5/S/140106. This project is co-financed by European Social Fund through Sectoral Operational Programme for Human Resources Development 2007-2013. Investing in people! Bibliografie 1. Dabbene, F., Gay, P. (2011). Food traceability systems: Performance evaluation and optimization, Computers and Electronics in Agriculture, vol.75, no. 1: 139-146. 2. EU SCAR (2011): Sustainable food consumption and production in a resourceconstrained world – 3rd SCAR Foresight Exercise, Brussels 3. Regattieri, A., Gamberi, M., Manzini, R. (2007) Traceability of food products: General framework and experimental evidence, Journal of Food Engineering, vol. 81, no. 2: 347– 356. 4. Regulamentul (CE) 178/2002, Regulamentul (CE) 852/2004, Regulamentul (CE) 853/2004, Regulamentul (CE) 854/2004 şi Regulamentul (CE) 882/2004 5. Arienzo, A., Coff,, C., Barling, D. (2008). „The European Union and the Regulation of Food Traceability: From Risk Management to Informed Choice?”, Ethical Traceability and Communicating Food, Springer Science +, 23-42. 6. Thakur, M., Sørensen, C.F., Bjørnson, F.O., Forås, E., Hurburgh, C.R. (2011), “Managing food traceability information using EPCIS framework”, Journal of Food Engineering, vol. 103, no. 4: 417–433. 7. Site-ul Comisiei Europene privind siguranţa alimentară: http://ec.europa.eu/food/food/ index_en.htm 8. Autoritatea Europeană pentru Siguranţa Alimentară (EFSA): http://www.efsa.europa.eu

210

Revista europeană de drept social

THE INTERNATIONAL ADOPTION OF MINORS: A HUMAN RIGHT TO FAMILY INTEGRATION Ph. D Lecturer Nicoleta ENACHE Faculty of Law and Administrative Sciences Valahia University of Targoviste, Lawyer in the Dambovita Bar, [email protected]

MA Esteban Amado Bueno GARCIA Faculty of Law and Social Sciences at the Universidad Autónoma del Estado de Morelos. Mexico

Abstract: In Mexico, the legal framework for adoption has undergone various renovations and additions to the present day, including each state has legislated differently under the family law is local matter, so it is necessary to harmonize the legislation and promote different measures such as the expertise of professionals practicing physicians, socioeconomic and psychological studies for international adoption. In recent years, international adoption has been recognized as a protective measure for children deprived of a family environment; but above all, the ability to provide a home to children and adolescents who for various reasons, causes has grown with the lack of love and protection that can only be found in the family. Keywords: international adoption in Mexico, children, adolescent girls

Introducción En México como en los demás Estados que conforman el mundo, la familia es considerada como base de la sociedad, y para ello, tradicionalmente la familia se compone de padre, madre e hijos, sin embargo, ante la imposibilidad de procreación natural, se acude al trámite de la adopción por lo regular de un menor que se encuentra en condiciones vulnerables e inclusive en estado de abandono por sus progenitores o familiares más cercanos. Actualmente la familia ha evolucionado creando nuevas estructuras familiares, es por ello, que es preciso tomar en consideración tal evolución, en el presente caso tomar en consideración la filiación por adopción, puesto que dicha institución es considerada primordial para los efectos de establecer los vínculos jurídicos entre el hijo adoptado y los padres adoptantes. La adopción es una institución mediante la cual en sus orígenes era para la perpetuar la especie, esto debido a cuestiones de índole sucesoria o cuestiones patrimoniales, actualmente la adopción es una cuestión de carácter del estado civil de las personas cuya finalidad es la de proteger al menor. Ante tales condiciones es necesario reconceptualizar y actualizar la normatividad vigente congruente que permita llevar a cabo los trámites de adopción, no sólo en el ámbito nacional si que más allá, es decir, al ámbito internacional. Otro aspecto interesante que debe ser tomado en consideración para la adopción internacional es que México ha firmado y ratificado diversos Tratados, 211

Revue europénnee du droit social

Convenciones y Declaraciones que se han generado en materia de protección de derechos del menor, bajo el principio del interés superior del menor, para los efectos de integrarse a una familia. Estos derechos no sólo se manifiestan en su Status filii, sino ante los entes y autoridades. Por su parte la Organización de las Naciones Unidas expidió en el año de 1989 la Convención sobre los Derechos del Niño, de la que se desprende que la filii, es la que reside. La protección de dichos derechos del niño, ha sido una preocupación que ha reorientado a partir del siglo XXI. Esta tendencia de protección de derechos del menor, representa en la adopción una nueva actitud contemporánea. Es por ello, que las políticas públicas mundiales a favor del menor deben estar preparadas para dar soluciones a los problemas paterno-filiales, así como facilitar los trámites administrativos para la adopción, sin embargo, estas facilidades no deben traducirse en un desamparo al menor, toda vez, que las personas interesadas en adoptar deberán reunir los requisitos legales para ello, así como que tengan el compromiso, deber moral y jurídico en que van a proteger a dichos menores que sería sujetos de adopción. La adopción es considerada como una medida de protección del niño que se encuentra privado de una familia y se basa principalmente en el interés superior menor, no en los deseos de los adultos, ante todo consiste en proporcionar una familia a un niño y no un niño a una familia. Es evidente que México todavía le hace falta cultura sobre la adopción. Toda vez que las adopciones nacionales son muy tardadas y sobre todo con mucho burocratismo Sin embargo, es necesario destacar que la adopción en México enfrenta una serie de problemas relacionados con la adopción, desde luego lo que se pretende con esta obra es la de establecer las condiciones necesarias para entender el concepto de adopción internacional Nuevas concepciones familiares en el siglo XXI El derecho de familia en el derecho internacional, debe representar actualmente nuevos conceptos de los que demandan un estudio inminente y pormenorizado de la misma para poderle dar respuesta a una serie de situaciones cada vez más cotidianas y por su puesto necesarias por la demanda que implican.1 Podemos considerar el concepto de Nuria González Martin2 que la familia internacional es el fruto de un trasiego transfronterizo de que se da a nivel personal y con ello, se ve la necesidad de llevar a cabo un redimensión de los conceptos en la aplicación del derecho al momento de estar en situaciones de formar una familia multicultural o multinacional que trae como consecuencia la necesidad de 1

González Martí, Nuria. Familia Internacional en México. Adopción, Alimentos, Restitucion, tráfico y trata. Ed. Porrúa. México. 2012. p. 11 2 Ibídem p.12

212

Revista europeană de drept social

redimensionar por cuanto hace al derecho, cuando nos situamos ante una familia multicultural, es decir, como el fruto de un proceso de adaptación a las nuevas realidades sociales, no solo locales sino en el ámbito internacional. En dichas condiciones es imprescindible llevar a cabo una nueva concepción de la familia. Ante dichos acontecimientos, la familia es considerada como la célula básica de la sociedad, la aceptemos o no. Puesto que la familia se encuentra vinculada con las demás sociedades en el momento que a cada quien le toca vivir, así como su evolución, así como la adaptación a las nuevas realidades sociales y a su vez realidades jurídicas. Breve reseña de la familia como base de la sociedad desde los diversos enfoques. 1.Origen y concepto etimológico de la familia La familia proviene del vocablo de la raíz latina famulus, cuyo significado es sirviente, mismo que se derivó en famel de la lengua de los oscos, quienes utilizaron dicho termino para llamar así a los siervos y/o esclavos, en consecuencia se entiende el término familia como un cuerpo de esclavos pertenecientes a un mismo patrón. 3 2.Concepto gramatical de la familia De acuerdo a la definición de la Real academia de la lengua española, “Grupo de personas emparentadas entre si que viven juntas bajo la autoridad de una De ellas, y conjunto de ascendientes, descendientes y colaterales y afines al linaje”. 4 3.Concepto biológico de familia La familia es el grupo humano primario, natural e irreductible, que se forma por la unión de la pareja hombre – mujer. El enfoque biológico que establece Sara Montero Duhalt, determina que los humanos como seres vivos y bisexuados, cumplen con el instinto de reproducción y crean con ello la familia; de la unión sexual de la pareja surge la procreación; los hijos5. De tal enfoque biológico, son dos factores que crean a la familia; la unión sexual y la procreación. Por lo tanto, entendemos a la familia como hecho biológico, que involucra a todos aquellos, que por el hecho de descender unos de otros, o de su progenitor común; se generan lazos de sangre entre sí. Desde este punto de vista el origen de la familia solo se encuentra enfocado y fundado en la procreación de los hijos, así como de la regulación de las obligaciones contraídas al realizar esta unión. Por otra parte cabe hacer mención que desde tiempos primitivos existieron familias en las cuales se unían con el objeto de conservar su raza pura. Esta consideración es porque el ser humano en su primera etapa de su vida no podía sobrevivir por sí mismo y tuvo la necesidad de agruparse y su descendencia había que cuidarla y protegerla con fin de hacer más grande dicho grupo. Teniendo 3

Valverde y Valverde,Calixto. Tratado de Derecho Civil Español, Derecho de Familia, Talleres tipográficos Cuesta, España, 1926, pp17-19 Para información véase http://buscon.rae.es/draeI/SrvltConsulta?TIPO_BUS=3&LEMA=familia. 5 Montero Duhalt, Sara. Derecho de Familia. 4ª edición, ed.,Porrúa, México, 1990, p. 302 4

213

Revue europénnee du droit social

como resultado final una relación paternal hasta que el hijo tuviera una madurez intelectual adecuada para su supervivencia. 4. Concepto sociológico de familia El hombre es un ser social, vive irremediablemente en sociedad, porque solamente se puede surgir a la vida y permanecer en ella a través de la asociación de dos seres humanos. Por excelencia la familia en el campo sociológico, se ha definido como la institución social formada por los miembros vinculados por lazos sanguíneos, y los individuos unidos, a ellos por intereses económicos, religiosos o de ayuda. Pero este concepto de la familia, no siempre ha sido el mismo, pues ha variado dependiendo del tiempo y espacio. Por su parte Maclever6, define a la familia como: Un grupo definido por una relación sexual suficientemente precisa y duradera para proveer a la procreación y crianza de los hijos. En conclusión todos los conceptos de familia, histórica y sociológicamente, se dan con diversas características, dependiendo del lugar y espacio, pero todas parten de los datos biológicos primarios; principalmente este nexo se genera a través de la unión sexual y en consecuencia la procreación. Propiamente dicho, el ser humano de forma natural busca vivir en compañía de sus semejantes, conformando así una sociedad en la cual crea normas de diferentes índoles las cuales coadyuvan a regular su conducta, con el objeto de tener una sana convivencia para vivir en armonía con los que le rodean. 5. Concepto de familia como institución jurídica Este enfoque del concepto familia, no siempre ha reflejado al modelo biológico ó al sociológico, sino que tiende a las relaciones derivadas del matrimonio y la procreación conocidas como parentesco, y a las que la ley reconoce ciertos efectos, esto es que se crean derechos y obligaciones entre sus miembros. Entendiéndose este concepto jurídico de familia, como aquel grupo formado por la pareja, sus ascendientes y descendientes, así como por otras personas unidas por vínculos de sangre o matrimonio o sólo civiles, a los que los diversos ordenamientos del Derecho Positivo Vigente les impone deberes y otorga derechos jurídicos. 8.La familia desde el punto de vista doctrinal De acuerdo a la teoría de Julién Bonnecase por su parte señala que la familia es un “todo orgánico, cuyos datos fundamentales escapan a nuestro espíritu porque se trata de los datos mismos de la especie humana; en su base se encuentra la diferencia de sexos que implica una diferencia de aptitudes, y una diferencia de funciones”7. Por lo que se deduce que el Derecho no ha creado a la familia, si no que solamente ayuda en base a la normatividad reguladora de la misma, a fijar el 6

7

Maclever R.M. Society an Introductory Analysis. New York. 1950. p. 238. citado por Miguel Angel Cagigal Rodríguez. México. Marzo 2003. p. 7. Citado por Chávez Ascencio Manuel F. La familia en el derecho, Derecho de familia y relaciones jurídicas familiares. Ed., Porrúa. México. 1990. p. 137

214

Revista europeană de drept social

desenvolvimiento, protección y obligaciones de cada miembro de familia, mismos que realizan lo que la misma ley les concede. Roberto B. Rugeiro señala que la familia es un organismo social, está fundado en la naturaleza y en las necesidades naturales, tales como la unión sexual, la procreación, el amor, la asistencia, la cooperación; la familia no se halla regulada exclusivamente por el Derecho. En ningún otro campo incluye como en este la religión, la costumbre la moral. Antes que jurídico, la familia es considerada como un organismo ético”8. La familia es considerada como una institución social, permanente y natural, compuesta por un grupo de personas unida por vínculos jurídicos emergentes de la relación sexual y de la filiación.9 De dicha relación se derivan todos aquellos derechos y obligaciones que crea y reconoce la ley, por la unión de la pareja y su descendencia, así como aquellos actos realizados extramatrimonialmente, ya que no siempre constituyen familia desde el punto de vista jurídico, para que lo sea se requiere la permanencia de la relación con la pareja y del reconocimiento de los hijos, y en efecto, intervienen factores de carácter moral y religioso. El concepto de familia no se define ni se precisa dentro de la mayoría de las legislaciones que rigen el Derecho de Familia en nuestro país, sino que únicamente señalan los tipos, líneas y grados del parentesco y regulan las relaciones entre esposos y parientes Chávez Ascencio establece particularmente y considera a la familia como la célula base de la sociedad y el Derecho sobre la materia regula, en primer lugar, su organización, su existencia y sus bases materiales. Igualmente, las consideraciones sobre estabilidad de la familia, aparecen justificadas solamente en lo que se refiere a esta célula social.10 Hay que considerar que todas y cada una de las disposiciones jurídicas reguladoras de la familia que han existido y existen, han dado a la sociedad ciertos beneficios que se han reflejado en la sociedad misma, ya que estas por sus características han proporcionado a la humanidad derechos que por su naturaleza deben ser imperativos e irrenunciables. 9.Concepto religioso de la familia Desde el origen del ser humano, la biblia ha considerado como familia se contempla tanto en el nuevo testamento, donde se desprende la división de los pueblos en dos grupos, los considerados hijos de Dios, los descendientes de Set e hijos de los seres humanos terrenales, los descendientes de Cain, ambos descendientes de Ádan y Eva. Sin embargo, el Papa Pio XII el 19 de mayo de 1956, en su discurso del II Congreso Mundial de la Fertilidad y esterilidad, se pronunció que los hijos 8

Diez-Picazo y Gullón. El nuevo derecho de familia. Instituciones de derecho civil. Ed. Reus. España. 1978. p. 7. 9 Bellusio, Augusto César. Manual de derecho de Familia. 2ª edición. Ed. De palma. Argentina. 1993, p. 5. 10 Chávez Ascencio Manuel F. op.cit. pp 137, 138

215

Revue europénnee du droit social

procreados deben ser a través del contacto sexual, en virtud de que los actos naturales que son capaces de engendrar una vida y por eso están destinados a ella, por tanto, la fecundación artificial ha violado a la ley natural.11 10.Concepto etimológico de filiación Proviene del latín filatio-onis, de filius, hijo12. Por lo que en sentido amplio significara la relación de progenitores con sus descendientes. En tales consideraciones la filiación se clasifica en tres formas: por matrimonio, fuera de matrimonio o surgida de la adopción, como una forma de establecer los vínculos filiatorios entre el progenitor y sus descendientes. 11.Concepto biológico de filiación Por su parte la filiación biológica encuentra su origen en un hecho de la naturaleza como resultado de la fecundación, cuyo efecto natural es la de procrear, es decir, que proviene de la unión de un hombre con una mujer, con el objetivo mismo de la procreación. Por otra parte, la consideración de la filiación mediante la adopción13 generalmente de un menor, se crea una relación entre el adoptante y el adoptado, con la plena convicción y aceptación del adoptado como hijo de los padres adoptantes (mujer-hombre), toda vez que anteriormente se daban estos procesos solo y para guardar la cadena consanguínea y preservar el apellido, actualmente dichos procesos de adopción están encaminados a la protección de menores que se encuentran con problemas de abandono o desatención por parte de sus progenitores. 12.Concepto etimológico de adopción. El término adopción proviene del latín adoptare, de ad, significa idea de aproximación o asociación y optare, que significa desear, escoger, elegir.14 Y es considerado como el acto solemne en virtud del cual la voluntad de los particulares con permiso de la ley y autorización judicial, crea entre dos personas, una y otra naturalmente extrañas, relaciones análogas a las de la filiación consanguínea. 13.Concepto doctrinal La adopción es considerado por el Maestro Galindo Garfias15, como el acto jurídico por virtud del cual, interviene una persona mayor de edad (25 años), crea por propia declaración de la voluntad y previa la aprobación judicial una relación paternofilial que lo une con un menor de edad, o un incapacitado. Por su parte Gutiérrez y González16, ha conceptualizado a la adopción como un contrato solemne, mediante el cual una persona sea hombre o mujer, o ambos, llamados adoptantes, reciben como si fuera su descendencia consanguínea, en su 11

Chiesa, Pedro J.M. presbiterio, “el estatuto biológico-moral. Sobre la procreación humana y las denominadas técnicas de reproducción artificial, El derecho frente a la procreación artificial, Buenos Aires, 1997, p.52. 12 Para mayor información veáse http://etimologias.dechile.net/?hijo. 13 Péreznieto Castro, Leonel y Silva Silva, Jorge Alberto, Derecho Internacional Privado. Parte especial, Oxford University Press, México, 2009, p.265 14 Para mayor información véase http://www.etimologias.chile.net/?adoptar. 15 Galindo Garfias, Ignacio. Derecho Civil. Porrúa, México, 2004, p. 673 16 Gutiérrez y González, Ernesto. Derecho Civil para la familia, 2ª edición, Porrúa, México, 2011. p. 537

216

Revista europeană de drept social

familia, o para integrar una familia, a una persona que no lo es y a la cual se le designa como adoptada. De acuerdo a los conceptos descritos, se desprende que la adopción es una institución diseñada por la doctrina actual para buscar la integración familiar de los menores, y en su beneficio, que por cualquier motivo no pueden desarrollar una vida normal en el entorno de su familia de origen. Por su parte Maris Biocca17, refiere que la adopción internacional es aquella en la cual los futuros adoptantes están domiciliados en un Estado distinto de que aquel en el cual se encuentra el domicilio o residencia del menor a quien se intenta adoptar, independientemente de la nacionalidad del menor o de los futuros adoptantes. De la misma forma Arias de Ronchietto18, explica que la adopción internacional se configura cuando un menor de edad que nace y que reside en un país diferente al del adoptante es trasladado al país de este, ya sea después de su adopción en su país de origen, o con el propósito de finalizar el trámite de adopción en el estado de recepción. Por su parte Nuria González19 afirma que los cambios radiales por los que atraviesa la sociedad actual en el mundo ha llevado a evolucionar el derecho de familia, como por ejemplo tenemos el concepto de derecho de familia internacionalizado, en donde se presentan los matrimonios mixtos, donde se demandan derechos de guarda, custodia y visita, reclamaciones de alimentos, demandas por secuestro internacional de menores y de ahí la internacionalización de la adopción. 14.Concepto de legal de adopción20 Se ha definido como el acto solemne mediante el cual proporciona al adoptante o adoptantes, la calidad de hijo al menor adoptado, creándose así el vínculo de parentesco puramente jurídico, pero que por efectos de la propia ley, toma fuerza como si fuera un vínculo sanguíneo, esto así ha sido establecido por el código civil federal en su numeral 390, que me permito cita bajo los siguientes términos: Artículo 390.- El mayor de veinticinco años, libre de matrimonio, en pleno ejercicio de sus derechos, puede adoptar uno o más menores o a un incapacitado, aun cuando éste sea mayor de edad, siempre que el adoptante tenga diecisiete años más que el adoptado y que acredite además: I. Que tiene medios bastantes para proveer a la subsistencia, la educación y el cuidado de la persona que trata de adoptarse, como hijo propio, según las circunstancias de la persona que trata de adoptar;

17

Biocca, Stella Maris, Adopción Internacional en Derecho de Familia. Revista Interdisciplinaria de Doctrina y Jurisprudencia, Buenos Aires, número 6, 1991, pp. 7 y ss. 18 Arias de Ronchietto, Catalina, La adopción, Abeledo Perrot , Buenos Aires, p.259 19 González Martín, Nuria, Derecho Internacional en México, Adopción, Alimentos, Restitución, trafico y trata, Porrúa, México, 2009, p. 55 20 Para mayor información véase Código Civil Federal. http//www.diputados.gob.mx/leyesBiblio/pdf/2_241213.pdf

217

Revue europénnee du droit social

II. Que la adopción es benéfica para la persona que trata de adoptarse, atendiendo al interés superior de la misma, y III. Que el adoptante es persona apta y adecuada para adoptar. Cuando circunstancias especiales lo aconsejen, el juez puede autorizar la adopción de dos o más incapacitados o de menores e incapacitados simultáneamente. Artículo 391. Los cónyuges o concubinos podrán adoptar, cuando los dos estén conformes en considerar al adoptado como hijo y aunque sólo uno de los cónyuges o concubinos cumpla el requisito de la edad a que se refiere el artículo anterior, pero siempre y cuando la diferencia de edad entre cualquiera de los adoptantes y el adoptado sea de diecisiete años cuando menos. Se deberán acreditar además los requisitos previstos en las fracciones del artículo anterior. Artículo 392.- Nadie puede ser adoptado por más de una persona, salvo en el caso previsto en el artículo anterior. Artículo 393.- El tutor no puede adoptar al pupilo, sino hasta después de que hayan sido definitivamente aprobadas las cuentas de tutela. Artículo 394.- (Se deroga). Artículo 395.- El que adopta tendrá respecto de la persona y bienes del adoptado, los mismos derechos y obligaciones que tienen los padres respecto de la persona y bienes de los hijos. El adoptante dará nombre y sus apellidos al adoptado. Artículo 396.- El adoptado tendrá para con la persona o personas que lo adopten los mismos derechos y obligaciones que tiene un hijo. Artículo 397.- Para que la adopción pueda tener lugar deberán consentir en ella, en sus respectivos casos: I. El que ejerce la patria potestad sobre el menor que se trata de adoptar; II. El tutor del que se va a adoptar; III. La persona que haya acogido durante seis meses al que se pretende adoptar y lo trate como a hijo, cuando no hubiere quien ejerza la patria potestad sobre él ni tenga tutor; IV. El Ministerio Público del lugar del domicilio del adoptado, cuando éste no tenga padres conocidos, ni tutor, ni persona que ostensiblemente le imparta su protección y lo haya acogido como hijo. V. Las instituciones de asistencia social públicas o privadas que hubieren acogido al menor o al incapacitado que se pretenda adoptar. Si la persona que se va a adoptar tiene más de doce años, también se necesita su consentimiento para la adopción. En el caso de las personas incapaces, será necesario su consentimiento, siempre y cuando fuese posible la expresión indubitable de su voluntad. Artículo 398.- Si el tutor o el Ministerio Público no consienten en la adopción, deberán expresar la causa en que se funden, la que el juez calificará tomando en cuenta los intereses del menor o incapacitado.

218

Revista europeană de drept social

Artículo 399.- El procedimiento para hacer la adopción será fijado en el Código de Procedimientos Civiles. Artículo 400.- Tan luego como cause ejecutoria la resolución judicial que se dicte autorizando una adopción, quedará ésta consumada. Artículo 401.- El juez que apruebe la adopción remitirá copia de las diligencias respectivas al Juez del Registro Civil del lugar para que levante el acta correspondiente. Es importante destacar que las legislaciones que regulan a la adopción deben buscar de manera integral la protección del menor, es decir, integrarlos a una familia, que por distintas situaciones de hecho y/o de derecho, fueron separados de las mismas, motivo por el cual ha quedado como un grupo vulnerable y desamparado, es por ello, como una manera de integrarlo a la sociedad es proporcionándole una nueva familia, misma que deberá velar por el interés del menor adoptado, cuidando desde luego la dignidad humana. Fuentes de Investigación Bibliográficas Arias de Ronchietto, Catalina, La adopción, Abeledo Perrot , Buenos Aires. Bellusio, Augusto César. Manual de derecho de Familia. 2ª edición. Ed. De palma. Argentina. 1993, Biocca, Stella Maris, Adopción Internacional en Derecho de Familia. Revista Interdisciplinaria de Doctrina y Jurisprudencia, Buenos Aires, número 6, 1991. BRENA SESMA, Ingrid, Las adopciones en México y algo más, Instituto de Investigaciones Jurídicas, UNAM, México, 2005. Chávez Ascencio Manuel F. La familia en el derecho, Derecho de familia y relaciones jurídicas familiares. Ed., Porrúa. México. 1990. Chiesa, Pedro J.M. presbiterio, “el estatuto biológico-moral. Sobre la procreación humana y las denominadas técnicas de reproducción artificial, El derecho frente a la procreación artificial, Buenos Aires, 1997. Diez-Picazo y Gullón. El nuevo derecho de familia. Instituciones de derecho civil. Ed. Reus. España. 1978. Galindo Garfias, Ignacio. Derecho Civil. Porrúa, México, 2004. González Martí, Nuria. Familia Internacional en México. Adopción, Alimentos, Restitucion, tráfico y trata. Ed. Porrúa. México. 2012. González Martín, Nuria, Derecho Internacional en México, Adopción, Alimentos, Restitución, trafico y trata, Porrúa, México, 2009. Gutiérrez y González, Ernesto. Derecho Civil para la familia, 2ª edición, Porrúa, México, 2011. Maclever R.M. Society an Introductory Analysis. New York. 1950. p. 238. citado por Miguel Angel Cagigal Rodríguez. México. Marzo 2003. Montero Duhalt, Sara. Derecho de Familia. 4ª edición, ed.,Porrúa, México, 1990. Péreznieto Castro, Leonel y Silva Silva, Jorge Alberto, Derecho Internacional Privado. Parte especial, Oxford University Press, México, 2009. RUIZ LUGO, Rogelio A., La Adopción en México, Edit. Rusa, México, 2002. Valverde y Valverde,Calixto. Tratado de Derecho Civil Español, Derecho de Familia, Talleres tipográficos Cuesta, España, 1926.

219

Revue europénnee du droit social Electrónicas http//www.diputados.gob.mx/leyesBiblio/pdf/2_241213.pdf htpp//www.hcch.net/index_en-php?act=home.splash. http//www.diputados.gob.mx/leyesBiblio/pdf/2_241213.pdf http://buscon.rae.es/draeI/SrvltConsulta?TIPO_BUS=3&LEMA=familia. http://etimologias.dechile.net/?hijo. http://micrositios.dif.gob.mx/pdmf/adopciones-2/adopcion-internacional/ http://www.etimologias.chile.net/?adoptar. http://www.juridicas.unam.mx/publica/librev/rev/derhum/cont/4/pr/pr20.pdf http://www.letrasjuridicas.com/Volumenes/21/cardenas21.pdf. http://www.transparenciamorelos.mx/sites/default/files/C%C3%B3digo%20Procesal%20Fam iliar%20para%20el%20Estado%20de%20Morelos_0.pdf http://www.derechosinfancia.org.mx/Derechos/conv_3.htm http://www.ohchr.org/SP/Issues/Pages/WhatareHumanRights.aspx

220

Revista europeană de drept social

LEGAL ISSUES ON RESTITUTION OF THE PROPERTIES UNDER THE CONVENTION Loredana Adelina PĂDURE Lect. PhD. Valahia University of Târgoviște

Abstract Overview The judgments finding a violation of Article 1 of Protocol No. 1, in cases of property lost during the communist regime, are therefore related not to the very fact of the nationalisation or confiscation by the authoritarian power, but to the actual failure of the States to comply with their own legislation providing for compensation or restoration of property or with final judicial or administrative decisions restoring property or awarding compensation, rendered by domestic authorities in favor of the applicants, during the period following the ratification of the Convention. These judgments often find, in addition to the violation of Article 1 of Protocol No. 1, a second violation of Article 6 of the Convention (right to fair trial) regarding a number of particular issues, as for example, the excessive delays due to the lack of efficiency of compensatory legislation and proceedings, the breach of the access to court requirement because of the lack of enforcement of final judicial or administrative decisions ordering restitution of lost property or the breach of the principle of legal certainty because of the quashing of final judicial decisions ordering restitution of property. Keywords: Article 1 of Protocol No. 1 of the Convention, nationalization, property

When comparing the judgments rendered by the Court in cases involving each of the countries, some common patterns emerge for all (or only a subgroup), in addition to a relatively less important set of specific features for each country. With regard to those countries that have a significant number of judgments, a leading judgment can be identified. These are normally followed by dozens of similar judgments, which address the same legal issue and give place to well-established case-law. The main issues under the Convention are the non-enforcement of final judicial decisions; the quashing of final judicial decision and failure by the courts to respect the final character of judgments; the failure of the domestic authorities to provide compensation to which the applicants were entitled under domestic law; deprivations of property in the context of special protected tenancy and access to court in order to ask for restitution of confiscated property. Access to court in order to ask for restitution of confiscated property Outside the scope of Article 1 of Protocol No. 1, but within the sphere of the legal protection of the property lost before 1989, the ECHR addressed also the issue of

221

Revue europénnee du droit social

the lack of access to court for those persons who wanted to ask for restitution of confiscated property, because of high court fees1 or other legal obstacles2 ECHR finding of a ‘widespread problem affecting large numbers of people’ Facing a large number of similar applications, the Court found with respect to Romania and Albania that the violation of the applicants' rights guaranteed by Article 1 of Protocol No. 1 in the context of restitution/compensation for confiscated property3, originated in a widespread problem affecting large numbers of people, namely the unjustified hindrance of their right to the peaceful enjoyment of their property. The Court found that ‘there are already dozens of identical applications before the Court. The escalating number of applications is an aggravating factor as regards the State's responsibility under the Convention and is also a threat for the future effectiveness of the system put in place by the Convention, given that in the Court's view, the legal vacuums detected in the applicants' particular case may subsequently give rise to other numerous well- founded applications4 (…)’ . General measures were required under Article 46 of the Convention, in order for those countries to be able to redress the systemic problem5. Consequently, the low number of judgments rendered to date against some States is not at all an indicator for the actual magnitude of the problems (especially with regard to Albania) related to confiscated property, which is far more significant. Moreover, given the finding of the Court in respect of the ‘deficiency in the procedural system’, other similar applications may be potentially successful. Non-enforcement of final judicial decisions and deprivation of property in the context of special protected tenancy. In view of the number of relevant judgments and the extent of this problem among the majority of the six States, the most important issue in this area is the non-enforcement of final judicial decisions ordering the restitution of immovable goods (plots of lands, buildings, apartments) or awarding compensation for lost property (e.g. certain amount of money or equivalent goods). The Court, in its well-established case-law, has examined the non-enforcement of a decision recognising title to property, as interference within the peaceful enjoyment of property6. 1

Weissman v. Romania, judgment of 24 May 2006 (application no. 63945/00) and Iorga v. Romania, judgment of 25 January 2007, (application no. 4227/02). 2 Lupaş v. Romania, judgment of 14 December 2006 (applications nos. 1434/02, 35370/02 and 1385/03) published in ECtHR Reports 2006-XV (extracts) and Faimblat v. Romania judgment of 13 January 2009 (application no. 23066/02). 3 Article 46 of the Convention was also applied in respect to Bosnia and Herzegovina (see the cases Čolić and 14 others v. Bosnia and Hertzegovina, judgment of 10 November 2009, but outside the context of immovable property lost during former regime. 4 The case Ramadhi and Others v. Albania, cited above. 5 See also the cases Faimblat v. Romania and Viaşu v. Romania cited above and Katz v. Romania, judgment of 20 January 2009 (application no. 29739/03). 6 see Burdov v. Russia, no. 59498/00, ECHR 2002-III, Jasiūnienė v. Lithuania, judgment of 6 March 2003 (application no. 41510/98).

222

Revista europeană de drept social

The ECHR concluded several times, in respect of Albania, that Article 1 of Protocol No. 1 had been violated because of the failure to enforce final judicial decisions concerning the applicants' right to compensation for plots of land which had been nationalised under the communist regime7; pleading lack of funds, as the government had done, did not justify the situation8. In similar judgments against Bulgaria, the Court had to deal with failure to enforce final court decisions awarding compensation9 or ordering the restitution of houses, which had been expropriated during the communist regime, (in one case the house was converted into a museum and classified as a national historic monument, before the Bulgarian National Assembly voted, in June 1994, a moratorium on the laws concerning the restitution of properties with historical monument classification, which prevented the applicants from obtaining restitution of their property10 or plots of land11. The Court had to deal with the same issue, with regard to Romania, concerning failure to enforce or delays in enforcing, by the administrative authorities, final judicial decisions ordering the restitution of property (plots of land, buildings or apartments) lost during the communist period. The leading case Sabin Popescu (judgment of 2 March 2004) was followed by more than fifty other similar judgments. With respect to the non-execution of judgments ordering not the restitution as such, but that the administrative body (e.g. Land Commission, in Albania) take a decision regarding the applicants' claims12 on land appearing to have belonged to their parent and confiscated during the communist period, the ECHR found a violation of Article 6 §1 of the Convention. However the Court rejected the claim under Article 1 of Protocol No. 1 as incompatible ratione materiae with the provisions of the Convention recalling ‘that there is a difference between a mere hope of restitution, however understandable that hope may be, and a legitimate expectation, which must be of a nature more concrete than a mere hope and be based on a legal provision or a legal act such as a judicial decision (…)’. The Court concluded that ‘in the context of their restitution claim, the applicants had no ‘possessions’ within the meaning of the first sentence of Article 1 of Protocol No. 1’, so that the guarantees of that provision do not therefore apply to the present case. The Court examined a particular situation of non-enforcement of final judicial decisions with regard to Bosnia-Herzegovina. The judicial decisions in question ordered private banks to release ‘old savings’, namely the foreign currency savings 7

Ramadhi and 5 others v. Albania, judgment of 13 November 2007 (application no. 38222/02); Hamzaraj v. Albania (no. 1), judgment of 3 February 2009 (application no. 45264/04); Nuri v. Albania, judgment of 3 February 2009 (application no. 12306/04); Vrioni and Others v. Albania and Italy, judgment of 29 September 2009 (application no. 35720/04 and other joint applications). 8 Beshiri and others v. Albania, judgment of 22 August 2006 (application no. 7352/03). 9 Zaharievi v. Bulgaria, judgment of 2 July 2009 (application no. 22627/03). 10 Debelianovi v. Bulgaria, judgment of 29 March 2007, (application no. 61951/00). 11 Mutishev and others v. Bulgaria, judgment of 3 December 2009 (application no. 18967/03) 12 Gjonbocari and others v. Albania (judgment of 23 October 2007 (applocation no. 10508/02).

223

Revue europénnee du droit social

deposited prior to dissolution of the Socialist Federative Republic of Yugoslavia13. Although it is questionable to equivalate such cases of property lost because of the fall of the former regime, with cases involving property lost during the communist regime, mention should be made of them. The Court concluded that the applicants’ right to the peaceful enjoyment of their possessions had been violated in that, for a protracted period, they were prevented from controlling their property and from receiving rent, despite the fact that the Romanian courts had ordered the return of their apartments nationalised14 during the communist period15. The similar issue of non-enforcement of final eviction orders to enable repossession of the flat was also addressed by the ECHR in a case against Serbia16 concerning the violation of the applicant’s right to the peaceful enjoyment of his possessions due to the authorities’ failure to enforce a final eviction order issued by a Belgrade municipality in administrative proceedings in the context of a special ‘protected tenancy regime’. Lastly, the domestic courts noted that there were no legal means by which the applicant could have compelled the municipality to honor its own eviction order. This paper has been financially supported within the project entitled "Horizon 2020 • Doctoral and Postdoctoral Studies: Promoting the National Interest through ExceUence, Competitiveness and Responsibility in the Field of Românian Fundamental and Applied Scientific Research", contract number POSDRU/159/l .5/S/I40106. This project is co- financed by European Social Fund through Sectoral Operaţional Programme for Human Resources Development 2007-2013. Investing in people! Bibliography 1.Private properties issues following the change of political regime in former socialist or communist countries Albania, Bosnia and Herzegovina, Bulgaria, Croatia, Romania and Serbia Romanian, Academic Society (RAS), Romania with the collaboration of: Centre for Liberal Strategies (CLS), Bulgaria Partnership for Social Development (PSD), Croatia , 2010 2. Bejtja Saida şi Dritan Bejtja, (2014), Private Property Issues on Eastern Europe in Restitution and Compensation Problems în Academic Journal of Interdisciplinary Studies MCSER Publishing, Rome-Italy Vol. 3 Nr. 1 3. Filipovic Adnan, (2005), Impact of Privatization on Economic Growth, în Issues in Political Economy, Vol. 14, Furman University

13

Jeličić v. Bosnia and Herzegovina, judgment of 31 October 2006 (application no. 41183/02); Pejaković and Others v. Bosnia and Herzegovina, judgment of 18 December 2007 (applications nos. 337/04, 36022/04 and 45219/04). 14 Application no. 57001/00. 15 Radovici and Stănescu, judgment of 02 November 2006 16 Ilić v. Serbia, judgment of 9 October 2007 (application no. 30132/04).

224

View more...

Comments

Copyright © 2017 ECITYDOC Inc.